Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2016

Sabrina - 1954

"Sabrina" reste comme sans aucun doute un des plus beaux films d'Audrey Hepburn, si ce n'est le plus beau. En effet, il est un hymne intégral à la beauté de l'actrice, mais aussi à Paris et à la culture française, aujourd'hui en passe de disparaître. Le réalisateur, Billy Wilder, baigne le film dans une atmosphère permanente de glamour, de chic, et de sophistication, lien entre l'Amérique des années 50 et la France de cette époque. Paris y est mentionné à de nombreuses reprises comme la ville de l'amour, faisant de la capitale française la destination privilégiée des touristes américains amoureux. Aujourd'hui, la ville ayant tellement changée, sous les coups répétés de l'immigration et de la mondialisation, il est rare de trouver encore des quartiers ayant gardés leur âme si typiquement française. Le film en devient alors aujourd'hui un énorme cliché à lui tout seul, sur Paris, sur le businessman (Humphrey Bogart) trop occupé par son travail pour s'occuper de sa vie amoureuse, mais régentant celle de son frère (William Holden) trop inactif pour trouver du temps pour travailler. Pourtant comme dans Casablanca, le charme opère et cette succession de clichés, font de Sabrina un chef-d'oeuvre absolu et intemporel du cinéma. "Sabrina" avec son histoire en forme de conte pour enfants, berce le spectateur, et lui rappelle un temps où Paris était encore Paris, une ville où il faisait bon vivre. Cet esprit de chic français est rendu dans le film d'abord, par les toilettes et robes portées par Audrey Hepburn, qui sont celles de Givenchy, mais aussi par la chanson d'Edith Piaf, "la vie en rose" qui parcourt le film, avec en plus le tube "isn't it Romantic ?" de Rodgers & Harts. Hommage à la perfection de la mode et au bon goût français, "Sabrina" reste une immortelle fable sur l'amour et sur un Paris rêvé, magnifique et glamour, à l'esprit malheureusement à jamais disparu, définitivement assassiné un 13 novembre au nom de la tolérance. On notera que "Sabrina" fera d'Audrey Hepburn, l'égérie de Givenchy pendant de très nombreuses années.

uv_ASS8f6pp_Cb_Ce_HUMAQd1_Iy_Rxb_U.jpg

Holden-Hepburn-Sabrina.jpg

Ci-dessus : Audrey Hepburn & William Holden

1.JPG

Ci-dessus : Humphrey Bogart & Audrey Hepburn

35dde3a7f8180dbd9ea1470e3a1ee83c.jpg

Ci-dessus : Audrey Hepburn & William Holden

Audrey-Hepburns-style-in-Sabrina-4.png

sabrina-1954-03-g.jpg

tumblr_n5l78tVvya1qbilh4o1_1280.jpg

Extrait :

 Disponible en DVD & Bluray en VF et VO sous-titrée sur Amazon, etc

Note : 9 / 10

02/05/2014

Invisible Stripes - 1939

Dans l'histoire du cinéma américain, le film noir genre très apprécié qui commença avec "le faucon maltais" en 1941, a été précédé d'un autre genre, "le film de gangsters". Ce genre était apparu dans les années 30 et il devait disparaître momentanément, au début des années 40. Ainsi, on peut considérer que "High Sierra" en français "la grande évasion" (1941) avec Humphrey Bogart, comme l'un des derniers films de ce genre, qui laisse donc progressivement la place au film noir. "Johnny, roi des gangsters" (1942) avec Robert Taylor n'a déjà plus rien à voir avec les films de gangsters des années 30. L'organisation a été brisée, et si le gangster veut revenir sur le devant de la scène, il doit cacher son activité et surtout sa chute ne sera que plus grande. Mais revenons en 1939. En 1939, Hollywood a produit des films incroyablement populaires et les studios produisent des films à grand spectacle. Ainsi, 1939, c'est l'année "d'autant en emporte le vent", mais aussi de la renaissance du western, avec "la chevauchée fantastique", ou "Jesses James" avec Tyrone Power. Les mélodrames ne sont pas en reste avec par exemple, le fabuleux "victoire sur la nuit" avec Bette Davis. 1939 est une très grande année pour le cinéma américain, et le film de gangsters existe toujours. Ainsi, un des réalisateurs des "aventures de Robin des Bois" (1938) William Keighley, réalise le superbe "à chaque aube je meurs" avec James Cagney et George Raft.  Raoul Walsh réalise toujours en 1939, "les fantastiques années 20" avec James Cagney et Humphrey Bogart, et donc Lloyd Bacon, "invisible stripes". 

