Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2015

L'impitoyable / The Ruthless -1948

"L'impitoyable" est un beau film noir, tourné en indépendant par  Eagle Lion Films, et tiré de l'oubli par Sidonis. Bertrand Tavernier note dans les bonus, que le film était très peu visible, et souvent dans des copies très abîmées. Le sujet de 'l'impitoyable" n'est pas réellement celui d'un film noir, mais plus celui d'un drame. Car en réalité, il n'y a pas de femmes fatales, mais un seul homme fatal, l'anti-héros du film, Horace Vending joué par Zachary Scott. Le réalisateur Edgar George Ulmer n'est pas un des plus fameux du cinéma hollywoodien de cette époque. En effet, il a participé à de nombreuses séries B voir C, avec des décors qui bougent quand on tape sur les murs. Mais lorsqu'on lui a donnait un budget conséquent comme ici dans "l'impitoyable", il s'en tire plutôt bien. Le casting en plus de Zachary Scott, comprend Louis Hayward, Diana Lynn, Sydney Greenstreet, Lucille Bremer, et Martha Vickers. Louis Hayward on se rappelle de lui, pour sa prestation hallucinée dans "house by the river" (1950) de Fritz Lang. On remarque aussi la très belle Diana Lynn qui porte de merveilleuses toilettes et interprète ici deux rôles. On se demande bien pourquoi elle n'a jamais pu dépasser le statut de vedette. Peut être sa beauté, ne mettait pas en avant son caractère d'actrice. Elle devait arrêter en 1960 sa carrière d'actrice pour se consacrer à sa famille, et à une carrière sur le petit écran. Elle devait disparaître prématurément à l'âge de 45 ans, d'un accident cérébral massif. Donc avec elle, Martha Vickers et Lucille Bremer, on a un beau casting féminin. On peut dire aussi quelques mots sur Martha Vickers, qui avait commencé sa carrière comme modèle et cover-girl, on se rappelle d'elle aujourd'hui pour son interprétation dans "le grand sommeil" (1946) de Howard Hawks. Et pour finir sur le casting, il faut citer évidemment le grand Sidney Greenstreet, que l'on a vu dans de très nombreux films de la Warner Bros : "Casablanca" (1942), "Passage to Marseille" (1944), "les conspirateurs" (1944) ou encore "Intrigues en Orient" (1943).

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

"L'impitoyable" nous raconte donc la montée au sommet d'un arriviste, dont le seul but est de posséder ce qu'il ne possède pas, et de détruire ou de laisser ce qu'il possède enfin. Sa vie n'est donc qu'une succession de réussites et d'abandons. Son immense réussite matérielle, sera une des causes de l'échec de sa vie personnelle. La dernière réplique sera d'ailleurs la plus marquante : "ce n'était pas un homme, c'était une façon de vivre !" Comme quoi sa carrière passera avant tout chose, et avant les autres. On peut regretter la complexité inutile de certains passages. Mais sinon, c'est du tout bon. Et l'on reste assez surpris et décontenancé devant cette négation de la vie du personnage principal. Le film nous explique un peu d'où vient cette attitude. Tout cela vient de l'enfance du héros, et d'un père absent, et d'une mère qui n'aime pas son fils et qui l'abandonne. Cela construit alors chez lui une incapacité à aimer les autres, et une volonté d'avoir, tout ce qu'on lui a refusé dans l'enfance. Sidonis nous donne là un très beau film, où la difficulté du sujet, n'est qu'apparente.

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

Ci-dessus : Louis Hayward, Diana Lynn, et Zachary Scott

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

Ci-dessus : Diana Lynn et Zachary Scott

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

Ci-dessus : Sidney Greenstreet & Zachary Scott

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

Ci-dessus : Sidney Greenstreet & Lucille Bremer

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,zachary scott,louis hayward,diana lynn,sydney greenstreet,lucille bremer,martha vickers,bert glennon,werner janssen,edgar george ulmer

Ci-desus : Diana Lynn

Disponible en DVD Zone 2 chez Sidonis en VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

