Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2014

Mon homme Godfrey / My Man Godfrey - 1936

"Mon homme Godfrey" est des fleurons de la comédie américaine des années 30. Gregory La Cava est à la réalisation est comme plus tard dans d'autres de ses films, il va ajouter une satyre sociale à sa comédie. Ainsi, Greogry La Cava, ancien dessinateur de bande-dessinées de profession, donnera une seconde carrière à Ginger Rogers, avec une série de comédie : "Pension d'artistes" (1937), "la fille de la cinquième avenue" (1939) et "Primrose Path" (1940). Il tournera ensuite plusieurs comédie romantique avec Irene Dunne : "Unfinished business" (1941) et "Lady In a Jam" (1942). Ces méthodes de travail lui attireront l'aversion des studios. On peut aussi penser que ses sympathies communistes ou socialistes supposées lui fermèrent bien des portes. En attendant, avec "Mon homme Godfrey", La Cava nous offre une superbe comédie emmenées par une palette d'acteurs à leur meilleur niveaux. Ainsi, on retrouve, William Powell, Carole Lombard, Alice Brady, Eugene Pallette, et Gail Patrick dans les rôles principaux. Le début est tout à fait surprenant car on retrouve notre héros, William Powell, dans une décharge public, au bord du fleuve. Cet endroit sert de refuge aux oubliés de la société américaine et on sent bien que ce sont bien les victimes de la crise de 1929, que La Cava nous montre à l'écran. Cette entrée nous interpelle d'autant plus que le film a commencé avec un titre, dont les noms des artistes et de l'équipe technique s'illuminaient sur des panneaux lumineux. L'arrivée vers cette décharge ressemble donc à une descente aux Enfers. Cela est encore accentué par le fait qu'on a tellement eu l'habitude de voir Wiilliam Powell, dans des rôles de mondain, qu'il semble totalement impossible de le voir ainsi comme un clochard.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films, William Powell, Carole Lombard, Alice Brady, Gail Patrick, Eugene Pallette, Jean Dixon, Alan Mowbray, Mischa Auer, Pat Flaherty, Robert Light, Ted Tetzlaff, Gregory La Cava, Universal

Evidemment, on ne peut passer sous silence que William Powell et Carole Lombard s'étaient mariés pour de vrai en 1931. Cela n'ajoute qu'une intensité supplémentaire à leur couple à l'écran, qu'elle devait qualifier elle même, de totalement incompatible à la ville et finir par un divorce en 1933. Carole Lombard avait déjà un bon nombre de comédies romantiques à son actif en 1936. On peu citer en particulier, "train de luxe" (1934) de Howard Hawks avec John Barrymore, ou encore "Man of the World" avec là encore William Powell en 1931. On sait qu'elle disparaîtra prématurément dans un accident d'avion le 16 janvier 1942. William Powell est connu pour la série des "introuvables" avec Mirna Loy. Alice Brady était une formidable actrice de second rôle, et Eugene Pallette est restée immortellement connu pour son rôle de frère Tuck dans "les aventures de Robin des Bois" (1938). Mais d'autres seconds rôles sont très sympathiques, comme Jean Dixon, en femme de chambre blasée, ou encore Gail Patrick en jeune snobe un peu perverse.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,william powell,carole lombard,alice brady,gail patrick,eugene pallette,jean dixon,alan mowbray,mischa auer,pat flaherty,robert light,ted tetzlaff,gregory la cava,universal

Ci-dessus : William Powell (assis)

Notre héros Godfrey va donc tenter de retrouver un peu de dignité en devenant l'attraction d'une course aux objets, puis le majordome de la plus excentrique famille de New-York. Le film trouvera d'ailleurs un dénouement inattendu. "Mon homme Godfrey" est sans aucun doute le meilleur film de La Cava. Il surprend encore aujourd'hui par son ton et ses dialogues relevés et reste un petit bijou de comédie, dont l'évolution programmée des caractères de chaque personnage est peut être la plus profonde réalisation de ce film, de multiples fois nominés aux Oscars. On notera que cette histoire fera l'objet d'un remake en 1957 avec David Niven et June Allyson dans les rôles titres.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,william powell,carole lombard,alice brady,gail patrick,eugene pallette,jean dixon,alan mowbray,mischa auer,pat flaherty,robert light,ted tetzlaff,gregory la cava,universal

Ci-dessus : Carole Lombard et William Powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,william powell,carole lombard,alice brady,gail patrick,eugene pallette,jean dixon,alan mowbray,mischa auer,pat flaherty,robert light,ted tetzlaff,gregory la cava,universal

