Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2013

Le chevalier sans armure / Knight without armor - 1937

"Le chevalier sans armure" est une production d'Alexandre Korda, et fait donc parti de la salve de films sortis par Elephant Films en novembre. On peut tout d'abord remercier cet éditeur pour deux choses. Tout d'abord, il faut le remercier de rappeler à notre mémoire cinéphilique, ce cinéma anglais un peu oublié, et pour les très intéressants commentaires de Jean-Pierre Dionnet. Et c'est un peu aussi grâce à ces commentaires présents dans les bonus du film, que je vais pouvoir enrichir cette note. Donc "le chevalier sans armure", production d'Alexandre Korda, est tiré du roman de James Hilton. On sait que James Hilton a été très souvent adapté au cinéma pour différents romans. Le film est réalisé par le réalisateur belge Jacques Feyder, qui fit tant pour le cinéma français. On retrouve des maîtres que ce soit à la photographie, comme premier opérateur, ou à la musique. Ainsi à la photographie, on a Harry Stradling Sr, qui se distinguera en particulier par son très beau travail sur "My Fair Lady" (1962) avec Audrey Hepburn et Rex Harrisson. Ainsi, on retrouve une des scènes de "My Fair Lady" avec la fameuse course de chevaux en 1913, à Ascot. Comme premier opérateur, on retrouve un certain Jack Cardiff, qui travaillera sur de très nombreux films de John Ford et qui finira seul, "le jeune Cassidy" (1964), commencé par Ford. Et à la musique, il y a un certain Miklos Rozsa, dont c'est la première composition. On en reparlera plus tard. Avec une telle équipe, il était difficile de ne pas faire un chef-d'oeuvre du cinéma. Et c'est bien le cas.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Marlène Dietrich, Robert Donat, Irene Vanbrugh, Harry Stradling, jack cardiff

Dans le casting, on retrouve donc en tête, Marlene Dietrich et Robert Donat. dans le rôle du héros. Robert Donat, devait jouer un héros un peu perdu, du fait qu'il a le rôle d'un anglais exilé, dans les neiges de la Russie. Et il s'en sort très bien, car Donat était dans la vraie vie, un homme fragile, sujet à des crises d'asthme, dont la dernière devait d'ailleurs l'emporter à l'âge de 53 ans. Quant à Dietrich, elle ressort de sa période "Josef von Sternberg", qui sera peut être son plus grand réalisateur. Après Marlene, Sternberg perdra malheureusement petit à petit son cinéma. La période visitée par "le chevalier sans armure" est la révolution russe, et on pense évidemment au "Docteur Jivago" (1962) de David Lean lorsqu'on voit ce film. Alors évidemment, "le chevalier sans armure" n'atteint pas les sommets de l'oeuvre de Lean, mais il y a une telle réunion de nombreux talents que ce soit sur l'écran ou dans l'équipe technique, que l'on ait sans aucun doute, en face d'un chef d'oeuvre. On pourra néanmoins reprocher à l'écriture scénaristique de sauter par exemple une scène essentielle, comme l'évasion par Marlene de sa prison.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Marlène Dietrich, Robert Donat, Irene Vanbrugh, Harry Stradling, jack cardiff

Ci-dessus : Marlene Dietrich et Robert Donat

Le visage de Marlene est admirablement filmé par des jeux de lumière incessants. Et cela donne un côté fascinant et extraordinaire au film. On peut lui reprocher un jeu parfois légèrement surfait. Mais ce n'est à rien à côté des qualités d'un film, qui nous montre la disparition de la Russie du Tsar et l'arrivée du communisme. Le film navigue donc entre romantisme, tragédie, horreur de la révolution, et onirisme.  Il y a beaucoup de scènes marquantes. Mais l'une d'elle est, la reconquête d'une ville Rouge, par les Blancs (partisans du Tsar). Un diner est alors donné en l'honneur de Marlene. Et là c'est l'ancienne Russie qui de nouveau existe, et qui réapparaît, réunion de fantômes que le souffle de l'histoire balaiera en un clin d'oeil, tout cela avec pour fond musical la première composition de Miklos Rozsa, qui a des accents lyriques que l'on retrouvera plus tard dans le reste de son oeuvre. Mais la musique a aussi, ici des accents russes, que le sujet lui impose. Voilà. Vous savez presque tout, sur "le chevalier sans armure", un magnifique mélodrame, qui n'attend que d'être découvert par vous, cinéphiles de notre temps. Il le mérite amplement.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Marlène Dietrich, Robert Donat, Irene Vanbrugh, Harry Stradling, jack cardiff

Ci-dessus : Marlene Dietrich et Robert Donat

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Marlène Dietrich, Robert Donat, Irene Vanbrugh, Harry Stradling, jack cardiff

Ci-dessus : Marlene Dietrich

 

La musique du film:

Disponible chez Elephant Films en DVD zone 2 sous-titrée

 

Note : 7,5  / 10

07/12/2012

Les 39 marches / The 39 Steps - 1935

"Les 39 marches" est un film d'Alfred Hitchcock qui peut être considéré un peu comme le mètre étalon de très nombreux autres films d'Hitchcock comme "Jeune et innocent", "Correspondant 17", "La cinquième Colonne" et à "La Mort aux trousses". Comme dans tous ces films on trouve un homme accusé à tort de meurtre qui bénéficie de l'aide volontaire ou non d'une jeune femme. Les interprètes principaux sont Robert Donat et Madeleine Carroll. Le film est tiré d'un roman de John Buchan et a été adapté par un scénario de Charles Bennett. Ce dernier signera une collaboration avec Hitchcock de 4 films : "L'Homme qui en savait trop", Les 39 Marches, "Agent secret", "Jeune et innocent" et "Correspondant 17".

