Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2014

Rio Conchos - 1964

"Rio Conchos" western en couleur de Gordon Douglas, se distingue par une impressionnante première scène de tuerie d'indiens par un seul homme (ici Richard Boone), qui préfigurent la violence de futurs westerns de Sergio Leone ou de Sam Peckinpah comme "Major Dundee" tourné l'année suivante. Richard Boone joue le rôle d'un ancien colonel de l'armée confédérée dont la famille a été massacrée par les indiens. Un capitaine nordiste (Stuart Whitman) est alors désigné pour partir à la recherche des indiens hostiles. Il est accompagné par Richard Boone qui connaît les indiens et surtout la région, par un sergent noir (Jim Brown) et un bandit mexicain (Anthony Franciosa).  La petite troupe va donc aller au devant de leur destin, tout en traversant une série d'aventures. Gordon Douglas, nous donne ici un western très fort et très réaliste dans la violence montrée à l'écran. Par le passé, il avait déjà tourné un film très violent pour 1952, "la maitresse de fer" avec Alan Ladd, qui racontait l'histoire de Jim Bowie.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stuart whitman,richard boone,jim brown,anthony franciosa,wende wagner,jerry goldsimth,gordon douglas

L'odyssée westernienne  de "Rio Conchos",est assez intéressante dans le sens où elle reprend, le thème des personnages qui se haïssent et qui doivent coopérer pour accomplir leur mission ou pour simplement survivre. L'équipe composée du capitaine nordiste, du colonel sudiste, du sergent noir et du bandit mexicain, est ensuite complétée par une indienne en la personne de Wende Wagner. Elle était la fille d'un officier instructeur de la marine américaine et d'une championne de ski. Leur fille Wende Wagner ne pouvait être qu'une sportive et une nageuse accomplie. Malheureusement sa carrière cinématographique ne fut pas à la hauteur de son talent sportif. Elle partagea alors sa vie professionnelle entre une carrière de mannequin à travers le monde, et de petits rôles à la télévision. Mais le personnage peut être le plus intéressant de "Rio Conchos" est bien celui du colonel sudiste qui refuse la défaite et qui veut construire sa nouvelle plantation au milieu du désert, au bout du monde, au milieu de rien, laissant l'impression d'une espèce d'aliénation mentale. "Rio Conchos" est donc un western pas ordinaire, faisant une forte impression et préfigurant "Major Dundee" de Peckinpah l'année suivante.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stuart whitman,richard boone,jim brown,anthony franciosa,wende wagner,jerry goldsimth,gordon douglas

Ci-dessus : Stuart Whitman

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stuart whitman,richard boone,jim brown,anthony franciosa,wende wagner,jerry goldsimth,gordon douglas

Ci-dessus : Richard Boone

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stuart whitman,richard boone,jim brown,anthony franciosa,wende wagner,edmond o'brien,jerry goldsimth,gordon douglas

Ci-dessus : Edmond O'Brien

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stuart whitman,richard boone,jim brown,anthony franciosa,wende wagner,edmond o'brien,jerry goldsimth,gordon douglas

Ci-dessus : Richard Boone, Stuart Whitman, & Jim Brown

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stuart whitman,richard boone,jim brown,anthony franciosa,wende wagner,edmond o'brien,jerry goldsimth,gordon douglas

Ci-dessus : Stuart Whitman & Wende Wagner

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,stuart whitman,richard boone,jim brown,anthony franciosa,wende wagner,edmond o'brien,jerry goldsimth,gordon douglas

Ci-dessus :

Présentation de Mr Patrick Brion :

Disponible en DVD zone 2, chez Sidonis en VF et VO sous-titrée

Note : 8 / 10

27/06/2014

La mobilisation s'accentue en France pour sauver "The Alamo" !

Alors qu'une pétition est en ligne depuis quelques semaines pour sauver le film "The Alamo" (1960), la pression médiatique et la mobilisation s'accentuent depuis quelques jours. Ainsi, nos amis du superbe site "DVDClassik" ont pris l'initiative de promouvoir la pétition de Hollywood Classic, et de publier un très bel article dans leur rubrique actualité afin de mettre la sauvegarde de ce film en avant. A noter que les années laser devraient publier quelque chose dans un prochain courrier des lecteurs et que Mr Bertrand Tavernier a confirmé sur son blog qu'il soutenait notre initiative. Encore un grand merci à tous pour le soutien à cette noble cause qui n'est pas la mienne, mais celle du cinéma et de l'art !

