Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2015

La valse des pantins / The King of Comedy - 1983

"La valse des pantins" est le cinquième des huit films qui réuniront le duo Martin Scorsese / Robert De Niro. Le film a un ton très particulier, parce que ce n'est pas vraiment une comédie, et ce n'est pas vraiment un drame. C'est par contre assurément une histoire intéressante, qui nous raconte, l'ascension d'un raté du showbiz, Rupert Pupkin (Robert De Niro). Celui-ci attend tous les soirs, le présentateur d'un célèbre show télévisé (Jerry Lewis), et rêve de le rencontrer et de lui adresser la parole. Et un soir, l'impossible lui arrive. Sur ce scénario Scorsese s'amuse à nous montrer Rupert Pupkin entrainer son entourage, dans son obsession presque folle. On sourit beaucoup devant Rupert qui agace et fatigue tous les membres de son entourage par son impossible optimisme et son égocentrisme exacerbé. Mais l'homme fait aussi pitié, sans situation, obsédé par l'animateur et son show, il ne cherche pas d'autre travail et vit toujours fauché chez sa mère. La médiocrité du personnage prête à sourire, autant qu'elle interpelle. Et finalement, on se sent proche de Rupert qui cherche à tout prix la notoriété, le succès et l'argent. On le voit attendre de longues minutes, un improbable entretien avec son idole, une place, un travail avec celui qu'il vénère. Malgré le ton décalé, on arrive à s'attacher à Rupert et à sa médiocrité. Car il n'est pas sans talent, il n'en a tout simplement pas assez. Le film est une critique de la société américaine des médias et aussi une ode aux médiocres et aux moyens, obsédés par une idée. Il fait parfois penser à "Network" (1976) de Sidney Lumet avec William Holden et Faye Dunaway, mais s'éloigne de la fin tragique de ce dernier.  Le trait de génie de Scorsese, est aussi de nous donner des scènes où Rupert se voit discutant de sa carrière avec son idole. C'est très drôle, parce qu'on se doute après un moment que ce n'est pas possible. Bref ! J'arrête là pour ne pas vous révéler trop la trame du film. Vous l'avez compris, "La valse des pantins" est un film pas comme les autres, mais qui vous fera sourire et sans nulle doute, vous interroger.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro,jerry lewis,diahnne abbott,sandra bernhard,shelley hack,ed herlihy,martin scorsese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro,jerry lewis,diahnne abbott,sandra bernhard,shelley hack,ed herlihy,martin scorsese

Ci-dessus : Robert De Niro et à droite Jerry Lewis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro,jerry lewis,diahnne abbott,sandra bernhard,shelley hack,ed herlihy,martin scorsese

Ci-dessus : Robert De Niro

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro,jerry lewis,diahnne abbott,sandra bernhard,shelley hack,ed herlihy,martin scorsese

 Ci-dessus : Robert De Niro & Diahnne Abbott

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro,jerry lewis,diahnne abbott,sandra bernhard,shelley hack,ed herlihy,martin scorsese

Ci-dessus : Jerry Lewis & Robert De Niro

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro,jerry lewis,diahnne abbott,sandra bernhard,shelley hack,ed herlihy,martin scorsese

Ci-dessus : Sandra Bernhard

Disponible en DVD & Bluray Zone 2 en VF et VO sous-titrée

 

Note : 7,5 / 10

29/05/2015

Les Affranchis / The Goodfellas - 1990

"Les Affranchis" est un des plus grands films tournés sur le crime organisé. Il est l'un des 8 films tournés par Martin Scorsese, avec Robert De Niro. Autant le dire tout de suite, je ne crois pas qu'il existe un mauvais film de Martin Scorsese. Et très souvent, son oeuvre est baignée par un étrange sentiment de fascination et de répulsion pour le monde de la mafia. Ainsi, que ce soit dans "Mean Streets" (1973), "les affranchis", ou encore "Casino" (1995), Scorsese est comme un poisson dans l'eau dans l'univers du crime organisé. "Les Affranchis" est sans doute la pièce maîtresse de son oeuvure sur le gangstérisme. Le film est superbe. Tout d'abord il repose sur un très bon casting, regroupant donc Robert De Niro, mais aussi Ray Liotta, Joe Pesci, et Lorraine Bracco. Et ce qui est très fort, c'est que parmi les dizaines de personnages, les moindres seconds rôles sont également excellents. Ainsi, il faut citer en tête de liste, Paul Sorvino, inoubliable en Paul Cicero ou encore Frank Vincent en Billy Batts. On pourrait multiplier ainsi les citations d'acteurs littéralement au top de leur forme.

