Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2014

Les 55 Jours de Pékin / 55 Days at Peking - 1963

Récemment sorti en Bluray Collector par Filmédia, Hollywood classique est fier de vous présenter "les 55 jours de Pékin", super production de Samuel Bronston et dernier film de Nicholas Ray. Je ne vais pas refaire le making-off que vous pouvez retrouver sur le Bluray ou dans un court résumé, dans la vidéo de présentation ci-dessous. Néanmoins je veux quand même insister sur la beauté de cette édition qui restitue le génie de Ray dans ses moindres couleurs. En effet, la définition et les couleurs sont formidables. Le film semble littéralement avoir été tourné hier. Et c'est un plaisir de redécouvrir cette oeuvre dans de telles conditions de restauration. Je ne sais pas où Filmédia déniche ses masters, mais ils sont d'une étonnante jeunesse. Ainsi après la sortie de leur incroyable master de "A l'abordage !" avec Errol Flynn, "les 55 jours de Pékin" est encore un coup de maître pour cette firme. On peut d'ailleurs se rendre compte de l'énorme travail de restauration, avec sur les bonus un comparatif en images, entre l'ancienne version et la version restaurée qui nous est présentée.

49528.jpg

Pour revenir au film lui même, il regroupe quelques unes des plus grandes stars internationales de l'époque. On peut citer : Charlton Heston, Ava Gardner, David Niven, PaulLukas, Flora Robson, John Ireland, et Harry Andrews. La relation entre le réalisateur et Ava Gardner fut désastreuse, celle-ci se comportant très mal et arrivant souvent en retard et ivre. On pense qu'elle réussit à obtenir le départ de Nicholas Ray. En effet, on ne sait si Ray a fait une crise cardiaque. En tous les cas, une ambulance est venue le chercher et à mi-film il était remplacé par Andrew Marton and Guy Green. Le tournage eut lieu en grande partie en Espagne, où Samuel Bronston fit recréer la Chine de 1900. Et cela donne à l'image des décors assez incroyables et le sentiment que le film a été tourné en Chine même. Dans cette super-production qui aurait pu être étouffante, les scénaristes et Ray sont arrivés à mettre des pauses, et la relation entre la jeune enfant chinoise, jouée par  Lynne Sue Moon et Charlton Heston est particulièrement touchante et enlève l'adhésion. A cela il faut ajouter les presque 2 heures de musique d'un Dimitri Tiomkin très inspiré et qui nous donne une musique un peu baroque, étrange, mais toujours magnifique. Il ne vous reste donc qu'à vous ruer sur cette fabuleuse édition Bluray,  à voir et à revoir de toute urgence.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Charlton Heston et David Niven

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : John Ireland

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus Charlton Heston

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Ava Gardner

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : La tension palpable entre Nicholas Ray et Ava Gardner

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Nicholas Ray sur le plateau des 55 jours de Pékin

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Ava Gardner et le directeur de la photographie ? (Jack Hildyard)

 

Présentation :

 

Bande-annonce :

 

Extraits de la musique :

Disponible en Bluray collector chez Filmédia VF et VO sous-titrée

 

Note : 9 / 10

19/10/2013

Les racines du ciel / The Roots of Heaven - 1958

Tourné un an avant sa mort, "les racines du ciel" reste bien malgré lui, comme le film testament d'Errol Flynn. L'histoire se déroule en Afrique Noire, et raconte le combat de Morel (Treword Howard), un homme  décidé à protéger les éléphants et la nature, de son plus grand prédateur l'Homme. Le film est une production Twentieth Century Fox, et donc c'est Darryl Zanuck qui est à la production. Ce dernier avait décidé d'adapter à l'écran le roman éponyme de Romain Gary. Pour le rôle féminin, il choisissait sa compagne du moment : Juliette Greco. Juliette Greco avait déjà tourné avec Errol Flynn, l'année précédente, dans "le soleil se lève aussi" avec Tyrone Power. Pour "les racines du ciel", Zanuck choisit Huston qui n'avait aucune envie de faire ce film, qui devait être un manifeste contre la chasse. John Huston n'aimait tout simplement pas ce scénario, car il était lui même chasseur. Ainsi, Juliette Greco raconte qu'il partait à la chasse à 3H30 du matin, pendant les 6 mois du tournage.

The_Roots_of_Heaven-789003350-large.jpg

Concernant le tournage, il fut vraiment épique. Ainsi, on tourna avec une température moyenne de presque 50¨C. Cette température, rendait tout maquillage impossible. En effet en quelques minutes, il fondait. Puis, à cause du manque d'eau potable et de problèmes de conservation de la nourriture, beaucoup de membres de l'équipe furent malade, à part deux personnes : John Huston et Errol Flynn qui l'un et l'autre, ne buvaient quasiment jamais d'eau. Juliette Greco, raconte que Flynn était ivre du matin au soir. Il avait pris un accord publicitaire avec Smirnoff pour avoir une dizaine de caisses de Vodka, qui lui permettait d'assouvir sa consommation personnelle et celle de John Huston. Juliette Greco raconte aussi dans les intéressants bonus de l'édition Bluray, que les insectes mangeaient le bois et le béton de sa chambre. Elle ne conserva donc, pas un bon souvenir de ce tournage, mais un souvenir très fort en tous les cas.

