Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2015

L'Homme de mes rêves / It had to be you - 1947

"L'homme de mes rêves" est une bien étrange comédie, particulièrement originale, où l'on retrouve Ginger Rogers, dans un rôle non dansé et non chanté. Le film fait donc parti du corpus de films que Ginger Rogers a tourné après ses films avec Fred Astaire pour la RKO. On peut citer donc comme films notables de Ginger Rogers, "Primrose Path" (1940) avec Joel McCrea, "Kitty Foyle" (1940) ou encore "La Folle Histoire de Roxie Hart " (1942), malheureusement pour le moment introuvable en France en DVD. Pour en revenir à "l'homme de mes rêves", Cornel Wilde partage la vedette avec Ginger Rogers et interprète d'ailleurs deux rôles. Le film bénéficie d'un scénario particulièrement original. En effet, il met en scène une jeune célibataire (Ginger Rogers), qui a pour mauvaise habitude, de décliner les propositions de mariage au moment de la cérémonie et par 3 fois ! Alors qu'elle est bien décidée à se marier enfin, elle rêve dans le train qui la ramène vers son fiancé, d'un homme déguisé en indien (Cornel Wilde) qui l'empêche de se marier.  A son réveil, l'homme est présent en chair et en os dans son compartiment, et il s'agit de son propre subconscient qui ne fait que lui parler. Comme va t'elle le cacher à son fiancé et à sa famille ? Que faire de cet intrus qui fera tout pour lui gâcher son mariage ! ?

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

J'avoue avoir rarement vu un scénario aussi farfelu, et qui fonctionne aussi bien. La folie s'empare donc de l'écran, et si on rit souvent. On constate aussi, que cette comédie est bien sexy, même pour 1947. Le casting est complété de quelques bons seconds rôles et la réalisation de Rudolph Maté est excellente. Et la photographie que l'on doit également à Rudolph Maté, aidé de Vincent J Farrar n'est pas en reste. En effet, il y a quelques effets d'ombres assez sympathiques, et qui donne un certain cachet au film. La séquence onirique du deuxième rêve est quant à elle, particulièrement marquante. Je finirai en disant que la bande originale d'Arthur Morton s'appuie sur la chanson de jazz "It had to be you", les spécialistes l'auront découvert à la lecture du titre de cet article. "L'homme de mes rêves" est donc une très belle surprise qui fait passer un très bon moment, et qui donne beaucoup plus qu'on ne pouvait espérer d'une comédie freudienne !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Cornel Wilde & Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Spring Byington & Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Cornel Wilde & Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Gingers Rogers tentant d'échapper à son subconscient !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Cornel Wilde & Ginger Rogers sur le plateau de "l'homme de mes rêves"

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Arrivée en vélo de Ginger Rogers & de Ron Randell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : sur le plateau

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Le public de "l'homme de mes rêves" ? ou plutôt le choix des accompagnatrices ...

Film disponible en DVD Zone 2 en VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

26/09/2014

Gilda - 1946

"Gilda" film épique de Charles Vidor, a plusieurs points communs avec le "Casablanca" (1942) de Michael Curtiz. Tout d'abord, il est resté dans l'esprit de tous les cinéphiles juqu'à aujourd'hui. Il est porté par une vedette féminine magnifique, ici Rita Hayworth, et il a été tourné lui aussi au jour le jour, sans une construction préalablement définie. "Gilda" marque le retour de Rita Hayworth au cinéma, qui avait passé 2 ans à s'occuper de sa fille Rebeca, et qui voulait sortir d'un mariage désastreux avec un Orson Welles, à l'intellectualité exacerbée, qui ne convenait absolument pas, à la nature exubérante et libre de Rita Hayworth. Mais à la différence de "Casablanca", ici Rita Hayworth est bien le personnage central et principal de l'oeuvre des scénaristes Marion Parsonnet et Ben Hecht, qui s'étaient eux mêmes inspirés d'une histoire de E.A. Ellington. La photographie de Rudolph Maté, les décors, les costumes participent au succès du film, et en font un des meilleurs films noirs.  Le réalisateur Charles Vidor était un des réalisateurs de Rita Hayworth, pour lequel elle avait déjà tourné "lady in question" (1940) et "la reine de Broadway" (1944).

