Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2015

Même les assassins tremblent / Split Second - 1953

"Même les assassins tremblent" est un film intéressant, car tout d'abord il nous permet de retrouver Dick Powell derrière la caméra en tant que réalisateur. Et c'est bien là toute l'originalité du film. En effet, Dick Powell était un chanteur de charme dans les années 20 et 30. On le retrouve ainsi dans plusieurs des plus belles comédies de cette période sous la chorégraphie de Busby Berkeley, et avec souvent sa future seconde femme pour compagne : Joan Blondell. Après Joan Blondell, il devait rester marier avec June Allyson jusqu'à sa mort. Et si le style du réalisateur Dick Powell n'est pas très affirmé, il reste néanmoins sérieux. Et "dans même les assassins tremblent", c'est le scénario qui attire. En effet, derrière ce modeste film noir de la RKO, il y a une étrange synchronicité que je vais vous révéler. Le scénario du film nous raconte, l'histoire se passe dans les années 50 et nous raconte le périple de trois évadés de prison en cavale, qui vont se réfugier dans une ancienne ville de mineurs, au fin fond de l'Ouest. Car c'est juste là qu'est prévu un test de bombe nucléaire. Le lieu semble être un abri sûr, mais aussi précaire, et particulièrement non durable. Ces gangsters vont prendre des otages sur leur chemin et l'étrange menace ajoutée à l'éloignement de toute civilisation, va révéler les vrais caractères de chacun. Lorsqu'on sait que Dick Powell, devait tourner "le conquérant" (1956), sur un ancien site militaire en Utah, ayant servi à des essais nucléaires, on trouve donc à "même les assassins tremblent" une étrange synchronicité temporelle. Mais il n'y a pas que le scénario d'intéressant, il y a aussi un casting intéressant avec Stephen McNally, que l'on a vu dans de très nombreux westerns, mais aussi la belle Alexis Smith, partenaire d'Errol Flynn dans "Dive Bomber" (1941), "Gentleman Jim" (1942), "San Antonio" (1945), "Montana" (1950)  ou de Bogart dans "la seconde Madame Caroll" (1947). On note aussi la présence de fabuleux seconds rôles, comme Jan Sterling, Arthur Hunnicutt (éternel vieux routier des westerns), ou du formidable Paul Kelly dans un petit rôle de truand, dont la carrière mériterait sans aucun doute d'être redécouverte. Ainsi, je me souviens de sa présence dans "les formidables années 20" (1939) de Raoul Walsh ou de son rôle de méchant dans "San Antonio" (1945). "Même les assassins tremblent" est donc clairement une petite production RKO, qui a du mal à sortir du lot de très grands films de l'année 1953. Mais, il n'en reste pas moins une production sérieuse, avec un bon casting, et des scènes finales très spectaculaires pour l'époque.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

Ci-dessus : Stephen McNally

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

Ci-dessus : Keith Andes & Jan Sterling

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,filmNs,stephen mcnally,alexis smith,jan sterling,keith andes,arthur hunnicutt,paul kelly,robert paige,richard egan,frank dekova,roy webb,dick powell

Film disponible aux éditions Montparnasse dans un master à la définition un peu molle (VO sous-titrée français uniquement).

Note : 6,5 / 10

17/06/2015

Pour toi j'ai tué / Criss Cross - 1949

"Criss Cross" ou en français "pour toi j'ai tué", nous rappelle tout de suite un autre film noir, de Robert Siodmak avec Burt Lancaster, que les plus cinéphiles connaissent déjà sans doute : "les tueurs" (1946). Lancaster reprend comme dans "les tueurs", un personnage marqué par un destin auquel il ne peut échapper. La distribution est étincelante avec Yvonne De Carlo, Dan Duryea et Stephen Mc Nally. On se rappelle de Dan Duryea pour ses rôles dans d'autres films noirs, en particulier ceux de Fritz Lang, comme "la femme au portrait" ou "la rue rouge" ou pour ses multiples rôles de méchants dans d'innombrables westerns. Pour Yvonne de Carlo, je pense que les habitués de ce blog et les amateurs de western, connaissent parfaitement sa filmographie. On peut citer "les dix commandements" (1956), "le barrage de Burlington" (1948) là aussi avec Dan Duryea, "l'esclave libre" (1957) avec Clark Gable, ou encore "les démons de la liberté" (1947) avec Burt lancaster.

 cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Le film reprend, quelques uns des stéréotypes du film noir : femme fatale, situation impossible, figure du gangsterisme etc. Mais le film de Siodmak se distingue de son prédécesseur, par une photographie plus discrète. Enfin, l'intrigue est marquée par la relation amoureuse entre Burt Lancaster et Yvonne De Carlo, qui est un point essentiel du scénario. L'avantage est que cela ajoute un petit côté mélodramatique à l'ensemble. L'inconvénient est que cela enlève évidemment un peu de force au film. Une foi n'est pas coutume, je n'ai pas été totalement convaincu de l'interprétation de Dan Dureya, sauf dans quelques scènes majeures en particulier la dernière scène, où on aurait pas su mieux faire, où il arrive parfaitement à faire passer les différentes émotions de son personnage, en quelques secondes très marquantes. Au profit du film, on peut noter la superbe musique d'un Miklos Rozsa très inspiré et le premier rôle de Tony Curtis, absent au générique, il est vrai cantonné à de la figuration. On pourra reproché à l'ensemble quelques ellipses scénaristiques, assez mal venues. Pour le reste, ce n'est que du bon.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Dan Duryea

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Burt Lancaster & Stephen Mc Nally

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Yvonne De Carlo & Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,yvonne de carlo,dan duryea,stephen mcnally,esy morales,tom pedi,percy helton,alan napier,griff barnett,meg randall,richard long,joan miller,edna holland,john doucette,marc krah,tony curtis,miklós rózsa,franz planer,robert siodmak

Ci-dessus : Burt Lancaster

 Présentation de Bertrand Tavernier :

 

Titre original avec la musique de Miklós Rózsa :

 

Extrait :

Disponible en DVD zone 1 VO sous-titrée français. Attention le film n'est pas compatible sur une PS3. Pour une compatibilité totale, voir l'édition Zone 2 de Carlotta de 2007.

Note : 7,5 / 10

29/03/2014

Quand les tambours s'arrêteront / Apache Drums - 1951

"Quand les tambours s'arrêteront" western en Technicolor, est le dernier film du producteur Val Lewton, qui devait disparaître un peu avant la sortie du film. Val Lewton était un homme un peu perturbé qui faisait souvent le même cauchemard. En effet, il se voyait dans une piscine et incapable de remonter, car la piscine était entournée de centaines de chats. Ce rêve obsessionnel explique probablement son investissement sur des films comme "Cat people" (1942) de Jacques Tourneur ou encore "I Walked With a Zombie" (1943), et "Leopard Man" (1943) etc. Val Lewton est donc un producteur spécialisé dans le film fantastique suggestif comme il pouvait êtra dans le Hollywood de cette époque. C'est donc particulièrement intéressant de le voir à l'oeuvre sur un western d'Hugo Fregonese. Avec un tel duo producteur (Lewton) et réalisateur (Fregonese, le résultat ne pouvait qu'être incroyablement baroque et culte. Et c'est bien le cas. Fragonese revisite le genre western en le rendant, très éprouvant pour le réalisateur, et en fait presque un film d'horreur. La psychologie des personnages est particulièrement bien travaillé dans un format pourtant ultra-court de 75 minutes. Certains personnages comme le joueur aventurier, le maire, ou le pasteur de la petite ville ressorte particulièrement. Et il y a des interactions entre chaque personnage. Même les personnages qui sont des seconds rôles, sont particulièrement bien définis.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Pour continuer sur les personnages on se rend compte qu'ils évoluent tout au long du film. Et c'est cela qui en fait aussi l'intérêt. Le joueur égoïste et aventurier va se mettre au service de la communauté. La communauté qui voulait le pendre, va finalement l'accepter. Mais aussi le maire et le prêtre racistes vont évoluer sensiblement et devenir petit à petit non pas tolérant, mais être capable d'une espèce d'empathie pour un éclaireur indien. Les épreuves que cette communauté subira, est à n'en pas douter un lien quasiment indestructible entre les personnages. Et la survie au malheur devient un lien fort vers une nouvelle vie cette fois-ci vécue en commun les uns avec les autres. Ce film est donc sans aucun doute le meilleur western d'Hugo Fregonese, et le meilleur western de Stephen McNally. Stephen McNally a jouté dans de nombreux westerns. On peut citer entre autre : "le diable dans la peau" (1960) ou encore "Duel sans merci" (1951). On remarquera aussi, la belle Coleen Gray qui était déjà la partenaire de John Wayne dans "la rivière rouge" (1948). Je n'ai pas besoin d'ajouter que la photographie de Charles P. Boyle est au niveau de l'ensemble. On pourrait simplement regretter que le studio Universal, n'est pas décidé d'investir un peu plus sur ce film, décidément culte.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Stephen McNally

