Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/07/2014

Hélène de Troie / Helen of Troy - 1956

"Hélène de Troie" est le type même du péplum tourné à l'ancienne. Il est considéré comme étant un film plutôt faible dans la carrière du réalisateur Robert Wise. Pourtant à mon sens il n'en est rien et le film bénéficie de nombreux atouts. Ainsi en premier lieu, on peut considérer que les décors sont plutôt bons et assez impressionnants dans leur ensemble. On peut contester le bateau de Pâris, qui l'emmène à Sparte, et qui ressemble plus à un drakkar qu'à autre chose. Mais pour le reste, je n'ai pas trouvé d'énormes fautes de goût. La réalisation est très impressionnante et donne lieu à des scènes de bataille digne de l'Iliade d’Homère. On peut d'ailleurs noter que Raoul Walsh était le réalisateur de la seconde équipe. Cela situe tout de suite le film. Non si il y a bien un défaut dans ce "Hélène de Troie" c'est bien le manque criant de charisme de l'ensemble de la distribution. Ainsi, si Rossana Podesta est formidablement  belle, son interprétation est rarement à la hauteur de son personnage. Quant à Jacques Sernas, acteur français, exilé volontaire en Italie, il est spécialisé dans les péplums, mais reste moyennement convaincant ici en Pâris.

HELENE DE TROIE.jpg

Ce que l'on peut noter au crédit du film, c'est que les éclairages, les décors, et le costumes inspiretont sans nulle doute bon nombres de péplums, à commencer par le dernier "Troie" (2003) de Wolfgang Petersen. "Hélène de Troie" survole donc aux niveaux du jeu des acteurs et du casting, l'ensemble des thèmes que Petersen développera plus efficacement dans son film. On retire quand même beaucoup de plaisir à regarder cette version de l'adaptation de l'oeuvre d'Homère. Malheureusement l'absence de charisme du casting plombe un peu l'ensemble et l'empêche d'être un film inoubliable. Cela se traduit par l'absence d'un leader fort du côté des Grecs, et Robert Douglas dans le rôle d'Agamemnon, consteste souvent l'autorité de Ménélas pour devenir plus ou moins le chef des Grecs coalisés. Dans ce casting parfois étrange, on retrouve le parfait Sir Cedric Hardwicke que l'on verra jouer la même année dans "les 10 commandements" et qui reprendra dans ce dernier film le rôle du père de Ramses II. Il est ici un roi Priame très crédible. Enfin la musique est signée Max Steiner. On peut la considérer comme très intéressante et très lyrique. Et rien que la musique du titre, ou les batailles valent le déplacement. On a donc avec ce "Hélène de Troie" une oeuvre parfaitement réalisée pour 1956 et qui n'a pas à rougir de la comparaison avec la version de 2003, ou même avec des oeuvres plus anciennes, si ce n'est au niveau d'un casting certes international, mais un peu faible.

HE.JPG

Ci-dessus : Jacques Sernas & Rossana Podesta

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films, Jacques Sernas, Rossana Podesta, Sir Cedric Hardwicke, Stanley Baker, Niall MacGinnis, robert douglas, max steiner, robert wise, raoul walsh, warner bros

Ci-dessus : Janette Scott (Cassandre), Rossana Podesta & Jacques Sernas

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films, Jacques Sernas, Rossana Podesta, Sir Cedric Hardwicke, Stanley Baker, Niall MacGinnis, robert douglas, Janette Scott, max steiner, robert wise, raoul walsh, warner bros

Ci-dessus : Rossana Podesta

 

Extrait de la musique de Max Steiner :

 

Le majestueux thème d'amour de Max Steiner écrit pour "Hélène de Troie" :

Film disponible en DVD dans la collection "légendes d'Hollywood" chez Warner Bros

Note : 7 / 10

27/08/2013

Le prisonnier de Zenda / The prisoner of Zenda - 1952

A l'occasion d'un voyage en TGV, j'ai revu dernièrement "le prisonnier de Zenda" dans sa version de 1952. "Le prisonnier de Zenda" a connu plusieurs versions. La première date de 1937, produite par Selznick International Pictures, elle avait pour acteurs : Ronald Colman, Madeleine Carroll, Douglas Fairbanks, mais aussi David Niven, et Raymond Massey. Dans la version de 1952, on a repris l'histoire et même les dialogues de la version de 1937, mais les acteurs ne sont plus les mêmes. Ainsi on retrouve Stewart Granger qui joue donc deux rôles : le roi et le voyageur anglais. Il partage l'affiche avec Deborah Kerr, mais aussi avec un James Mason qui tente de lui voler la vedette, et qui joue ici, un admirable traitre. Thorpe s'inspire énormément de la version de 1937 et filme de nouveau des scènes de la version précédente, un peu de la même façon. Ainsi, la scène de bal, rappelle énormément la version de 1937.