annex-flynn-errol-roots-of-heaven-the_02.jpg

Ci-dessus : Errol Flynn

Plutôt détestés par les populations locales qui voyaient d'un mauvais oeil, ces blancs sur leur sol, le tournage fut donc incroyablement difficile. Mais malgré tout ça, et presque malgré lui, John Huston produit un chef-d'oeuvre. En effet, toutes les imperfections du film, tous les ratages, ne font qu'accentuer à l'écran un profond réalisme et l'amateurisme de cette équipe hétéroclite qui décide de partir en guerre contre la chasse à l'éléphant. Le scénario du film a qui plus est, 20 ou 30 ans d'avance sur la production cinématographique de l'époque. Ainsi, la lutte n'est plus contre les indiens, ou une bande cowboys, mais bien pour la protection des éléphants. Pourtant, les mêmes stratégies sont employées, et la caméra montre de grands mouvements, qui font parfois penser à "la charge fantastique" (1942). Le film touche donc le coeur du spectateur et la musique de Malcolm Arnold, Henri Patterson aide  aussi beaucoup a remué les consciences. L'idée de Zanuck de mettre le chasseur Huston aux commandes d'un film écologiste, se révèle proprement géniale, et fait beaucoup pour le film, qui porte en lui toutes les espérances, les misères, et l'amateurisme d'une humanité qui cherche encore sa route et à devenir simplement humaine. 55 ans après le tournage des "Racines du ciel" on tue toujours des éléphants en Afrique, la vision de ce film, reste donc d'une absolue nécessité.

 

aaroots12.jpg

Ci-dessus : Treword Howard, Errol Flynn, Juliette Greco et ses compagnons

 

Extrait :

 

L'ouverture musicale de Malcom Arnold (non présente sur le Bluray) :

 

 Film disponible en version restaurée, en Bluray zone B VO et VF

Note : 9 / 10

20/07/2013

Deadline at Dawn - 1946

"Deadline at dawn" n'a jamais été sorti en France. Et c'est un tort, car c'est un très bon film policier. Il est inspiré du roman de William Irish, et a été produit par la RKO. Il faut noter que le film est le premier et seul film du réalisateur, Harold Clurman qui était un metteur en scène de théâtre. Il bénéficie d'un très bon casting avec Susan Hayward, Paul Lukas, et Bill Williams, mais aussi Lola Lane. Paul Lukas on se rappelle de lui pour son interprétation dans "Watch on the Rhine" (1943) avec Bette Davis, ou dans "Saboteur sans gloire" (1944) avec Errol Flynn ou dans "Angoisse" (1944) avec Hedy Lamar, mais aussi pour son rôle du professeur dans "20 000 lieues sous les mers" (1954). Ici c'est assez étrange car on retrouve Paul Lukas en chauffeur de taxi à la vie un peu ratée et sans sa traditionnelle moustache.

deadline_at_dawn.jpg

Le film commence assez étrangement avec un homme qui frappe à une porte, on voit alors le visage d'une femme endormie avec une mouche qui se pose sur ce visage. J'ai du m'y reprendre à deux fois pour être bien sûr qu'il n'y avait pas un insecte sur mon écran de vidéoprojection ! J'ai compris que le réalisateur voulait mettre en avant le caractère assez vulgaire de la jeune femme. L'homme vient voir cette ancienne petite amie, pour récupérer son argent, mais elle n'a plus cet argent qui lui a été volée par un marin. On ne comprend pas bien, car au départ on pense à un flashback vu que la caméra s'arrête sur l'homme et l'image se troube. Mais on remonte juste dans le temps et on revient à l'histoire de ce marin qui est supposé avoir l'argent. A partir de là, l'histoire commence réellement. Et c'est assez enthousiasmant il faut bien le dire. Susan Hayward est très agréable à regarder, mais en dehors de ça, le scénario est parfaitement monté avec de nombreux retournements, mais également une belle photographie et une réalisation intéressante. "Deadline at dawn" est donc un petit film noir, tout à fait recommandable où le duo Hayward / Williamd du début du film rencontre une multitude de personnages et finalement crée une petite communauté (représentation miniature de la population de New-York) où l'intérêt de chacun est de découvrir la vérité avant l'aube.

353729W01vlcsnap2011060216h48m36s89.jpg

Ci-dessus : Susan Hayward

Extrait :

 Disponible en Zone 1 dans la collection "Films noirs" éditée par la Warner (coffret vol 5)

 

