Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2014

Les fantastiques années 20 / The Roaring Twenties - 1939

"Les fantastiques années 20", est un film marquant du cinéma hollywoodien. Tout d'abord, car c'est le premier film de Raoul Walsh à la Warner. Celui-ci après 25 ans de carrière trouve enfin le studio qui va le révéler. De plus, si le film nous parle des années 20, il clôture aussi tous les films de gangsters des années 30, laissant le public orphelin quelques années d'un genre qui renaîtra comme le Phénix, mais cette fois-ci comme transformé dans le film noir. Mais lorsqu'on le regarde avec nos yeux d'aujourd'hui, le film semble aussi être un passage de témoin entre James Cagney et Humphrey Bogart, ce dernier devenant une des vedettes du film noir des années 40 et 50. Comme à son habitude Walsh nous donne un portrait tout en nuances du héros. Le film raconte l'histoire des soldats américains qui reviennent de la guerre de 14, et qui retrouvent une Amérique changée. Ainsi, le travail ne les a pas attendus. Le chômage augmente, la prohibition sur la vente d'alcool, apparaît et les trafics mafieux également. Comme aujourd'hui la mitrailleuse, devient alors l'arme la plus utilisée par les gangsters, pour préserver leur marché très concurrentiel. On est d'ailleurs frappé par l'absolu modernité des thèmes abordés : chômage, exclusion, violence, mafia, crack boursier. Et l'apparition d'une écoute de la radio avec un casque audio, nous rend l'époque presque familière. L'histoire des personnages est donc inscrite dans l'actualité des années 20, et Walsh a un talent terrible pour revenir dans le temps et faire des montages très modernes, d'actualités qui auraient pus sembler très plates dans une présentation trop classique. On notera aussi que la film a beaucoup de chansons interprétées par Priscilla Lane. Cela donne un côté sympathique au film, et lui donne une respiration. De plus, les numéros musicaux sont aussi l'occasion de voir des "girls" peu habillées, donnant au film un côté "pré-code", mais 5 ans après son instauration !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrie,film,films,hollywood,james cagney,priscilla lane,humphrey bogart,gladys george,jeffrey lynn,frank mchugh,paul kelly,elizabeth risdon,edward keane,joseph sawyer,raoul walsh

Pour le reste, Walsh s'évertue à nous montrer 3 personnages dont chacun représente un caractère : le bon, la brute, et le truand avant l'heure en quelque sorte. Mais Walsh n'est absolument pas manichéen dans sa présentation.  Ainsi, si Bogart est ici toujours dans les sales coups, Gagney ne fait que protéger son affaire et ses proches. Cagney n'a pas le sadisme ou le vice de Bogart. Et c'est parce qu'il y a du bon en lui, qu'il va en quelque sorte se sacrifier, alors qu'il avait refusé l'idée même de se suicider au début du film. L'ambivalence du personnage principal voilà ce qui intéresse Walsh, comme dans tous ses films.  Ainsi, le troisième camarade joué par Jeffrey Lynn, représente l'avocat honnête qui rentre malgré lui dans les trafics. Et il n'intéresse ni Walsh ni les scénaristes, qui lui donnent presque un rôle de faire-valoir. Le film n'est pas exempt de belles émotions en particulier entre Cagney et Priscilla Lane, ou encore entre Cagney et sa maîtresse jouée par Gladys George, qui donne une formidable interprétation, semblant à 35 ans, en faire 45 dans le film ! Cagney trouvera t'il sa voie en dehors que dans le crime ? Le film répond à la question, mais je vous laisserai le découvrir, car cela en vaut la peine. Je vous conseille donc très fortement les "fantastiques années 20", qui montrent que le monde tourne sans jamais s'arrêter, mais que parfois les époques se ressemblent au moins sur certains points.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrie,film,films,hollywood,james cagney,priscilla lane,humphrey bogart,gladys george,jeffrey lynn,frank mchugh,paul kelly,elizabeth risdon,edward keane,joseph sawyer,raoul walsh