L'article de nos amis de DVDClassik :

http://www.dvdclassik.com/news/il-faut-sauver-alamo

Title The Alamo (1960).jpg

Et toi lecteur qui passe ici, as tu signé la pétition ? Cela ne te prendra que 2 minutes de ta vie ? Rejoins nous ! Alamo a besoin de toi !

 

Pour rappel le lien vers la pétition :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/MGM_CEO_Direction_de_la_MGM_Nous_appelons_la_MGM_a_sauver_le_film_The_Alamo_1960/?pv=3

 

15/06/2014

No news from The Alamo ?

Comme il a été remarqué par de nombreux lecteurs, le temps et les années passent, et on ne sait toujours pas si la MGM restaurera 'The Alamo" (1960) pour une sortie Bluray. Le film est virtuellement abandonné. La version longue est absente des rayons. Une version courte DVD existe, mais qui ne permet pas de redécouvrir ce film dans sa totalité, ni dans des conditions optimales. Si la MGM se refuse à restaurer ce film. Il n'y a pas un éditeur en France ou aux USA pour se décider à racheter les droits de ce film à la MGM et engager une restauration ? Gaumont ne fait que le cinéma français, mais "The Alamo" fait quand même partie du patrimoine du cinéma mondial. L'abandon à son sort de "The Alamo" paraît quand même totalement incompréhensible. Alors que de nombreux chefs-d'oeuvre du cinéma mondial ont pu bénéficier de restauration et d'une sortie bluray. Hollywood Classic se joint donc aux nombreux lecteurs qui demandent de temps en temps des nouvelles, pour demander à la MGM de reprendre le travail de restauration commencé par Robert A Harris. J'en appelle à tous ceux qui aiment de part le monde, de près ou de loin, le cinéma classique américain.  A tous ceux qui aiment le cinéma, partagez cet article autant que vous le pouvez pour le rendre visible ! Ne laissez pas Flaca sur une étagère poussiéreuse. Elle mérite mieux !

Signé:

Hollywood Classic France

Signez la pétition en ligne :

http://www.avaaz.org/fr/petition/MGM_CEO_Direction_de_la_MGM_Nous_appelons_la_MGM_a_sauver_le_film_The_Alamo_1960/?nkczRgb

alamo_10.jpg

 

English version :

 
As it was noted by many readers, the time and the years pass, and we still do not know if the MGM will restore or not 'The Alamo "(1960) for a Bluray release. The film is virtually abandoned. The long version is missing rays. A short version DVD exists, but does not rediscover this film in its entirety or in optimal conditions. If MGM refused to restore this film. There is not a publisher in France or U.S. to decide to buy the rights of this film for MGM and initiate restoration? Gaumont restores only, the French cinema, but "The Alamo" is still part of the heritage of world cinema. Abandoning "The Alamo "still seems incomprehensible. While many masterpieces of world cinema have benefited from restoration and an bluray release. So Hollywood Classic blog, joins the many readers who ask from time to time news, to ask the MGM keeps the work started by Robert A Harris. I appeal to all those who love the movies all around the world. For everyone who loves the movies, share this article. Do not let Flaca on a dusty bench ! She deserves better !

Signed :

Hollywood Classic France
 
 
Hommage à The Alamo (1960) :
 

 

23/05/2014

Cirque en révolte / Man on a Tightrope - 1953

"Cirque en révolte" est un film qui porte plus sur la dictature communiste que sur l'univers du cirque. Le film bénéficie d'une belle distribution avec en tête Fredric March, Terry Moore, la belle Gloria Grahame, Paul Hartman, Richard Boone, Cameron Mitchell et Adolphe Menjou. Le titre américain, "Man on a Tightrope" (un  homme sur une corde raide), est tiré du roman éponyme de Neil Paterson. Fredric March joue comme d'habitude admirablement bien. Néanmoins même si le casting est excellent, on se dit que cette histoire de cirque tchécoslovaque qui lutte pour sa liberté de conscience aurait pu être meilleure jouée par des acteurs tchèques. Elia Kazan est plutôt inspiré et sait donner un ton particulier à son film, un ton entre rire et larmes, où le drame concurrence très souvent la comédie. Le film reste donc quand même une oeuvre mineure dans l'oeuvre d'Elia Kazan, mais la réalisation et les acteurs élèvent clairement l'ensemble, porté encore une fois par un excellent Fredric March qui mériterait que l'on se souvienne un peu plus de lui aujourd'hui.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessus : Gloria Grahame

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessous : Gloria Grahame et Fredric March

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessus : Adolphe Menjou et Fredric March

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films,

Ci-dessus : Terry Moore

Disponible en DVD zone 2 en VO sous-titrée chez Twentieth Century Fox dans la collection "Hollywood Legends".

