Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2013

Le train / The train -1964

Souvent les Américains ont su parler des Français, mieux ou aussi bien, que les Français eux mêmes. C'était le cas dans "saboteur sans gloire" (1944) qui racontait la vie d'un village de France, qui cherchait à échapper à l'exécution sommaire d'otages par les Allemands. Le film n'était pas sans rappeler "le corbeau" (1943) de Henri George Clouzot. Ici, les Américains réalisent encore un très grand film sur la résistance. On abandonne le ton quasiment documentaire de "la bataille du rail" pour aller vers du cinéma expressif à la gloire des cheminots résistants. Aujourd'hui, où il est de bon ton d'accuser la SNCF de la déportation de milliers de juifs innocents, il faudrait rappeler encore et encore que es cheminots ont versé un lourd tribut à la libération de la France, avec, au total, 819 fusillés et plus de 1 200 morts en déportation. Le film s'inscrit dans la lignée des grandes films de guerre des années 60, du "jour le plus le plus long" (1962) en passant par "Paris brûle t'il ?" (1966) ou encore 'la bataille des Ardennes" (1965).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

De par son sujet, "le train" est différent des autres films sur la résistance. En effet, il évoque l'histoire de ce train de peintures françaises que les nazis voulaient faire partir pour l'Allemagne. Doit on mourir pour des oeuvres d'art ou pour préserver sa culture ? C'est cela, le sujet du film. Inutile de vous dire qu'il prend aux tripes du début à la fin. Mais "le train" c'est d'abord des personnages, oserais je dire, des gueule. Ainsi, Michel Simon est extraordinaire en vieux cheminot, Burt Lancaster est parfait en chef de réseau, et que dire de Jeanne Moreau en veuve révoltée, Suzanne Flon en conservatrice de musée, ou encore Paul Scofield en officier nazi avide de ramener son train d'oeuvres d'art volées à une France encore occupée. La distribution est au niveau et pour tout vous dire, magistrale. Et les seconds rôles ne sont pas en reste avec un Jacques Marin en chef de gare plus vrai que nature. On peut dire, sans se tromper que l'ensemble de la distribution a été sublime sur ce film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

Ci-dessus : Michel Simon et Burt Lancaster

La réalisaiton de John Frankenheimer est également au niveau, sachant placer parfaitement ses plans dans des espaces restreints et donnant un relief à l'image ou jouant avec les ombres dont le noir et blanc est si friand. Néanmoins la perfection recherchée et apparente de Frankenheimer n'est pas exempte de défauts. Ainsi on est surpris par certains plans étranges, où les horizons ressemblent à des immeubles des années 60 et où le train semble rouler à côté du rail. Mais ce ne sont que des détails très mineurs, par rapport à un sujet attachant et à un film extraordinairement fort. Un film que tout Français et amoureux de l'Art se devrait de posséder dans sa vidéothèque. On peut d'ailleurs se demander pourquoi il n'a jamais été restauré et pourquoi aucun éditeur ne veut le ressortir en Bluray ? ! L'édition actuelle en DVD est d'ailleurs globalement médiocre, ne permettant pas par exemple d'avoir des inserts lors des dialogues des officiers allemands. On est donc obligé de passer constamment en VF ou VO et de mettre ou de supprimer les sous-titres, alors qu'il aurait été plus simple d'avoir une VF, sous titrée sur la partie des acteurs allemands.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

Ci-dessus : Burt Lancaster et Jeanne Moreau

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,burt lancaster,paul scofield,jeanne moreau,suzanne flon,michel simon,wolfgang preiss,albert rémy,charles millot,maurice jarre,john frankenheimer

 

Extrait de la musique de Maurice Jarre :

Disponible en DVD zone 2 (VO sous titrée et VF)

Note : 8,5 / 10

08/12/2012

Moulin Rouge - 1952

Dans le cadre de sa récente sortie Bluray, je vous parlerai aujourd'hui du film "Moulin Rouge"."Moulin Rouge" est bien le chef d'oeuvre de John Huston. Je pense qu'il n'est pas besoin de présenter John Huston en tant que réalisateur, l'homme qui réalisa tant et tant de chefs-d'oeuvre. On peut en citer quelques uns : Le Faucon maltais (1941), Key Largo, le trésor de la Sierra Madre (1948),  l'Odyssée de l'African Queen (1951), le vent de la plaine (1960), les racines du ciel (1958) ... "Moulin Rouge" est donc réalisé par un homme habitué à la réussite cinématographique. Le film évoque à travers la vie du célèbre peintre Toulouse Lautrec, les spectacles et les nuits du cabaret "le Moulin Rouge".