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niroCe qui surprend quand on voit "les affranchis" aujourd'hui, c'est qu'on en découvre toujours quelque chose de nouveau. La plupart des scènes sont mythiques. Et il s'appuie, sur un excellent scénario, inspiré de faits véridiques et de personnes ayant existés, qui marie le récit en voix-off et l'action. On ne peut parler des "Affranchis", sans citer la grande star du film : sa musique. En effet, la musique reprend les plus grands standards américains des années 50 à 70. Le choix est plein de perspicacité. Et je me souviens que contre toute attente, c'était une dame d'un certain âge, qui avait choisi les titres avec Scorsese, car elle avait une culture impressionnante de la musique américaine de ces années 50, 60 & 70. Je dois avouer que je reste encore choqué à chaque vision de ce film violent, pas seulement par sa violence, mais parce que c'est tout simplement un superbe film, à réserver à un public adulte. Et franchement, je ne peux m'empêcher de penser, que les pires ordures de gangsters du bon vieux temps, ils avaient quand même une autre classe que les petites frappes d'aujourd'hui.

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro,joe pesci,ray liotta,lorraine bracco,paul sorvino,martin scorsese

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,robert de niro

 

Extrait :

 Disponible en DVD & Bluray en VF et VO sous-titrée

Note : 10 / 10

08/05/2015

Midnight Run - 1988

"Midnight Run" est la comédie policière typique de la fin des années 80. Réalisé par Martin Brest, le film apporte son lot d'aventures, d'humour et de surprises. "Midnight Run" signifie en argot, "mission facile". Avec cette histoire de chasseur de primes qui doit ramener un comptable de la mafia à un organisme de gestion de cautions, on se doute que ce sera tout le contraire. Le casting est très bon, avec un Robert De Niro, imprégné dans son rôle de chasseur de primes, à l'incapacité émotionnelle palpable et à la vie personnelle, et professionnelle misérable. Son métier semble être une espèce de thérapie pour son personnage. Malheureusement, l'antidote professionnelle lui fait prendre des risques inconsidérés, et n'apporte aucune solution à ses problèmes personnels et financiers. L'autre personnage principal est donc le comptable qui analyse tout, joué par un Charles Grondin très bon, espèce d'antithèse du personnage de De Niro. Les seconds rôles sont aussi au niveau avec en tête, Joe Pantoliano, John Ashton, ou Joe Farina en patron de la mafia locale. On peut noter que John Ashton retrouvera le réalisateur Martin Brest, 4 ans plus tard, dans "le flic de Beverly Hills". "Midnight Run" est donc facile, et très peu intellectualisé mais le spectacle reste très distrayant. De plus, l'étude du caractère des personnages est plutôt intéressante. C'est donc assez dur de trouver, des défauts à ce film, sinon qu'il ne se prend pas au sérieux. Mais après tout, c'est bien le concept du film en lui même. "Midnight Run" reste donc un classique de la comédie policière américaine des années 80 et c'est un film que l'on revoit toujours avec plaisir. Une sortie Bluray en France serait d'ailleurs bienvenue.

large_pVUfLM9z2H2rxB4Til8YvjUjnp.jpg

Midnight.jpg

646299501263490656.jpg

midnightrundeniro.png

url.png

MRun1.jpg

Ci-dessus : Robert De Niro & Charles Grondin

Disponible en DVD Zone 2, en VF et VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

