Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2015

Pour toi j'ai tué / Criss Cross - 1949

"Criss Cross" ou en français "pour toi j'ai tué", nous rappelle tout de suite un autre film noir, de Robert Siodmak avec Burt Lancaster, que les plus cinéphiles connaissent déjà sans doute : "les tueurs" (1946). Lancaster reprend comme dans "les tueurs", un personnage marqué par un destin auquel il ne peut échapper. La distribution est étincelante avec Yvonne De Carlo, Dan Duryea et Stephen Mc Nally. On se rappelle de Dan Duryea pour ses rôles dans d'autres films noirs, en particulier ceux de Fritz Lang, comme "la femme au portrait" ou "la rue rouge" ou pour ses multiples rôles de méchants dans d'innombrables westerns. Pour Yvonne de Carlo, je pense que les habitués de ce blog et les amateurs de western, connaissent parfaitement sa filmographie. On peut citer "les dix commandements" (1956), "le barrage de Burlington" (1948) là aussi avec Dan Duryea, "l'esclave libre" (1957) avec Clark Gable, ou encore "les démons de la liberté" (1947) avec Burt lancaster.

 cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Le film reprend, quelques uns des stéréotypes du film noir : femme fatale, situation impossible, figure du gangsterisme etc. Mais le film de Siodmak se distingue de son prédécesseur, par une photographie plus discrète. Enfin, l'intrigue est marquée par la relation amoureuse entre Burt Lancaster et Yvonne De Carlo, qui est un point essentiel du scénario. L'avantage est que cela ajoute un petit côté mélodramatique à l'ensemble. L'inconvénient est que cela enlève évidemment un peu de force au film. Une foi n'est pas coutume, je n'ai pas été totalement convaincu de l'interprétation de Dan Dureya, sauf dans quelques scènes majeures en particulier la dernière scène, où on aurait pas su mieux faire, où il arrive parfaitement à faire passer les différentes émotions de son personnage, en quelques secondes très marquantes. Au profit du film, on peut noter la superbe musique d'un Miklos Rozsa très inspiré et le premier rôle de Tony Curtis, absent au générique, il est vrai cantonné à de la figuration. On pourra reproché à l'ensemble quelques ellipses scénaristiques, assez mal venues. Pour le reste, ce n'est que du bon.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Dan Duryea

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Burt Lancaster & Stephen Mc Nally

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Burt Lancaster

 Présentation de Bertrand Tavernier :

 

Titre original avec la musique de Miklós Rózsa :

 

Extrait :

Disponible en DVD zone 1 VO sous-titrée français. Attention le film n'est pas compatible sur une PS3. Pour une compatibilité totale, voir l'édition Zone 2 de Carlotta de 2007.

Note : 7,5 / 10

24/08/2014

Le voleur de Tanger / The Prince who was a thief - 1951

"Le voleur de Tanger" est un film en Technicolor, tourné par l'Universal et réalisé par Rudolph Maté. Je ne vais pas refaire toute la filmographie de Rudolph Maté, mais on peut retenir le concernant, qu'il a été directeur de la photographie en 1926, de "la passion de Jeanne d'Arc", directeur de la photographie également de "la maison des 7 péchés" (1940) ou de "Gilda" (1946) avec évidemment Rita Hayworth, et qu'ensuite, il devait s'essayer à la réalisation avec plus ou moins de succès réalisant de très bons films, mais aussi des navets, comme "le chevalier du roi" (1954) avec Tony Curtis. Mais Rudolph Maté c'est tout de même une carrière de plus de 60 films comme directeur de la photographie, et donc quelques films intéressants comme réalisateur. On peut citer à son crédit, "le Gentilhomme de la Louisiane" (1953) avec Tyrone Power, "les années sauvages" avec encore Tony Curtis, ou "la bataille des Thermopyles" (1962) qui est une espèce de première version de "300" (2006). Concernant "le voleur de Tanger", le film tient grâce au duo Tony Curtis / Piper Laurie, mais est également soutenu par un magnifique Technicolor, de splendides costumes et un scénario plutôt sympathique.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, tony curtis, piper laurie, Everett Sloane, Jeff Corey, Betty Garde

