Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2014

L'amour et la bête / The Wagons Roll at Night - 1941

Hier soir j'ai vu "l'amour et la bête" de Ray Enright. Le film a été tourné par Humprhey Bogart en 1941 la même année que le "faucon maltais" (voir pour ce dernier film l'excellente Chronique du site le film était presque parfait) ou "la grande évasion" (High Sierra). L'histoire de "l'amour et la bête" se déroule dans un cirque. Bogart a le rôle d'un patron de cirque sans aucun scrupule. Un lion s'échappe de sa cage et un jeune vendeur (Eddie Albert) arrive à le maîtriser. Bogart se décide donc d'en faire progressivement la vedette de son show. Mais les duos amoureux vont compliquer à l'extrème la relation de travail entre les deux hommes.

The_Wagons_Roll_at_Night-739016616-large.jpg

En vedettes féminines on trouve Sylvia Sidney et Joan Leslie. Joan Leslie jouera la même année avec Bogart dans "High Sierra" (la grande évasion).Joan n'a que 16 ans dans ce film, mais sa beauté crève déjà l'écran.

JoanLeslie.jpg

Ci-dessus Joan Leslie :

Les autres vedettes se sont bien sûr les lions qui crèvent littéralement l'écran. Quand Bogart passe devant une cage à la fin du film et lance un regard assassin aux lions, on a l'impression que leurs rugissements répondent à ce regard dans un dialogue animalier totalement improvisé. Enfin les quelques "combats" avec les lions sont très impressionnants quand on sait qu'en 1941 les trucages étaient quand même très réduits. On est très loin des images de synthèse de Gladiator où Maximus combat dans l'arène des lions à mains nues. J'ajouterais que la musique est parfaite et réserve des morceaux très romantiques. Seule la scène qui suit le combat entre le dompteur et son apprenti est gâchée par la musique qui n'est absolument pas à sa place. Il aurait fallu une musique un peu sérieuse et et pas légère comme initialement composée. Pour le reste la musique est parfaite. Bref, si vous voulez que votre homecinéma sente le fauve, je ne saurais trop vous conseiller de rentrer vous aussi dans la cage aux lions et de voir sur grand écran "l'amour et la bête". Film, méconnu de Bogart, mais qui mériterait un bien meilleur sort que le relatif oubli dans lequel il est tombé aujourd'hui.

optimized-sylvia-sidney-humphrey-bogart-wagons-roll-at-night.jpg

the-wagons-roll-at-night.jpg

Ci-dessus Sylvia Sidney & Humphrey Bogart :

 

Le trailer :

 

Note : 7 / 10

13/10/2012

Le retour / Homecoming - 1948

"Le Retour" est un film de 1948 qui évoque le départ et le retour d'un officier chirurgien de l'armée américaine, lors de la seconde guerre mondiale. Le chirurgien rencontrera sur le théâtre d'opération et autour de la table d'opération, une assistante qui deviendra pour lui une amie proche et enfin un amour impossible. Le film a été réalisé par Mervyn LeRoy à qui on doit par exemple, "la valse dans l'ombre". Le film permet également le retour à l'écran de Clark Gable avec Lana Turner en co-vedette. Anne Baxter joue le rôle de la femme du chirurgien qui coincée au pays et qui sent bien que peu à peu son mari lui échappe et s'éloigne d'elle. Alors c'est vrai que le sujet est assez classique. De plus, l'habit militaire ne permet pas de mettre beaucoup en avant l'extraordinaire sex appeal de Lana Turner.

435466.1020.A.jpg

Néanmoins, la naissance d'une amitié, puis d'une complicité, et enfin d'un véritable amour entre Gable et Turner est assez intéressant à voir à l'écran. Mais le film semble à chaque fois ne vouloir qu'à peine éffleurer les sujets qu'il aborde. La misère sociale est évoquée, on dit bien que l'on ne fait pas assez, mais que fait on pour y remédier ? Le film ne propose rien. La guerre est son cortège de blessés sont évoqués, mais aucune critique de l'armée ou de l'horreur de la guerre n'est faite. Enfin l'amour impossible entre les 2 protagonistes n'a aucune incidence sur le mariage du chirurgien et finalement cela ne déclenche qu'une simple explication entre lui et sa femme. Tout ça semble trop linéaire et ne ménage pas assez de rebondissements. Donc à mon sens, le film est peut être un peu trop convenu et semble être le reflet d'un fait de société en 1948 : le retour au pays des soldats désocialisés par de longues années de conflits loin de leurs proches.

turner-and-gable.jpg

Ci-dessus Gable et Lana Turner :

Néanmoins globalement on ne s'ennuie et les scènes finales sont assez intéressantes. Même si pour ma part je pense qu'on aurait pu filmer un peu différement la scène de l'hopital à la toute fin du film. Je finirais sur la musique de Bronislau Kaper qui très loin d'être exceptionnelle fournie quelques jolis thèmes.

 

Annex - Gable, Clark (Homecoming)_01.jpg

cg.jpg

homecoming1f.jpg

Ci-dessus : Gable et Anne Baxter.

 

A noter une qualité assez médiocre de l'image dans l'unique édition DVD actuellement existante dans la collection Trésor Warner de la Fnac.


Note : 7,5 / 10