Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2015

Le Fleuve de la dernière chance / Smoke Signal - 1955

"Le fleuve de la dernière chance" est un western en Technicolor de l'Universal, au scénario très original de Jerry Hopper. Ainsi, le scénario, nous rapproche du film d'aventures tout autant que du western. Ainsi, le film nous raconte l'histoire d'une escouade de cavalerie, en territoires indiens, et assiégées dans un fort. Le seul espoir de survie pour ces hommes, apparaît rapidement être le fleuve qui coule à côté du fort. Il y a assez peu de westerns, où un fleuve est un élément central du récit. On pense à "la rivière sans retour" (1954) d'Otto Preminger avec Robert Mitchum et Marilyn Monroe, ou encore à "la captive aux yeux clairs" (1952) de Howard Hawks. Mais dans "le fleuve de la dernière chance", les scénaristes mettent en valeur, de façon assez unique dans l'histoire du western, un renégat, en la personne de Dana Andrews. Ainsi, Dana Andrews, joue un capitaine, déserteur de son régiment, parti vivre avec les indiens. C'est assez unique pour attirer l'attention du spectateur. Le film bénéficie de quelques belles scènes en extérieur en particulier un plan précis où on voit un chef indien de dos, qui regarde partir les soldats. Le plan est très fordien dans sa conception. Malheureusement, beaucoup trop de scènes sont tournées avec des transparences, assez peu convaincantes, qui décrédibilisent quelque peu le film. Heureusement, Dana Andrews et surtout Piper Laurie tiennent le récit. Si Dana Andrews fait le travail, Piper Laurie est quant à elle, très convaincante en fille de colonel à la recherche de la vérité et accessoirement de l'amour. Elle donne au film ces quelques moments de tendresse et d'émotion. La photographie est tout à fait correct et la direction musicale de Joseph Gershenson, rehausse l'ensemble de l'oeuvre. En résumé, "le fleuve de la dernière chance", est une bonne surprise, qui fait passer une plaisante soirée, du moment, où on ne lui en demande pas de trop. C'est donc une très bonne pioche de l'éditeur "Opening", qui nous donne en plus un master, exempt de défauts majeurs, sans être non plus extraordinaire. On regrettera par contre l'absence d'une présentation d'un historien du cinéma et d'une section bonus limitée, à la seule bande-annonce.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

Film disponible en DVD Zone 2, en VF et VO sous titrée chez Opening

Note : 6,5 / 10

24/08/2014

Le voleur de Tanger / The Prince who was a thief - 1951

"Le voleur de Tanger" est un film en Technicolor, tourné par l'Universal et réalisé par Rudolph Maté. Je ne vais pas refaire toute la filmographie de Rudolph Maté, mais on peut retenir le concernant, qu'il a été directeur de la photographie en 1926, de "la passion de Jeanne d'Arc", directeur de la photographie également de "la maison des 7 péchés" (1940) ou de "Gilda" (1946) avec évidemment Rita Hayworth, et qu'ensuite, il devait s'essayer à la réalisation avec plus ou moins de succès réalisant de très bons films, mais aussi des navets, comme "le chevalier du roi" (1954) avec Tony Curtis. Mais Rudolph Maté c'est tout de même une carrière de plus de 60 films comme directeur de la photographie, et donc quelques films intéressants comme réalisateur. On peut citer à son crédit, "le Gentilhomme de la Louisiane" (1953) avec Tyrone Power, "les années sauvages" avec encore Tony Curtis, ou "la bataille des Thermopyles" (1962) qui est une espèce de première version de "300" (2006). Concernant "le voleur de Tanger", le film tient grâce au duo Tony Curtis / Piper Laurie, mais est également soutenu par un magnifique Technicolor, de splendides costumes et un scénario plutôt sympathique.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, tony curtis, piper laurie, Everett Sloane, Jeff Corey, Betty Garde

