Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2015

Le chasseur de primes / The bounty killer - 1965

Je vais être honnête avec vous. J'ai commencé à voir "le chasseur de primes" avec Dan Duryea et j'ai failli ne pas aller au bout. En effet tout d'abord le film est outrageusement recadré et passe d'un Cinemascope à un Pan&Scan assez atroce. De plus la qualité de l'image n'est pas terrible. Et surtout la première partie est d'une faiblesse énorme. Ainsi, Dan Duryea interprète un pied-tendre qui arrive dans l'Ouest. Le ton du western est presque comique, et Rod Cameron fait un apparition au tout début pour ensuite disparaître presque totalement. Le personnage faire-valoir pour notre héros inexpérimenté est alors ce personnage du marin, qui rêve de construire un char à voile. Vous voyez le genre, un marin au milieu d'un western et qui rêve de construire un char à voile. Tout ça, n'est pas bien crédible. En plus de cela, il faut ajouter des passages filmés en studio et toujours de la même manière, toujours sur le même plateau. Pourquoi n'a t'on pas filmé un peu plus en extérieur ? Après cette première partie, assez désastreuse, le personnage du marin disparaît et le western change totalement de ton, pour prendre un tour violent et tragique, et là c'est très bon. Le personnage de Duryea est torturé par sa haine du crime, de la bonne société, et par sa soif de vengeance. On accroche plutôt à ces deux tiers du film. Malheureusement, le réalisateur, ne sort pas encore beaucoup plus de son studio et à n'en pas douter, des prises en extérieur auraient fait beaucoup pour améliorer la vision de ce film. "Le chasseur de primes", alterne donc le très mauvais et le bon. Au final, on reste pourtant sur sa faim et on sent bien qu'en 1965, la grande époque du western traditionnel est passé. Pour l'anecdote, on notera la présence, dans un petit rôle, du fils Dan Duryea, Peter Duryea.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, dan duryea, Rod Cameron, Audrey Dalton, peter duryea, Richard Arlen, buster crabbe, Spencer Gordon Bennet,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, dan duryea, Rod Cameron, Audrey Dalton, peter duryea, Richard Arlen, buster crabbe, Spencer Gordon Bennet,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, dan duryea, Rod Cameron, Audrey Dalton, peter duryea, Richard Arlen, buster crabbe, Spencer Gordon Bennet,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, dan duryea, Rod Cameron, Audrey Dalton, peter duryea, Richard Arlen, buster crabbe, Spencer Gordon Bennet,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, dan duryea, Rod Cameron, Audrey Dalton, peter duryea, Richard Arlen, buster crabbe, Spencer Gordon Bennet,

Disponible en DVD zone 2 chez Sidonis & Calysta en VF et VO sous-titrée

Note : 5,5 / 10

28/01/2014

Kansas en feu / Kansas Raiders - 1950

On peut se demander pourquoi certains réalisateurs ont percé plus que d'autres. Comment déterminer la part de chance ou de talent ? C'est bien un peu ce que je demande après la vision de l'excellent "Kansas en feu". En effet, ce western est très bon. Il a tout d'abord une distribution intéressante avec Audie Murphy, un héros de la deuxième guerre mondiale dans la vraie vie, décoré des plus hautes médailles militaires. Marguerite Chapman, est très bien dans son rôle. Mais l'acteur qui tient le film, c'est le formidable Brian Donlevy. On se souvient de lui, dans d'autres westerns, comme "le premier rebelle" (1939) avec John Wayne ou dans "Billy the Kid" (1940) avec Robert Taylor. Mais on se souvient aussi de lui dans le superbe "le brigand bien aimé, Jesse James" (1939) d'Henry King, où il jouait un homme payé pour racheter contre presque rien les terres des fermiers pour le compte d'une compagnie de chemins de fer. C'était un petit rôle, mais essentiel dans le film. On retrouve dans ce "Kansas en feu" également Tony Curtis, dans un tout petit rôle, ici Kit Dalton. Le rôle de Tony Curtis est donc un second rôle, voir troisième rôle. En effet, son rôle n'influence jamais le scénario.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ici, on reprend donc l'histoire des jeunes années de Jesse James et c'est Audie Murphy qui a la responsabilité du rôle. Jesse James a quitté sa ferme détruite par les Nordistes et leurs partisans et il décide de partir avec sa bande, rejoindre les rebelles sudistes du colonel Quantrill (Brian Donlevy). Mais il va rapidement déchanter, et ses rêves de gloire et de vengeance vont se heurter au caractère meurtrier et sans pitié de Quantrill. Le personnage du colonel Quantrill a réellement existé. Et effectivement cet homme était sanguinaire et partisan surtout de son propre intérêt avant une quelconque défense des intérêts du Sud. Ainsi, il devait ravager le Kansas. On pourrait le qualifier aujourd'hui de criminel de guerre. Ray Enright se sort parfaitement de ce scénario et nous donne à voir une réalisation particulièrement efficace dans un superbe Technicolor.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Marguerite Chapman et Audie Murphy