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Mais il faut bien noter aussi, les raccourcis ou incohérences scénaristiques, qui n'en facilitent pas toujours la vision. Néanmoins, "Gilda" ressort de la masse de films de cette époque, par l'évocation peut être pour la première fois d'une sexualité féminine, ou tout au moins d'un désir féminin à satisfaire. C'est proprement révolutionnaire pour le cinéma américain de 1946, qui jusque là s'était contenté la plupart du temps, de montrer la femme très souvent comme la friandise du héros, ou sa perte. Enfin, il faut ajouter que la tension sexuelle entre Glenn Ford et Rita Hayworth est aussi à son maximum. Mais elle ne serait peut être pas aussi forte, sans la présence énigmatique de George Macready. Le film a quelques scènes mémorables, comme la chanson en forme de début de strip-tease, "put the blame on Mame" reprise un peu plus tôt à la guitare solo. Bien sûr, "Gilda" n'est pas exempt de défauts, mais sa qualité formelle et son rapport quasiment sadomasochiste, entre Glenn Ford, et Rita Hayworth, en fait un film assez exceptionnel qui a marqué des générations de cinéphiles, jusqu'à aujourd'hui. On pourra enfin noter, que le succès du film, devait décider Hollywood, à réunir de nouveau le duo. Glenn Ford et Rita Hayworth tourneront 5 films en tout, "Lady in question" (1940), "Gilda" (1946), "les amours de Carmen" (1948),  "l'affaire de Trinidad" (1952). et "Piège au grisbi" (1965) 

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : Glenn Ford & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : George Macready & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : A gauche de Rita Hayworth, Joseph Calleia

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Disponible en DVD et Bluray freezone en VF et VO sous-titrée

 

Extrait de la scène la plus célèbre :

Note : 8 / 10

24/08/2014

Le voleur de Tanger / The Prince who was a thief - 1951

"Le voleur de Tanger" est un film en Technicolor, tourné par l'Universal et réalisé par Rudolph Maté. Je ne vais pas refaire toute la filmographie de Rudolph Maté, mais on peut retenir le concernant, qu'il a été directeur de la photographie en 1926, de "la passion de Jeanne d'Arc", directeur de la photographie également de "la maison des 7 péchés" (1940) ou de "Gilda" (1946) avec évidemment Rita Hayworth, et qu'ensuite, il devait s'essayer à la réalisation avec plus ou moins de succès réalisant de très bons films, mais aussi des navets, comme "le chevalier du roi" (1954) avec Tony Curtis. Mais Rudolph Maté c'est tout de même une carrière de plus de 60 films comme directeur de la photographie, et donc quelques films intéressants comme réalisateur. On peut citer à son crédit, "le Gentilhomme de la Louisiane" (1953) avec Tyrone Power, "les années sauvages" avec encore Tony Curtis, ou "la bataille des Thermopyles" (1962) qui est une espèce de première version de "300" (2006). Concernant "le voleur de Tanger", le film tient grâce au duo Tony Curtis / Piper Laurie, mais est également soutenu par un magnifique Technicolor, de splendides costumes et un scénario plutôt sympathique.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, tony curtis, piper laurie, Everett Sloane, Jeff Corey, Betty Garde