Le film nous renvoie dans le Tanger du 13ème siècle, où les intrigues de cour étaient encore très nombreuses, et on navigue du palais du prince à la maison du roi des voleurs. Le scénario n'est pas particulièrement original, mais son classicisme est agrémenté de notes d'humour ou de passages plutôt comiques, qui font sortir le film de la production courante des studios de cette époque. Et il faut bien dire que chacun joue son rôle à merveilles. Et le duo Tony Curtis / Piper Laurie est formidablement secondé par une pléiade de seconds rôles. Ainsi, on retrouve, Everett Sloane en père adoptif de Tony Curtis. Il joue une parfaite fripouille. Betty Garde en femme acariâtre est également tout à fait crédible. Mais surtout, Jeff Corey est formidable dans ses scènes de comédie, dont une qui ne peut provoquer que l'hilarité la plus totale. Ce qui est moins drôle, c'est que Jeff Corey a été une des victimes du maccarthysme et a été inscrit sur la fameuse "liste noire" qui fermait les portes d'Hollywood à tous les acteurs, réalisateurs, et techniciens inscrits dessus. Jeff Corey qui tournait beaucoup, allait donc arrêter de tourner entre 1951 et 1963, et consacrer son temps entre un travail dans le bâtiment et une activité de professeur de comédie passionné enseignant à de petits groupes dans son garage transformé en théâtre, sur Cheremoya Avenue à  Los Angeles. Enfin on retrouve la jolie Peggie Castle en princesse. Elle aura une fin assez tragique car elle décédera d'une crise cardiaque à 45 ans en 1973, rongée par l'alcool. En attendant, je vous invite à vous procurer "le voleur de Tanger", film aux recherches de couleurs admirables, et qui ressuscite la grande époque du Technicolor à travers l'intéressante photographie d'Irving Glassberg, d'origine polonaise comme le réalisateur Rudolph Maté. On ne peut souhaiter qu'une chose, c'est qu'Universal ait l'intelligence de sortir en France, d'autres films de cette qualité, en particulier ceux avec Maria Montez.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Everett Sloane & Betty Garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Donald randolph

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus à droite sur la photo : l'incroyable talent comique de Jeff Corey

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde,rudolph maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle & Tony Curtis (de dos)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Peggie Castle

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Piper Laurie, Tony Curtis & Everett Sloane

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,tony curtis,piper laurie,everett sloane,jeff corey,betty garde

Ci-dessus : Tony Curtis & Piper Laurie sur le tournage du "voleur de Tanger"

Disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée chez Universal (à noter qu'il est disponible à 6 € chez Gibert Joseph, en cas d'achat de 5 films !)

Note : 7,5 / 10

05/11/2013

Les bolides de l'enfer / Johnny Dark - 1954

"Les bolides de l'Enfer" est le dernier film tourné par le duo Tony Curtis / Piper Laurie, après "Le Voleur de Tanger" (1951), "Le Fils d’Ali Baba" (1952) et "No Room for the groom" (1952). George Sherman est le réalisateur de ce film d'aventure automobile, où le scénario échappe malheureusement à tout réalisme, et tombe rapidement dans l'inconséquence. En effet, ici Tony Curtis est un ingénieur talentueux, concepteur de voitures de course. Mais il est aussi un pilote d'exception, doublé d'un mécano hors-pair. Piper Laurie, ange de beauté dans le plus pur style des années 50, est quant à elle, une jeune designer, capable de dessiner des modèles de carrosserie. Vous voyez le genre. Enfin, quand on voit l'état du conseil d'administration de l'entreprise, c'est à faire peur. Bref, le scénario étant presque totalement inepte, on abandonne rapidement. Et on regarde malheureusement ce film d'un oeil discret. Il reste les grands espaces, des courses et des voitures plutôt bien bien filmées par Sherman qui fait du très bon boulot à la réalisation. Mais finalement, c'est tout de même la romance entre Tony Curtis et Piper Laurie qui retient l'attention, faisant de ce film, une oeuvre un peu inconséquente, mais qui se laisse au final regarder.

les-bolides-de-l-enfer-poster_339063_26169.jpg

JohnnyDarkPoster.jpg

Disponible chez Universal en DVD Zone 2 (VF et VO sous-titrée) dans une promotion à 7,5 € le film chez Gibert Joseph

Note : 5  / 10

04/11/2013

Souvenez vous ... de Piper Laurie !