Note : 7 / 10

09/07/2013

Angoisse / Experiment Perilous - 1944

"Angoisse" est un film de Jacques Tourneur de 1944, produit par la RKO. Les trois principales vedettes sont George Brent, Hedy Lamarr et Paul Lukas. Paul Lukas était un acteur d'origine hongroise, après une carrière parsemée de petits rôles, il devait atteindre la consécration en 1943 dans "Saboteur sans gloire" avec Errol Flynn, mais surtout en 1944 avec "quand le jour viendra" pour lequel il obtiendra l'oscar  et le golden globe du meilleur acteur, malgré la concurrence de Humphrey Bogart et Gary Cooper. Quand à George Brent on se rappelle surtout de lui pour ses rôles dans de nombreux films de Bette Davis, comme "l'Insoumise" (1938), "la vieille fille" (1939), "This is your life" (1942), mais surtout "Victoire sur la nuit" (1939), formidable leçon de vie, où Brent interprêtait un médecin qui accompagnait par son amour les derniers instants de sa patiente, devenue sa femme. Le film annonçait qu'il n'y avait rien à attendre de la vie, sinon l'amour et que la mort n'était alors qu'une fin normale.

angoisse_1944,1.jpg

Dans ce film, on ne peut pas dire que Tourneur était très inspiré. La qualité de l'image assez médiocre n'aide d'ailleurs guère à bien noter le film. Les acteurs font ce qu'ils peuvent pour donner un peu de crédibilité à l'ensemble, mais la sauce ne prend guère. Hedy Lamarr est toujours aussi belle, mais également toujours aussi inexpressive. Enfin le personnage de George Brent est un peu agaçant et on le sent un peu détaché, voir dépassé par son rôle. Il reste enfin l'histoire qui n'effraie guère, mais qui aborde lointainement la maltraitance d'un enfant par son père. Les ressorts psychologiques de l'intrigue maintiennent l'attention du spectateur et sont parfaitement réalistes.Mais on a fait bien mieux, dans le mélodrame psychologique, à cette époque. Le film n'ennuie pas, mais ne passionne guère. On quitte donc "angoisse" avec l'image de la belle scène finale d'un pré rempli de fleurs, et par quelques beaux passages musicaux de Roy Webb. Sinon, on reste un peu sur sa faim et on regrette que le scénario n'ait pas été un peu plus étoffé.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,paul lukas,george brent,hedy lamarr,roy webb,jacques tourneur

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,paul lukas,george brent,hedy lamarr,roy webb,jacques tourneur

Note : 6 / 10

05/09/2012

Uncertain Glory / Saboteur sans gloire - 1944

Saboteur sans gloire est un film de 1944 de Raoul Walsh. C'est un de mes films préférés avec Errol Flynn. En effet, Flynn joue un rôle à contre emploi de son rôle d'éternel héros. Là il est dans la peau d'un criminel, Jean Picard, comdamné à mort. Mais un bombardement de sa prison par l'aviation alliée fait suspendre l'execution et mieux lui offre la possibilité de s'enfuir et d'échapper à son triste sort. Paul Lukas qui joue le rôle d'un inspecteur, part alors à sa recherche, le rattrape et veut le ramener. Mais la France est occupée et la Résistance pose des bombes. Les Allemands veulent donc des otages ne pouvant arrêter le résistant coupable d'avoir fait sauter un pont. Picard avoue donc à Bonnet qu'il veut sauver les otages en se faisant passer pour le résistant responsable du sabotage. Mais est il réellement sincère ?

 

cinéma,cinema,films,film,dvd,acteur,actrices,hollywood

 

uncertain-glory-trailer-title.jpg

 

L'intrigue lancée, Walsh explore le thème de la rédemption qui ne peut qu'intervenir ici que libre et par amour pour l'autre, mais sous la menace de la mort. Le film nous invite donc à revoir l'idée que nous nous faisons de l'Homme, voir du criminel endurci. Assez révolutionnaire pour l'époque. De son côté, Flynn ayant eu à faire à des accusations de relations sexuelles avec mineure, avant de tourner ce film, est par conséquent finalement assez crédible dans son rôle et trouve avec ce film lui aussi sa rédemption.  Jean Sullivan dans le rôle de la fiancée de Flynn et est également très convaincante. On retrouve enfin Faye Emerson représentée en femme de gangsters, ou pire ... L'autre thème du film est la description saisissante d'un village français occupé. L'étude sociale qui en est fait par les Américains en est à ce titre assez saisissante de réalité.

 

Uncertain Glory 7.jpg

 Ci-dessus : Jean Sullivan et Errol Flynn

On pourrait penser que c'est un film américain de série, mais c'est un chef d'oeuvre de psychologie et de philosophie. Donc procurez vous "Saboteur sans gloire", et donnez à ce film la possibilité de sortir de l'oubli et donnez lui la rédemption qu'il mérite lui aussi.

 

cinéma,cinema,films,film,dvd,acteur,actrices,hollywood,errol flynn,lucille watson,jean sullivan,paul lukas

  Ci-dessus : Jean Sullivan et Errol Flynn

cinéma,cinema,films,film,dvd,acteur,actrices,hollywood,errol flynn,lucille watson,jean sullivan,paul lukas


 

La magnifique Jean Sullivan ci-dessous :

 

116l947tkoa7ao7.jpg

 

 Bande-annonce :


La phrase du film : "L'amour fait passer le temps et le temps fait passer l'amour."

 

La réplique du film :

-"C'est un vieux cheval. Il est comme le pays. Il est vieux et fatigué. Mais il veut pas mourir".

-"Qu'est ce qui le fait tenir ?"

-"Le courage."


Note : 9 / 10