Moulin+rouge-10004.jpg

Et contrairement à d'autres films ennuyeux évoquant la fin du 19ème siècle et le début du 20ème, ici tout est excessif (dans le bon sens du terme) : excès de couleurs, excès de boisson, excès de femmes, excès de danses. Cela produit de fortes émotions sur le spectateur. Et finalement on a réellement l'impression de passer la soirée en compagnie de Toulouse Lautrec de par la magie du cinéma. La prestation de José Ferrer est admirable et c'est peut être là son plus grand film, il joue d'ailleurs 2 rôles en interprètant le rôle du père de Lautrec et également celui de son fils. Il est présent dans quasiment toutes les scènes. Le film est saisissant et Huston s'amuse à faire coller son film à la peinture de Lautrec et à ses dessins. Mais "Moulin Rouge" n'est pas seulement une fresque baroque sur le Paris d'avant 1900, c'est aussi une formidable peinture des moeurs des Français à cette époque. On y voit la grande noblesse ignorant les autres, se mariant entre eux, la misère générale, et les quelques privilégiés qui s'amusent au moulin rouge. C'est donc aussi une peinture sociale réaliste de la France de cette époque. Le film étant britannique avec un réalisateur américian c'est assez effarant de voir un tel réalisme et une telle compréhension de l'esprit français. On a d'ailleurs parfois l'impression de voir du Becker et on a peine à croire que le film a été réalisé par l'homme qui avait tourné le trésor de la Sierra Madre, tellement ce film est différent. Les mouvements de caméra sont d'ailleurs ahurissant. Ainsi la scène d'ouverture, avec la caméra qui se ballade autour de la piste de danse, devrait être étudiée dans toutes les écoles de cinéma, tellement elle apparaît comme majestueuse et parfaite. De plus, le film montre bien que le monde de la fête est aussi entouré de malheureux handicapés comme Lautrec qui trompent leur ennui dans l'alcool et les femmes.

13946527_gal.jpg

Ci-dessus José Ferrer dans "Moulin Rouge" :

Enfin on ne visite pas seulement le Moulin Rouge ou la peinture de Lautrec, mais aussi la vie tulmultueuse et difficile du peintre. Ainsi, le film aborde des thèmes sur le devenir de l'artiste. A t'on besoin d'être malheureux pour créer ? Que comprend la société de l'oeuvre de l'artiste ? L'Homme peut il vivre sans amour ? Tous ces thèmes et la réalisation d'Huston font de ce film une formidable création artistique digne du plus bel hommage à Toulouse Lautrec. On voit ce film, on reste les yeux grands ouverts, on rit, on pleure, et on pense à la vie, à la solitude, à l'amour, mais aussi au film de Minnelli "la vie passionnée de Vincent Van Gogh" avec Kirk Douglas. En deux mots : du très très grand cinéma, comme malheureusement on en fait plus aujourd'hui.

moulin6uf0.png

Ci-dessus Suzanne Flon et José Ferrer :

cinéma,cinema,dvd,film,films,acteur,actrice,josé ferrer,suzanne flon,colette marchand,john huston

Ci-dessus Colette Marchand :

 

La bande-annonce :

 

Musique tirée du film :


Disponible en Bluray Zone B : Qualité d'image net et belles couleurs, malheureusement ternie par des points blancs et griffures tout le long du film.


Récompenses :

  • Oscar 1953 :Golden Globes 1953 : Révélation féminine (Colette Marchand)
    • Meilleure direction artistique et meilleurs décors (Marcel Vertès, Paul Sheriff)
    • Meilleurs costumes (Marcel Vertès)
  • British Society of Cinematographers 1953 : Meilleure photo (Oswald Morris)
  • Mostra de Venise 1953 : Lion d'argent pour John Huston

 

NOTE : 9 / 10