 L'histoire dePiper Laurie est un peu comme celle du Phénix qui renaît de ses cendres. Ainsi à 17 ans la jeune fille dont les grands parents étaient des juifs polonais et russes, signait son premier contrat avec Universal. Elle devait connaître ainsi la fin de la grande période d'Hollywood, dans des productions plus ou moins importantes. Je citerai dans les films que j'ai vu avec elle, "le fils d'Ali Baba" (1952) et "le gentilhomme du Mississipi" (1953). Elle devait atteindre le sommet de sa carrière en 1961, dans "l'arnaqueur" (1961) avec Paul NEwman. En effet, elle était nominée aux Oscars pour son rôle dans ce film. Mais cela devait être aussi la fin d'une première carrière. En effet, elle ne tournait plus jusqu'en 1976, où on la revoit dans"Carrie". Elle obtient de nouveau une nomination aux Oscars pour ce dernier film. La carrière ne devait plus subir d'interruption importante. Et elle devait partager alors sa vie professionnelle entre le cinéma et la télévision jusqu'à aujourd'hui, et publier ses mémoires il y a un an. Le 22 janvier prochain, elle aura 82 ans et plus de 60 ans de carrière au cinéma et à la télévision ! Bon anniversaire Piper !

7GWA100Z.jpg

9ex1nqhl7y5re91y.jpg

600full-piper-laurie.jpg

936full-piper-laurie.jpg

3140471730_2_4_tanuA5ZM.jpg

6000full-piper-laurie.jpg

3170385359_2_13_aXCxoUwk.jpg

3090663951_2_15_d32NY7Qz.jpg

Annex - Laurie, Piper_01.jpg

3170385359_1_7_lANXltm1.jpg

3170385359_2_9_OFz5SHDY.jpg

3170385359_2_5_etM4kIcV.jpg

laurie_piper2.jpg

laurie-swimsuit.jpg

3170385359_2_17_CeHtbWHv.jpg

Piper_Laurie_18243_35.jpg

piperlaurie._1380638646.jpg

post-37737-1321205914.jpg

Piper-Laurie1.jpg

the-mississippi-gambler-piper-laurie-everett.jpg

Hommage en vidéo :

 

 

29/10/2013

Le fils d'Ali Baba / Son of Ali Baba- 1952

J'avais quitté Tony Curtis avec "le chevalier du roi" (1954), très piteux film chevaleresque. Je l'ai retrouvé avec "le fils d'Ali Baba" tourné deux ans plus tôt. Et là, je vous rassure tout de suite, l'oeuvre est bien meilleure. Alors même si c'est vrai que le réalisateur Kurt Neumann et les scénaristes n'atteignent jamais les sommets du genre, on en a quand même pour son argent, avec une bonne dose d'exostisme, de glamour, et d'aventures au pays des Milles et une nuit. Tony Curtis partage l'affiche, ici avec la belle Piper Laurie, mais aussi avec tout un harem de jolies filles dont Susan Cabot et Alice Kelley. Piper Laurie vous vous souvenez l'avoir vue dans le "gentilhomme de la Louisiane" et Alice Kelly c'est bien entendu la petite princesse Patma de "Against all flags" (1952) avec Errol Flynn.