08/02/2015

American Bluff / American Hustle - 2013

J'ai vu un film relativement récent hier après-midi. Et oui, cela m'arrive de temps en temps. Et j'ai vraiment aimé. Pour ceux, qui doutent de la vivacité artistique du cinéma américain d'aujourd'hui, je leur conseille tout particulièrement, cet "American bluff" qui réunit autour de Christian Bale, Amy Adams, Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Jeremy Renner, et Robert De Niro en guest-star. Le film ressemble beaucoup dans sa construction au film de Martin Scorsese "les affranchis" (1990). Alors bien sûr, tout est moins fort et le film de Scorsese reste une référence ultime dans la catégorie, film de gangsters. Pourtant "American Bluff" tire son épingle du jeu, apportant un ton propre, se concentrant particulièrement sur l'humour et éliminant quasiment toute forme de violence, sinon verbale, et faisant de l'oeuvre, une incroyable comédie policière. Le film comprend ainsi plusieurs scènes anthologiques. Et on prend beaucoup de plaisir à suivre l'arnaque du siècle se mettre en place, avec toutes les répercussions humaines sur les personnages. Car contrairement à la masse des films hollywoodiens, qui sortent, "American Bluff" a un très bon scénario et des dialogues réellement percutants et travaillés. On sait que Eric Warren Singer et David O Russell le réalisateur ont travaillé dessus. Et cela se voit. C'est vraiment du bon boulot. On peut ajouter, que la jolie Amy Adams, se balade sans soutien-gorge, les trois-quarts du film. On a peine à croire que les femmes s'habillaient ainsi dans les années 70. Ce devait être une époque de folie quand on y repense.

199998.jpg

Mais la réussite d'American Bluff, c'est aussi son casting, avec en tête un Christian Bale qui a pris 18 kilos pour la circonstance, mais aussi la formidable prestation de Jennifer Lawrence, et de tous les autres. A tout cela, il faut ajouter la formidable BO d'époque, qui reprend des grands titres internationaux. C'est un peu la même idée, que dans "les affranchis" qui revisitait la musique des années 50, 60 et 70. "American Bluff" est vraiment une réussite. Et c'est toujours un plaisir de revoir Robert De Niro, reprendre son rôle de vieux mafieux psychopathe, et l'entendre dire quelque chose comme :"J'espère qu'il y a vraiment quelqu'un de votre côté, parce que nous on est là"."American Bluff" est donc bien la preuve qu'aujourd'hui, l'on peut encore faire du cinéma sans effets spéciaux et images numériques dégoulinantes, et ce pour seulement 40 millions de dollars et en rafler 240 millions. Il va falloir que l'on s'intéresse de plus près, à la filmographie de David O Russell. Il se pourrait bien qu'Hollywood possède un génie et qu'on nous ait rien dit.

7878999.JPG

Ci-dessus : Christian Bale

ab.jpg

Ci-dessus : Bradley Cooper et Christian Bale

12333.JPG

Ci-dessus : Bradley Cooper, Amy Adams, & Christian Bale

45456.JPG

Ci-dessus : Jennifer Lawrence

787891.JPG

Ci-dessus : Bradley Cooper

898975.JPG

Ci-desuss : Jeremy Renner

american-bluff-american-hustle-05-02-2014-1-g.jpeg

Ci-dessus : Amy Adams, Bradley Cooper, Jeremy Renner, Christian Bale, Jennifer Lawrence

8989.JPG

1212.JPG

78789121.JPG

Ci-dessus : le réalisateur David O Russell sur le plateau d'American Bluff.

La bande-annonce :

Disponible en DVD & Bluray Zone 2 et B en VF & VO sous-titrée français

Note : 8 / 10

24/10/2013

Hommage à Robert de Niro !

Lorsqu'on regarde la filmographie de Robert de Niro on se rend compte tout de suite qu'il a eu une carrière bien remplie, mais surtout on se souvient de sa présence formidable dans chacun de ses films. Aujourd'hui Robert de Niro a vieilli et a 70 ans, il n'en reste pas moins un acteur extraordinaire, capable de tout exprimer et de tout jouer. J'aimerai aujourd'hui lui rendre un vibrant hommage pour l'ensemble de sa carrière et lui souhaiter de pouvoir nous divertir encore longtemps. Merci Monsieur De Niro !