Note : 7 / 10

04/01/2014

Le siège de la Rivière Rouge / Siege at Red River - 1953

On sait que Rudolph Maté a été un très grand chef opérateur, travaillant avec Dreyer sur "la passion de Jeanne d'Arc" (1928), ou encore avec Orson Wells ou Fritz Lang. Il n'en reste pas moins que son oeuvre en tant que réalisateur est inégale. Il en est ainsi du "siège de la rivière rouge", qui est réalisé par Maté sans grand enthousiasme. Il y a bien quelques plans larges très intéressants. Mais les scènes d'action paraissent souvent un peu faiblardes. Enfin, le casting est très contestable avec en tête Van Jonhson, assez peu crédible en officier sudiste. Enfin les scènes de comédie semblent trop longues et parfois s'insèrent mal dans l'ensemble du film. La fin du film et l'assaut final redonne à l'oeuvre un peu de vigueur. Malheureusement, on apprend sur l'excellente présentation de Mr Patrick Brion, que la charge finale n'est pas de Maté, mais est tirée de "Buffalo Bill" (1944) avec Joel McCrea et donc a été tourné William A. Wellman.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

On ressort donc un peu déçu de la vision de ce film, qui si il est relativement distrayant, est totalement dispensable. On peut d'ailleurs contester la politique tarifaire de Sidonis qui sort quand même ce western à 16,90 € et même à cette heure à 18,57 € sur Amazon ! Entre 7 et 10 € ce serait déjà bien payé pour un petit western de série, qui présente comme presque unique intérêt de voir Joanne Drue, qui avait déjà joué, quelques années auparavant, dans "la rivière rouge" avec un certain John Wayne. On remarque aussi un Richard Boone particulièrement abjecte dans ce film, et qui sera le général Sam Houston, dans le "Alamo" (1960) de John Wayne. Mais parmi les quelques 20 000 westerns produits par Hollywood, "le siège de la rivière rouge" n'est sûrement pas le meilleur.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Van Johnson et Joanne Dru

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Richard Boone

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Van Johnson et Joanne Dru

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Joanne Dru

Disponible chez Sidonis en DVD zone 2 et VO sous-titrée. (préférée la VO qui n'écrase pas la musique comme la version française).

Note : 5,5 / 10

22/11/2013

Okinawa / Halls of Montezuma - 1950

"Okinawa" ou en anglais "Halls of Montezuma" reprend le titre en anglais de l'hymne des Marines. On comprend que pour le public français, on prenne plutôt le titre de la célèbre bataille du Pacifique, car de toute façon c'est bien de cela qu'il s'agit. Le film est réalisté par Lewis Mileston, vétéran du film de guerre. Lewis Milestone c'est évidemment le réalisateur de "à l'ouest rien de nouveau" (1930), mais aussi de "l'ange des Ténèbres" (1943) de "Prisonniers de Satan" (1944) avec Dana Andrews, du "commando de la mort (1945) avec encore Dana Andrews, ou encore de "la gloire et la peur" (1959), superbe film avec Gregory Peck. Ici avec Okinawa, Milestone nous invite à rentrer dans l'esprit des officiers et des soldats. On découvre ainsi que le personnage d'officier de Richard Widmark, était professeur dans la vie civile. Et encore mieux, Milestone et les scénaristes nous font entrer dans l'esprit de Widmark avant le débarquement sur l'île d'Okinawa. On peut alors comprendre ses peurs et ses doutes, qu'ils gardent pour lui. Tout cela fait penser à n'en pas douter à "la ligne rouge" (1998) de Terrence Malick. On sent bien que Malick a puisé aux sources d'Okinawa pour écrire son film sur le débarquement des Marines à Guadalcanal. Et si l'esthétique de Malick est parfaite, l'esthétique de Milestone, n'est pas moins parfaite.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,richard widmark,jack palance,reginald gardiner,robert wagner,karl malden,richard boone,jack webb,lewis milestone