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, acteur, actrice, stewart granger, deborah kerr, james mason, Lewis Stone, robert Douglas, Jane Greer, Louis Calhern, alfred newman, richard thorpe

Mais cette oeuvre n'est pas qu'un simple remake. Elle se distingue tout d'abord par un fabuleux Technicolor, par une autre interprétation, avec en premier lieu, la star des films d'aventure des années 50, en la personne de Stewart Granger, mais aussi par une belle musique d'Alfred Newman. De plus, malgré la ressemblance avec le film précédent, Thorpe parvient à donner une identité propre à son film, jusqu'à éclipser la version de 1937. Le "prionnier de Zenda" reste donc dans toutes les mémoires, comme l'archétype du film d'aventure des années 50, avec sa dose de glamour, d'action, et de félons. On ne s'ennuie, pas une seconde et on retrouve son âme d'enfant devant un film remarquable, que l'on peut ranger à côté de "Scaramouche", "Ivanhoé" ou "les chevaliers de la table ronde". Pour toutes ces raisons, et parce que je crois que la fonction du cinéma est d'abord de faire rêver, je mettrai une très bonne note à ce "prisonnier de Zenda". Ainsi ceux qui critiquent ce cinéma, devrait se poser ces simples questions : Dans cent ans, que restera t'il de beaucoup de productions d'aujourd'hui ? Combien iront rejoindre les poubelles de l'art cinématographique ? Vous connaissez ma réponse. "Le prisonnier de Zenda" restera quant à lui un fabuleux classique, pour tout cinéphile éclairé.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,stewart granger,deborah kerr,james mason,lewis stone,robert douglas,jane greer,louis calhern,alfred newman,richard thorpe

Ci-dessus : Deborah Kerr et Stewart Granger

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,acteur,actrice,stewart granger,deborah kerr,james mason,lewis stone,robert douglas,jane greer,louis calhern,alfred newman,richard thorpe

Ci-dessus : Jane Greer et James Mason

 

La bande-annonce :

 

La musique :

 

Note : 9 / 10

18/05/2013

Le Rebelle / The Fountainhead - 1949

"Le Rebelle" est un film sorti en 1949 et tourné par King Vidor. On retrouve dans les principaux rôles : Gary Cooper, Patricia Neal, et Raymond Massey.  Le film est tiré du roman à succès d'Ayn Rand (The Fountainhead) paru en 1938. Barbara Stanwyck était convaincue de la réussite d'une adaptation du roman à l'écran et décida Jack Warner à en acquérir les droits dès 1943. Stanwyck devait proposer Humphrey Bogart pour le rôle principal de l'architecte Roark. Mais Jack Warner refusa, et cela encouragea peut être Bogart à fonder sa propre société de production en 1948. De son côté King Vidor refusa d'engager Stanwyck sur le tournage. En effet, il la jugeait trop âgée pour le rôle de Dominique Francon. Le rôle de Dominique Francon, aurait pu être interprêté par Lauren Baccal , Ida Lupino, Jennifer Jones, Gene Tierney. Veronica Lake,  Joan Crawford toutes pressenties. Joan Crawford devait même organiser un diner pour tenter de convaincre l'auteur Ayn Rand. On pensa également à Greta Garbo, mais elle refusa et finalement Patricia Neal obtint le rôle après un entretien de 15 minutes avec King Vidor. Pour le rôle de l'architecte on pensa après Humphrey Bogart, à Alan Ladd, mais aussi à Clark Gable, la presse de l'époque faisant courir le bruit que Gable voulait absolulement jouer dans ce film. Enfin, on contacta Gary Cooper, mais son agent lui dit de refuser le rôle qui semblait trop éloigné de l'image que le public avait de lui. Mais l'épouse de Cooper devait arriver à convaincre ce dernier, et il accepta. Raymond Massey devait être le puissant directeur du journal et Robert Douglas le critique d'art du même journal, vaniteux et obsédé par le pouvoir. Raymond Massey on se souvient aujourd'hui de lui surtout de lui pour son rôle de John Brown dans "la piste de Santa-Fé" (1940) ou dans "Sabotage à Berlin" (1942) avec Errol Flynn et Robert Douglas on se rappelle de lui pour ses rôles de méchants que ce soit dans "Ivanhoé" (1952) ou dans "le prisonnier de Zenda" (1952).