Le film nous renvoie dans le Tanger du 13ème siècle, où les intrigues de cour étaient encore très nombreuses, et on navigue du palais du prince à la maison du roi des voleurs. Le scénario n'est pas particulièrement original, mais son classicisme est agrémenté de notes d'humour ou de passages plutôt comiques, qui font sortir le film de la production courante des studios de cette époque. Et il faut bien dire que chacun joue son rôle à merveilles. Et le duo Tony Curtis / Piper Laurie est formidablement secondé par une pléiade de seconds rôles. Ainsi, on retrouve, Everett Sloane en père adoptif de Tony Curtis. Il joue une parfaite fripouille. Betty Garde en femme acariâtre est également tout à fait crédible. Mais surtout, Jeff Corey est formidable dans ses scènes de comédie, dont une qui ne peut provoquer que l'hilarité la plus totale. Ce qui est moins drôle, c'est que Jeff Corey a été une des victimes du maccarthysme et a été inscrit sur la fameuse "liste noire" qui fermait les portes d'Hollywood à tous les acteurs, réalisateurs, et techniciens inscrits dessus. Jeff Corey qui tournait beaucoup, allait donc arrêter de tourner entre 1951 et 1963, et consacrer son temps entre un travail dans le bâtiment et une activité de professeur de comédie passionné enseignant à de petits groupes dans son garage transformé en théâtre, sur Cheremoya Avenue à  Los Angeles. Enfin on retrouve la jolie Peggie Castle en princesse. Elle aura une fin assez tragique car elle décédera d'une crise cardiaque à 45 ans en 1973, rongée par l'alcool. En attendant, je vous invite à vous procurer "le voleur de Tanger", film aux recherches de couleurs admirables, et qui ressuscite la grande époque du Technicolor à travers l'intéressante photographie d'Irving Glassberg, d'origine polonaise comme le réalisateur Rudolph Maté. On ne peut souhaiter qu'une chose, c'est qu'Universal ait l'intelligence de sortir en France, d'autres films de cette qualité, en particulier ceux avec Maria Montez.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Everett Sloane & Betty Garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Donald randolph

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus à droite sur la photo : l'incroyable talent comique de Jeff Corey

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle & Tony Curtis (de dos)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Piper Laurie, Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Piper Laurie sur le tournage du "voleur de Tanger"

Disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée chez Universal (à noter qu'il est disponible à 6 € chez Gibert Joseph, en cas d'achat de 5 films !)

Note : 7,5 / 10

28/06/2014

Sierra - 1950

"Sierra" fait parti des westerns tournés par Audie Murphy pour l'Universal. Ce n'est certainement pas un chef-d'oeuvre. Mais c'est loin d'être le plus mauvais. En effet, le film a pas mal de qualités. Le scénario n'est pas mauvais, la réalisation de Alfred E. Green, n'est pas mauvaise. Il y a une belle exploitation des couleurs du Technicolor. On remarque aussi, qu'Audie Murphy n'est pas en tête d'affiche sur le générique, mais que c'est bien sa femme à la ville de l'époque, Wanda Hendrix, qui tient le haut de l'affiche. On sait qu'en 1946 Audie Murphy a vu Wanda Hendrix sur la couverture du magazine Coronet et s'est décidé à la rencontrer. Ils se marièrent, le 8 Février 1949, et furent occupés sur la réalisation du film Sierra (1950) ensemble,. Mais le mariage fut de courte durée; ils ont divorcé le 14 Avril 1950. Hendrix a dit plus tard que Murphy lui avait demandé d'arrêter sa carrière pour qu'elle se consacre à lui. Mais surtout Audie Murphy souffrait à cette époque, de symptômes post-traumatiques et pendant les épisodes "flashback" il aurait tourné vers elle, le canon d'une arme. Mais dans ses dernières années, Hendrix a parlé de l'état d'Audie Murphy avec sympathie, comprenant peut être tard, ce que son mari avait vécu.