Il faut ajouter que la distribution est également très bonne, car en plus de Richard Widmard, on retrouve Jack Palance,  Robert Wagner, et Karl Malden. Le film est donc très bon dans sa première partie. Et si il ralentit dans sa deuxième et troisième partie, il n'en reste pas moins excellent. Car Milestone montre alors le côté chaotique de la guerre. En effet, les Marines ne savent pas qui est derrière un rocher, un arbre, ou ce qu'ils trouveront au détour d'un chemin. Les critiques qui n'ont pas apprécié cela dans le film de Milestone, n'ont rien compris.  Okinawa mérite donc fortement d'être réévalué, pour son inspiration dans le film de Terrence Malick, "la ligne rouge", mais aussi pour une vision des conflits mondiaux, par un très très grand réalisateur de films de guerre.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,richard widmark,jack palance,reginald gardiner,robert wagner,karl malden,richard boone,jack webb,lewis milestone

Ci-dessus : Richard Widmark

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,richard widmark,jack palance,reginald gardiner,robert wagner,karl malden,richard boone,jack webb,lewis milestone

Ci-dessus : Karl Malden

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,richard widmark,jack palance,reginald gardiner,robert wagner,karl malden,richard boone,jack webb,lewis milestone

Ci-dessus : Richard Widmark

 

Disponible en DVD et Bluray Zone B avec VF et VO sous-titrée

 

Note : 7 / 10

06/07/2013

Le Gaucho / Way of a Gaucho - 1952

J'espère ne pas décevoir les fous de politique qui naviguent tous les jours sur Hautetfort, mais le sujet de mon article est "Le Gaucho", western assez exotique de Jacques Tourneur, se déroulant en Argentine en 1875.  Le film raconte, l'histoire d'un gaucho Martin Penalosa (Rory Calhoun), en lutte contre l'autorité et ses amours avec Teresa Chavez (Gene Tierney), une aristocrate. Le film devait initialement être tourné par Henry King, et joué par Tyrone Power. Mais on ne sais pas, si c'est le sujet qui désinteressa King ou la maladie de sa femme, mais quoiqu'il en soit, il fut remplacé par Tourneur, et King étant le réalisateur attitré de Tyrone Power, ce dernier se décida à lui aussi quitter le projet. C'est ainsi que Jacques Tourneur hérita du film. Et force de constater que ce n'est pas un mal. En effet, Tourneur multiplie les plans d'exceptions, que ce soit dans la mise en valeur des grands espaces de la Pampa Argentine, ou dans sa façon de filmer les personnages en particulier la belle Gene Tierney, avec dans tout ça, une esthétique que l'on pourrait qualifier de très fordienne.

LE GAUCHO (1952).jpg

Rory Calhoun et Richard Boone se partagent la vedette et malheureusement si Gene Tierney est bien filmée, elle n'a ici qu'un rôle de faire-valoir. On peut aupposer que la Fox avait déjà connaissance de ses problèmes dans sa vie privée, qui deveit mener la même année à un divorce, et quelques années plus tard à son internement. La Fox avait donc peut être peur de lui donner des rôles trop important à cette époque là. Richard Boone, c'est bien évidemment le Sam Houston du célèbre 'Alamo" (1960) de John Wayne. Mais il tourna dans de très nombreux westerns. On peut ainsi citer par exemple, "L'Attaque de la rivière rouge" (1954), " Dix hommes à abattre" (1955), "l'homme qui n'a pas d'étoile" (1955). Rory Calhoun était quant à lui, le fils d'un joueur professionnel, il était d'ascendance irlandaise et anglaise. Il était âgé de seulement neuf mois quand son père mourut. La mère de Calhoun s'est ensuite remarié. A treize ans, Calhoun a volé un revolver, pour lequel il a été envoyé dans une maison de redressement. Il s'en est échappé , et après avoir volé plusieurs magasins de bijoux, il a volé une voiture et l'a conduit à travers plusieurs états. Repris, il a été condamné à trois ans de pénitencier à Springfield, Missouri. Après avoir terminé sa peine, il a été transféré à la prison de San Quentin. Il y resta jusqu'à ce qu'il soit libéré sur parole peu avant son vingt et unième anniversaire. On conviendra que c'était de drôles de débuts pour une future vedette du cinéma.

