Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2015

Les voyages de Sullivan / Sullivan's Travels - 1941

On ne peut parler des "voyages de Sullivan" sans parler de l'époque où il a été tourné. En effet, en 1941, l'Allemagne nazie est vainqueur sur tous les fronts. Et le cinéma hollywoodien produit un cinéma souvent marqué par la propagande, voir par des idées socialistes ou communistes. On reste ainsi, assez marqué par le début du film, qui nous montre un réalisateur (Joel McCrea), expliquant que son film dans le film, est une lutte entre la misère et le Capital. Ensuite, ce même réalisateur, souhaite alors prendre l'apparence d'un pauvre et vivre parmi les pauvres, pour mieux en décrire au public la misère dans ses futures créations. On ne sait pas bien où le scénario va nous mener. Et pendant la première heure, le film navigue entre le rire et les larmes, dans une errance et des gags quelque peu factices. On ne sait pas bien où tout cela va nous mener, sinon comme l'autocar des suiveurs, dans un fossé. On retient tout de même, cet hommage muet pendant de longues minutes, qui est à n'en pas douter un hommage à Chaplin. Et puis après la première heure, le film prend un ton sérieux, et dramatique et semble réellement prendre son envol. Et les conséquences de cette négation de ce qu'il est, amène le personnage de Joel McCrea, dans un bouleversement de tout son personnage, qui ne peut revenir à son état initial, que par une révélation au monde, de ce qu'il a fait. Le retournement final est donc assez bien trouvé. Le film, s'appuie sur une réalisation sérieuse, une photographie soignée, et le bon duo personnifié par Veronika Lake et Joel McCrea. Il n'en reste, pas moins, que John Sturges, ne semble jamais trouver le ton juste, en particulier dans cette première heure, assez déroutante. Tout cela donne l'effet d'un film assez déséquilibré au niveau de sa narration, mais dont on doit retenir les vraies qualités cinématographiques. L'aveu final, sonne comme une déclaration de John Sturges lui même, qui semble dire : "Jamais on ne m'y reprendra, à réaliser des scènes dramatiques". On veut bien le croire.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

Ci-dessus : Joel McCrea & Veronika Lake

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

Ci-dessus : Veronika Lake

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,veronica lake,robert warwick,william demarest,franklin pangborn,porter hall,byron foulger,preston sturges

Ci-dessus : Veronika Lake & Joel McCrea

Disponible en DVD sous-titrée en français.

Note : 6,5 / 10

21/12/2014

Quatre étranges cavaliers / Silver Lode - 1954

"Quatre étranges cavaliers" est loin d'être un western de série B, que l'on pourrait voir d'un oeil distrait. En effet, même si on suppose que les moyens financiers ont été très limités, et que le tournage a duré une quinzaine de jours, et que le film était terminé en trois semaines, il n'en reste pas moins que l'ensemble bénéficie de grandes qualités. On peut tout d'abord parler du scénario très intelligent. En effet, dans "quatre étranges cavaliers", un homme (John Payne) qui allait se marier, est arrêté par un Marshall (Dan Duryea), dont l'honnêteté semble laisser à désirer. De cette histoire de la scénariste Karen DeWolf au démarrage simple, Allan Dwan nous laisse voir un film qui dénonce une communauté qui se retourne contre un homme seul, mais aussi une dénonciation du Maccarthysme présent entre 1953 et 1954, à travers l'arrivée du fameux sénateur Maccarthy à la sous-commission d'enquête permanente du Sénat américain. Les plus observateurs, remarqueront d'ailleurs que dans ce western, le nom du marshall joué par Dan Duryea est McCarthy, et que le sénateur éponyme avait attaqué le général Marshall dans un discours en 1952, ce dernier étant partisan d'une guerre limitée en Corée. Vous l'avez compris, "quatre étranges cavaliers" tient tout autant du western, que d'une critique sociale et politique de l'Amérique du début des années cinquante.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