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrie,film,films,hollywood,james cagney,priscilla lane,humphrey bogart,gladys george,jeffrey lynn,frank mchugh,paul kelly,elizabeth risdon,edward keane,joseph sawyer,raoul walsh

Ci-dessus : Gladys George et James Cagney

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrie,film,films,hollywood,james cagney,priscilla lane,humphrey bogart,gladys george,jeffrey lynn,frank mchugh,paul kelly,elizabeth risdon,edward keane,joseph sawyer,raoul walsh

Ci-dessus : Frank McHugh et James Cagney

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrie,film,films,hollywood,james cagney,priscilla lane,humphrey bogart,gladys george,jeffrey lynn,frank mchugh,paul kelly,elizabeth risdon,edward keane,joseph sawyer,raoul walsh

Ci-dessus : Priscilla Lane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrie,film,films,hollywood,james cagney,priscilla lane,humphrey bogart,gladys george,jeffrey lynn,frank mchugh,paul kelly,elizabeth risdon,edward keane,joseph sawyer,raoul walsh

Ci-dessus : Priscilla Lane et James Cagney

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrie,film,films,hollywood,james cagney,priscilla lane,humphrey bogart,gladys george,jeffrey lynn,frank mchugh,paul kelly,elizabeth risdon,edward keane,joseph sawyer,raoul walsh

Disponible en DVD Zone 1 (compatible zone 2) (VO sous-titrée)

 

Note : 7,5 / 10

28/10/2013

Souvenez vous de ... Priscilla Lane !

Priscilla Lane (1915-1995) semble oubliée aujourd'hui, mais à la fin des années 30 et au début des années 40, elle a fait beaucoup de films pour la Warner, où elle était sous contrat. Elle et ses trois sœurs aînées étaient connues comme chanteuses sous le nom des "Soeurs Lane", qui leur permis de faire leur entrée dans le cinéma. Sur les quatre, Priscilla allait avoir la carrière cinématographique la plus réussie, même si elle devait faire moins de films que deux de ses sœurs . Avec sa voix chaude , un talent musical, les regards aux yeux bleus , Priscilla ressemblait à Ginger Rogers, ce qui à la fois aidé et entravé sa carrière. Lola (1906-1981) et Rosemary (1914-1974) eurent des rôles moyennement réussies dans les films , et la sœur aînée , Leota (1903-1963), est apparu avec ses frères et sœurs dans trois films - "Four Daughters " (1938) , " Daughters Courageous " (1939). Priscilla et Rosemary ont fait leurs débuts dans " Varsity Show" (1937) face Dick Powell. "The Roaring Twenties"  (1939) dans laquelle la jeune soeur de Lane apparu aux côtés de James Cagney , Humphrey Bogart et Gladys George semblaient assurer son succès. Mais Priscilla avait une forte volonté et souvent elle rejeta des scripts qu'elle jugeait inadaptée pour elle, provoquant des tensions entre elle et le patron du studio, Jack Warner. Pendant les années 1940, elle est apparue dans plusieurs films à succès , dont " Blues In The Night" (1941) , " Arsenic et vieilles dentelles " (sorti en 1944) et surtout "Saboteur " (1942) pour la Universal. Elle a quitté Warner en 1941, après avoir gagné une augmentation de salaire , mais pas toujours de meilleurs scripts. Elle a trouvé loin de la Warner, eller réussit à obtenir de meilleurs rôles , en travaillant avec des réalisateurs comme Alfred Hitchcock et Frank Capra. En 1943, elle a pris sa retraite et s'est concentré sur son mariage avec un colonel de l'Air Force, Joesph Howard, et en 1945 a donné naissance à la première de quatre enfants. Ses deux derniers films étaient "Fun On A Weekend" (1947), et un film noir sous-estimé "The Bodyguard" (1948). Elle a ensuite quitté Hollywood, pour se consacrer à son rôle d'épouse et de mère . En 1951, elle et sa famille ont déménagé au Massachusetts, où elle s'est concentrée sur son travail dans des oeuvres de charité. Lorsque son mari est décédé en 1977 , Priscilla avait du mal à s'en remettre, déclarant: «Je suis encore en train de me ressaisir après la mort de Joe . " Elle a continué son travail de charité et son dévouement à l'Église catholique (à laquelle elle s'est convertie l'année précédente) . En 1994 , Priscilla a été diagnostiqué avec un cancer du poumon et elle a déménagé dans une maison de repos près du lieu où son fils aîné et sa famille vivaient. Elle est morte dans les premières heures du matin du 4 Avril 1995, de cancer du poumon et d'insuffisance cardiaque chronique et a été enterré aux côtés de son mari.