20/03/2014

Le roman de Mildred Pierce / Mildred Pierce - 1945

Aujourd'hui je vous propose un sacré beau film que j'ai revu hier soir : "le roman de Mildred Pierce", tiré du livre de James M. Cain. Le film est admirable à tous les points de vue. La distribution est excellente. Ainsi, on retrouve une Joan Crawford très crédible en femme au foyer, une Ann Blyth délicieusement manipulatrice et perverse. Dans les seconds rôles on retrouve Jack Carson,  Zachary Scott, et Eve Arden. Zachary Scott on l'a vu joué dans d'autres mélodrames, comme "la femme aux maléfices" (1950). Quant à Jack Carson, éternel gaffeur et joli coeur, il a ici peut être son rôle le plus sérieux et joue à la perfection un personnage assez superficiel. Le film vaut autant par le jeu des acteurs, que par la superbe réalisation d'un Michael Curtiz, génialement inspiré, qui multiplie, comme souvent dans son oeuvre, les plans d'exceptions. Et il fait sienne la fameuse phrase de Jacques Tourneur, qui disait : "La couleur des décors n'a pas d'importance, ce qui est capital c'est la lumière". Rien est plus vrai pour le noir et blanc, et on devine sur les photographies de cet article, le travail d'artiste que Curtiz a fourni sur la lumière.  Pour arriver à cet incroyable résultat, il a du sans aucun doute bénéficier du directeur de la photographie, Ernest Haller. Ernest Haller n'était pas n'importe qui car il a participé à la photographie de nombreux films de Curtiz, mais a également obtenu un Oscar pour "Autant en emporte le vent" (1939).

le-roman-de-mildred-pierce-a03.jpg

Michael Curtiz multiplie donc surtout au début les scènes géniales, comprenant des jeux de lumière, des jeux d'ombre, et tout cela est d'une beauté extraordinaire. Rien que le titre, donne des frissons, lorsqu'on entend la superbe musique de Max Steiner, et que les lettres du titre sont effacées successivement par un éternel ressac. Le ton est donné pour un très grand film et "Mildred Pierce" est effectivement un très grand film, et peut être un des plus beaux mélodrames du cinéma américain. Les critiques ne devaient pas s'y tromper, et le film devait être nominé de nombreuses fois aux Oscar et Joan Crawford devait recevoir l'Oscar de la meilleure actrice pour sa formidable interprétation. Aujourd'hui, on a un peu oublié le genre mélodrame. En effet, les temps ont changé. Les femmes refusent d'être des victimes ou se voir victimiser à l'écran.  Pourtant, "Mildred Pierce" est un film profondément féministe, car comment ne pas avoir de la compassion, pour le combat acharné d'une femme pour sauver sa famille ? Jamais peut être dans son oeuvre, Curtiz n'a décrit aussi bien la condition féminine d'une mère au foyer, digne et responsable et l'amour d'une mère pour sa fille. En cela, il nous offre une oeuvre d'une inaltérable résonance.

roman-de-mildred--45-04-g.jpg

roman-de-mildred-pierce-09-g.jpg

Ci-dessus : Joan Crawford et Ann Blyth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joan crawford,ann blyth,zachary scott,jack carson,eve arden,butterfly mcqueen,max steiner,michael curtiz

Ci-dessus : Joan Crawford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joan crawford,ann blyth,zachary scott,jack carson,eve arden,butterfly mcqueen,max steiner,michael curtiz

Ci-dessus : Joan Crawford (admiré sur ces images, la fabuleuse photographie d'Ernest Haller )

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joan crawford,ann blyth,zachary scott,jack carson,eve arden,butterfly mcqueen,max steiner,michael curtiz

Ci-dessus : Les jeux d'ombres, traditionnels des films de Curitz

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joan crawford,ann blyth,zachary scott,jack carson,eve arden,butterfly mcqueen,max steiner,michael curtiz

Ci-dessus : Ann Blyth, Zachary Scott, et Joan Crawford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joan crawford,ann blyth,zachary scott,jack carson,eve arden,butterfly mcqueen,max steiner,michael curtiz

Ci-dessus : Zachary Scott et Ann Blyth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joan crawford,ann blyth,zachary scott,jack carson,eve arden,butterfly mcqueen,max steiner,ernest haller,michael curtiz

Ci-dessus : Joan Crawford et Michael Curtiz

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joan crawford,ann blyth,zachary scott,jack carson,eve arden,butterfly mcqueen,max steiner,ernest haller,michael curtiz

Ci-dessus : Michael Curtiz apportant son Oscar à Joan Crawford. En effet, cette dernière avait été malade le soir de la remise des Oscars.