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Willard Parker et Coleen Gray

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stephen mcnally,willard parker,coleen gray,arthur shields,james griffith,armando silvestre,georgia backus,clarence muse,ruthelma stevens,james best,chinto guzman,ray bennett,hans j salter,hugo fregonese

Disponible chez Sidonis & Calysta en DVD zone 2 en Version Française et VO sous-titrée (bonne qualité d'image).

Note : 7,5 /10

15/02/2014

Le diable dans la peau / Hell Bent For Leather - 1960

"Le diable dans la peau" est un western, en cinémascope, de George Sherman avec Audie Murphy et la belle Felicia Farr. Ce n'est sûrement pas le meilleur western de George Sherman ni d'Audie Murphy, mais malgré tout, le film a des qualités qui retiennent l'attention. Ainsi, la direction est confiée à un vieux routier d'Hollywood George Sherman, dont la première réalisation date de 1937 avec "Wild Horse Rodeo". Sherman excelle dans la réalisation de westerns et c'est un de ses genres préférés. On peut citer quelques westerns notables de George Sherman : "Le barrage de Burlington" (1948) avec Yvonne De Carlo, "Tomahawk" (1951) western pro-indien avec Van Heflin et Yvonne De Carlo, ou encore "la fille des prairies" (1949) avec encore Yvonne De Carlo. Sherman tournait bien 3 à 4 films par an et on peut dire que le western était sa spécialité. Et ici encore ça se voit. Les plans larges sont admirables. L'action est correctement rendue. De plus si Audie Murphy est loin d'avoir un jeu d'acteur transcendant, il n'en reste pas moins crédible ici, dans sans doute pas son meilleur western. On note également la présence de la belle Felicia Farr, qui est bien plus qu'une simple faire-valoir et qui apporte beaucoup au film et au scénario. Le film était le premier de sept westerns à petit budgets, avec Audie Murphy fait par le producteur Gordon Kay pour l'Universal. Ils étaient tournés en une vingtaine de jours pour un budget d'environ 500 000 dollars. Les autres films sont : "les Sept chemins du couchant" (1960), "Posse from Hell" (1961), "Six Black Horses" (1962), "Showdown" (1963), "Bullet for a Badman" (1964), "Gunpoint" (1966).

LE DIABLE DANS LA PEAU (1960).jpg

"Le diable dans la peau" est un titre qui ne dit rien de ce que peut être le scénario. En effet, le film bénéficie d'un scénario plutôt original où un Marshall fou (joué par Stephen McNally), décide de partir à la poursuite d'un homme qu'il sait innocent. Je n'irai pas jusqu'à dire que ce western annonce les westerns progressistes et violents de la fin des années 60. Mais malgré tout, on trouve ici un thème assez peu abordé auparavant. A noter que le film propose deux compositeurs : Irving Gertz et William Lava. La musique est donc très présente, mais pas extraordinaire. Le film pêche surtout par un scénario où les raccourcis sont nombreux, voir trop nombreux. Mais si on arrive à passer outre ces raccourcis scénaristiques, on a le plaisir de découvrir un petit western à l'action et au suspens plutôt bien rendus. En résumé, un film correct, qui se situe dans la bonne moyenne de la production de l'Universal en 1960, mais rien de vraiment révolutionnaire.

diablepeau2.jpg

Ci-dessus : Felicia Farr et Audie Murphy

diablepeau3.jpg

Ci-dessus : Audie Murphy

diablepeau4.jpg

Ci-dessus : Stephen McNally

26.jpg

sanstitre201hya.jpg

2120.JPG

farr-murphy-hell-bent.jpg

23.JPG

Ci-dessus : Felicia Farr

Extrait :

Film disponible chez Sidonis & Calysta en DVD zone 2 (VF et VO sous-titrée)

Note : 5,5 / 10