Priscilla avait une présence unique sur chacun de ses films. Elle était capable de chanter et de danser,on peut aujourd'hui regretter qu'on ne lui a pas toujours donné des scénatios à la hayteur de son talent. Mais elle a abandonné sa carrière avec aucun regret et a eu une vie ensuite, très heureuse et satisfaite loin du glamour d' Hollywood. Souvenez vous de ... Priscilla Lane ! On en fait plus des femmes glamour comme elle.

Priscilla lane313.jpg


priscillalaneca1942e.jpg

priscillalaneclassic.jpg

Priscilla-Lane-classic-movies-17041758-480-599.jpg

cute-priscilla-lane.jpg


500full.jpg

$T2eC16VHJHgFFl-7tVUuBR+q(tKF5g~~60_57.jpg

Priscilla lane.JPG

priscilla-lane-03.jpg

2113386021_8d63bc1a6a.jpg

rosemarylane3sized.jpg

priscilla-lane-01.jpg

 

ngg6do9pe2rud69n.jpg

Priscilla lane1.jpg

priscilla-lane-04.jpg

f1waggu6rpj1pr1g.jpg

ezonyjems3gfynee.jpg

priscilla-lane-15.jpg

priscilla-lane-14.jpg

priscilla-lane-13.jpg

priscilla-lane-12.jpg

priscilla-lane-11.jpg

priscilla-lane-10.jpg

priscilla-lane-08.jpg

priscilla-lane-07.jpg

priscilla-lane-06.jpg

priscilla-lane-05.jpg



Hommage vidéo :

 

23/10/2013

La cinquième colonne / Saboteur - 1942

Il est intéressant de noter comment les oeuvres mineures d'Hitchcock sont devenus avec le temps des classiques du cinéma. Il en va ainsi de ce film, "la cinquième colonne" (1942). Ce film représente rien de moins que la contribution d'Hitchcock à l'effort de guerre. Ainsi, beaucoup de réalisateurs vont contribuer par leur film à remonter le moral des civils aux USA et des militaires en permission. On peut ainsi citer Walsh avec "Sabotage à Berlin" (1942), "Saboteur sang gloire" (1944), et "Aventures en Birmanie" (1945) ou encore "l'ange des ténèbres" de Lloyd Bacon. En 1942, Hitchcock était employé par la RKO mais il été prêté par cette dernière à Selznick International Pictures. L'idée du scénario revenait originellement à ce dernier. Mais les rapports se dégradèrent rapidement entre Hitchcock et Selznick. En effet, Hitchcock n'aimait pas que Selznick touche de l'argent sur son prêt de la RKO. Finalement, Selznick à bout, se décida à refiler le scénario et le réalisateur à l'Universal, qui sauta sur l'occasion.

Saboteur.JPG

Malgré un casting plutôt sympathique comprenant Robert Cummings, Priscilla Lane, Norman Lloyd, et Otto Kruger, Hitchcock raconta plus tard dans les entretiens qu'il eut avec François Truffaut, qu'il ne fut pas du tout satisfait du scénario. En effet, il trouvait que Cummings n'était pas une grande vedette. Il considérait Priscilla Lane, comme très vulgaire et Otto Kruger, comme un méchant de seconde zone. Pourtant à l'écran le résultat est magique. Hitchcock multiplie en effet les scènes exceptionnels et ce dès le titre qui est progressivement envahi par une fumée noire, symbole de cette cinquième colonne qui ronge l'Amérique. Puis on voit une usine brûlée, et un homme prendre en flammes. Mais ce n'est pas fini et on peut multiplier les exemples, que ce soit la scène dans la cabane, où Hitchcock arrive à donner une présence quasi-humaine à un berger allemand, ou dans la scène du cinéma où il arrive à tourner des effets terriblement glaçants. On peut d'ailleurs se demander si on oserait tourner cette scène aujourd'hui, vu qu'une scène de fusillade a été auto-censurée dans "Gangster Squad" (2012).