Ci-dessus : Carole Lombard et William Powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,william powell,carole lombard,alice brady,gail patrick,eugene pallette,jean dixon,alan mowbray,mischa auer,pat flaherty,robert light,ted tetzlaff,gregory la cava,universal

Ci-dessus : William Powell, Ci-dessus : Carole Lombard et Jean Dixon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,william powell,carole lombard,alice brady,gail patrick,eugene pallette,jean dixon,alan mowbray,mischa auer,pat flaherty,robert light,ted tetzlaff,gregory la cava,universal

Ci-dessus : Eugene Paillette et William Powell

Disponible dans plusieurs éditions DVD zone 2, dont la meilleure en France semble être celle éditée par Wildside

Note : 8 / 10

13/10/2013

Le Grand Ziegfeld / The Great Ziegfeld - 1936

Lorsqu'on parcourt l'histoire du cinéma américain, on est obligé de s'arrêter devant quelques grands films, qui sont devenus des légendes du cinéma. "Le grand Ziegfeld" avec William Powell est bien de ceux là. Le film raconte l'histoire du grand producteur et chorégraphe de Broadway, Florenz Ziegfeld Junior. Le film peut faire peur au début, car il dure tout de même presque 3 heures. Cette durée est quelque chose d'assez inhabituelle pour 1936. En effet, la plupart des films et des productions courantes de cette époque, duraient entre 1H15 et 1H45. La longueur de cette production, est donc une preuve du caractère ambitieux du projet. Et le film l'est réellement. Les décors sont les plus beaux jamais vus, les costumes sont plus que magnifiques et sont quasiment irréels de beauté. Enfin, le casting est particulièrement bien choisi.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

"Le grand Ziegfeld" n'est pas seulement une incroyable comédie musicale. C'est aussi l'histoire de ce légendaire producteur, Ziegfeld (William Powell) de Broadway, qui commence sa carrière, en hâbleur de foire, lors de l'exposition universel de Chicago en 1895. Le film commence donc comme une production classique de William Powell, mais déjà avec une impressionnante mise en scène. Donc pendant cette exposition Ziegfeld va être en concurrence avec Jack Billings (Frank Morgan), afin que le public vienne voir son spectacle. La concurrence entre Denis Morgan et William Powell, sera un peu le fil rouge du film. Mais petit à petit cette concurrence, se transformera an collaboration, puis en amitié, rendant touchante cette confrontation.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Reginald Owen

Le film parcourt alors la vie de Ziegfeld, nous racontant sa rencontre avec sa future compagne Anna Held (Luise Rainer). Mais le film prendra littéralement son envol avec la mise en scène des célèbres "Follies" de Ziegfeld. Le film est plein d'émotion, que ce soit dans les relations de Ziegfeld avec les femmes ou son ambition de marier la beauté féminine à la beauté de l'art occidental. Ainsi le numéro "A pretty girl is like a melody" est un morceau inoubliable, de l'histoire de la comédie musicale. En effet, il nous montre une espèce de gigantesque pièce montée (digne de Busby Berkeley) sur laquelle est perchée tout ce qui fait la grâce et la beauté de la civilisation classique occidentale. Les premières marches représentent le 18ème siècle français, puis c'est le Japon et le fameux opéra de Puccini "Madame Butterfly", après on passe au rêve d'amour de Liszt, ensuite à la valse de Strauss, Caruso, Gershwin, et une apothéose incroyable où trône tout en haut, la femme, telle une reine du monde. Il est dur de ne pas pleurer devant tant de beautés et de grâces réunies. On peut dire que la MGM a tout mis en oeuvre pour faire un mémorable chef-d'oeuvre, réunissant toutes les beautés féminines de l'époque et toutes les beautés classiques et musicales du vieux continent et du nouveau monde, dans une apothéose cinématographique. Cet inoubliable numéro clôt alors la première partie du film. Il y a une ouverture et un entracte. Au moment de l'entracte, je décidais donc de faire une pause et je reprenais le soir même, pour voir la deuxième partie.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Luise Rainer

La deuxième partie du film est tout aussi forte que la première partie, sinon plus avec les apparitions de Ray Bolger (lui même). Ray Bolger c'est bien évidemment l'épouvantail du "Magicien d'Oz" de  Victor Fleming de 1939. Mais surtout le film permet de voir la vraie Fanny Brice, qui était une découverte de Ziegfeld. Puis le film évoque les relations tulmutueuses du producteur avec sa compagne, et les Ziegfeld Girls. Enfin, Myrna Loy apparaît presque à la fin du film. Le jeu de William Powell est très souvent bouleversant, et l'ultime scène du film, vous fera assurément applaudir ce chef d'oeuvre impérissable. La magnificence de cette production, devait coûter 2 millions de dollars à la MGM, mais en rapporter 4 millions et être un énorme succès. Enfin le film devait être nominés 7 fois, et recevoir 3 Oscars amplement mérités : Meilleur film, meilleur actrice pour Luise Rainer, et meilleur direction de danse pour Seymour Felix. Un petit mot, pour finir et pour vous dire qu'à l'heure où j'écris ces lignes, Luise Rainer est toujours parmi nous, et elle a 103 ans !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood,william powell,myrna loy,luise rainer,frank morgan,reginald owen,ernest cossart,ray bolger,fanny brice,robert z leonard