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Le titre américain "invisible stripes" est à lui seul très parlant. En effet, il signifie en français, "invisible rayures". Il fait donc référence ici, à l'uniforme à rayures, des prisonniers. On comprend donc que le sujet du film, va être la sortie de prison et le retour à la vie civile d'un condamné. Ici c'est George Raft qui joue le libéré sur parole. Le scénario est assez intelligent pour sortir d'un caractère quelque peu binaire, et donc pour mettre en parallèle la libération de deux condamnés, George Raft donc, mais aussi Humphrey Bogart. Le personnage joué par Raft veut se racheter et trouver sa place dans la société, par contre le personnage joué par Bogart ne veut pas s'intégrer et veut profiter du système et revenir à ses anciennes combines et activités crapuleuses. C'est tout l'intérêt du film, qui va nous montrer le "background" (l'arrière plan personnel et familial) de la vie de George Raft et la difficulté pour un ancien détenu de se réinsérer. Cet arrière plan va permettre de développer des personnages que l'on ne voit pas forcément dans les films de gangsters. Ainsi, un second rôle est donné à Flora Robson qui interprète ici la mère de George Raft et dont le plus grand rôle reste peut être celui de la reine Elizabeth dans "l'aigle des mers" (1940). On découvre aussi dans "invisible stripes", un jeune acteur, au jeu peut être encore un peu plat : William Holden. Pour finir sur le casting, on retrouve également la jeune Jane Bryan que l'on a vu dans d'autres films de gangsters, comme "Kid Galahad" (1937) ou dans "A chaque aube je meurs" cité plus haut.

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : William Holden, George Raft, et Humphrey Bogart

Le spectateur désire et attend une bonne partie du film, la réunion du duo Bogart et Raft et chaque scène entre les deux acteurs brûlent l'écran. On sent l'entente cinématographique parfaite entre les deux hommes. Et le scénario est assez fort, et remplis de conflits et d'oppositions pour retenir l'attention jusqu'au bout. On peut néanmoins regretter une réalisation un peu conventionnel de Llyod Bacon, la forme n'étant pas toujours au niveau du fond. Mais la photographie, parfois un peu standard, est relevée par une belle musique de Heinz Eric Roemheld. Ce dernier est malheureusement, totalement oublié aujourd'hui, or il a tout de même composé plus de 400 musiques de films dont celle de "la dame de Shangaï" (1947) ! On y reviendra plus tard sur ce blog. Pour en revenir à "Invisible Stripes" c'est donc un bon spectacle qui n'arrive pas à atteindre les sommets du genre, mais qui reste néanmoins un très bon divertissement dans un genre qui va quelques années plus tard entamer sa mutation et donner naissance à un nouveau genre : le film noir.

 

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : Flora Robson et George Raft

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : George Raft et William Holden

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : George Raft & Humphrey Bogart

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : Jane Bryan

Extrait :

 

Film disponible dans la collection "Warner Gangsters collection Vol 4" en import Zone 1 mais compatible zone 2, uniquement en VO sous-titrée.

Note : 7,5 / 10

16/01/2013

Fort Bravo / Escape from Fort Bravo - 1953

For Bravo est un western de John Sturges de 1953 avec William Holden et Eleanor Parker. Or malgré cette affiche alléchante, le film ne décolle pas dans sa première partie. Holden semble gêné dans son costume d'officier dur mais au fond assez tendre. Et Eleanor Parker semble s'être retrouvée sur ce Western par erreur. Bref, on a du mal à accrocher à cette histoire de rebelles sudistes prisonniers dans effort éloigné de tout et entouré d'indiens en guerre.

fort_bravo,2.jpg

De plus, les seconds rôles n'attirent pas vraiment la sympathie. Richard Anderson est ici malheureusement insignifiant. On suit donc dans la première partie du film, nos prisionniers sudistes qui ressemblent plus à des soldats Starlux qu'à des prisonniers de guerre. Enfin le film multiplie les incohérences avec les officiers prisonniers invités aux fêtes et mariages des Yankees ou un William Holden sans un grain de poussière alors qu'il est censé avoir parcouru le pays à cheval toute la journée. On est parfois pas loin de la mauvaise série B. La deuxième partie du film, sera meilleure. En effet, l'évasion d'un groupe de prisonniers et la lutte contre les indiens donneront au film quelques mouvements et permettront de filmer quelques belles images.