39steps.jpg

"Les 39 Marches" reste passionnant car c'est le genre de film dans lequel on ne sait pas ce qui va se passer à la scène suivante. Chaque scène amène le spectateur dans un univers différent. On passe de la salle de spectacle, à une chambre, une cuisine, un train, la lande écossaise etc. Bref les lieux sont nombreux. On sent bien qu'Hitchcock n'est pas encore au sommet de son art, mais que ce film porte en lui les premières fleurs qui donneront les merveilleux fruits de sa future carrière américaine. Ainsi la scène du train où Robert Donat s'accroche à une portière reste mythique. Enfin, l'idée géniale reste déjà en premier lieu dans le titre énigmatique. Que signifie t'il ? Et si la question est posée au début du film,

ThirtyNineSteps1TN.jpg

il n'y aura de réponse qu'à la fin. Ce qui oblige le spectateur à vouloir connaître la fin. Car il y a bien autre chose derrière cette fausse accusation de meurtre comme vous pouvez vous en douter. Bref, on ne s'ennuie jamais. Les moments plus calmes sans action, sont comblés par les scènes de comédie entre le couple Donat/Carroll. On retrouve quelques scènes charmantes dans la chambre d'hotel, où Madeleine Carroll enlève ses bas trempés avec la main menotée de Robert Donat qui est obligée de suivre ses gestes. Le couple menoté est il le symbole du mariage pour Hitchcock ? Deux êtres qui vivent ensembles sans s'aimer, mais les menottes enlevées la femme reste quand même car l'un et l'autre ont un intérêt commun : l'amour ? ou plus sûrement connaître la vérité. Je ne sais pas ce que l'on doit en penser. Mais le discours politique de Donat rempi de tolérance et d'humanisme reste clairement un appel à l'arrêt de tous les extrèmistes des années 30. On a également la présence d'un train qui est l'élément symbolique peut être le plus utilisé par Hitchcock dans tous ses films. Le train symbolisme de la vie ou plus exactement du destin auquel on ne peut pas échapper et qui nous emmène d'un point à un autre. On a donc là un film, qui va plus loin qu'il veut bien le laisser croire et qui est bien le grand film d'un réalisateur mythique.

Image1.jpg

Ci-dessus Madeleine Carroll, Robert Donat

les 39 marches222.JPG

Ci-dessus Madeleine Carroll, Robert Donat et Alfred Hitchcock sur le plateau des 39 marches.

 

Je finirais en laissant la parole à d'autres critiques :

« Maître des sensations fortes et du suspense, de l'humour incongru et de l'horreur à froid, Hitchcock se sert de sa caméra, comme un peintre de son pinceau, stylisant son histoire et lui apportant des nuances que le scénariste aurait difficilement pu soupçonner… », New York Times, 1935.
« À son aise, sûr de séduire, Hitchcock multiplie les beautés. Il est détendu. À la plénitude de la matière correspondent tout naturellement la plénitude du scénario et la plénitude de la mise en scène… », Claude Chabrol et Éric Rohmer, Éditions universitaires, 1957.
« Le héros est un homme, pas un "Christ", et cet homme ne connaît que la femme qui le sauvera. Chez Hitchcock, ce sont toujours les femmes qui sauvent… », Noël Simsolo, Hitchcock, cinéma d'aujourd'hui, 1969.
« Les 39 Marches marque son époque d'une manière indélébile. En simplicité, économie et technique cinématographique pure, il dépasse même Le Faucon maltais de John Huston. Ce film comporte déjà, et c'est assez surprenant, tous les thèmes que le réalisateur développera et perfectionnera par la suite… », Donald Spoto, L'Art d'Alfred Hitchcock, Edilig, 1976.
« Tout est réussi dans le film. Le couple Donat/ Carroll est l'un des plus efficaces de la saga hitchcockienne, la poursuite échevelée à souhait, et le rocambolesque tient ici sa vraie place dans la stylistique de l'œuvre: une des premières… », Marc Cerisuelo, Dictionnaire des films, Larousse, 1990.

tumblr_m7ako6sYre1qiz3j8o1_500.gif

 

Film disponible depuis le 04 décembre en Bluray : Très bonne qualité d'image pour un film de 1935. (VF pas d'époque semble t'il mais très acceptable).

 

NOTE : 7 / 10