 

Présentation de Mr Bertrand Tavernier :

 

La bande-annonce :

 

Film disponible en DVD zone 2 chez Twentieth Century Fox, en VO sous-titrée français, sur Amazon.fr à 4,90 €. A ce prix là, c'est un cadeau, au vu de la qualité du film.

Note : 8,5 / 10

22/09/2013

La femme aux maléfices / Born to be bad - 1950

"La femme aux maléfices" est aussi connu en France, sous le titre de "la séductrice". Le film a été réalisé par Nicholas Ray, et a été produit par Howard Hughes (le célèbre milliardaire), qui venait de racheter la RKO en 1948. Hughes voulait absolument faire tourner cette adaptation littéraire du roman d'Ann Parish au titre évocateur : All Kneeling ("Tous à genoux"). C'est Hughes qui va imposer Joan Fontaine, à la place de Barbara Bel Geddes. Lorsqu'on voit le résultat à l'écran, on peut dire que le choix a été judicieux, même si on ne peut pas préjuger du résultat d'une version avec Barbara Bel Geddes. Mais Hughes sera peu satisfait du travail de Nicholas Ray sur le film et décidera de s'investir lui même, modifiant le montage et insérant des dialogues. Ainsi, le personnage du milliardaire, pilote d'avion, lui fait directement référence et finalement Zachary Scott, joue Howard Hughes. C'est d'ailleurs assez troublant.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Cette main-mise de Hughes sur le film, laissera un goût amer à Nicholas Ray, qui dira plus tard, en interview, qu'il n'a aucun plaisir à évoquer ce film. Mais est ce la seule raison ? Peut être doit on chercher également du côté de la vie privée de Ray, qui avait épousé Gloria Grahame la même année, pour un mariage malheureux. Ce film lui rappelait peut être une période difficile de sa vie ? Quoiqu'il en soit "la femme aux maléfices" bénéficie de nombreuses qualités, avec un casting alléchant composé donc de Joan Fontaine, Robert Ryan, Zachary Scott, Joan Leslie, et Mel Ferrer. Mais surtout, le film est illuminé par le jeu de Joan Fontaine qui sait jouer la femme vénale, calculatrice et même perverse avec passion. Ray nous décrit donc un univers où l'égoïsme et le chacun pour soi est roi. Et le personnage de Christabel incarné par Joan Fontaine, manipule chaque interprète, jusqu'au dénouement final. Le film est très troublant et aurait très bien pu être un film pré-code. En effet, il évoque autant les relations hors mariages, que l'adultère, mais aussi la sexualité féminine. Et on a toujours l'impression que Joan Fontaine, a une petite jouissance à chaque tour qu'elle joue à son entourage. C'est assez étrange comme impression.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Ci-dessus : Joan Fontaine

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir le travail sur les ombres, du directeur de la photographie, qui est encore ici Nicholas Musuraca, un des meilleus directeur de la photographie de la RKO. Musuruca, comme à son habitude, donne une vie aux ombres, pour par exemple ici, nous faire comprendre que Christabel, a deux personnalités, ou deux visages, l'un angélique, l'autre diabolique. Musraca, cache aussi parfois les visages, comme pour montrer que les protagonistes, avancent masqués. Mais, il faut dire aussi un mot sur la très belle musique de Friedrich Hollaender, qui accompagne parfaitement l'image.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Ci-dessus : Joan Fontaine

Alors que peut on reprocher à "la femme aux maléfices" ? Pas grand chose finalement. Le film s'approche des meilleurs comédies dramatiques, réalisées par d'autres studios. Malheureusment le "Happy End" affaiblit considérablement le film et évite une chute plus atroce du personnage féminin. Donc on a un peu l'impression de s'arrêter en chemin. Mai peut être était ce la volonté des scénaristes et de Hughes, de ne pas condamner totalement certaines femmes, d'ailleurs, on montre bien à la fin que "son prix" augmente, à travers une vente de tableau. "La femme aux maléfices" reste donc une oeuvre intéressante qui manque de peu le statut de chef-d'oeuvre, mais qui de part ses qualités, vous donnera toujours l'impression de voir du cinéma et non pas de la mauvaise télévision, comme il a été dit, très justement par une critique.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Ci-dessus : Robert Ryan et Joan Fontaine

Film disponible en DVD zone 2, aux éditions Montparnasse, VO sous-titré.

 

La bande-annonce :

 

Note : 7,5 / 10