escaope to fort bravoPDVD_007.jpg

Ci-dessus : Eleanor Parke et William Holden

Malheureusement, le film est à des années lumières des chef-d'oeuvres de John Ford sur la cavalerie, tournés à peu près à la même époque. "Fort Bravo" n'a décidément pas grand chose pour lui : ni le scénario, ni les seconds rôles, ni le génie d'un Ford. On ne sauvera pas la musique non plus de cet ensemble très moyen. A voir, mais totalement dispensable. Préféré largement "le massacre de Fort Apache", "Rio Grande", "la charge héroïque" ou pour William Holden, "les cavaliers" hautement supérieurs à ce petit western perdu au milieu de ces géants. On a connu John Sturges plus inspiré.

fort-bravo-1953-02-g.jpg

On le trouve néanmoins à 5 € chez Gibert Joseph en DVD. Un prix en rapport avec la qualité du film.


NOTE : 6 / 10

14/12/2012

Boulevard du Crépuscule / Sunset Boulevard - 1950

Dans le cadre de sa récente sortie Bluray, j'évoquerai ici "Boulevard du Crépuscule" écrit et réalisé par Billy Wilder. Le film évoque la vie recluse d'une ancienne star du muet à Hollywood (Gloria Swanson) et de sa rencontre avec un jeune scénariste (William Holden). Sur ce sujet relativement simple va se greffer toute l'horreur d'Hollywood, montré comme un milieu qui se sert des gens, les manipule et les rejette quand le succès est passé. L'écriture du scénario commença en 1948 et 3 personnes travaillèrent successivement sur le script ; Billy Wilder, Charles Brackett, D.M. Marshman Jr. Quand on sait, l'acharnement de Wilder à vouloir conserver un scénario cohérent on peut imaginer qu'il devait garder le dernier mot sur l'élaboration finale du dit scénario. Le script réservait d'ailleurs de terribles répliques comme : "Très bien, M. DeMille, je suis prête pour mon gros plan !" ou encore "Je suis grande ! C’est le cinéma qui est devenu petit." Ces répliques sont restées à jamais mythiques. Wilder d'abord scénariste à Hollywood rendit un script parfait avec dans la colonne de gauche toutes les indications de jeu et de tournage pour les comédiens.

boulevard_du_crepuscule,1.jpg

Le scénario en cours d'achèvement il fallut se mettre en quête d'une star du muet capable de prendre le rôle. Et après avoir interrogé succssivement Greta Garbo, Mae West, Mary Pickford, Pola Negri aucune ne faisait l'affaire ou refusait un film qui devait les faire passer pour des "has been". C'est alors George Cukor qui suggéra le nom de Gloria Swanson. On sait aujourd'hui que Gloria Swanson avait une vie très active à l'époque animant des émissions de radio et télévision. Mais l'enthousiasme entourant le film la décide à accepter le rôle. Pour le rôle du scénariste Joe Gillis, Wilder pensait d'abord à Montgomery Montgomery Clift, mais se décide finalement à choisir un jeune acteur dont la carrière est à ce moment là, au creu de la vague : William Holden. En effet en 1950, Holden était très loin d'être au top de sa carrière. Wilder devait se dire qu'ainsi, il serait encore meilleur dans son rôle de scénariste fauché à la recherche d'un job pour survivre.

william-holden-sunset-boulevard.jpg

Ci-dessus : Erich Von Stronheim et William Holden

Pour le rôle du célèbre majordome ex réalisateur ruiné, on trouva Erich Von Stroheim qui était également dans la vraie vie, un ex-réalisateur ruiné par le cinéma et qui avait tourné le dernier film célèbre de Gloria Swanson : "Queen Kelly". "Queen Kelly" financé par John Kennedy le père de JFK (amant de Gloria Swanson à l'époque) devait se révéler un gouffre financier et clôturer la carrière de Stonheim comme réalisateur. Enfin pour le rôle de Betty Schaefer (la jeune scénariste inexpérimentée amoureuse d'Holden), Wilder choisit un visage nouveau en la personnde de Nancy Olson. Le casting est donc parfait, chaque acteur correspondant parfaitement à son rôle : une star du muet oubliée, un jeune acteur au creu de la vague, une nouvelle actrice, et un réalisateur maudit. Que pouvait il y avoir de mieux pour ce casting ?

