Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2016

Le Démon des eaux troubles / Hell and High Water - 1954

"Le démon des des eaux troubles" est un improbable film de guerre en couleur et en Cinémascope, mettant en scène des sous-marins. Pourquoi improbable ? Car tout simplement le scénario est inepte et vide. En effet, si il nous replace dans un contexte de guerre froide, entre l'Occident et la Chine communiste. On ne croit pas un instant à cette histoire de scientifiques pacifistes, qui vont faire affréter un ancien sous-marin japonais, pour aller visiter des îles du Pacifique qui pourraient, potentiellement abriter une base secrète communiste, capable de lancer des missiles nucléaires. On adhère donc jamais un seul instant à ce scénario. On reste assez froid devant les péripéties de l'équipe. Et si la jolie Bella Darvi apporte un peu d'air à cet étouffant scénario, elle ne peut empêcher le film de lentement couler. Richard Widmark semble vouloir en faire des tonnes, pour tenter de sortir le film d'un sombre destin. Mais malheureusement, il n'y peut pas grand chose. Entre les têtes à têtes amoureux, alors qu'ils sont en territoire ennemi, rien est crédible. L'affaire est rapidement attendu. Cameron Mitchell, fait quant à lui un rôle de lourdaud, plus ou moins amusant. Non il n'y a quasiment rien à retenir de ce film du grand Samuel Fuller, sinon quelques belles prises de vues. On retient aussi en plus de Richard Widmark, la belle musique d'Alfred Newman. Pour le reste, le film sombre dès les premières minutes, et on se demande bien pourquoi, après l'avoir vu, pourquoi on ne l'a pas laissé dormir au fond de sa DVDthèque ou plus sûrement au fond des océans, 20 milles lieux sous les mers. Le mot fin, inscrit sur l'écran, reste ici à n'en pas douter, le meilleur moment du film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bella darvi,richard widmark,victor francen,david wayne,cameron mitchell,gene evans,stephen bekassy,richard loo,peter scott,henry kulky,wong atarne,harry carter,robert adler,don orlando,rollin moriyama,john giffford,tommy walker,leslie bradley,john wengraf,harry denny,ramsey williams,robert williams,harlan warde,neyle morrow,alfred newman,samuel fuller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bella darvi,richard widmark,victor francen,david wayne,cameron mitchell,gene evans,stephen bekassy,richard loo,peter scott,henry kulky,wong atarne,harry carter,robert adler,don orlando,rollin moriyama,john giffford,tommy walker,leslie bradley,john wengraf,harry denny,ramsey williams,robert williams,harlan warde,neyle morrow,alfred newman,samuel fuller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bella darvi,richard widmark,victor francen,david wayne,cameron mitchell,gene evans,stephen bekassy,richard loo,peter scott,henry kulky,wong atarne,harry carter,robert adler,don orlando,rollin moriyama,john giffford,tommy walker,leslie bradley,john wengraf,harry denny,ramsey williams,robert williams,harlan warde,neyle morrow,alfred newman,samuel fuller

Ci-dessus : Richard Widmark & Bella Darvi

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bella darvi,richard widmark,victor francen,david wayne,cameron mitchell,gene evans,stephen bekassy,richard loo,peter scott,henry kulky,wong atarne,harry carter,robert adler,don orlando,rollin moriyama,john giffford,tommy walker,leslie bradley,john wengraf,harry denny,ramsey williams,robert williams,harlan warde,neyle morrow,alfred newman,samuel fuller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bella darvi,richard widmark,victor francen,david wayne,cameron mitchell,gene evans,stephen bekassy,richard loo,peter scott,henry kulky,wong atarne,harry carter,robert adler,don orlando,rollin moriyama,john giffford,tommy walker,leslie bradley,john wengraf,harry denny,ramsey williams,robert williams,harlan warde,neyle morrow,alfred newman,samuel fuller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bella darvi,richard widmark,victor francen,david wayne,cameron mitchell,gene evans,stephen bekassy,richard loo,peter scott,henry kulky,wong atarne,harry carter,robert adler,don orlando,rollin moriyama,john giffford,tommy walker,leslie bradley,john wengraf,harry denny,ramsey williams,robert williams,harlan warde,neyle morrow,alfred newman,samuel fuller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,bella darvi,richard widmark,victor francen,david wayne,cameron mitchell,gene evans,stephen bekassy,richard loo,peter scott,henry kulky,wong atarne,harry carter,robert adler,don orlando,rollin moriyama,john giffford,tommy walker,leslie bradley,john wengraf,harry denny,ramsey williams,robert williams,harlan warde,neyle morrow,alfred newman,samuel fuller

Disponible en DVD Zone 1 sous le titre "Hell and High Water" en VF et VO sous-titrée.