On peut rapprocher le film, de "Furie" (1936) de Fritz Lang, où un homme emprisonné subissait l'attaque d'une population prête à le lyncher, mais aussi du "train sifflera trois fois" (1952), de Fred Zinnemann. On peut noter dans les "Quatre étranges cavaliers", la prestation exceptionnelle de Dan Duryea. La fiancée du héros, se fait presque voler la vedette par l'entraineuse du saloon, Dolores Moran, qui a les meilleurs répliques. Cela peut s'expliquer par le fait, qu'elle est l'épouse à ce moment là du producteur du film, Benedict Bogeaus. Au crédit du film, il faut aussi dire un mot de la belle photographie de John Alton qui a travaillé sur tous les films d'Allan Dwan, et quelques clins d'oeil, sur le 4 juillet, fête nationale des USA, ou sur la "liberty bell" (cloche de la liberté), qui sont l'un et l'autre des appels à ne pas condamner sans preuves. Dans une époque, comme la nôtre, où l'on a tendance à condamner via média interposé, et où les communautés tendent à s'affronter, "quatre étranges cavaliers" est un film indispensable, un beau western, mais aussi un grand film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,john payne,lizabeth scott,dan duryea,dolores moran,emile meyer,robert warwick,john hudson,harry carey jr.,alan hale jr.,stuart whitman,frank sully,morris ankrum,hugh sanders,florence auer,roy gordon,john alton,louis forbes,allan dwan,rko

Disponible chez Sidonis & Calysta dans un coffret western, spécial Allan Dwan, VF et VO sous-titrée

 Note : 7,5 / 10

26/12/2013

La Cinquième Victime / While the city sleeps - 1956

"La cinquième victime" est l'avant dernière oeuvre de Lang aux USA. C'est une de ses plus sombres. En effet, Lang n'a pas encore terminé "les contrebandiers de Moonfleet" quand on lui soumet le scénario de la cinquième victime. On sait que Lang sera peu satisfait de "Monfleet". En effet, il considérera que le film, lui a en parti échappé pour revenir dans les mains des producteurs, en particulier en ce qui concerne le montage final, où des scènes ont été supprimées et où une autre fin lui a été imposée. De plus l'oeuvre n' a pas obtenu le succès attendu. Lang semble en 1956,  un peu, à bout d'inspiration. Pourtant, il a encore des choses à dire dans "la cinquième victime". Mais ce qu'il dira, sera toujours teinté pour la plus grande partie de l'oeuvre, d'une profonde noirceure. Le film évoque deux intrigues principales : la direction d'une agence de presse, et le parcours d'un tueur psychopathe, obsédé par le meurtre de femmes. Lang va retravailler à fond le scénario de Casey Robinson, qui s'était lui même inspiré d'un roman, "the Bloody Spur". On sait que Lang aime la résonance et donc cette oeuvre fera échos au dernier film américain de Lang : "l'invraisemblable vérité" (1956), qui là aussi évoquera le milieu de la presse,

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Le csting est très bon avec Vincent Price en Président Directeur Général du groupe de presse, Thomas Mitchell en directeur des publications, et Georges Sanders en directeur de la communication, et Dana Andrews en journaliste d'investigation. Pour les vedettes féminines, on retrouve Ida Lupino en journaliste, Rhonda Fleming en femme du grand patron, et Sally Forrest. Pour Sally Forrest, on se rappelle surtout d'elle pour son interprétation sur scène d'une pièce qui deviendra un peu un film mythique de la comédie américaine. En effet, Sally interprétera 1141 fois, "Sept ans de Féflexion".

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Ci-dessus : Dana Andrews, Sally Forrest, et Thomas Mitchell

Toute l'oeuvre de Lang est donc tournée vers la noirceur. Noirceur des personnages dont la seule ambition est le pouvoir : ambition des directeurs vers la place qu'ils convoitent tout, et qui leur apportera succès et argent, ambition de pouvoir du tueur sur ses victimes. Ainsi, Lang donne ici une critique acerbe de la société américaine de 1956, comme si il savait que le ver est déjà dans le fruit. Ainsi, rien est obtenu normalement. Tous les rapports humains son pervertis. Le patron fait pression sur l'employé pour obtenir ce qu'il souhaite, et l'employé sur le policier. Enfin, tous les rapports humains sont faux. La femme du grand patron a une relation hors mariage avec l'un de ses directeurs, pour mieux le manipuler. Lang aborde ainsi le thème de la sexualité, sur un angle rarement abordé à Hollywood jusque là ou sinon avant que le fameux code de censure "Hays" n'ait été mis en place. La sexualité ne semble ici que perversité, adultère ou tromperie. Ainsi, le film de Lang sonne d'une étrange modernité, enveloppé qu'il est dans une réalisation très classique. Ainsi, le film se prend à tourmenter les héroïnes féminines.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Ci-dessus : Rhonda Fleming et Vincent Price

