Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2014

Pour elle un seul homme / The Helen Morgan Story - 1957

Il fallut 4 scénaristes (Nelson Gidding, Stephen Longstreet, Dean Riesner et Oscar Saul), pour écrire difficilement l'histoire de la grande chanteuse américaine, Helen Morgan. Il n'en reste pas moins que l'histoire prend quelques détours avec la réalité et reste un peu binaire. Mais pour ma part, j'ai trouvé Ann Blyth très convaincante en Helen Morgan. Certaines critiques ont dit que sa voix de soprano ne convenait pas et donc que la Warner ait engagée Goggi Grant pour le doublage. Par contre, d'autres commentateurs ont contesté ce choix. En réalité, lors d'un doublage l'actrice n'est jamais consacrée, car les critiques s'opposent devant un choix jugé raisonnable pour les uns et contestable pour les autres. Quoiqu'il en soit, Ann Blyth joue très bien son rôle et arrive à amener une vraie émotion dans les scènes dramatiques, et nous donne une formidable performance d'actrice dans le dernier tiers du film.

Pour-elle-un-seul-homme-affiche-9430.jpg

Michael Curtiz est à la réalisation et ça se voit. Tout est très soigné. La direction d'acteur est très bonne. La photographie est classique sans être trop présente ou trop excessive. Mais ce que l'on peut contester, c'est le look un peu années 50 de l'histoire qui est censée se passer dans les années 20. C'est le gros défaut du film qui n'arrive pas à nous faire oublier en terme de réalisme, "les fantastiques années 20" (1939) de Raoul Walsh avec James Cagney et Humphrey Bogart. Dans les fantastiques années 20, l'actualité était très présente, voir trop et on se plongeait littéralement dans l'époque vue par les Américains. Dans "Pour elle un seul homme", l'époque semble se diluer dans les problèmes de la chanteuse. C'est le principal défaut du film. Il faut noter que ce n'est pas la première participation d'Ann Blyth à un film de Michael Curtiz. En effet, elle avait déjà travaillé avec lui dans le superbe film, "le roman de Mildred Pierce" (1945). Curtiz se plaît à filmer les jambes des danseuses qui descendent des escaliers, comme beaucoup de réalisateurs hollywoodiens avant lui. Dernier film d'Ann Blyth pour le cinéma, c'est aussi une forme d'adieu pour cette magnifique actrice qui n'a eu pas la carrière qu'elle aurait méritée d'avoir. "Pour elle un seul homme" ne laisse donc pas indifférent, et malgré ses défauts on prend beaucoup de plaisir à suivre la vie d'Helen Morgan et à écouter des chansons nostalgiques mais superbes d'un mélodrame de qualité.

111a50227092875474b409d02e7.jpg

Ci-dessus : Ann Blyth

639311fd0ccc75861c84eaee6ba.jpg

48022108.jpeg

Ci-dessus : Paul Newman et Ann Blyth

Extrait :

 

La vraie Helen Morgan dans la version de "Show Boat" de 1936 :

 

Film disponible en DVD en VO sous-titrée (collection Fnac)

Note : 7,5 / 10

10/12/2012

L'Arnaque / The Sting - 1973

"L'Arnaque" est un film de George Roy Hill de 1973 avec pour acteurs principaux : Paul newman, Robert Redford et Robert Shaw. C'est David S. Ward qui a eu l'idée de ce scénario alors qu'il écrivait le script de Steelyard Blues. Lorsque le réalisateur George Roy Hill a lu le scénario, il a aussitôt demandé à faire le film. Et c'est lui qui a offert à Paul Newman un rôle. Robert Redford aurait écrit une partie du scénario avec David S. Ward. De plus, je ne sais pas si cette information est exacte mais le nom du personnage de Robert Redford (Johnny Hooker) aurait été donné afin de rendre hommage au chanteur de blues John Lee Hooker. Les personnages de Henry Gondorf, J. J. Singleton, Kid Twist et Eddie Niles sont ceux de véritables escrocs américains du premier quart du XXe siècle. En effet, le film est fondé sur la vie des frères Charles et Fred Gondorf qui ont tenté une escroquerie similaire à celle montrée dans le film en 1914 mais qui, elle, a échoué. Quant à Robert Shaw, ce dernier se fit une entorse au genou en jouant au Hand Ball juste avant le début du tournage. Handicapé, le scénario dût s'adapter. Il incarna donc le gangster boiteux. 

 

l-arnaque-2.jpg

 "L'Arnaque" c'est d'abord bien évidemment le duo Redfort/Newman qui fonctionne à plein. Le film n'aurait évidemment pas pu être tourné sans la parfaite entente du duo. Mais c'est aussi la recréation parfaite de l'Amérique des années 20 avec ses combines, ses gangsters et ses meurtres. La seule morale étant l'argent. La perte d'argent signifie inévitablement la mort de celui qui l'a perdu. Mais le film n'est pas emmené sur un ton sérieux et se voit plus sur le ton de la comédie. C'est ce qui fait son côté sympathique ainsi que la manipulation des personnages et aussi du spectateur. En regardant ce film on se fait donc manipuler et pour une fois on est content de l'être, vu que c'est pour le plaisir du spectateur.

cinéma, cinema, hollywood, acteur, actrice, dvd, bluray film, films, robert Redford, Paul Newman, Robert Shaw, George Roy Hill

Ci-dessus Robert Shaw dans "L'arnaque"

En dehors du duo Redford/Newman, on retiendra l'admirable prestation de Robert Shaw qui fait un chef du milieu détestable au possible. On a trop souvent dans le cinéma des méchants qui n'en sont pas. Là ce n'est pas le cas. Shaw est parfaitement dans son rôle. Enfin on ne peut conclure cette rapide présentation sans bien évidemment parler de l'inoubliable musique de Scott Joplin qui reste irrémédiablement attachée au film.

 

cinéma, cinema, hollywood, acteur, actrice, dvd, bluray film, films, robert Redford, Paul Newman, Robert Shaw, George Roy Hill

Ci-dessus Paul Newman et Robert Redford

cinéma, cinema, hollywood, acteur, actrice, dvd, bluray film, films, robert Redford, Paul Newman, Robert Shaw, George Roy Hill

Ci-dessus Robert Shaw, Robert Redford et Paul Newman

 

Extrait de la célèbre musique du film :

 

NOTE : 8,5 / 10