 

Note : 3,5 / 10

10/11/2013

Le tigre du Bengale & Le tombeau hindou - 1959

Une fois n'est pas coutume, je vous présente deux films, qui n'en font finalement qu'un : "le tigre du Bengale" et "le tombeau hindou", tourné tous les deux par Fritz Lang, en 1958 et sortis en 1959, On peut dire qu'ici revient aux sources de son cinéma, car ce sont des productions allemandes, initiées par Arthur Brauner, pour un budget de 4 millions de Marks. Enfin, Lang avait participé à l'écriture de la première version de 1919, avec l'auteur du roman Thea Von Harbou, future épouse de Fritz Lang. Malheureusement la version de 1919, devait être aux bénéfices du producteur, Joe May. Une autre version devait également être tournée en 1938, par Richard Eichberg. On peut donc penser que ces deux films, sont tout sauf des oeuvres de commande, et que Lang devait avoir en tête de tourner ce film depuis des années. Pour ma part, je pense que cette histoire d'amour entre un occidental et une jeune danseuse, est un cadeau de Fritz Lang à sa femme qui a écrit le scénario et le roman. Je n'ai pas besoin de revenir sur la carrière assez incroyable de Lang, qui comme un touche à tout, devait réaliser des films noirs, des westerns, des films d'aventure, dont son fameux "les contrebandiers de Moonfleet" (1955), et presque une comédie musicale avec "You and me" (1938).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,cinéma allemand,debra paget,paul hubschmid,walter reyer,claus holm,luciana paluzzi,valéry inkijinoff,sabine bethmann,angela portaluri,rené deltgen,guido celano,jochen brockmann,richard lauffen,jochen blume,helmut hildebrand,victor francen

Mais revenons à nos deux films. Ici tout est merveilleux, "le tigre du Bengale" revisite l'Inde des villages, puis l'Inde des palais. Tout est magnificence, magnificence des décors, des costumes, du premier rôle au dernier figurant. Mais déjà, cette beauté semble s'éteindre ou se noircir par ces tigres, qui semblent être le symbole du désir charnel des hommes. Le tigre animal avide de chair, semble un espèce de symbole sexuel du désir de l'Homme pour la chaire. Et ce ne sera que plus vrai de le voir dans le premier film, enfermé chez le prince et en liberté dans les campagnes, semant la peur et le désordre. Enfin, le deuxième film est pour beaucoup tourné dans des souterrains et des prisons sous terre. Là aussi, il semble que Lang veut absolument opposer la vie de cour à la vie souterraine du Prince, comme pour montré les deux personnalités du souverain. Ainsi, la danseuse (Drebra Paget) ne dans que dans des temples coupés du monde et eux aussi enterrés. L'érotisme et la sexualité sont donc comme exclus de la vie, mais tout en faisant partie d'une vie intérieur, souterraine. Il en est de même pour les complots de cour, souterrains, et qui ne viendront au grand jour, qu'au dernier moment.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,cinéma allemand,debra paget,paul hubschmid,walter reyer,claus holm,luciana paluzzi,valéry inkijinoff,sabine bethmann,angela portaluri,rené deltgen,guido celano,jochen brockmann,richard lauffen,jochen blume,helmut hildebrand,victor francen

Décors et costumes somptueux, scénario superbement travaillé, la réalisation n'est pas en reste. Ainsi, Lang arrive à nous trouver des plans admirables pris du dessus, qui restent encore et encore dans l'esprit du spectateur. Mais la grande star, de ce film c'est bien évidemment Debra Paget, qui finit par obséder le spectateur autant que le Prince du film. Ainsi, elle danse deux fois, dont presque entièrement nue dans le deuxième film. On se demande bien comment on a pu tourner ces scènes en 1958, qui sont d'un érotisme rare pour l'époque. J'avoue que c'est assez surprenant de voir une grande star comme Debra Paget, danser nue devant nous, pauvres spectateurs aux yeux ébahis, donnant une forme de chair et de sang aux désirs du Prince et faisant entrer le spectateur dans ce petit jeu. Mais l'Homme en Inde, n'est pas seulement, tiraillé par ses désirs, il l'est aussi par les Dieux. Et comme dans toutes les grandes légendes, les Dieux et déesses sont bien présents et jouent un rôle dans l'existence des mortels. Exotisme, désirs, érotisme, sexualité, et Dieux, c'est la recette du "Tigre du Bengale" et du "tombeau hindou", sans aucun doute, les ultimes sommets de l'oeuvre de Lang et de la filmographie de Debra Paget.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,cinéma allemand,debra paget,paul hubschmid,walter reyer,claus holm,luciana paluzzi,valéry inkijinoff,sabine bethmann,angela portaluri,rené deltgen,guido celano,jochen brockmann,richard lauffen,jochen blume,helmut hildebrand,victor francen