sanstitre146.jpg

Le casting est complété par Burl Yves, le chansonnier de service dans le film et par Dean Jagger que l'on a vu dans d'autres westerns, et en particulier dans "Crépuscule Sanglant" (1956), ou "l'attaque de la malle-poste" (1951). On s'attache assez à ce western à la forme et au fond très intéressant. Alors c'est vrai qu'il a un peu le défaut de ses qualités. Les chansons de Burl Yves sont drôles et sympathiques, mais coupent l'action. Et certaines scènes sentent le trucage de l'image. Mais malgré tout, le positif l'emporte sur le négatif. L'image est belle, c'est plutôt bien filmé. Que demander de plus pour un western au budget et à l'ambition limitée ? On remarquera enfin, la présence de Tony Curtis dans un tout petit rôle, proche de la figuration.

vlcsnap2011112818h08m13.png

Ci-dessus : Audie Murphy et Wanda Hendrix

02121.JPG

Ci-dessous : belle image, mais qui sent le trucage

2121.JPG

Ci-dessus à gauche : Tony Curtis dans une de ses rares apparitions

SierraStill.jpg

Ci-dessus : Wanda Hendrix et Audie Murphy

Capture.JPG

Ci-dessus : sur le plateau de Sierra

Disponible en DVD VO sous-titrée seulement

Note : 6,5 / 10

31/05/2014

Trapèze - 1956

Sur un scénario de James R. Webb, Liam O'Brien, Ben Hecht et Wolf Mankowitz (d'après le roman de Max Catto, The Killing Frost, Carol Reed nous offre un film réellement sur l'univers du site. Ici le cirque n'est pas prétexte à un pamphlet politique comme dans "cirque en révolte" (1953) avec Fredric March, ou à un mélodrame comme dans "le plus grand cirque du monde" (1964). Dans "Trapèze", le cirque est bien le centre de l'intrigue principale, sur fond d'intrigues amoureuses. On peut tout d'abord regretter la faible qualité d'image de l'édition Wild Side, globalement poussiéreuse et aux couleurs finalement assez ternes.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

Le film aborde beaucoup de thèmes : rivalité amoureuse, mais aussi passage d'expérience entre le jeune et le vieux trapéziste. On sait que Burt Lancaster était très heureux de travailler sur ce tournage car il avait été lui même trapéziste dans sa jeunesse. Le film dégage une certaine dose d'émtion, mais force est de constater qu'il aurait pu en dégager beaucoup, si Carol Reed avait peut être marqué un peu plus son territoire et avait dirigé un peu plus ses acteurs. "Trapèze" reste quand même encore un très bon divertissement qui mériterait une restauration en Bluray.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,burt lancaster,tony curtis,gina lollobrigida,katy jurado,thomas gomez,johnny puleo,minor watson,gérard landry,jean-pierre kérien,sid james,gimma boys,los arriolas,gamil ratib,pierre tabard,edward hagopian,malcolm arnold,carol reed

Disponible en DVD zone 2 chez Wild Side

Note : 7 / 10

28/01/2014

Kansas en feu / Kansas Raiders - 1950

On peut se demander pourquoi certains réalisateurs ont percé plus que d'autres. Comment déterminer la part de chance ou de talent ? C'est bien un peu ce que je demande après la vision de l'excellent "Kansas en feu". En effet, ce western est très bon. Il a tout d'abord une distribution intéressante avec Audie Murphy, un héros de la deuxième guerre mondiale dans la vraie vie, décoré des plus hautes médailles militaires. Marguerite Chapman, est très bien dans son rôle. Mais l'acteur qui tient le film, c'est le formidable Brian Donlevy. On se souvient de lui, dans d'autres westerns, comme "le premier rebelle" (1939) avec John Wayne ou dans "Billy the Kid" (1940) avec Robert Taylor. Mais on se souvient aussi de lui dans le superbe "le brigand bien aimé, Jesse James" (1939) d'Henry King, où il jouait un homme payé pour racheter contre presque rien les terres des fermiers pour le compte d'une compagnie de chemins de fer. C'était un petit rôle, mais essentiel dans le film. On retrouve dans ce "Kansas en feu" également Tony Curtis, dans un tout petit rôle, ici Kit Dalton. Le rôle de Tony Curtis est donc un second rôle, voir troisième rôle. En effet, son rôle n'influence jamais le scénario.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ici, on reprend donc l'histoire des jeunes années de Jesse James et c'est Audie Murphy qui a la responsabilité du rôle. Jesse James a quitté sa ferme détruite par les Nordistes et leurs partisans et il décide de partir avec sa bande, rejoindre les rebelles sudistes du colonel Quantrill (Brian Donlevy). Mais il va rapidement déchanter, et ses rêves de gloire et de vengeance vont se heurter au caractère meurtrier et sans pitié de Quantrill. Le personnage du colonel Quantrill a réellement existé. Et effectivement cet homme était sanguinaire et partisan surtout de son propre intérêt avant une quelconque défense des intérêts du Sud. Ainsi, il devait ravager le Kansas. On pourrait le qualifier aujourd'hui de criminel de guerre. Ray Enright se sort parfaitement de ce scénario et nous donne à voir une réalisation particulièrement efficace dans un superbe Technicolor.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Marguerite Chapman et Audie Murphy