Le film nous renvoie dans le Tanger du 13ème siècle, où les intrigues de cour étaient encore très nombreuses, et on navigue du palais du prince à la maison du roi des voleurs. Le scénario n'est pas particulièrement original, mais son classicisme est agrémenté de notes d'humour ou de passages plutôt comiques, qui font sortir le film de la production courante des studios de cette époque. Et il faut bien dire que chacun joue son rôle à merveilles. Et le duo Tony Curtis / Piper Laurie est formidablement secondé par une pléiade de seconds rôles. Ainsi, on retrouve, Everett Sloane en père adoptif de Tony Curtis. Il joue une parfaite fripouille. Betty Garde en femme acariâtre est également tout à fait crédible. Mais surtout, Jeff Corey est formidable dans ses scènes de comédie, dont une qui ne peut provoquer que l'hilarité la plus totale. Ce qui est moins drôle, c'est que Jeff Corey a été une des victimes du maccarthysme et a été inscrit sur la fameuse "liste noire" qui fermait les portes d'Hollywood à tous les acteurs, réalisateurs, et techniciens inscrits dessus. Jeff Corey qui tournait beaucoup, allait donc arrêter de tourner entre 1951 et 1963, et consacrer son temps entre un travail dans le bâtiment et une activité de professeur de comédie passionné enseignant à de petits groupes dans son garage transformé en théâtre, sur Cheremoya Avenue à  Los Angeles. Enfin on retrouve la jolie Peggie Castle en princesse. Elle aura une fin assez tragique car elle décédera d'une crise cardiaque à 45 ans en 1973, rongée par l'alcool. En attendant, je vous invite à vous procurer "le voleur de Tanger", film aux recherches de couleurs admirables, et qui ressuscite la grande époque du Technicolor à travers l'intéressante photographie d'Irving Glassberg, d'origine polonaise comme le réalisateur Rudolph Maté. On ne peut souhaiter qu'une chose, c'est qu'Universal ait l'intelligence de sortir en France, d'autres films de cette qualité, en particulier ceux avec Maria Montez.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Everett Sloane & Betty Garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Donald randolph

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus à droite sur la photo : l'incroyable talent comique de Jeff Corey

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle & Tony Curtis (de dos)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Piper Laurie, Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Piper Laurie sur le tournage du "voleur de Tanger"

Disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée chez Universal (à noter qu'il est disponible à 6 € chez Gibert Joseph, en cas d'achat de 5 films !)

Note : 7,5 / 10

19/08/2014

La maison des 7 péchés / Seven Sinners - 1940

"La maison des 7 péchés" est le premier film du duo John Wayne / Marlene Dietrich. C'est un film en noir & blanc de Tay Garnett. Ce dernier, est surtout connu par le public cinéphile pour avoir réalisé, la plus belle version du "facteur sonne toujours deux fois" avec Lana Turner et John Garliefd. Mais il a aussi d'autres films beaucoup moins connus, mais tout aussi intéressants, à son actif. Ainsi, on peut noter quelques similitudes entre "voyage sans retour" (1932) et "la maison des 7 péchés", que je vous présente ici. Tay Garnett s'engage comme un instructeur de pilotes pour le Naval Air Service à San Diego entre 1917 et 1922. Après une blessure lors d'un crash il doit abandonner le service actif, et réalise alors des spectacles burlesques pour les troupes. Après son expérience militaire, il commence par écrire 2 scénarios, avant de passer dans plusieurs studios jusqu'à sa signature pour Universal en 1932. Là il réalise plusieurs comédies avec le producteur Walter Wagner. "La maison des 7 péchés" est donc un retour au mélodrame, mais cette fois-ci un mélodrame teinté de burlesque. Marlene Dietrich et John Wayne tiennent à eux seuls le film. Mais on peut noter aussi la présence de quelques seconds rôles très intéressants comme Broderick Crawford. Broderick Crawford, c'est le terrible commandant fou du "temps de la colère" (1956) avec Robert Wagner. Pour terminer sur le casting de "la maison des 7 péchés", on peut noter aussi la présence fémine de la belle Anna Lee, et de Oskar Homolka dans le rôle d'un homme qui semble être un ancien souteneur de la belle Marlene.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Le film en lui même, fait la part belle au mélodrame, tout en teintant son propos de référence au cinéma burlesque et à la comédie. Ici, on ne veut jamais rester trop sérieux comme dans "voyage sans retour" (1932) du même Tay Garnett. Donc il y a donc la scène de la bagarre digne d'un bon vieux film muet, avec une accélération par moment de l'image, et quelques morceaux de comédies choisis. Pour ma part, j'ai trouvé que cela décrédibilisait un peu le film. Mais cela peut être aussi un parti-pris, tout à fait acceptable. Il faut également noter que le film est rehausser par la superbe photographie d'un certain Rudolph Maté (réalisateur né à Krakow), qui avait été responsable de la photographie de "la passion de Jeanne d'arc'" (1928). Il deviendra lui même réalisateur, et on le retrouvera à la réalisation de westerns. "La maison des 7 péchés" propose également quelques chansons interprétées par Marlene Dietrich. Voilà, donc un film assez réussi, dont on peut regretter le propos parfois léger, même si cela est voulu. On retient la présence du duo Wayne / Dietrich convaincant et la très belle photographie d'un Rudolph Maté, ici très inspiré. Deux ans plus tard, Michael Curtiz arrivera à dépasser Tay Garnett, en nous donnant lui aussi un film qui tournera autour de l'univers d'un bar, l'inoubliable "Casablanca". Personne ne peut dire si "la maison des 7 péchés" n'a pas été une source d'inspiration pour les scénaristes de la Warner, qui travaillaient sur Casablanca.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Ci-dessus : Marlene Dietrich & John Wayne