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,gary cooper,patricia neal,raymond massey,kent smith,robert douglas,henry hull,max steiner,king vidor

Maintenant que je vous ai parlé de la création de ce film, et de la mise en place de son casting, j'évoquerai tout d'abord la forme, puis les thèmes que le film aborde. La forme est absolument magnifique, bien évidemment littéraire, mais aussi lyrique. En premier lieu, ce qui surprend le plus, c'est peut être l'incroyable sensualité de l'oeuvre, qui montre une femme superbe (Patricia Neal) avec des désirs charnels, pour les hommes, faisant son choix parmi les ouvriers d'une carrière, botte et cravache au poing. Pour l'époque il fallait oser. Enfin Vidor, n'a jamais peut être aussi bien caractérisée la passion féminine mais aussi le désir féminin que dans ce film. L'incapacité du personnage de Dominique Francon (Patricia Neal) à faire de Gary Cooper son objet sexuel, et son esclave exaspère sa frustration qui aboutit à une violence dont la cause ne peut être ici que la sexualité insatisfaite. Cooper se décide alors à prendre les devants, à lui répondre et à lui rendre la violence sexuelle qu'aucun homme n'a osé lui donner, faisant passer la scène traditionnelle de glamour hollywoodienne, à une scène où la violence de l'érotisme intellectuel qui en émane, interpelle le spectateur.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,gary cooper,patricia neal,raymond massey,kent smith,robert douglas,henry hull,king vidor

Ci-dessus : Patricia Neal et Gary Cooper

Mais avant d'être l'histoire d'une femme, Dominique Francon lassée et dégoûtée de la vie, qui fait des hommes et des choses ses esclaves pour mieux les rejeter par peur de s'y attacher, "le rebelle" est l'histoire d'un homme, de la carrière et de la vie privée d'un architecte (Howard Roark) joué par Gary Cooper. Le film aborde de nombreux thèmes, et on peut considérer chaque personnage comme un thème à lui tout seul. Si nous avons déjà vu le personnage féminin de Dominique Francon, le personnage de Gary Cooper est, quant à lui, le représentant de l'absolu nécessité de suivre son chemin contre ce que la société nous ordonne de faire, contre l'opinion générale, contre la norme, et finalement contre tout ce qui peut entraver l'Homme dans sa marche vers sa destinée, l'esprit de l'Homme devant être son seul guide. Ainsi, le film va nous faire parcourir de la plus belle des manières, la destinée de cet architecte, absolument et résolument insoumi.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,gary cooper,patricia neal,raymond massey,kent smith,robert douglas,henry hull,king vidor

Comme je l'ai déjà dit et comme vous l'avez compris, le film est magnifiquement écrit, quoique parfois trop bavard, et magnifiquement réalisé. Il n'y a quasiment rien à rejeter de ce pur joyau du film hollywoodien, à la musique envoûtante d'un Max Steiner très inspiré pour l'occasion. Certains ont pu voir dans le personnage de cet architecte, un sur-homme. Il n'en est rien. Cet homme nous indique le chemin que nous devrions tous suivre. En effet, après tout, quoi de plus lourd et de plus léger tout à la fois, que de croire en ses idées ? Quelle plus lourde responsabilité que de ne rien marchander ? Par sa forme profondément lyrique voir quasiment poétique, et par son sujet, ce film touche au sublime et à l'incroyable difficulté d'être simplement un Homme dans tous les sens du terme. "Le rebelle", est donc autant une leçon de vie, qu'un chef d'oeuvre absolu. A noter que Gary Cooper devait retrouver Patricia Neal l'année suivante dans "le Roi du tabac", mais cette fois-ci sous la direction de Michael Curtiz.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,gary cooper,patricia neal,raymond massey,kent smith,robert douglas,henry hull,king vidor