C'est donc le moment de se souvenir que Ray Enright a un filmographie particulièrement intéressante et a touché à presque tous les genres. Ainsi, il a tourné "Dames" (1934) une comédie musicale avec Ruby Keeler et Joan Blondell, mais aussi "Blondie Johnson" (1933) un film de gangster, ou encore des westerns, comme le très beau "Montana" (1950) avec Errol Flynn et Alexis Smith. Si on ajoute à tout ça que la musique de Milton Rosen, colle très bien à l'intrigue, on aura pas grand chose à reprocher à un film de série B qui mérite beaucoup mieux que ce qualificatif, qu'on lit encore trop souvent ici ou là. Seule la mort de Quantrill prête à sourire. En effet, ici Enright et les scénaristes donnent une mort dehéros à un homme à la vie finalement assez discutable. J'ajouterai que les rapports troubles, entre le colonel et Audie Murphy, rapports que l'on pourrait qualifier de paternel sont particulièrement troublants et intéressants et semblent réellement transfigurer le film et le marquer du sceau de l'intelligence, humanisant dans le même temps le personnage de Quantrill. J'avoue donc que j'ai été très surpris par la qualité de ce western particulièrement soigné.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Marguerite Chapman et Audie Murphy (de dos)

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Brian Donlevy

 

Extrait :

 Disponible en DVD Zone 2 chez Universal, VO sous-titrée uniquement

Note : 7 / 10

31/12/2013

Les Années sauvages / The Rawhide Years - 1956

Aujourd'hui pour le dernier jour de l'année, je vous présente un westerm champagne en Technicolor, et avec Tony Curtis, Colleen Miller, et Arthur Kennedy, dans les rôles principaux : "les années sauvages" connu aussi sous son titre belge, "les pirates du fleuve". Il a été réalisé par Rudolph Maté. Il faut savoir qu'avant d'avoir une belle carrière hollywoodienne, Rudoph Maté a été révélé, en 1928 par son travail sur "la Passion de Jeanne d'Arc" sous la direction de Carl Theodor Dreyer. Pour ma part, j'ai eu une très bonne impression du "gentilhomme de la Louisiane" du même Rudolph Maté, réalisé en 1953. Par contre j'avais été très déçu par son "chevalier du roi" avec le même Tony Curtis réalisé en 1954. Je trouvais les décors en carton-pâtes. Et que le film ne tenait pas la comparaison avec "les aventures de Robin des bois" (1938), "Ivanhoé" (1952), ou "les chevaliers de la table ronde" (1953). Ici pas d'inquiétude, on est devant un très beau western de Maté, qui sur un scénario rythmé, nous laisse à voir des bagarres, des rebondissements, des attaques en rivière, des règlements de compte, des lynchages, des chansons, mais aussi et surtout beaucoup de jolies filles légèrement vêtues. Donc il y a de quoi être heureux, devant ce petit western sans prétention, mais mené avec humour, action, et donc un zest d'érotisme, qui en fait un compagnon idéal pour bien finir ou commencer l'année.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