Ci-dessus : Debra Paget et Paul Hubschmid

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,cinéma allemand,debra paget,paul hubschmid,walter reyer,claus holm,luciana paluzzi,valéry inkijinoff,sabine bethmann,angela portaluri,rené deltgen,guido celano,jochen brockmann,richard lauffen,jochen blume,helmut hildebrand,victor francen

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,cinéma allemand,debra paget,paul hubschmid,walter reyer,claus holm,luciana paluzzi,valéry inkijinoff,sabine bethmann,angela portaluri,rené deltgen,guido celano,jochen brockmann,richard lauffen,jochen blume,helmut hildebrand,victor francen

Ci-dessus : La magnifique Debra Paget

 

La danse du Cobra :

 

FIlm disponible chez Wild Side dans un superbe coffret édité en 2003, comprenant également la version de 1938 ou une version allégée éditée en 2006.

 

Note : 8 / 10

24/11/2012

Par la porte d'or / Hold Back the Dawn - 1941

J'aurais aimé dire beaucoup de bien de "Par la porte d'or", mais malheureusement ce ne sera pas le cas. "Par la porte d'or" raconte l'histoire d'un immigré roumain, bloqué à la frontière entre le Mexique et les USA. Il se met donc en tête de séduire une américaine (De Havilland) pour se marier avec elle et passer la frontière. Le film bénéficie tout d'abord un excellent casting avec Charles Boyer, Olivia De Havilland et Paulette Godard. Charles Boyer est convainquant dans son rôle d'éternel escroc candidat à l'immigration. Paulette Godart en comparsse de notre escroc est aussi très crédible. Malheureusement il me semble que l'interprétation d'Olivia de Havilland qui aurait du être plus en nuances, se perd finalement dans les méandres d'un scénario introuvable. Ainsi, on voit une scène assez hallucinante où on frappe à sa porte et où elle va à l'endroit opposé avant de se raviser. On a perdu Olivia en cours de route.

par_la_porte_d_or,0.jpg

Mais au delà de l'interprétation d'Olivia de Havilland c'est bien le scénario bancal qui coule le film. Comment une femme jeune et responsable peut elle tomber dans les griffes d'un homme qui ne l'aime pas, et surtout aussi facilement ? Pourquoi avoir gardé tous ces seconds rôles qui ne servent à rien, et ne font pas avancer le récit et ennuie finalement le spectateur ? Pourquoi le début d'une vraie romance entre Boyer et Havilland doit elle apparaître uniquement à la fin du film ? Oui le principal problème de "Par la porte d'or", c'est bien le scénario. Et j'aurais tendance à dire que ce n'est pas par la grande porte que passe le spectateur, et que celui ci aura bien du mal à ne pas vouloir chercher la porte de sortie avant la fin. Aujourd'hui on sait que les rapports entre le scénariste Billy Wilder et Mitchell Leisen le réalisateur furent assez mauvais. Ainsi, Mitchell Leisen et Boyer remanièrent le script à leur convenance au grand désespoir de Wilder. Ainsi Boyer refusa de tourner la scène d'introduction où il devait raconter son histoire à un cafard. Billy Wilder se fit ensuite interdire l'accès du plateau par Leisen. Et Leisen finit par dire de Wilder : « Il vient d’Europe centrale et il est têtu comme une mule quand on touche à son texte ». Wilder se vengea en raccourcissant le texte de Charles Boyer. Bref, vous l'aurez compris le tournage ne se fit pas dans les meilleurs conditions. Et malheureusement tout cela se ressent à l'écran et on voit bien que le film est totalement déséquilibré et finit là où d'autres commencent. Suite à ces difficultés, Wilder décida d'ailleurs l'années suivante de passer à la réalisation pour ne plus subir le "diktat" de gens comme Leisen. A noter, que de façon exceptionnelle, le film réserve une scène, où on voit De Havilland courir nue sur la plage au loin (est-ce vraiment elle ?).

boyer-goddard-dawn_opt.jpg

Ci-dessus Charles Boyer et Paulette Godard :

De son côté, à l'époque le film fut très bien perçu par la critique, et reçu 6 nominations aux Oscar, mais n'en remporta aucun. Olivia de Havilland fut nominé comme meilleure actrice (ce qui me semble un comble) mais c'est sa soeur (Joan Fontaine) qui le gagna. Elle devait en remporter un 2 ans plus tard pour "À chacun son destin" avec pour réalisateur encore Leisen. Aujourd'hui le film est encore à mon sens très surestimé. Néanmoins, il réserve quelques bonnes scènes entre de grands acteurs. Mais est ce bien suffisant pour faire un film réussi ? Pour ma part, je ne le crois pas. Surtout que l'âge d'or d'Hollywood a réservé bien d'autres chef-d'oeuvre à la valeur plus sûre.