saboteur1.jpg

Ci-dessus : Robert Cummings et Priscilla Lane

Pourtant le scénario n'a rien de particulièrement original. Ainsi, Hitchcock utilisera plusieurs fois ce type de scénario comme dans "les 39 marches" (1935) ou dans "la mort au trousse" (1959). Il le reconnaîtra d'ailleurs. Quoiqu'il en soit, on retire beaucoup de plaisirs à voir ce "Saboteur" qui arrive à surpasser son statut de simple film de propagande pour nous offrir un vrai 'Hitchcock, parsemé de scènes assez exceptionnelles.

kFnMzCyEqM1nDVfV1cnrt7uSVL9.jpg

Ci-dessus : Robert Cummings et Priscilla Lane

cummings-lane-laugh_opt.jpg

Ci-dessus : Robert Cummings et Priscilla Lane pendant une pause

Saboteur 968.jpg

La fameuse scène du cinéma :

 

Note : 8,5 / 10

13/08/2013

Varsity Show - 1937

"Varsity Show" est un film un peu fou. Ainsi, cela commence avec son titre qui aurait du être "Variety Show" reprenant le nom du journal de spectacles célèbres. Mais suite à un accident bénin sur le quai d'une gare, le titre du show est changé dans le film et donc le titre du film aussi. Je ne sais pas si je m'exprime bien. Mais vous l'aurez compris, "Varsity Show" est assez surprenant, mais aussi drôle. Ainsi, le scénario se déroule dans une université américaine, où les étudiants se désespèrent devant le pauvre spectacle de fin d'année qu'ils vont produire. Ils décident donc d'engager Dick Powell (ancien étudiant) comme metteur en scène. Les gags vont alors se multiplier jusqu'à l'ultime gag final, qui est vraiment énorme et qui m'a fait littéralement pleurer de rire.

Varsity Show001.jpg

William Keighley est ici est à la réalisation, mais ce sont évidemment les scènes chorégraphiées par Busby Berkeley qui attirent encore l'attention. Le film n'est pas meilleur qu'un autre, mais il réalise réellement son objectif de distraction du spectateur, en alternant les gags et les numéros musicaux. On notera en plus de Dick Powell, éternel chanteur de charme, un formidable danseur noir : John W. Bubbles, On dit sur wikipédia qu'il enseigna les claquettes à Fred Astaire. C'est tout dire. Il forme donc un duo particulièrement intéressant avec Ford Washington Lee. Mais ils sont montrés ici comme des balayeurs et font leur entrée sous ce costume. Mais les noirs avaient ils d'autres emplois en 1937, ne serait ce que dans l'esprit du public américain de cette époque ? Quoiqu'il en soit, nos deux amis se rattraperont plus tard dans un beau numéro en costume et haut de forme cette fois. Pour le reste du casting on retrouve les soeurs Priscilla Lane et Rosemary Lane, mais aussi Ted Healy présents tous les trois, la même année dans "Hollywood hotel" également avec Dick Powell. J'avoue n'avoir pas eu le courage de mettre une mauvaise note à ce petit film, vu le plaisir qu'il m'a donné à le regarder. 76 ans après sa création, il reste un fantastique anti-dépresseur et il devrait être recommandé par la faculté de médecine.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dick powell,ted healy,rosemary lane,priscilla lane,fred waring,busby berkeley,william keighley

Ci-dessus : Priscilia Lane

12.jpg

Ci-dessus : John W. Bubbles et Ford Washington Lee

 

Extrait :

 

Bande annonce :

 

Note : 7,5 / 10