A cela, il faut ajouter, une bonne figuration, des beaux décors. Il est donc difficile de demander beaucoup plus, sinon peut être un casting encore plus prestigieux. Car malgré ses limites, le duo Tony Curtis / Colleen Miller, remplace avec brio le duo Tyrone Power / Piper Laurie. Et il n'en reste pas moins que l'un et l'autre vont bien ensemble et sont convaincants. Peter Van Eyck dans le rôle du méchant et traître de service est également savoureux. Voilà, je vous laisse avec la présentation de Mr Patrick Brion et vous donne un dernier conseil pour cette année : il faut redécouvrir "les années sauvages" de Rudolph Maté. Il en vaut la peine et qui plus est, la qualité d'image est correcte même si le Technicolor est ici un peu terne.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

Ci-dessus : Arthur Kennedy, Tony Curtis, Colleen Miller

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

Ci-dessus : Arthur Kennedy et Colleen Miller

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

 

Disponible chez Sidonis en DVD zone 2 (bonne qualité) VF et VO sous-titrée

 

Note : 6,5 / 10

05/11/2013

Les bolides de l'enfer / Johnny Dark - 1954

"Les bolides de l'Enfer" est le dernier film tourné par le duo Tony Curtis / Piper Laurie, après "Le Voleur de Tanger" (1951), "Le Fils d’Ali Baba" (1952) et "No Room for the groom" (1952). George Sherman est le réalisateur de ce film d'aventure automobile, où le scénario échappe malheureusement à tout réalisme, et tombe rapidement dans l'inconséquence. En effet, ici Tony Curtis est un ingénieur talentueux, concepteur de voitures de course. Mais il est aussi un pilote d'exception, doublé d'un mécano hors-pair. Piper Laurie, ange de beauté dans le plus pur style des années 50, est quant à elle, une jeune designer, capable de dessiner des modèles de carrosserie. Vous voyez le genre. Enfin, quand on voit l'état du conseil d'administration de l'entreprise, c'est à faire peur. Bref, le scénario étant presque totalement inepte, on abandonne rapidement. Et on regarde malheureusement ce film d'un oeil discret. Il reste les grands espaces, des courses et des voitures plutôt bien bien filmées par Sherman qui fait du très bon boulot à la réalisation. Mais finalement, c'est tout de même la romance entre Tony Curtis et Piper Laurie qui retient l'attention, faisant de ce film, une oeuvre un peu inconséquente, mais qui se laisse au final regarder.

les-bolides-de-l-enfer-poster_339063_26169.jpg

JohnnyDarkPoster.jpg

Disponible chez Universal en DVD Zone 2 (VF et VO sous-titrée) dans une promotion à 7,5 € le film chez Gibert Joseph

Note : 5  / 10

29/10/2013

Le fils d'Ali Baba / Son of Ali Baba- 1952

J'avais quitté Tony Curtis avec "le chevalier du roi" (1954), très piteux film chevaleresque. Je l'ai retrouvé avec "le fils d'Ali Baba" tourné deux ans plus tôt. Et là, je vous rassure tout de suite, l'oeuvre est bien meilleure. Alors même si c'est vrai que le réalisateur Kurt Neumann et les scénaristes n'atteignent jamais les sommets du genre, on en a quand même pour son argent, avec une bonne dose d'exostisme, de glamour, et d'aventures au pays des Milles et une nuit. Tony Curtis partage l'affiche, ici avec la belle Piper Laurie, mais aussi avec tout un harem de jolies filles dont Susan Cabot et Alice Kelley. Piper Laurie vous vous souvenez l'avoir vue dans le "gentilhomme de la Louisiane" et Alice Kelly c'est bien entendu la petite princesse Patma de "Against all flags" (1952) avec Errol Flynn.