1emedu.jpg

Ci-dessus : Gene Tierney filmée par Tourneur

On notera une belle étude de la musisque de Sol Kaplan par Bertrand Tavernier. En effet, il explique que la Fox avait interdit l'utilisation de certains instruments pour ne pas trop déconcerté le public américain, et que l'on se retrouve donc avec une musique encore très symphonique. Il n'en reste pas moins qu'elle ne déparaît pas dans l'ensemble. Alors que peut on reprocher à ce "Gaucho" ? Pas grand chose à vrai dire, si ce n'est peut être une certaine lenteur narrative, et un scénario très binaire qui se limite à la lutte entre deux hommes, qui fait parfois penser aux "Misérables" d'Hugo. Pour le reste, il n'y a rien à enlever à une oeuvre admirable, qui pousse très loin les limites du Western et nous emmène dans des contrées inconnues où le rêve prend toute sa grandeur, comme si l'Ouest américain devenait alors trop petit pour la caméra de Tourneur. Le dépaysement est donc total, et le spectateur ne peut que rester admiratif devant un western pas comme les autres. On regrettera malgré tout une image finalement moyenne et des couleurs un peu délavées, qui mériterait une restauration complète, surtout pour une oeuvre d'une telle valeur cinématographique.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,rory calhoun,gene tierney,richard boone,hugh marlowe,sol kaplan,jacques tourneur

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,rory calhoun,gene tierney,richard boone,hugh marlowe,sol kaplan,jacques tourneur

Ci-dessus : Rory Calhoun et Gene Tierney

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,rory calhoun,gene tierney,richard boone,hugh marlowe,sol kaplan,jacques tourneur

 

Extrait d'une des plus belles scènes du film :

http://www.youtube.com/embed/q_M469Z0rwU

 

Reportage sur le réalisateur Jacques Tourneur :

 

http://www.youtube.com/embed/ZgHwE68lFXQ

 

Film disponible en DVD et Bluray chez Sidonis.

Note : 8,5 / 10

12/05/2013

Dix hommes à abattre / Ten wanted men - 1955

"Dix hommes à abattre" est un western en Technicolor, avec Randolph Scott, il nous permet de voir de nouveau notre héros au prise cette fois-ci avec une bande de desperados bien décidés à l'éliminer lui et sa famille. Le titre original aurait du être "violent men", mais comme un film de Rudolph Maté, (également de la Columbia) était sorti sous ce titre, une  semaine plus tôt, le titre définitif choisi fut en anglais "Ten wanted men". Bruce Humberstone est derrière la caméra et Harry Joe Brown encore une fois à la production avec Randolph Scott. c'est vrai que Bruce Humberston est plutôt un spécialite de la comédie musicale ("Vallley Serenade", "Pin Up Girl" en passant par le coloré "Hello Frisco, Hello") ou du film noir. Mais il réalise ici un western sans temps mort et qui est loin d'être le film sans intérêt que certaines critiques veulent à tout prix nous vendre.

10hommesabattre2.th.jpg

Le film bénéficie d'une étonnante distribution autour de Randolph Scott avec Richard Boone que l'on se rappelle avoir vu joué avec John Wayne dans "Alamo" (1961), mais aussi la propre soeur de Marlon Brando, Jocelyn Brando et enfin tout une pléïade de seconds rôles avec en tête la belle Donna Martell, mais aussi toute la bande de tueurs et d'assassins comprenant Leo Gordon, mais aussi Lee Van Cleef très jeune, et le vétéran du western, Clem Bevans joue un propriétaire. Enfin, Alfonso Bedoya clôture cette distribution dans un rôle, assez proche de la figuration en dehors d'une ou deux scènes. Le scénario du film se résume à un duel permanent entre Randolph Scott et Richard Boone, mais les méchants du film sont particulièrement savoureux. Ainsi, l'origine du conflit entre les deux hommes se tourne autour du désir sexuel de Richard Boone pour une belle mexicaine jouée par Donna Martell. Le scénario est donc assez original. Enfin le film se terminera par des combats à la dynamite, à la violence assez surprenante pour l'époque. Le film n'a aucun temps mort et les 77 minutes du métrage passent donc rapidement et le spectacle est plaisant et distrayant. On reprochera malgré tout parfois, un manque d'intensité dramatique qui déssert le film et qui lui empêche une meilleure note. Ainsi, la scène romantique entre Jocelyne Brando et Randolph Scott, dans un bâtiment assiégé semble hors de propos. A noter enfin que l'année suivante, Randolph Scott devait tourner un autre Western : "7 hommes à abattre".

10hommesabattre6.th.jpg

Ci-dessus : Jocelyne Brando et Randolph Scott

495870donna_martell.jpg

Ci-dessus : Donna Martell (ce n'est pas une photo du film)

duke_117.jpg

Ci-dessus : Skip Homeier, Richard Boone, et Donna Martell


Note : 7 / 10