robert-de-niro-20060301-112404.jpg

Filmographie

Comme acteur

Années 1960

  • 1965 : Trois Chambres à Manhattan de Marcel Carné : Un client au dîner
  • 1968 : Les Jeunes Loups de Marcel Carné : Un client chez Popov
  • 1968 : Greetings de Brian De Palma : Jon Rubin
  • 1969 : Sam's Song de John Broderick : Sam Nicoletti
  • 1969 : The Wedding Party de Brian De Palma : Cecil

Années 1970

  • 1970 : Bloody Mama de Roger Corman : Lloyd Barker
  • 1970 : Hi, Mom! de Brian De Palma : Jon Rubin
  • 1971 : Jennifer on My Mind de Noel Black : Mardigian
  • 1971 : Né pour vaincre (Born to Win) d'Ivan Passer : Danny
  • 1971 : The Gang That Couldn't Shoot Straight de James Goldstone : Mario Trantino
  • 1973 : Le Dernier Match (Bang the Drum Slowly) de John D. Hancock : Bruce Pearson
  • 1973 : Mean Streets de Martin Scorsese : John « Johnny Boy » Civello
  • 1974 : Le Parrain 2 (The Godfather: Part II) de Francis Ford Coppola : Vito Corleone jeune
  • 1976 : Taxi Driver de Martin Scorsese : Travis Bickle
  • 1976 : 1900 (Novecento) de Bernardo Bertolucci : Alfredo Berlinghieri
  • 1976 : Le Dernier Nabab (The Last Tycoon) d'Elia Kazan : Monroe Stahr
  • 1977 : Le Parrain (The Godfather: A Novel for Television) de Francis Ford Coppola (mini-série) : Vito Corleone jeune
  • 1977 : New York, New York de Martin Scorsese : Jimmy Doyle
  • 1978 : Voyage au bout de l'enfer (The Deer Hunter) de Michael Cimino : Michael Vronsky

Années 1980

  • 1980 : Raging Bull de Martin Scorsese : Jake LaMotta
  • 1981 : Sanglantes confessions (True Confessions) d'Ulu Grosbard : Des Spellacy
  • 1983 : La Valse des pantins (The King of Comedy) de Martin Scorsese : Rupert Pupkin
  • 1984 : Il était une fois en Amérique (Once Upon a Time in America) de Sergio Leone : David « Noodles » Aaronson
  • 1984 : Falling in Love d'Ulu Grosbard : Frank Raftis
  • 1985 : Brazil de Terry Gilliam : Archibald « Harry » Tuttle
  • 1986 : Mission (The Mission) de Roland Joffé : Rodrigo Mendoza
  • 1987 : Angel Heart : Aux portes de l'enfer (Angel Heart) d'Alan Parker : Louis Cyphre
  • 1987 : Les Incorruptibles (The Untouchables) de Brian De Palma : Al Capone
  • 1988 : Midnight Run de Martin Brest : Jack Walsh
  • 1989 : Jacknife de David Jones : Joseph « Jacknife » Megessey
  • 1989 : Nous ne sommes pas des anges (We're No Angels) de Neil Jordan : Ned