C'est donc le moment de se souvenir que Ray Enright a un filmographie particulièrement intéressante et a touché à presque tous les genres. Ainsi, il a tourné "Dames" (1934) une comédie musicale avec Ruby Keeler et Joan Blondell, mais aussi "Blondie Johnson" (1933) un film de gangster, ou encore des westerns, comme le très beau "Montana" (1950) avec Errol Flynn et Alexis Smith. Si on ajoute à tout ça que la musique de Milton Rosen, colle très bien à l'intrigue, on aura pas grand chose à reprocher à un film de série B qui mérite beaucoup mieux que ce qualificatif, qu'on lit encore trop souvent ici ou là. Seule la mort de Quantrill prête à sourire. En effet, ici Enright et les scénaristes donnent une mort dehéros à un homme à la vie finalement assez discutable. J'ajouterai que les rapports troubles, entre le colonel et Audie Murphy, rapports que l'on pourrait qualifier de paternel sont particulièrement troublants et intéressants et semblent réellement transfigurer le film et le marquer du sceau de l'intelligence, humanisant dans le même temps le personnage de Quantrill. J'avoue donc que j'ai été très surpris par la qualité de ce western particulièrement soigné.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Marguerite Chapman et Audie Murphy (de dos)

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, Audie Murphy, Brian Donlevy, Marguerite Chapman, Scott Brady, Tony Curtis, Richard Arlen, Richard Long, James Best, Dewey Martin, Milton Rosen,ray enright

Ci-dessus : Brian Donlevy

 

Extrait :

 Disponible en DVD Zone 2 chez Universal, VO sous-titrée uniquement

Note : 7 / 10

27/07/2013

Le harpon rouge / Tiger Shark - 1932

"Le harpon rouge" est un film de Howard Hawks. Je pense que je n'ai pas besoin de présenter ici Howard Hawks, fameux réalisateur, qui travailla dans de très nombreux studios et qui réalisa beaucoup de films dont certains restent encore aujourd'hui comme des chef-d'oeuvres du cinéma américain. On peut citer par exemple : un film de guerre "Sergeant York" (1941), une comédie loufoque "Twentieth Century" (1934), un western "La rivière rouge" (1948), ou encore des polars comme "le port de l'angoisse" (1944) ou "le grand sommeil" (1946). Hawks a donc excellé un peu dans tous les genres. Je pensais avoir déjà vu "le harpon rouge", et j'avais en tête, le souvenir d'un Edward G Robinson, en capitaine tyrannique et violent. Mais je me trompais. Je confondais "le harpon rouge" avec "the sea wolf" (1941) dans lequel Robinson interprêtait effectivement un capitaine violent. Là cela n'a rien à voir. De plus "the sea wolf" a été tourné par Michael Curtiz et ici "le harpon rouge" est de Hawks.

le_harpon_rouge,0.jpg

Ce qui marque avant tout ici c'est la réalisation de Hawks. Hawks se complaît à filmer de manière magistrale la vie des pêcheurs de San Diego et les dangers de cette vie. Ainsi, on voit de vrais requins et la scène de la pêche au thon est vraiment un moment d'anthologie. Le film est tiré d'une histoire de Houston Branch et d'une pièce de Wells Root et ça se voit. Aini Hawks nous montre l'univers de la mer et de la pêche. Le film devient presque darwiniste, nous montrant l'Homme au prise avec un univers hostile, recherchant du thon, mais étant lui même pourchassé par les requins. Mais le véritable danger est finalement l'Homme lui même. Le film revient alors au concept sartrien voulant que l'Enfer ce soit forcément les autres. Mais à la toute fin du film, l'oeuvre se dégage de ce concept, pour montrer que nos passions sont nos propres ennemies. L'émotion de la touchante scène finale, finit par nous montrer alors un héros se donnant à lui même l'absolution de ses fautes, invitant alors le spectateur à une profonde introspection, et à chercher en soi la rédemption. On pourrait considérer ce film comme une oeuvre mineure de Hawks, mais ce serait une erreur. J'ai été très enthousiaste devant ce film, qui mériterait par contre une restauration au vu de faible qualité de l'ensemble des images, parfois victimes de déchirures. "Le harpon rouge" est donc à n'en pas douter, un excellent film, qui mériterait une restauration numérique.

tiger-shark-movie-poster-1932-1020505712.jpg

Ci-dessus : Richard Arlen et Edward G Robinson

tiger-shark-movie-poster-1932-1020505713.jpg

Ci-dessus : Richard Arlen et Zita Johann

tiger-shark-movie-poster-1932-1020505714.jpg


Ci-dessus : Richard Arlen, Zita Johann et Edward G Robinson

Film disponible en zone 2 sur le site de la Warner en France ou magasins spécialisés.

 

Note : 7,5 / 10