affiche-Le-Fils-d-Ali-Baba-Son-of-Ali-Baba-1952-1.jpg

Le scénario très classique a néanmoins son lot de rebondissments et si souvent l'ambiance sonne trop américaine, on ne peut que s'extasier devant les décors et les costumes tout de même assez somptueux. "Le fils d'Ali Baba" est donc plutôt une bonne surprise, qui nous permet de découvrir un Moyen-Orient du mystère et de l'aventure, où les femmes sont des gourmandises, où le vin coule à flot et où l'aventure vous attend au coin de la rue. Cela change et ça fait du bien. Si vous aimez l'aventure et les jolies filles, ce film est fait pour vous.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ci-dessus : Alice Kelley (à gauche), Tony Cuytis et (Barbara Knudson ?)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ci-dessus : une scène de danse avec milada mladova

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann
Ci-dessus : Alice Kelley (à gauche) et (Barbara Knudson ?)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ci-dessus : Tony Curtis et Piper Laurie

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Silence ! Action ! (Piper Laurie vient au secours de Tony Curtis)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, tony curtis, piper laurie, susan cabot, Alice Kelley,Hugh O'Brian,Victor Jory, Gerald Mohr, robert Barrat,Kurt Neumann

Ah ! Que c'était beau le Technicolor !

Disponible en DVD zone 2 chez Universal (en VF et VO sous-titrée)

A noter une image malheureusement peu définie. Le film mériterait une meilleure définition.

 

La bande-annonce :

 

Note : 6 / 10

02/10/2013

Le gentilhomme de la Louisiane / Mississippi Gambler - 1953

L'année 1953, est une année bénie pour le cinéma américain. En effet, si l'application de la loi Sherman anti-trust au cinéma en 1949 et l'apparition de la télévision dans tous les foyers commencent à faire sentir au cinéma ces effets néfastes, le cinéma n'a peut être jamais été aussi bon qu'en ce début des années 50. Ainsi, la moisson de très grands films et de chef-d'oeuvres est impressionnante. On peut citer pour 1952, "chantons sous la pluie", "Ivanhoé" "Scaramouche", ou encore "la maitresse de fer", et pour 1953, "Jules César", "les chevaliers de la table ronde" et combien d'autres ! L'année 1953 a donc produit un cru cinématographique exceptionnel, comme rarement le cinéma mondial en produira plus tard. On peut clairement positionner "le gentilhomme de la Louisiane" à côté de ces très bons films. Alors, c'est vrai qu'il est un peu en retrait, que ce soit en terme de scénario, de musique et de romantisme. Mais il est dans le peloton de tête, que ce soit en terme de réalisation, de costumes, et de décors luxueux au possible permettant la recréation de l'univers de la Louisiane d'avant la guerre de sécession. De plus, l'interprétation des deux stars, Piper Laurie et Tyrone Power est excellente.

legentilhommedelalouisie.jpg

On peut légitimement se poser la question de savoir si le film est un western ou un film d'aventures. Personnellement, je pense que c'est plutôt un film d'aventure. Le scénario est donc un peu linéaire. Mais néanmoins, il a en réserve des ressorts psychologiques insoupçonnés qui lui donnent un final assez étourdissant et pour ne pas dire surprenant. "Le gentilhomme de la Louisiane" nous fait donc tout de suite penser à "la maitresse de fer" tourné l'année précédente. Et c'est une très bonne référence. Le film est une production Universal. En effet, la Fox avait ainsi autorisé Power à tourner pour d'autres studios. La musique de Frank Skinner n'est pas la plus belle musique de film, composée, mais elle reste assez prenante pour rester touchante. On a donc globalement un très bon spectacle aux costumes parfaits, aux décors somptueux, et à  la réalisation excellente, mais qui pêche un peu par un scénario un peu trop linéaire, voir étrangement découpé sur la fin. On passe malgré tout un très bon moment en Technicolor.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Ci-dessus : La très belle Piper Laurie

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Ci-dessus : Piper Laurie et Tyrone Power

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood, Tyrone Power, Piper Laurie, Julie Adams, John McIntire, Paul Cavanagh, John Baer, Ron Randell, Ralph Dumke, Robert Warwick, frank skinner, Rudolph Maté

Film disponible en DVD zone 2 chez Sidonis en VF et VO sous-titré

Note : 7,5 / 10