Années 1990

  • 1990 : Stanley & Iris de Martin Ritt : Stanley Everett Cox
  • 1990 : Les Affranchis (Goodfellas) de Martin Scorsese : Jimmy Conway
  • 1990 : L'Éveil (Awakenings) de Penny Marshall : Leonard Lowe
  • 1991 : La Liste noire (Guilty by Suspicion) d'Irwin Winkler : David Merrill
  • 1991 : Backdraft de Ron Howard : Donald « Shadow » Rimgale
  • 1991 : Les Nerfs à vif (Cape Fear) de Martin Scorsese : Max Cady
  • 1992 : The Godfather Trilogy: 1901-1980 de Francis Ford Coppola (réédition de la trilogie en VHS et laserdisc) : Vito Corleone jeune
  • 1992 : Hollywood Mistress (Mistress) de Barry Primus : Evan M. Wright
  • 1992 : La Loi de la nuit (Night and the City) d'Irwin Winkler : Harry Fabian
  • 1993 : Mad Dog and Glory de John McNaughton : Wayne « Mad Dog » Dobie
  • 1993 : Blessures secrètes (This Boy's Life) de Michael Caton-Jones : Dwight Hansen
  • 1993 : Il était une fois le Bronx (A Bronx Tale) de Robert De Niro : Lorenzo Anello
  • 1994 : Frankenstein de Kenneth Branagh : La Créature
  • 1995 : Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma d'Agnès Varda : Le mari de la star-fantasme en croisière
  • 1995 : Casino de Martin Scorsese : Sam « Ace » Rothstein
  • 1995 : Heat de Michael Mann : Neil McCauley
  • 1996 : Le Fan (The Fan) de Tony Scott : Gil Renard
  • 1996 : Sleepers de Barry Levinson : Le père Bobby
  • 1996 : Simples Secrets (Marvin's Room) de Jerry Zaks : Le Dr Wally
  • 1997 : Cop Land de James Mangold : Le lieutenant Moe Tilden
  • 1997 : Des hommes d'influence (Wag the Dog) de Barry Levinson : Conrad Brean
  • 1997 : Jackie Brown de Quentin Tarantino : Louis Gara
  • 1998 : De grandes espérances (Great Expectations) d'Alfonso Cuarón : Arthur Lustig
  • 1998 : Ronin de John Frankenheimer : Sam
  • 1999 : Mafia Blues (Analyze This) de Harold Ramis : Paul Vitti
  • 1999 : Personne n'est parfait(e) (Flawless) de Joel Schumacher : Walt Koontz

Années 2000

  • 2000 : Les Aventures de Rocky et Bullwinkle (The Adventures of Rocky & Bullwinkle) de Des McAnuff : Chef Sans-Peur (voix)
  • 2000 : Les Chemins de la dignité (Men of Honor) de George Tillman Jr. : Le maître principal Leslie Sunday
  • 2000 : Mon beau-père et moi (Meet the Parents) de Jay Roach : Jack Byrnes
  • 2001 : 15 minutes (15 Minutes) de John Herzfeld : L'inspecteur Eddie Flemming
  • 2001 : The Score de Frank Oz : Nick Wells
  • 2002 : Showtime de Tom Dey : L'inspecteur Mitch Preston
  • 2002 : Père et Flic (City by the Sea) de Michael Caton-Jones : Vincent LaMarca
  • 2002 : Mafia Blues 2 : La Rechute (Analyze That) de Harold Ramis : Paul Vitti
  • 2004 : Godsend, expérience interdite (Godsend) de Nick Hamm : Richard Wells
  • 2004 : Gang de requins (Shark Tale) d'Éric Bergeron : Don Lino (voix)
  • 2004 : Mon beau-père, mes parents et moi (Meet the Fockers) de Jay Roach : Jack Byrnes
  • 2004 : Le Pont du roi Saint-Louis (The Bridge of San Luis Rey) de Mary McGuckian : L'archevêque de Lima
  • 2005 : Trouble Jeu (Hide and Seek) de John Polson : David Callaway
  • 2006 : Raisons d'État (The Good Shepherd) de Robert de Niro : Bill Sullivan
  • 2006 : Arthur et les Minimoys de Luc Besson : Le roi des Minimoys (voix pour la version anglophone)
  • 2007 : Stardust de Matthew Vaughn : Le capitaine Shakespeare
  • 2008 : La Loi et l'Ordre (Righteous Kill) de Jon Avnet : Le lieutenant Tom « Turk » Cowan
  • 2008 : Panique à Hollywood (What Just Happened?) de Barry Levinson : Ben

