Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2014

La charge des tuniques bleues / The last Frontiere - 1955

"La charge des tuniques bleues" est un western en Technicolor et en cinémascope d'Anthony Mann. Anthony Mann avait réalisé l'année précédente, l'excellent "je suis un aventurier" avec James Stewart, et en 1955 "l'homme de la plaine" avec le même James Stewart. Ici c'est Victor Mature qui a le rôle titre et même si Anne Bancroft n'apparaît pas tout de suite au générique, c'est bien sa relation avec Mature qui crève l'écran. Mais on en reparlera plus tard. J'avoue que la jaquette du boitier DVD n'était pas très vendeuse et juste un peu mieux que l'horrible affiche française que vous pouvez voir ci-dessous. Tout d'abord parce que le film a un ton décalé, qui jure avec la production courante de l'époque. On nous propose la vie d'un fort en territoire indien. à travers la relation entre un trappeur qui devient éclaireur de l'armée (Victor Mature) et une femme délaissée (Anne Bancroft) par son mari (Robert Preston), colonel du régiment avide de gloire. La relation amoureuse entre Victor Mature et Anne Bancroft est ici brûlante, et la sexualité est suggérée très fortement, comme rarement vu dans le cinéma hollywoodien de cette époque. L'adultère est mise en avant et les concepts chrétiens de fidélité sont battus en brêche. Ainsi, si dans "la charge fantastique" (1942), le couple Errol Flynn / Olivia Havilland avaient des adieux magnifiques. Ici les adieux ne sont que l'occasion de clôturer une nouvelle dispute. Le romantisme est donc absent du film. C'est un choix et cela donne un ton particulier au film.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

Enfin, l'obsession du colonel qui veut absolument avoir son moment de gloire, si elle fait écho à la même recherche de gloire de Henry Fonda dans "le massacre de Fort Apache", elle ne trouve ici aucune légitimité, ni beaucoup d'opposition dans la faible prestation de Guy Madison. Et la légende, ne vient pas sauver la réputation du colonel. Alors c'est vrai que le film ne tombe pas dans les excès contestataires des années 60. Mais il n'en reste pas moins extrêmement novateur sur bien des points, ainsi que sur la confrontation entre l'homme civilisé barbare et le mythe du "bon sauvage". Enfin, Anthony Mann nous donne à suivre des combats en lisière de forêt, qui de "la chute de l'empire romain" (1964) à "Gladiator" (2000) parcourt l'histoire du cinéma, donnant là encore un ton si particulier au film. Vous auriez donc tort de vous priver d'un western vraiment pas comme les autres, où l'héroïque colonel est le problème et l'éclaireur sous éduqué, la réponse.  Un western en avance de 15 ans sur son temps, c'est assez rare pour être signalé.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

Ci-dessus : Victor Mature et Anne Bancroft

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

Ci-dessus : Robert Preston et Victor Mature

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

Ci-dessus : James Whitmore et Robert Preston

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,victor mature,robert preston,guy madison,james whitmore,anne bancroft,russell collins,peter whitney,pat hogan,anthony mann

Ci-dessus : Photos du tournage

Note : 7 / 10

08/05/2013

La Poursuite infernale / My Darling Clementine - 1946

Un petit tour par le western cette fois-ci, et donc j'évoquerai avec vous "la poursuite infernale" de John Ford ou dans son titre américain "my darling Clementine" tiré de la chanson éponyme qui ouvre le film. Comme vous le savez, Ford est le grand spécialiste du western américain. Le film a été produit par la Fox de Darryl F Zanuck en 1946. Il retrace un moment de l'histoire des frères Earp et en particulier de Wyatt Earp (joué par Henry Fonda) et se termine par le classique affrontement d'Ok Corral tourné de nombreuses fois au cinéma. On notera que Ford a beaucoup changé de la vie de la famille Earp, afin de faire une histoire à son goût et de développer le scénario pour le rendre plus intéressant. Ainsi, les Earp n'ont jamais été des cowboys transporteurs de bétails. Le personnage de Clementine Carter (joué par Cathy Downs) n'est pas un personnage historique. Doc Holliday (joué par Victor Mature) n'était pas un chirurgien mais un dentiste dans la réalité. Le film est donc inspiré de deux livres de Stuart Lac publiés en 1931 et 1946. Ford devait acheter les droits sur le second. La légende des frères Earp n'était pas réellement connue du grand public américain avant la publication de ces deux ouvrages que l'on considère aujourd'hui comme très romancés, et donc historiquement faible. Mais ces changements dans la grande histoire ne sont pas pour déplaire au spectateur car ils rendent encore une fois, le film plus lisible et plus dramatique.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

La distribution est étincelante, ainsi on retrouve comme déjà dit, Henry Fonda, Victor Mature, mais aussi, Tim Holt, John Ireland, ou encore War Bond, et surtout la magnifique Linda Darnell (inoubliable dans "Ambre"). On se rappelera que War Bond est un des acteurs de seconds rôles qui devait peut être tourner le plus à Hollywood. Enfin, il est amusant de noter que John Ireland apparaîtra également, dans la version de 1957, tournée par John Sturges.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Linda Darnell