 

La bande-annonce :

 

Extrait de la musique :

Disponible en DVD zone 2

Citations de l'auteur Ayn Rand dont le roman a inspiré le film : « Ma philosophie conçoit essentiellement l'Homme comme un être héroïque dont l'éthique de vie est la poursuite de son propre bonheur, la réalisation de soi son activité la plus noble, et la Raison son seul absolu. »

Note : 9 / 10

25/08/2012

Ivanhoé -1952

J'ai envie de vous parler d'un de mes films préférés. Il s'agit d'Ivanhoé, film éponyme du héros du roman de Walter Scott. Ce film a été tourné en 1952 par Richard Thorpe,  un des maîtres du cinéma d'aventures hollywoodiens.

cinéma,cinema,acteur,actrices,film,films,hollywood,robert taylor,richard thorpe,elizabeth taylor,joan fontaine,george sanders,robert douglas,finlay currie

Ce film avait tous les ingrédients du succès. Tout d'abord un casting fabuleux, avec Robert Taylor, Elizabeth Taylor, Joan Fontaine, George Sanders, et Robert Douglas dans les rôles principaux. Je n'ai pas besoin de parler ou de présenter Robert & Elizabeth Taylor. Pour George Sanders, c'est un acteur fabuleux que l'on retrouve par exemple dans "le portrait de Dorian Gray", "All about Eve" ou dans "Bel Ami" de d'Albert Lewin. Robert Douglas est un acteur beaucoup moins en vue. Mais on se rappelle de son rôle de félon dans le "Prisonnier de Zenda" avec Stewart Grangers. Il apparaîtra d'ailleurs ensuite dans un autre film de chevaliers : "Richard Coeur de Lion".

 

Ivanhoé fait parti de la trilogie de films de chevaliers avec Robert Taylor : Ivanhoé, les chevaliers de la table ronde, et Quentin Duward.

 

ci-dessous Robert Taylor et Joan Fontaine :

cinéma, acteur, actrices, film,films, Hollywood

 

La réalisation de Richard Thorpe est parfaite et sait exploiter le technicolor de l'époque. Bien entendu on peut aujourd'hui regretter un manque certains d'effets spéciaux dans les scènes d'actions. Mais le scénario, le casting, emportent les dernières réticences. Qui plus est, si on ajoute à cela la fabuleuse musique de Miklos Rosza.

 

Elizabeth Taylor :

 

cinéma, acteur, actrices, film,films, Hollywood

 

Ce que j'adore dans ce film, c'est également le caractère du héros que l'on peut relier à celui du film que j'évoquais dans ma note précédente. Mais néanmoins, là le personnage d'Ivanhoé est un peu différent. Là il est guidé non pas par la vengeance mais par ce qui est juste et par ce qui doit être. La morale du film serait un peu :"fait ce qui doit être fait pour que les choses aillent mieux".

 

cinéma,cinema,acteur,actrices,film,films,hollywood,robert taylor,richard thorpe,elizabeth taylor,joan fontaine,george sanders,robert douglas,finlay currie

 

Extrait musical de l'ouverture d'Ivanhoé :

 

 

 

On ne peut être aussi que profondément touché par la recréation sous nos yeux de cet univers du moyen-âge qui va du troubadour chantant, à l'art de la table en passant par les scènes fabuleuses du tournoi de chevalerie ou du siège du château. Tout un monde disparu depuis des siècles renait nous nos yeux. Ce monde est bien entendu totalement idéalisé et hollywoodien au possible. Il n'en reste pas moins que les rêves d'enfants sont parfois plus forts que la réalité, et que l'usine à rêve hollywoodienne a construit et idéalisé aussi l'image que l'on se fait du passé.

 

En résumé : Comme on disait à Hollywood dans les années 50 pour ce type de film : "That's Entertainment !!"

 

 

P.S

BOUGEZ VOUS LES EDITEURS ET SORTEZ CE TYPE DE FILM EN BLU-RAY !!!!


NOTE : 9 / 10