Ci-dessus : Virginia Bruce et Luise Rainer

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : Jean Chatburn et William Powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Myrna Loy

 

Extrait :

Disponible en DVD zone 2 (VO sous-titrée)

Note : 9 / 10

25/08/2013

Voyage sans retour / One way passage - 1932

"Voyage sans retour" est un film de Tay Garnett, basé sur une histoire de Robert Lord. L'histoire est assez simple un homme accusé de meurtre (William Powell) rencontre une jeune célibataire (Kay Francis) dans un bar de Hong-Kong.  A la sortie du bar, l'homme est arrêté par un envoyé de la police américaine. Ce dernier a donc pour mission de le ramener aux USA. Mais pour cela ils doivent prendre un paquebot. Sur ce paquebot, laissé plus ou moins libre, William Powell rencontrera de nouveau la jeune femme et des liens vont se créer jusqu'au dénouement final. Le sujet est donc celui d'un drame ou d'un mélodrame. On ne peut faire reproche cette fois à William Powell et à Kay Francis de surjouer ou de ne pas être crédibles, comme dans "Jewell Robbery" tourné la même année. Ici leur liaison semble réelle et surtout tout à fait crédible. Enfin, on se prend à espérer un dénouement heureux pour ce jeune couple, dont si l'un est le meurtrier d'un gangster, on sent qu'il y a du bon en lui et que l'amour serait une sorte de rédemption pour lui.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,william powell,kay francis,aline macmahon,frank mchugh,warren hymer,tay garnett

Tay Garnett nous donne donc ici une fable sur l'amour rédempteur, sur l'impossibilité d'un amour heureux, et sur finalement le destin de l'Homme, qui aspire à la liberté, mais dont la société tient les chaines. La libération intervient alors dans un autre monde et une autre vie. Le film bénéficie d'une belle réalisation et de seconds rôles sympathiques en la personne d'Aline MacMahon et Frank McHugh. Enfin, Warren Hymer interprète le policier. William Powell et Kay Francis arrivent à insuffler une bonne dose de magie à ce film et à transcender un film, qui reste encore très sympathique à voir et qui donne beaucoup d'émotions au spectateur. On notera qu'un remake sera tourné en 1940, avec cette fois-ci Merle Oberon et George Brent. Enfin, je finirai cette note en félicitant Warner France pour la sortie en DVD de ce très joli film, inédit en France en DVD.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,william powell,kay francis,aline macmahon,frank mchugh,warren hymer,tay garnett

Ci-dessus : William Powell et Kay Francis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,william powell,kay francis,aline macmahon,frank mchugh,warren hymer,tay garnett

Ci-dessus : William Powell et Kay Francis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,william powell,kay francis,aline macmahon,frank mchugh,warren hymer,tay garnett

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,william powell,kay francis,aline macmahon,frank mchugh,warren hymer,tay garnett,trésors warner,pré-code

Ci-dessus : William Powell et Kay Francis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,william powell,kay francis,aline macmahon,frank mchugh,warren hymer,tay garnett,trésors warner,pré-code

Ci-dessus : Kay Francis et William Powell sur le tournage de "Voyage sans retour"

Film disponible en DVD Zone 2 sous-titré sur le site de la Warner en France ou magasins spécialisés

Extrait :

 

Note : 8,5 / 10

26/07/2013

Lawyer Man - 1933

"Lawyer Man" est un film de William Dieterle on y retrouve William Powell qui avait déjà tourné pour Dieterle l'année passée dans le peu réussi "Jewel Robbery". Je peux vous rassurer tout de suite, "Lawyer Man" est bien meilleur. Il est déjà aidé par un bon scénario et par une actrice qui crève littéralement l'écran : Joan Blondell. C'est assez amusant de voir son petit jeu de séduction avec Powell, mais on enrage un peu quand même, que les scénaristes n'aient pas eu l'idée de développer une idylle entre elle et Powell (son patron). Elle reste donc la secrétaire dévouée de son avocat de patron (joué par Powell). Mais elle sera aussi la conscience du héros, qui naviguera avec plus ou moins de succès dans les eaux troubles des prétoires et parfois les affaires se mélangeront aux étreintes amoureuses.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,films,film,hollywood,william powell,joan blondell,david landau,helen vinson,william dieterle