Pour le reste, Ford est égal à lui même et se sert des magnifiques paysages de Monument Valley et Kayenta pour rendre son film plus fort. Ainsi la poursuite de la diligence évoque autant "la chevauchée fantastique" (1939) que la scène de l'arrivée du colonel également par une digilence dans "le massacre de fort Apache" (1948). Mais la comparaison ne s'arrête pas et c'est aussi à "la prisonnière du désert" auquel on pense devant ces immensités qui occupent parfois les deux tiers de l'écran voir plus. Ainsi, l'arrivée des Earp à Ok Corral est montrée avec un ciel immense, une ville démeusurée, et des personnage minuscules, comme si la ville écrasait les personnages et comme si le ciel (le destin ?), et l'Ouest sauvage écrasaient également les personnages mais aussi la ville, elle même. La poésie de Ford atteint là son maximum, comme peut être jamais dans un autre de ses westerns. Enfin, la scène finale nous montre  Cathy Downs debout et de dos, disant au revoir à Wyatt Earp dans un style que les peintres romantiques allemands n'auraient pas renié. Ainsi, Ford utilise tout son immense talent pour réaliser ce western moderne, qui paraît hors du temps dans ses décors naturels. Car là c'est bien la nature l'autre star du film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Henry Fonda, Linda Darnell, et Victor Mature

Le film étonne aussi par le modernisme de son propos. Ainsi, on voit une Linda Darnell trompant son homme avec un autre, tout en continuant à aimer le premier. Le seul reproche que l'on pourrait faire à Ford serait d'avoir changé la grande histoire de l'Ouest. Mais ce serait lui faire un faux procès et vouloir en faire un aux trois mousquetaires de Dumas. Je reprendrai donc cette citation de Dumas tirée du même ouvrage et qui correspond totalement à ce film : "On peut violer l'Histoire, pourvu qu'on lui fasse de beaux enfants." Et force de constater, qu'ici c'est bien le cas, Ford réussissant à distraire le spectateur tout autant qu'à mener de front une dramatique chronique de l'Ouest, étrangement moderne pour l'époque.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Cathy Downs et Henry Fonda.


La bande annonce :


Note : 9 / 10

19/09/2012

L'Egyptien - 1954

L'Egyptien est le deuxième film édité récemment par Sidonis. Ce film a été tourné en 1954 par Michael Curtiz spécialiste du film d'aventures. Le scénario était tiré d'un roman de Mika Waltari.   La vedette du film devait être initialement Marlon Brando. Mais Brando n'aimait ni le réalisateur, ni le scénario, ni les vedettes féminines. Il refusa donc le rôle et cela tourna au procès avec la Fox. Il fut donc remplacé par Edmund Purdom. Ce dernier ayant beaucoup moins de prestance que Brando, laissa finalement la vedette aux actrices féminines Jean Simmons, Gene Tierney et Bella Darvi (maitresse attitrée du patron de la Fox, Darryl F. Zanuck). Victor Mature n'ayant ici qu'un rôle totalement secondaire.

 

egyptian1954.jpg

 

L'histoire est assez intéressante et la relation dans le film entre Sinuhé (Purdom) et Néfer (Bella Darvi) est particulièrement fascinante et tragique. De plus, le culte d'un Dieu unique par le pharaon fait réfléchir sur la naissance d'un espèce de monothéisme 13 siècles avant la naissance du Christ. Mais elle fait aussi réfléchir sur les conflits religieux qui peuvent assez facilement déchirer une société. Ce film est donc assez proche d'une certaine actualité, bien malgré lui, il faut l'avouer !

 

Ci-dessous Jean Simmons et Edmund Purdom :

vlcsnap2011090902h12m48.png

 

Alors bien sûr le film a des défauts : Il manque d'action. Curtiz se complet dans l'action et le film en manque cruellement. Cela n'avantage pas le travail de Curtiz qui semble un peu gêné par un scénario presque trop sage pour lui. C'est d'ailleurs dans les scènes finales de révolutions et d'émeutes que le film prend une envolée assez inespérée.

 

Ci-dessous Bella Darvi :

vlcsnap2011090902h08m24.png

 

Pour la musique on a du très lourd à la composition, à savoir : Bernard Herrmann et Alfred Newman. Excusez du peu ! L'influence des l'un et l'autre se ressent sur l'oeuvre. Et la musique rend parfaitement les mystères de l'Egypte ancienne. De ce côté, la mission est accomplie.

 

Pour résumé, on est très loin de la qualité d'un film comme Ben-Hur ou les 10 Commandements. Néanmoins on est en face d'un spectacle valable, méritant et bien construit. Un film donc de séries qui manque peut être sa cible de "sur-Péplum" qu'il voulait probablement toucher. Mais le scénario ne s'y prêtait guère.

 

La qualité de l'image de l'édition de Sidonis est globalement très bonne. Meme si quelques plans semblent parfois un peu trouble.

 

Un extrait musical de l'ouverture :

 

 

D'autres extraits musicaux à cette adresse :

 

http://www.youtube.com/watch?v=QiDrAHc8if0&feature=re...



Note : 7 / 10