Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2014

La révolution française - 1989

Il y a des films bénis par la grâce des Dieux et malheureusement oubliés des cinéphiles. Ce blog est là pour les tirer de l'oubli. "La révolution française" immense fresque révolutionnaire est un de ceux là. Cette oeuvre est composé de deux films distincts et divisent la révolution française : "les années lumières" avant la prise de la bastille et jusqu'à la prise des Tuileries par le peuple, et "les années terribles" qui commence avec l'arrivée du roi à la prison du Temple et qui finit après la mort de Robespierre. De cette colossale oeuvre tournée par deux réalisateurs : Robert Enrico pour la première partie, et par Richard T. Heffron, pour la deuxième partie. La distribution est réellement éclatante et internationales. On peut citer, Klaus Maria Brandauer qui est un formidable Danton, mais aussi François Cluzet, superbe en Camille Desmoulins et qui a là sans doute un de ses plus grands rôles. Mais que dire du talent consommé d'un Jean-François Balmer en Louis XVI, de Jane Seymour en Marie-Antoinette, ou d'un exceptionnel Andrzej Seweryn en Robespierre. Ce dernier avait d'ailleurs déjà, interprété Robespierre dans le film "Danton" (1983) avec Gérard Depardieu. Cette distribution des rôles principaux est complétée par bien d'autres : Peter Ustinov, Sam Neil, Claudia Cardinale, ou encore Jean-François Stévenin.

Revolution_francaise_affiche1.jpg

Derrière ce casting exceptionnel, les réalisateurs et les scénaristes nous font revisiter des pages terribles de notre histoire, faites d'espérance, de fureur, et de sang. Tout est récréé, que ce soit, les costumes, décors etc. Ainsi, la prise de la Bastille est très bien rendue. On se retrouve, réellement sur le champ de bataille de ce 14 juillet 1789.  Tout cela est rehaussé par la musique d'un Georges Delerue très inspiré. Ainsi, il nous donne un hymne à la liberté, qui devient une sorte de Marseillaise du film, chantée dans le titre final de la première partie par la soprano, Jessye Norman. Les plus exigeants reprocheront peut être une réalisation un brin conventionnel. Pour ma part j'ai une histoire avec ce film, car en 1989, j'avais 16 ans, et je me souviens que les cours d'histoire se transformait souvent cette année là, en visionnage de film sur la révolution. Et voir ces films avaient été une grande expérience d'adolescent. Peut être n'aurais je pas autant aimé l'histoire de mon pays, si je ne les avais pas vu. "La révolution française" reste donc pour moi un film essentiel, qui nous montre d'où nous venons et qui fait des citoyens responsables et éduqués. Il devrait être passé et repassé dans toutes les classes d'histoire, si l'histoire de France est encore enseignée ! A l'heure, de la sortie des jeux vidéos, comme Assassin's Creed, qui popularise la révolution française, à coups d'approximations, la jeunesse devrait voir ce film, qui lui parle du passé d'un vieux pays qui ne veut pas mourir, qu'on appelle la France. Alors pourquoi ce film n'a t'il jamais bénéficié d'une vraie restauration pour une sortie Bluray et que l'on doit se contenter d'une "petite" édition DVD, sortie le 11 juin 2009, mystère. Je n'ai pas de réponse, concernant l'oubli d'un film majeur du cinéma français et de notre histoire nationale. Un film tout simplement incontournable.

d71ec192-6312-4ca9-b00a-f20b40acb7e0.JPG

Ci-dessus : Claudia Cardinale & Jane Seymour

1.JPG

revolution-francaise-1989-06-g.jpg

revolution-francaise-1989-08-g.jpg

Ci-dessus : Klaus Maria Brandauer (Danton)

revolution-francaise-1989-09-g.jpg

Ci-dessus : Jean-François Balmer (Louis XVI à droite) & Sam Neil (Marquis de Lafayette à gauche)

revolution-francaise-1989-15-g.jpg

Ci-dessus : Jane Seymour (Marie-Antoinette)

 

Extraits de la superbe musique de Georges Delerue :

 

 Disponible en DVD zone 2, Version Française

Note : 9 / 10

19/09/2012

L'Egyptien - 1954

L'Egyptien est le deuxième film édité récemment par Sidonis. Ce film a été tourné en 1954 par Michael Curtiz spécialiste du film d'aventures. Le scénario était tiré d'un roman de Mika Waltari.   La vedette du film devait être initialement Marlon Brando. Mais Brando n'aimait ni le réalisateur, ni le scénario, ni les vedettes féminines. Il refusa donc le rôle et cela tourna au procès avec la Fox. Il fut donc remplacé par Edmund Purdom. Ce dernier ayant beaucoup moins de prestance que Brando, laissa finalement la vedette aux actrices féminines Jean Simmons, Gene Tierney et Bella Darvi (maitresse attitrée du patron de la Fox, Darryl F. Zanuck). Victor Mature n'ayant ici qu'un rôle totalement secondaire.

 

egyptian1954.jpg

 

L'histoire est assez intéressante et la relation dans le film entre Sinuhé (Purdom) et Néfer (Bella Darvi) est particulièrement fascinante et tragique. De plus, le culte d'un Dieu unique par le pharaon fait réfléchir sur la naissance d'un espèce de monothéisme 13 siècles avant la naissance du Christ. Mais elle fait aussi réfléchir sur les conflits religieux qui peuvent assez facilement déchirer une société. Ce film est donc assez proche d'une certaine actualité, bien malgré lui, il faut l'avouer !

 

Ci-dessous Jean Simmons et Edmund Purdom :

vlcsnap2011090902h12m48.png

 

Alors bien sûr le film a des défauts : Il manque d'action. Curtiz se complet dans l'action et le film en manque cruellement. Cela n'avantage pas le travail de Curtiz qui semble un peu gêné par un scénario presque trop sage pour lui. C'est d'ailleurs dans les scènes finales de révolutions et d'émeutes que le film prend une envolée assez inespérée.

 

Ci-dessous Bella Darvi :

vlcsnap2011090902h08m24.png

 

Pour la musique on a du très lourd à la composition, à savoir : Bernard Herrmann et Alfred Newman. Excusez du peu ! L'influence des l'un et l'autre se ressent sur l'oeuvre. Et la musique rend parfaitement les mystères de l'Egypte ancienne. De ce côté, la mission est accomplie.

 

Pour résumé, on est très loin de la qualité d'un film comme Ben-Hur ou les 10 Commandements. Néanmoins on est en face d'un spectacle valable, méritant et bien construit. Un film donc de séries qui manque peut être sa cible de "sur-Péplum" qu'il voulait probablement toucher. Mais le scénario ne s'y prêtait guère.

 

La qualité de l'image de l'édition de Sidonis est globalement très bonne. Meme si quelques plans semblent parfois un peu trouble.

 

Un extrait musical de l'ouverture :

 

 

D'autres extraits musicaux à cette adresse :

 

http://www.youtube.com/watch?v=QiDrAHc8if0&feature=re...



Note : 7 / 10