affiche-Le-Fils-d-Ali-Baba-Son-of-Ali-Baba-1952-1.jpg

Le scénario très classique a néanmoins son lot de rebondissments et si souvent l'ambiance sonne trop américaine, on ne peut que s'extasier devant les décors et les costumes tout de même assez somptueux. "Le fils d'Ali Baba" est donc plutôt une bonne surprise, qui nous permet de découvrir un Moyen-Orient du mystère et de l'aventure, où les femmes sont des gourmandises, où le vin coule à flot et où l'aventure vous attend au coin de la rue. Cela change et ça fait du bien. Si vous aimez l'aventure et les jolies filles, ce film est fait pour vous.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ci-dessus : Alice Kelley (à gauche), Tony Cuytis et (Barbara Knudson ?)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ci-dessus : une scène de danse avec milada mladova

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann
Ci-dessus : Alice Kelley (à gauche) et (Barbara Knudson ?)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ci-dessus : Tony Curtis et Piper Laurie

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Silence ! Action ! (Piper Laurie vient au secours de Tony Curtis)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ah ! Que c'était beau le Technicolor !

Disponible en DVD zone 2 chez Universal (en VF et VO sous-titrée)

A noter une image malheureusement peu définie. Le film mériterait une meilleure définition.

 

La bande-annonce :

 

Note : 6 / 10

29/06/2013

Le Combat du capitaine Newman / Captain Newman, M.D. - 1963

'Le combat du capitaine Newman" a été réalisé par David Miller. David Miller est un cinéaste à la carrière de réalisateur très éclectique, spécialiste des films crépusculaires. Ainsi, si on se souvient de lui aujourd'hui pour avoir été le réalisateur du légendaire western avec Kirk Douglas, "seuls sont les indomptés", il était aussi le réalisateur de "Diane de Poitiers" (1956), film d'aventures lui aussi crépusculaires qui annonçait la fin du film d'aventure hollywoodien classique, mais aussi  la conclusion de la carrière de Lana Turner à la MGM, qui ne renouvelait pas alors son contrat. Elle devait d'ailleurs raconter plus tard : "« Lorsque j’ai eu fini Diane, je me revois encore quitter le studio sans un regard en arrière. Il était étrange de voir ces rues désormais vides. Elles avaient été ma seconde demeure, peut-être ma maison la plus stable durant dix-sept ans. Je me souviens combien j’étais excitée lorsque j’ai vu ces visages fameux à l’époque de l’âge d’or de la MGM et le bonheur de faire bientôt partie d’eux. Maintenant la gloire était passée" Mais pour en revenir à David Miller, il n'était pas seulement le réalisateur de films crépusculaires. Il était aussi un réalisateur touche à tout, s'intéressant à tous les genres. Ainsi dans sa filmographie on retroue des comédies comme "la pêche aux trésors" (1949) avec les Marx Brothers et la jeune Marilyn Monroe, mais aussi des films de guerre "les tigres volants" avec John Wayne et même des westerns comme par exemple "Billy the Kid, le réfractaire" (1941) avec Robert Taylor. Miller commença sa carrière par la réalisation de documentaires et de court-métrages, avant de se lancer dans la réalisation de long-métrages, le premier étant "le réfractaire".

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Pour en revenir au film qui nous intéresse "le combat du capitaine Newman", on retrouve ici une structure scénaristique empreint d'un classicisme, mais aussi d'un aspect baroque assez paradoxal, qui annonce de façon ici presque imperceptible, une pensée différente empreinte d'un refus total de la guerre. Le classicisme du film s'exprime par son formalisme classique. Ainsi, on retrouve tout ce qui fait le film de guerre classique (respect de la hiérarchie, base militaire très propre). Mais de l'autre côté on retrouve un sujet très peu traité : la vie d'un service psychiatrique militaire. Et le film navigue ensuite entre différents malades et les traits d'humour de l'infirmier joué par Tony Curtis. La pesanteur du propos est ainsi compensé par l'humour et les aventures de Tony Curtis. Gregory Peck peut ainsi faire montre de tout son talent, s'aventurant à badiner avec l'infirmière principale interprêtée par la très belle Angie Dickinson ou à manier l'humour à froid avec Tony Curtis. Angie Dickinson s'est bien évidemment l'interprête de "Rio Bravo" (1959). Elle devait commencer sa carrière par des rôles à la télévision et on devait la remarquer déjà dans un western, cette fois-ci avec Robert Mitchum, 'l'homme au fusil" (1955).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Ci+dessus : Angie Dickinson