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Ci-dessus : Marlene Dietrich & John Wayne

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,marlene dietrich,john wayne,broderick crawford,anna lee,tay garnett

Disponible en DVD Zone 2, chez Universal en VO sous-titrée

Extrait :

Note : 7,5 / 10

04/01/2014

Le siège de la Rivière Rouge / Siege at Red River - 1953

On sait que Rudolph Maté a été un très grand chef opérateur, travaillant avec Dreyer sur "la passion de Jeanne d'Arc" (1928), ou encore avec Orson Wells ou Fritz Lang. Il n'en reste pas moins que son oeuvre en tant que réalisateur est inégale. Il en est ainsi du "siège de la rivière rouge", qui est réalisé par Maté sans grand enthousiasme. Il y a bien quelques plans larges très intéressants. Mais les scènes d'action paraissent souvent un peu faiblardes. Enfin, le casting est très contestable avec en tête Van Jonhson, assez peu crédible en officier sudiste. Enfin les scènes de comédie semblent trop longues et parfois s'insèrent mal dans l'ensemble du film. La fin du film et l'assaut final redonne à l'oeuvre un peu de vigueur. Malheureusement, on apprend sur l'excellente présentation de Mr Patrick Brion, que la charge finale n'est pas de Maté, mais est tirée de "Buffalo Bill" (1944) avec Joel McCrea et donc a été tourné William A. Wellman.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

On ressort donc un peu déçu de la vision de ce film, qui si il est relativement distrayant, est totalement dispensable. On peut d'ailleurs contester la politique tarifaire de Sidonis qui sort quand même ce western à 16,90 € et même à cette heure à 18,57 € sur Amazon ! Entre 7 et 10 € ce serait déjà bien payé pour un petit western de série, qui présente comme presque unique intérêt de voir Joanne Drue, qui avait déjà joué, quelques années auparavant, dans "la rivière rouge" avec un certain John Wayne. On remarque aussi un Richard Boone particulièrement abjecte dans ce film, et qui sera le général Sam Houston, dans le "Alamo" (1960) de John Wayne. Mais parmi les quelques 20 000 westerns produits par Hollywood, "le siège de la rivière rouge" n'est sûrement pas le meilleur.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Van Johnson et Joanne Dru

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Richard Boone

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Van Johnson et Joanne Dru

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Joanne Dru

Disponible chez Sidonis en DVD zone 2 et VO sous-titrée. (préférée la VO qui n'écrase pas la musique comme la version française).