Avec son casting de stars, Lange mélange, sexe, ambition, pouvoir, et meurtre dans un mélange novateur, comme rarement vu dans le cinéma de cette époque. Le film évoque les côtés les plus noirs de la société américaine des années 50. Mais il choque par sa modernité, qui évoque des oeuvres plus récentes comme "l'étrangleur de Boston" (1968) avec Tony Curtis, qui ira plus loin encore dans le sexe et la violence. Lang dénonce les travers de la société américaine de 1956. L'ambition, le pouvoir, le sexe, tout est en place pour la grande déflagration des années 60, qui culminera avec la mort de Kennedy, la guerre du Vietnam, puis avec la contre-culture. Lang ne pouvait voir tout cela en 1956, mais il pressentait la catastrophe. Et même si la fin du film, semble nous dire que rien ne changera, il en a trop dit avant, pour ne pas avoir laissé au spectateur, l'idée que ce monde touche à sa fin et que les décennies qui s'annoncent seront bien celles des grands bouleversements pour la société américaine et occidentale toute entière. En est on jamais sorti ? Le meilleur des mondes reste encore à inventer. Quant à Lang, il semble être allé ici, au bout de sa recherche formelle en terme de réalisation de film noir et ouvre donc une nouvelle voie pour d'autres films. Il réalisera donc un dernier film aux USA, "l'invraisemblable vérité", avant de renaître tel le Phénix, avec "le tigre du Bengale" (1958) et "le tombeau hindou" (1959), mais cette fois-ci dans des productions allemandes.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Ci-dessus : Ida Lupino, Fritz Lang et Dana Andrews

Film disponible dans un magnifique coffret Wild Side en DVD zone 2 VF ou VO sous-titrée

 

Note : 8 / 10

02/10/2013

Le gentilhomme de la Louisiane / Mississippi Gambler - 1953

L'année 1953, est une année bénie pour le cinéma américain. En effet, si l'application de la loi Sherman anti-trust au cinéma en 1949 et l'apparition de la télévision dans tous les foyers commencent à faire sentir au cinéma ces effets néfastes, le cinéma n'a peut être jamais été aussi bon qu'en ce début des années 50. Ainsi, la moisson de très grands films et de chef-d'oeuvres est impressionnante. On peut citer pour 1952, "chantons sous la pluie", "Ivanhoé" "Scaramouche", ou encore "la maitresse de fer", et pour 1953, "Jules César", "les chevaliers de la table ronde" et combien d'autres ! L'année 1953 a donc produit un cru cinématographique exceptionnel, comme rarement le cinéma mondial en produira plus tard. On peut clairement positionner "le gentilhomme de la Louisiane" à côté de ces très bons films. Alors, c'est vrai qu'il est un peu en retrait, que ce soit en terme de scénario, de musique et de romantisme. Mais il est dans le peloton de tête, que ce soit en terme de réalisation, de costumes, et de décors luxueux au possible permettant la recréation de l'univers de la Louisiane d'avant la guerre de sécession. De plus, l'interprétation des deux stars, Piper Laurie et Tyrone Power est excellente.

legentilhommedelalouisie.jpg

On peut légitimement se poser la question de savoir si le film est un western ou un film d'aventures. Personnellement, je pense que c'est plutôt un film d'aventure. Le scénario est donc un peu linéaire. Mais néanmoins, il a en réserve des ressorts psychologiques insoupçonnés qui lui donnent un final assez étourdissant et pour ne pas dire surprenant. "Le gentilhomme de la Louisiane" nous fait donc tout de suite penser à "la maitresse de fer" tourné l'année précédente. Et c'est une très bonne référence. Le film est une production Universal. En effet, la Fox avait ainsi autorisé Power à tourner pour d'autres studios. La musique de Frank Skinner n'est pas la plus belle musique de film, composée, mais elle reste assez prenante pour rester touchante. On a donc globalement un très bon spectacle aux costumes parfaits, aux décors somptueux, et à  la réalisation excellente, mais qui pêche un peu par un scénario un peu trop linéaire, voir étrangement découpé sur la fin. On passe malgré tout un très bon moment en Technicolor.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Ci-dessus : La très belle Piper Laurie

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Ci-dessus : Piper Laurie et Tyrone Power

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Film disponible en DVD zone 2 chez Sidonis en VF et VO sous-titré

Note : 7,5 / 10