Outre Gregory Peck, Angie Dickinson, et Tony Curtis, le casting est aussi composé d'Eddy Albert que l'on a déjà vu dans le rôle d'un officier malade et lâche dans "Attack !" (1956) de Robert Aldrich et l'année précédente toujours en militaire dans "le jour le plus long" (1962). Si à cela on ajoute la présence de Robert Duvall alors tout jeune, et de Bobby Darin (le chanteur à succès) vous l'aurez compris que "le combat du capitaine Newman" est un film de qualité. Robert Duvall interprête ici son deuxième film pour le cinéma et c'est également son deuxième film avec Gregory Peck, après "du silence et des ombres" (1962). Voilà vous savez tout sur le service du capitaine Newman qui aurait très bien pu être le pilote d'une série TV. Il n'en reste pas moins que le film a d'énormes qualités et fait déjà s'interroger sur l'acte schizoprhrène de la société qui soigne des militaires pour les renvoyer en Enfer. Un très beau film avec des acteurs au meilleur de leur forme.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Disponible en DVD zone 2 (français /anglais) sur le site d'Universal ou magasins spécialisés

Qualité d'image : très correcte

 

Bande-annonce :

 

Note : 7,5 / 10

15/05/2013

L'étrangleur de Boston / The Boston Strangler - 1968

"L'étrangleur de Boston" est un film de 1968, de Richard Fleischer. Les producteurs sont James Cresson et Robert Fryer. Ces derniers étaient d'accord pour que William Friedkin réalise le film, mais ce dernier était considéré à l'époque comme un jeune réalisateur, et Zanuck voulait quelqu'un avec plus d'expérience pour tourner ce film. Si William Friedkin devait plus tard réaliser "l'exorciste" (1973), il devait tout sa vie regretter de ne pas avoir pu réalisé "l'étrangleur de Boston". Mais qu'est ce que "l'étrangleur de Boston ?". C'est l'histoire d'une série de crimes sexuels qui ont eu lieu à Boston entre 1962 et 1964, commis par Albert Henry DeSalvo. C'est donc une histoire tirée de faits réels. Autant vous le dire, sans plus attendre, la réalisation de Fleischer est formidable. Le réalisateur utilise tout son talent et les dernières techniques de l'époque pour rendre le film réellement prenant. Ainsi, Fleischer se plaît pendant la première partie du film, à mettre en avant les images dans l'image. Cette technique utilisée très souvent aujourd'hui par des réalisateurs contemporains, comme Michel Hazanavicius au début de "OSS 117 : Rio ne répond plus", était très nouvelle en 1968 et avait été présentée pour la première fois en 1967 à l'exposition universelle de Montréal.

L-etrangleur-de-Boston-20110316020623.jpg

Mais le génie de Fleischer n'est pas seulement de bénéficier d'un scénario en or massif, ou de découper l'écran en multiples images, c'est aussi de jouer constamment avec l'image et les nerfs du spectateur. Ainsi, la scène où on découvre le tueur devant sa télé, seul, puis la caméra avançant on découvre qu'il a une femme et deux enfants. On est surpris et quand sa fille vient se blottir contre lui, notre sang se glace d'effroi. Ensuite Fleischer, suggère souvent plus qu'il ne montre, préservant un peu le public. Néanmoins, si l'image ne montre bien souvent rien, elle laisse supposer l'horreur de la scène, par une position de la caméra intelligement placée, laissant voir par exemple un balais entre les jambes d'une victime, mais cachant finalement l'essentiel de l'horreur du crime. De plus les descriptions de la police, ne cache rien de l'horreur des forfaits du tueur en série. Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié cette méthode intelligente de rapporter des crimes. On évite ainsi les litres de sang que l'on voit dans de nombreux films actuels, pourtant souvent de qualité comme "From Hell" (2001) avec Johnny Depp. Puis enfin, dans la dernière partie, Fleischer joue avec le cerveau du tueur et celui du spectateur, en multipliant les flashes et images instantanées. En ce sens, Fleischer nous montre qu'il a totalement compris le fonctionnement du cerveau humain, immense boîte de fiches, qui apparaissent par des flashes successifs, mais de manière totalement désordonnée dans le cas d'un psychopathe