Note : 5,5 / 10

31/12/2013

Les Années sauvages / The Rawhide Years - 1956

Aujourd'hui pour le dernier jour de l'année, je vous présente un westerm champagne en Technicolor, et avec Tony Curtis, Colleen Miller, et Arthur Kennedy, dans les rôles principaux : "les années sauvages" connu aussi sous son titre belge, "les pirates du fleuve". Il a été réalisé par Rudolph Maté. Il faut savoir qu'avant d'avoir une belle carrière hollywoodienne, Rudoph Maté a été révélé, en 1928 par son travail sur "la Passion de Jeanne d'Arc" sous la direction de Carl Theodor Dreyer. Pour ma part, j'ai eu une très bonne impression du "gentilhomme de la Louisiane" du même Rudolph Maté, réalisé en 1953. Par contre j'avais été très déçu par son "chevalier du roi" avec le même Tony Curtis réalisé en 1954. Je trouvais les décors en carton-pâtes. Et que le film ne tenait pas la comparaison avec "les aventures de Robin des bois" (1938), "Ivanhoé" (1952), ou "les chevaliers de la table ronde" (1953). Ici pas d'inquiétude, on est devant un très beau western de Maté, qui sur un scénario rythmé, nous laisse à voir des bagarres, des rebondissements, des attaques en rivière, des règlements de compte, des lynchages, des chansons, mais aussi et surtout beaucoup de jolies filles légèrement vêtues. Donc il y a de quoi être heureux, devant ce petit western sans prétention, mais mené avec humour, action, et donc un zest d'érotisme, qui en fait un compagnon idéal pour bien finir ou commencer l'année.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

A cela, il faut ajouter, une bonne figuration, des beaux décors. Il est donc difficile de demander beaucoup plus, sinon peut être un casting encore plus prestigieux. Car malgré ses limites, le duo Tony Curtis / Colleen Miller, remplace avec brio le duo Tyrone Power / Piper Laurie. Et il n'en reste pas moins que l'un et l'autre vont bien ensemble et sont convaincants. Peter Van Eyck dans le rôle du méchant et traître de service est également savoureux. Voilà, je vous laisse avec la présentation de Mr Patrick Brion et vous donne un dernier conseil pour cette année : il faut redécouvrir "les années sauvages" de Rudolph Maté. Il en vaut la peine et qui plus est, la qualité d'image est correcte même si le Technicolor est ici un peu terne.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

Ci-dessus : Arthur Kennedy, Tony Curtis, Colleen Miller

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

Ci-dessus : Arthur Kennedy et Colleen Miller

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,tony curtis,colleen miller,peter van eyck,arthur kennedy,william demarest,minor watson,robert j. wilke,chubby johnson,don beddo,hans j. salter,frank skinner,rudolph maté

 

Disponible chez Sidonis en DVD zone 2 (bonne qualité) VF et VO sous-titrée

 

Note : 6,5 / 10

02/10/2013

Le gentilhomme de la Louisiane / Mississippi Gambler - 1953

L'année 1953, est une année bénie pour le cinéma américain. En effet, si l'application de la loi Sherman anti-trust au cinéma en 1949 et l'apparition de la télévision dans tous les foyers commencent à faire sentir au cinéma ces effets néfastes, le cinéma n'a peut être jamais été aussi bon qu'en ce début des années 50. Ainsi, la moisson de très grands films et de chef-d'oeuvres est impressionnante. On peut citer pour 1952, "chantons sous la pluie", "Ivanhoé" "Scaramouche", ou encore "la maitresse de fer", et pour 1953, "Jules César", "les chevaliers de la table ronde" et combien d'autres ! L'année 1953 a donc produit un cru cinématographique exceptionnel, comme rarement le cinéma mondial en produira plus tard. On peut clairement positionner "le gentilhomme de la Louisiane" à côté de ces très bons films. Alors, c'est vrai qu'il est un peu en retrait, que ce soit en terme de scénario, de musique et de romantisme. Mais il est dans le peloton de tête, que ce soit en terme de réalisation, de costumes, et de décors luxueux au possible permettant la recréation de l'univers de la Louisiane d'avant la guerre de sécession. De plus, l'interprétation des deux stars, Piper Laurie et Tyrone Power est excellente.