sunset-boulevard-21.jpg

Ci-dessus Gloria Swanson dans "Boulevard du Crépuscule"

Mais ce n'est pas tout, Wilder devait s'entourer de toute une équipe qui allait faire de "Boulevard du Crépuscule" le chef-d'oeuvre que le monde reconnaît encore aujourd'hui. Tout d'abord il faut souligner l'admirable travail photographique de John F. Seitz, qui travailla sur le plan dans la piscine que l'on voit au début du film. L'objectif était de filmer William Holden mort dans la piscine par le dessous. Au départ il mit en place une petite boite transparente pour plonger la caméra dans l'eau, mais finalement la scène est réalisée en plaçant un miroir au fond de la piscine et en filmant de l'extérieur. Seitz se plaira à faire ajouter aussi de la poussière sur le mobilier de Norma pour accentuer l'aspect vieux et dépassé de l'ancienne Star. Mais bien entendu il faut ajouter le travail sur les costumes d'Edith Head. Ce travail a été considérée par cette dernière comme le plus difficile de sa carrière. Elle raconte ainsi : "Puisque Norma Desmond était une actrice qui s’était perdue dans sa propre imagination, j’ai essayé de donner l’impression qu’elle interprétait toujours un rôle ». La costumière révèle aussi s’être basée sur l’avis de Swanson qui « créait un passé qu’elle connaissait, moi pas". A tout celà il faut ajouter bien évidemement la mystérieuse musique de Franz Waxman qui mélange des thèmes issus du Tango pour le personnage de Norma et du Bebop pour Holden.

boulevard-du-crepuscule-1950-15-g.jpg

Ci-dessous Gloria Swanson dans "Boulevard du Crépuscule"

Comme si tout cela ne suffisait, Wilder rajouta des scènes avec d'anciennes stars. Ainsi on retrouve pour une partie de bridge totalement hallucinante : Buster Keaton, Anna Q. Nilsson, H. B. Warner, et Gloria Swanson. H.B Warner avait joué le Christ dans "le Roi des Rois" (1927) de Cecil B. DeMille. Puis il y a quelques scènes sur le plateau de "Samson et Dalila" entre le réalisateur Cecil B. Demille et Gloria Swanson. On y voit également à ce moment là, Henry Wilcoxon. Tout cela donne au spectateur l'impression fascinante de réaliser le film avec Demlle. Mais il y a tellement de plans formidables qu'il m'est absolument impossible de tous les citer et de les décortiquer un par un. Mais j'en citerais tout de même quelques uns : l'arrivée au studio, l'enterrement du singe, le plan sous la piscine, la séance de cinéma à domicile où Norma apparaît comme un vampire ou tout au moins comme un être proprement surnaturel, à la toute puissance destructrice mais aussi à la sentimentalité exacerbée qui n'a en elle qu'un immense manque de reconnaissance et d'amour. Ce film est, sans aucun doute possible, le plus grand film noir jamais tourné sur Hollywood. Et pourtant il y en a eu des films sur Hollywood comme les 2 versions d'une étoile est née ou "What Price Hollywood" avec Constance Bennett, "Chantons sous la pluie" ou très récémment "The Artist". Mais jamais un film n'est allé aussi loin dans la noirceur que "Boulevard du Crépuscule". Une étude plan par plan, dépasserait largement le caractère limité de ce blog, mais c'est bien ce que mériterait ce film (comme l'a affirmé Hollywood Reporter au moment de la sortie du film). En effet, chaque plan étant une déclaration d'amour à un certain cinéma. Ce film parle aussi d'opportunisme, chaque personnage essayant de tirer parti de l'autre, et de manipuler son prochain pour des conséquences parfois désastreuses. Patrick Brion et d'autres ont aussi parlé de destin. Le personnage de Norma Desmond est bien l'étoile qui brûlera tout ce qu'elle touchera après avoir consumée sa propre vie. C'est bien pour cela que "Boulevard du Crépuscule" n'est pas seulement un chef-d'oeuvre, mais bien une de ces créations mythiques que seul le cinéma sait produire.