On suit donc les aventures de William Powell en avocat sans aucun ennui. On remarquera aussi dans les seconds rôles, la vénéneuse Helen Vinson, en femme volage que l'on avait vu également l'année passée dens "Jewel Robbery". "Lawyer Man" n'est pas le meilleur film de la belle Joan Blondell mais il reste tout à fait recommandable pour les amoureux de cinéma classique mais aussi pour les fans de Joan Blondell. Et j'avoue honteusement, faire partie de ces deux catégories.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,films,film,hollywood,william powell,joan blondell,david landau,helen vinson,william dieterle

Ci-dessus : Joan Blondell et William Powell (dos au mur)

Extrait :

Note : 6,5 / 10

19/07/2013

Jewel Robbery - 1932

"Jewel Robbery" est une comédie policière de William Dieterle, avec William Powell et Kay Francis. Le film n'a pas beaucoup de qualités. En effet, le film paraît fort peu crédible, et le jeu des acteurs semblent lourds et accentués. Ainsi, si cette histoire simple de gentleman cambrioleur, pourrait avoir son chame, le jeu de Kay Francis est agaçant au possible et William Powell semble totalement embarassé à essayer de donner un peu de réalité à son personnage qui n'en a pas beaucoup. Au final, le film ne dure que 65 minutes et c'est tant mieux. Il n'y a rien ici qui mérite qu'on s'attarde beaucoup, sinon peut être quelques bons plans, dans les scènes de nuit. C'est à peu près tout. La musique apparaît le plus souvent par la mise en route d'un tourne-disque par Powell, marque des premiers films parlants. Mais le plus grave c'est que tout ça est assez ennuyeux. A conseiller uniquement aux inconditionnels de William Powell et Kay Francis qui tournaient ici pour la 5ème fois ensembles. Ils feront en tout, sept films tous les deux. Mais celui-ci n'a donc rien de particulièrement mémorable, sinon peut être de voir la jeune Helen Vinson dans son premier rôle.

Jewel_Robbery.jpg

jewel-robber2.jpg

Disponible dans la collection "Trésors Warner" (DVD Zone 2) sur le site de la Warner en France

 

Extrait :

http://www.youtube.com/watch?v=fi7EErgEFPY

Note : 4,5 /10

17/04/2013

L'ennemi public numéro 1 /Manhattan Melodrama - 1934

"Manhattan Melodrama" est connu en France sous le titre "l'enemi public numéro 1". Le titre français n'a pas grand chose à voir avec le film, alors que le titre américain en dit beaucoup plus. En effet, l'action se pass bien à New-York et si elle n'est pas totalement mélodramatique, le film commence malgré tout comme un mélodrame. Ainsi, on voit deux enfants sur un grand bateau à vapeur, en croisière. Ces deux enfants sont Blackie Gallagher (joué par Mickey Rooney enfant) et Jim Wade (joué par Jimmy Butler). Les enfants s'amusent et Blackie est déjà un joueur pas très honnête. Mais le drame arrive, le bateau prend feu, et ils perdent leurs parents. Ils sont recueillis par un rescapé de l'incendie qui les élèvera comme des frères. Mais finalement ce dernier meurt quelques années plus tard lors d'une émeute. Le début est donc assez mélodramatique et pour tout dire assez pénible avec plusieurs plans récurrents sur la grande horloge, censée symboliser le temps qui passe avec les années que l'on voit défiler. Tout ça a bien vieilli. Mais c'est bien, à ce moment que le film réallement commence. Ceci dit on ne peut pas jeter le prologue totalement par dessus bord, car Van Dyke se plaît à filmer des visages pour signifier la peur ou la terreur, voir l'émeute du sol pour ajouter à l'impression de terreur que doit ressentir le spectateur.