Années 2010

  • 2010 : Everybody's Fine de Kirk Jones : Frank Goode
  • 2010 : Mon beau-père et nous (Little Fockers) de Paul Weitz : Jack Byrnes
  • 2010 : Machete de Robert Rodriguez et Ethan Maniquis : Le sénateur McLaughlin
  • 2011 : Killer Elite de Gary McKendry : Hunter
  • 2011 : Stone de John Curran : Jack Mabry
  • 2011 : Limitless de Neil Burger : Carl Van Loon
  • 2011 : L'amour a ses raisons (Manuale d'amore 3) de Giovanni Veronesi : Adrian
  • 2011 : Happy New Year (New Year's Eve) de Garry Marshall : Stan Harris
  • 2012 : Monsieur Flynn (Being Flynn) de Paul Weitz : Jonathan Flynn
  • 2012 : Red Lights de Rodrigo Cortés : Simon Silver
  • 2012 : Unités d'élite (Freelancers) de Jessy Terrero : Le capitaine Joe Sarcone
  • 2013 : Happiness Therapy (Silver Linings Playbook) de David O. Russell : Pat Solitano Sr.
  • 2013 : Un grand mariage (The Big Wedding) de Justin Zackham : Don Griffin
  • 2013 : Killing Season de Mark Steven Johnson : Benjamin Ford
  • 2013 : Malavita (The Family) de Luc Besson : Fred Blake
  • 2013 : Last Vegas de Jon Turteltaub : Paddy
  • 2013 : Grudge Match de Peter Segal : Billy « The Kid » McGuigan
  • 2014 : American Hustle de David O. Russell : Victor Tellegio
  • Projet : Hands of Stone de Jonathan Jakubowicz : Ray Arcel
  • Projet : Candy Store de Stephen Gaghan
  • Projet : The Irishman de Martin Scorsese

 

Hommage vidéo :

 

08/01/2013

Happy New Year / New Year's Eve - 2011

Pour bien commencer la nouvelle année, autant parler d'un film assez sympathique : "Happy New Year". On y retrouve le tout Hollywood avec entre autres : Robert de Niro, Michelle Pfeiffer, Josh Duhamel, Halle Berry, Jessica Biel, Jon Bon Jovi, Zac Efron, Katherine Heig, Sarah Jessica Parker et beaucoup d'autres. Donc le casting est réellement impressionnant. "Happy New Year" est ce qu'on appelle un film choral ou film mosaïque. C'est à dire un film avec  un nombre important de personnages et plusieurs histoires qui se déroulent en même temps et avec une interaction ou non entre les différentes histoires et les différents personnages. Les différentes intrigues sont donc coupées tout au long du film et alternent avec d'autres. Le premier grand film chorale hollywoodien a été "Grand Hotel" (1932). Le reproche que je ferais à "Happy New Year" par rapport à la construction scénaristique d'un classique comme "Grand Hotel" et le trop grand cloisonnement entre les différentes intrigues et finalement le manque d'interraction entre les personnages, des différentes histoires qui se déroulent au même moment. Pire, certains liens entre les personnages n'apparaissent qu'à la toute fin du film, ce qui laisse un goût d'inachevé au spectateur. Ceci étant dit, "Happy New Year"  possède de nombreuses qualités et est directement inspiré de "Valentine"s Day" (2010). En effet, on retrouve le même réalisateur, Garry Marshall qui a  fait un travail magnifique sur ces 2 films.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,robert de niro,michelle pfeiffer,josh duhamel,halle berry,jessica biel,jon bon jovi,zac efron,katherine heig,sarah jessica parker,matthew broderick,james belushi

"Happy New Year" nous transporte dans le New-York du réveillon et au final dans le rêve américain. Le film est plein de bons sentiments et honnêtement cela fait du bien en cette période de crise et de difficultés pour beaucoup d'entre nous. Et "Happy New Year" n'est pas seulement un film sur le réveillon du nouvel an, mais un film sur notre rapport aux autres, avec nous même, ou encore avec nos proches. Certaines choses sont importantes à dire et le film n'a pas peur de les dire. Le message du film est que l'amour est la chose la plus importante dans nos vies. Dans un monde dur, un film avec des ondes positives comme celui-ci cela fait quand même du bien, même si ce n'est pas du Ford ou du Capra. C'est bien pour cela que malgré des défauts scénaristiques évidents, je ne saurais que vous conseiller fortement la vision de ce film que l'on trouve maintenant en promotion à 10 € en Bluray et qui redonne le moral. Un peu de fête et de tendresse dans un monde de brutes, que peut on demander de plus ?

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,robert de niro,michelle pfeiffer,josh duhamel,halle berry,jessica biel,jon bon jovi,zac efron,katherine heig,sarah jessica parker,matthew broderick,james belushi

 Ci-dessus : Michelle Pfeiffer et l'idole des jeunes (Zac Efron)

 

La bande-annonce :