swanson&holden.jpg

En guise de conclusion je finirais en vous citant ces quelques mots de Louis B. Mayer à l'adresse de Wilder à la sortie d'une projection :"Espèce de salopard, comment as tu pu faire ça à la profession !! ?" Et Wilder de répondre : "Va te faire foutre !". Finalement c'est cela "Boulevard du Crépuscule", c'est un film qui s'accepte dans son ensemble pour ce qu'il est en tant qu'oeuvre d'art. Ce film n'est pas là pour plaire à une catégorie de producteurs ou à tout le public. Ce film est là, vivant, terrifiant, et tout à la fois sublime et il interroge sur le monstre créé par chacun d'entre nous et qui s'appelle Hollywood.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,william holden,gloria swanson,erich von stronheim,nancy olson,franz waxman,edith head,charles bracket,henry wilcoxon,cecil b. demille,louis b. mayer,billy wilder



Ci-dessus : Gloria Swanson et William Holden

Extraits et Bande-annonce :


 

 

Extraite de la musique de Franz Waxman :

 

A noter que le bluray US est Freezone et possède une VO sous-titrée ainsi qu'une très bonne VF d'époque, et une armada de Bonus expliquant le film ou présentant la vraie Gloria Swanson, William Holden etc.


NOTE : 9,5 / 10

28/11/2012

Les Cavaliers / The horse soldiers - 1959

"Les cavaliers" est paru l'année dernière en Bluray. Ce film a été tourné par John Ford en 1959. Il est le prolongement de la trilogie des guerres indiennes, commencée par "le massacre de Fort Apache" continuée par "la charge héroïque" et conlue par "Rio Grande". Comme dans ces 3 films, John Wayne joue les premiers rôles. Mais cette fois il partage la vedette avec William Holden, rendu 2 ans plus tôt immensément célèbre par son interprétation dans "le pont de la rivière Kwaï".

affiche_Cavaliers_1959_2.jpg

La présence féminine dans ce film d'hommes est interprêtée par la magnifique Constance Towers. Contrairement à la précédente trilogie évoquée plus haut, ici ce n'est pas la guerre contre les Indiens qui ait mise en images, mais bien le combat entre le Nord et le Sud pendant la guerre de sécession (1861 - 1865). Et c'est un épisode qui concerne une brigade de cavalerie nordiste décidée à faire un raid lointain en territoire ennemie, afin de couper la ligne d'approvisionnement des Sudistes retranchées dans Vicksburg. Le sujet est au départ très militaire. Mais finalement comme dans "la charge héroïque", John Ford va s'attacher aux petites choses de la vie militaire, qui finalement une par une vont donner une consistance à chaque personnage mais aussi et surtout une humanité à ce film plus proche du film de guerre que du Western. Ainsi,  le médecin (Holden) s'opposera systématiquement à John Wayne (colonel) qu'il jugera trop partial, trop martial et ne respectant pas ses consignes de médecin militaire. La scène la plus savoureuse et la rencontre avec la riche héritière sudiste (Constance Towers) qui invite tout l'état-major nordiste à dîner. Elle fera tout son possible pour être la plus courtoise possible ... Quand les masques tomberont, le réveil sera difficile pour elle. Mais finalement l'humanité gagnera elle aussi et la guerre au lieu de diviser les hommes finira per les réunir sinon dans une même mort, du moins pour le couple chanceux, dans un même amour. Le duo John Wayne/William Holden fonctionne à plein régime et on a au final un film rythmé, très plaisant à regarder. Si à celà, vous ajoutez la magnifique musique de titre de

A noter enfin, une qualité d'image qui écrase l'édition DVD zone 2 précédemment sortie.

cinéma, cinema, acteur, actrice, dvd, film, hollywood, john wayne, constance Towers, William holden, John Ford

Ci-dessus : John Wayne et Constance Towers

cinéma, cinema, acteur, actrice, dvd, film, hollywood, john wayne, constance Towers, William holden, John Ford

 

Chanson du titre :

 

Ci-dessus : William Holden et John Wayne

cinéma, cinema, acteur, actrice, dvd, film, hollywood, john wayne, constance Towers, William holden, John Ford

Ci-dessus John Wayne et Constance Towers sur le plateau des "Cavaliers".

cinéma, cinema, acteur, actrice, dvd, film, hollywood, john wayne, constance Towers, William holden, John Ford

Ci-dessus : John Wayne, William Holden et Constance Towers sur le plateau des "Cavaliers"


NOTE : 8 / 10