ManhattanMelodramaPosterYellow.jpg

Dans la deuxième partie du film, les enfants ont donc grandi et sont devenus des adultes. Blackie est donc Gable avec Myrna Loy pour maîtresse et William Powell est premier adjoint au procureur. Gable ne s'est pas racheté et tient un bar clandestin "speak-easy" en américain et vie de combines et de rackets. Mais l'amitié entre les deux hommes n'a pas été atteintes par le nombre des années et c'est bien la fidélité à cette amitié qui va être le fil conducteur du film et de toutes les actions des deux protagonistes. Et c'est bien cela le génie de "Manhattan mélodrama". On y retrouve aussi des thèmes passionnants sur la vérité en politiqu et les scandales de cette époque nous remettent en tête les scandales de notre époque. Qui a dit que ce cinéma avait vieilli ?! Arthur Caesar un des scénaristes devait d'ailleurs recevoir l'Oscar du meilleur scénario. Et c'est amplement mérité. Pour ma part, j'ai tendance à penser que l'ultime image dans la prison aurait du être le point final de ce très beau film qui perd finalement un peu de sa force avec le discours final de Powell. Mais ce n'est rien. Il ne faut pas se le cacher, le film est dans sa globalité un pur chef-d'oeuvre qui devait révéler le duo Powell Myran Loy dans le premier de leur quatorze films, et consolider la popularité du jeune Clarck Gable. A noter enfin que le film restera célèbre comme étant le dernier film vu par le gangster John Dillinger. Ainsi, certaines scènes du film apparaissent dans le film "public enemies" de 2009 avec Johnny Depp. Quand le cinéma se souvient du cinéma, on a parfois des chef-d'oeuvres qiu sortent ainsi de l'oubli.

ManhattanMelodramaStill4.jpg

Ci-dessus : Clark Gable et William Powell

ManhattanMelodramaStill3.jpg

Ci-dessus : Myrna Loy et Clark Gable

manhattan-melodrama-110911.jpg

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,clark gable,william powell,myrna loy,mickey rooney,jimmy butler,w. s. van dyke

 Ci-dessus : Le réalisateur W.S. Van Dyke et William Powell

Disponible en DVD zone 2 (à 6,33 € si vous prenez 3 films) à la Fnac jusqu'au 30 avril 2013

Note : 8,5 / 10

14/11/2012

Man of the World - 1931

"Man of the World" est un film de Richard Wallace resté célèbre pour avoir tourné "Simbad le Marin" en 1949 avec Douglas Fairbanks Junior. "Man of the World" met à l'affiche William Powell, et Carole Lombard. On pourrait dire que Carole Lombard partage la vedette avec William Powell, mais il n'en est rien. Powell est seul à tenir le film sur ses épaules. Carole Lombard joue une jeune riche écervelée, amoureuse d'un espèce d'escroc, pseudo journaliste et gigolo tout à la fois. Donc sans vouloir dévoiler tout le scénario du film pour ceux qui ne l'ont pas vu, le film va tourner autour de la relation amoureuse naissante entre Powell et Lombard, et les affaires douteuses du pseudo-journaliste Powell.  On ne s'ennuie nullement les dialogues sont bons, le scénario est structuré et la présence de Powell fait le reste.

proxyImage.php.jpg

Ceci dit le film souffre de 2 défauts, le film qui devait censer représenter Paris, ne laisse voir rien de la beauté de la capitale française. Tant est si bien qu'une scène sur un pont parisien semble avoir été tourné sur une passerelle où on ferait traverser des vaches. Les scènes en extérieurs ne sont donc pas particulièrement réussies (voir ci-dessous). De plus la non exploitation du talent de Carole Lombard agace.

Man-Of-The-World-2.jpg

Néanmoins on passe un bon moment avec un film sérieux de William Powell, où celui-ci joue le drame plus que la comédie. C'est assez inhabituel pour susciter l'intérêt du cinéphile. Mais il ne faudra pas chercher beaucoup plus dans un film assez terrorisant dans sa conclusion, où le destin de l'Homme semble être tracé sans aucune possibilité de rédemption même dans l'amour sincère. Y a t'il finalement quelque chose de plus terrorisant ? Je conseille donc  fortement la vision de ce film. Si il n'a pas pour vocation de changer l'histoire du cinéma,  il permet quand même à tout à chacun d'actioner la machine à remonter le temps cinématographique qui nous transporte cette fois-ci en 1931. On y redécouvre ainsi avec plaisir la mode féminine et aussi masculine.

man-of-the-world-top.jpg

Pour conclure, je vous dirais que Carole Lombard et William Powell devait se marier la même année pour un mariage qui ne dura que 2 ans et se retrouver sur le tournage de Ladies'man en 1931 également.

tumblr_m3mpi4CrQA1qbbjxvo1_1280.jpg

Ci-dessus William Powell, et Carole Lombard. (on devine déjà le regard magnétique de Carole Lombard).

tumblr_m3mqdiF6rv1qbbjxvo1_1280.jpg

Ci-dessus Wynne Gibson


A noter enfin que le film est disponible aux USA en DVD dans un super coffret Carole Lombard comprenant 6 films pour seulement 11,5 $ (hors taxes douanières)


NOTE : 7,5 / 10