Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2015

Tous en scène / The Band Wagon - 1953

Il y a des films incontournables et qui font partie intégrante de l'histoire du cinéma hollywoodien. Ainsi, "Tous en scène" est un de ses films. Car, "Tous en scène" est un des plus grands films de la MGM, mais aussi une des plus grandes comédies musicales. En effet, et si son scénario est classique, avec cette histoire de troupes qui montent un spectacle, ses numéros musicaux sont d'exception. Le film est bien aidé par le compositeur Arthur Schwartz, le réalisateur Vincente Minnelli, et par le producteur de la MGM, spécialisé dans les comédies musicales, Arthur Freed. Dans "tous en scène", le Technicolor est flamboyant, les couleurs explosent littéralement sur l'écran. Ainsi, c'est un plaisir infini pour les yeux dans la plupart des scènes, les décors ont également cette classe absolue, si caractéristique de la MGM du début des années 50. Le casting est très bon, avec un Fred Astaire vieillissant, mais toujours excellent danseur, Cyd Charisse dans son premier grand rôle de comédie, Oscar Levant que l'on a vu dans "un américain à Paris" (1951). La distribution est complétée par Jack Buchanan, Nanette Fabray, et James Mitchell. "Tous en scène" multiplie les scènes de danse dans des lieux publics, avec une dans une gare, une autre sur un boulevard de New-York, ou encore une autre à Central Park. La vie semble devoir se confondre avec l'univers de la comédie musicale, en faisant une réalité à l'écran, le monde devenant une scène, comme nous le verrons plus tard. Et lorsqu'on sait qu'au moment du tournage, le réalisateur Vincente Minnelli était en train de divorcer de sa femme, Judy Garland, ou que la femme de Fred Astaire était en train de mourir d'un cancer. On est surpris de voir que rien de tout cela, ne transparaît pas une seule seconde.

Tous_en_scene.jpg

Mais "tous en scène", n'est pas seulement une comédie musicale, comme la MGM, savait en faire comme personne à l'époque à Hollywood. C'est aussi, un formidable manifeste publicitaire, pour la MGM et pour le cinéma américain tout entier, de ce début des années 50. Ainsi, le numéro, "That's entertainment !" (ça c'est du spectacle !), nous dit que le monde du cinéma, et du théâtre, ne peuvent vivre sans des histoires qui passionneront le public. Le conseil est très avisé, et Hollywood ferait bien de s'en inspirer plus souvent aujourd'hui. Cette chanson, "That's entertainment !" deviendra en quelque sorte, l'hymne de la MGM et fait revenir tous ceux qui l'entendent à cette jeunesse bénie et innocente du cinéma américain, où les couleurs explosait sur l'écran, où le cowboy partait avec sa belle au soleil couchant, et où le divertissement du public, était le seul credo de l'époque. Ce n'est donc pas un hasard, si en 1974, la MGM revisitant l'histoire de ses comédies musicales, reprend en titre de ses documentaire, et comme musique d'accompagnement, "That's entertainment !". Oui c'était du spectacle, et sans aucun doute, le plus beau spectacle, créé par les Dieux d'Hollywood pour distraire ses fidèles spectateurs. La devise de la MGM était "Ars Gratia Artis"  (l'art pour l'amour de l'art). J'ajouterai, "Quis Superabit", ou en français, qui fera mieux ?

B_5nIu6WsAAWrxv.png large.png

 

ob_af997b_the-band-wagon-5.jpg

bandwagon-00257.png

4.jpg

red-dress-cyd-charisse.jpg

still-of-fred-astaire-in-the-band-wagon-(1953)-large-picture.jpg

 

Extrait :

 

That's entertainment ! :

Disponible dans une belle édition Bluray, en VF (anecdocitque) et surtout VO sous-titrée français, avec de nombreux bonus, dont un reportage de 37 minutes expliquant le tournage du film.