legentilhommedelalouisie.jpg

On peut légitimement se poser la question de savoir si le film est un western ou un film d'aventures. Personnellement, je pense que c'est plutôt un film d'aventure. Le scénario est donc un peu linéaire. Mais néanmoins, il a en réserve des ressorts psychologiques insoupçonnés qui lui donnent un final assez étourdissant et pour ne pas dire surprenant. "Le gentilhomme de la Louisiane" nous fait donc tout de suite penser à "la maitresse de fer" tourné l'année précédente. Et c'est une très bonne référence. Le film est une production Universal. En effet, la Fox avait ainsi autorisé Power à tourner pour d'autres studios. La musique de Frank Skinner n'est pas la plus belle musique de film, composée, mais elle reste assez prenante pour rester touchante. On a donc globalement un très bon spectacle aux costumes parfaits, aux décors somptueux, et à  la réalisation excellente, mais qui pêche un peu par un scénario un peu trop linéaire, voir étrangement découpé sur la fin. On passe malgré tout un très bon moment en Technicolor.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Ci-dessus : La très belle Piper Laurie

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Ci-dessus : Piper Laurie et Tyrone Power

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Film disponible en DVD zone 2 chez Sidonis en VF et VO sous-titré

Note : 7,5 / 10

18/11/2012

Le chevalier du Roi / The Black Shield of Falworth - 1954

J'ai vu hier soir "le chevalier du Roi" tourné en 1954 par Rudolph Maté. Le "Ivanhoé" (1952) de la MGM ayant ouvert la mode des films médiévaux, les autres studios se mirent également à en tourner. "Le chevalier du Roi" devait donc être la réponse d'Universal au "Ivanhoé" de la MGM. Bien pauvre spectacle en vérité ! Je n'aime pas dire du mal des films, mais là franchement il n'y a pas grand chose à sauver. Les décors semblent être en carton-pâte. Le château du film donne l'impression d'avoir été construit au ciment et non pas pierre par pierre comme tout château. Le scénario est ennuyeux au possible. On a beaucoup de peine à s'intéresser à ces intrigues de cour, aussi intéressantes et bien amenées qu'une déclaration d'impôts ... Enfin les costumes naviguent entre le correct et le grand n'importe quoi. Le roi étant habillé avec une étrange coiffe, lui donnant un air de pharaon égyptien.

552913235.jpg

Enfin, tout l'action du film tourne autour de l'initiation d'un futur chevalier et surtout de ses bagarres avec ses collègues de chambrée. Vous voyez le niveau global de l'ensemble ... Alors vous me direz que peut être on peut sauver les acteurs de ce naufrage ? En tous les cas, sûrement pas Tony Curtis, qui semble totalement à côté de son rôle. On peut raisonnablement se demander si il y avait quelqu'un pour le diriger. Pour ma part, je sauverais  de cette catastrophe cinématographique uniquement la belle Janet Leigh  à l'imposante poitrine, et la supervision musicale de Joseph Gershenson. Pour le reste, il n'y a rien à attendre de ce film. Il permet néanmoins de comparer "Ivanhoé", "les chevaliers de la table ronde", ou "Quentin Durward" à cette mauvaise copie de ces très grands films. On se rend alors compte que Richard Thorpe était bien un réalisateur de génie et que sa trilogie chevaleresque mérite bien de figurer tout en haut du panthéon des films d'aventures médiévaux. Quant à ce "Chevalier du Roi" il ne mérite que de retourner aux oubliettes dont Universal n'aurait jamais du le sortir.

photo-Le-Chevalier-du-roi-The-Black-Shield-of-Falworth-1954-1.jpg

 

NOTE : 3 / 10