l_etrangleur_de_boston_photo_1.jpg

Fleischer n'hésite pas à nous montrer aussi, la faune underground des années 60 et le rapport de la société de la fin des années 60 avec l'homosexualité est assez troublant et pose question sur le chemin que prend notre société actuelle. En effet, le film montre les homosexuels comme des désaxés. Mais sur ce dernier point, chacun se fera sa propre opinion. Enfin, Fleischer montre les techniques les plus improbables de drague, et des perversions interdites au cinéma 10 ans plus tôt , mais qui apparaissent ici au grand jour. Le casting est excellent est comprend Tony Curtis, Henry Fonda, et George Kennedy. Dans les personnages ayant une courte scène ou faisant une apparition, on retrouve Hurd Hatfield que l'on a vu dans "le portrait de Dorian Gray" (1945), et Sally Kellerman.

Capture25.JPG

Ci-dessus : George Kennedy

Ce film qui nous amène aux limites de l'esprit humain, aux confins de la schizophrénie profonde, et finalement aux limites de notre Humanité, et qui aurait été impossible à tourner dix ans plus tôt, est une pièce incontournable qui annonce une autre époque du cinéma américain. Un film que l'on doit avoir vu, mais qui n'est pas à mettre entre toutes les mains et que l'on doit réserver à un public adulte ou adolescent averti, si je puis dire.

Capture42.JPG

Ci-dessus : Tony Curtis et Henry Fonda

Disponible en DVD et Bluray Zone 2 ou B

Note : 8,5 / 10

18/11/2012

Le chevalier du Roi / The Black Shield of Falworth - 1954

J'ai vu hier soir "le chevalier du Roi" tourné en 1954 par Rudolph Maté. Le "Ivanhoé" (1952) de la MGM ayant ouvert la mode des films médiévaux, les autres studios se mirent également à en tourner. "Le chevalier du Roi" devait donc être la réponse d'Universal au "Ivanhoé" de la MGM. Bien pauvre spectacle en vérité ! Je n'aime pas dire du mal des films, mais là franchement il n'y a pas grand chose à sauver. Les décors semblent être en carton-pâte. Le château du film donne l'impression d'avoir été construit au ciment et non pas pierre par pierre comme tout château. Le scénario est ennuyeux au possible. On a beaucoup de peine à s'intéresser à ces intrigues de cour, aussi intéressantes et bien amenées qu'une déclaration d'impôts ... Enfin les costumes naviguent entre le correct et le grand n'importe quoi. Le roi étant habillé avec une étrange coiffe, lui donnant un air de pharaon égyptien.

552913235.jpg

Enfin, tout l'action du film tourne autour de l'initiation d'un futur chevalier et surtout de ses bagarres avec ses collègues de chambrée. Vous voyez le niveau global de l'ensemble ... Alors vous me direz que peut être on peut sauver les acteurs de ce naufrage ? En tous les cas, sûrement pas Tony Curtis, qui semble totalement à côté de son rôle. On peut raisonnablement se demander si il y avait quelqu'un pour le diriger. Pour ma part, je sauverais  de cette catastrophe cinématographique uniquement la belle Janet Leigh  à l'imposante poitrine, et la supervision musicale de Joseph Gershenson. Pour le reste, il n'y a rien à attendre de ce film. Il permet néanmoins de comparer "Ivanhoé", "les chevaliers de la table ronde", ou "Quentin Durward" à cette mauvaise copie de ces très grands films. On se rend alors compte que Richard Thorpe était bien un réalisateur de génie et que sa trilogie chevaleresque mérite bien de figurer tout en haut du panthéon des films d'aventures médiévaux. Quant à ce "Chevalier du Roi" il ne mérite que de retourner aux oubliettes dont Universal n'aurait jamais du le sortir.

photo-Le-Chevalier-du-roi-The-Black-Shield-of-Falworth-1954-1.jpg

 

NOTE : 3 / 10