13838663_gal.jpg

Ci-dessus Charles Boyer et Olivia de Havilland :

 

NOTE : 4,5 / 10

10/11/2012

San Antonio - 1945

San Antonio est un film avec Errol Flynn tourné en 1945, par David Butler. Mais Raoul Walsh et Robert Florey (bien que l'un et l'autre non crédités) ont aussi collaboré à la réalisation. David Butler est déjà en 1945 un vétéran d'Hollywood. En effet, il était déjà acteur en 1927. Et il a tourné en tant que réalisateur entre 1949 et 1953, 6 films avec Doris Day. Avant San Antonio, il avait déjà tourné 4 films avec Shirley Temple et il tournera en 1949 encore avec Shirley Temple, "The Story of Seabiscuits". Alors la vedette est bien entendu, Errol Flynn qui lui avait déjà tourné avec David Butler dans "Remerciez votre bonne étoile", en 1943. Mais là avec San Antonio, on est pas dans la comédie musicale ou la comédie légère, mais bien dans un Western. San Antonio fait donc parti des 8 westerns tournés par Flynn qui comprend, "les conquérants" en 1939, "la caravane héroïque/Virginia City", "la piste de Santa-Fe" en 1940, "la charge fantastique" en 1941, "la Rivière d'argent" en 1948, "Montana" et "la révolte des Dieux rouges" tous les deux, en 1950,

san-antonio.jpg

L'avantage de San Antonio est de présenter un beau casting avec donc Errol Flynn mais aussi la belle Alexis Smith qui sera la partenaire de Flynn également dans "Montana" et qui l'avait déjà été dans "Gentleman Jim" en 1942. San Antonio présente également de belles couleurs Technicolor et une belle réalisation. Mais ce n'est pas tout, le film a l'avantage de présenter 2 méchants plus détestables l'un que l'autre joués par Victor Francen et Paul Kelly. Or ce n'est pas la moindre des qualités de ce métrage, car nous avons tous le souvenir de films ou le méchant n'est pas crédible ou faiblement intéressant. Flynn retrouve enfin un acteur "des conquérants" : John Litel. Mais ce n'est pas le seul point commun avec "les conquérants". En effet Max Steiner y reprend une partie de la musique et intégralement celle du titre.

san antonio 1.jpg

Ci-dessus Errol Flynn dans San Antonio :

Le scénario assez simple voir simpliste est la partie un peu faible du film. Mais on y trouve plusieurs morceaux de bravoure : assassinats, duels, scènes de bals, etc etc. Le casting faisant le reste, l'ensemble tient finalement parfaitement la route et le spectateur prend un plaisir certain à suivre les différentes péripéties se dérouler. On regrettera néanmoins que la Warner n'ait pas décidé de travailler un peu plus cette partie, qui nous reprend quelques poncifs du western, sans jamais élever l'oeuvre au delà du spectacle de qualité. Mais il serait stupide de bouder son plaisir, surtout qu'aujourd'hui le genre western est quasiment disparu. Dans "San Antonio", Errol Flynn est là pour sauver la veuve et l'orphelin et donner du fil à retorde aux infames bandits, voleurs de bétails et assassins. Que peut on demander de plus ? Pour conclure, et résumer mon propos, je dirais que "San Antonio" est la paraphrase de la célèbre réplique de Bette Davis dans son plus beau film, "une femme à la recherche de son destin" : "Jerry pourquoi demander la lune alors que nous avons les étoiles ?"

1222981336_1.jpg

Ci-dessus Errol Flynn dans San Antonio :

00191903_medium.png


Ci-dessus Errol Flynn dans San Antonio :

cssanantonio6.jpg

Ci-dessus Flynn et John Litel :

 

Chanson présente ans le film, mais dans une autre version, chantée dans le film par Alexis Smith mais ici par Helen Forrest and Dick Haymes :

 

 

 

NOTE : 8 / 10