Note : 9 / 10

14/02/2015

Entrons dans la danse / The Barkleys of Broadway - 1949

"Entrons dans la danse" c'est un peu le retour vers le futur, du film musical, nous proposant en 1949, soit 10 après leur séparation, le retour du plus célèbre couple dansant de la RKO : Fred Astaire & Ginger Rogers. Le dernier film du couple Astaire/Rogers était donc dix ans plutôt, "la grande farandole", qui racontait déjà l'histoire d'un couple de danseurs : Irene et Vernon Castle. Ici, le ton est à la comédie, et on revoit avec plaisir le couple Astaire/Rogers. Mais la reprise n'est pas totalement la même que celle qui a fait tant et tant de succès du couple à la RKO. Ainsi, dans "Entrons dans la danse", le couple Astaire/Rogers est marié et dès le départ le film n'est donc pas dans le même ton que les succès RKO. La lutte entre les deux personnages principaux est donc toujours à fleurets mouchetés. "Entrons dans la danse" vient juste après le succès de "Parade de printemps", qui réunissait Fred Astaire et Judy Garland. La MGM imaginait donc une suite avec Judy Garland. Mais l'épuisement de Garland ne lui permit pas de jouer ni dans "entrons dans la danse", ni dans "mariage royal". C'est donc Ginger Rogers qui reprit le flambeau pour "entrons dans la danse". Dans ce dixième et dernier film du célèbre couple, on s'amuse donc à les voir se chamailler parfois un peu lourdemement, mais surtout à les voir danser, même si les dix ans passés, sont plus visibles sur Ginger Rogers que sur son partenaire du moment. Le sommet du film, reste quand même le numéro de danse de "They Can't Take That Away From Me", hymne d'amour de Fred Astaire à Ginger Rogers, et reprise de "l'entreprenant Mr Petrov" (1937). Mais le film vaut également pour pas mal d'autres numéros, comme Astaire dansant seul avec des chaussures ou le numéro de claquettes du début avec Ginger. En résumé, "entrons dans la danse" célèbre le duo, tout en nous renvoyant l'image d'iconique fraîcheur, de passion et de folie des premiers films RKO.

k2xas.jpg

24.gif

Ci-dessus : Fred Astaire & Ginger Rogers

ob_dcc5f6_annex-astaire-fred-barkleys-of-bro.jpg

Ci-dessus : Fred Astaire dansant avec des chaussures

1949 The Barkleys of Broadway - Vuelve a mi (Fred Astaire and Ginger Rogers) 01.jpg

wir.skyrock.net.jpg

entrons-dans-la-danse-49-02-g.jpg

entrons-dans-la-danse-tou-1-g.jpg

Ci-dessus : Fred Astaire & Ginger Rogers

"They Can't Take That Away From Me" :

Disponible en DVD en VF et VO sous-titrée. A noter une qualité d'image moyenne, qui s'améliore plus le film avance.

Note : 6,5 / 10

16/12/2012

Un Américain à Paris / An American in Paris - 1951

"Un Américain à Paris" est un peu le pendant de "Chantons sous la pluie" tourné 2 ans plus tard. On retrouve le tandem gagnant du "Pirate" ou du "chant du Missouri" avec comme d'habitude à la production Arthur Freed et à la réalisation Vincente Minnelli. La vision de Minnelli sur Paris est bien entendu totalement idéalisée. En effet, si "un américain à Paris" laisse entendre que le film a été tourné à Paris, il n'en est rien et l'ensemble du film sera tourné au sein des studios d'Hollywood. La distribution comprend donc en plus de Gene Kelly, Leslie Caron et Georges Guétary. Dans les seconds rôles on retrouve Nina Foch (la Marie-Antoinette de "Scaramouche") et Oscar Levant le célèbre compositeur. La musique du film est largement extraite de la formidable oeuvre musicale de Gershwin. C'est le premier film de Leslie Caron et ce sera un énorme succès pour elle. On peut considérer que la découverte de Leslie Caron revient à Gene Kelly. Celui ci s'investira également sur la chorégraphie, mais il laissera la réalisation à Vincente Minnelli.

1951---Un-americain-a-Paris102.jpg

 

Le tournage du film débuta le 4 octobre 1950 pour s'achever en avril 1951. Le budget s'élevait à 2,723 millions de dollars, une somme supérieure au budget de "Chantons sous la pluie" réalisé un an plus tard. La scène final comporte un ballet de près de 17 minutes qui ne comporte aucune chanson. C'est un des plus longs ballets de l'histoire de la comédie musicale. Le film a pu sembler un peu long à certains spectateurs, mais il n'en reste pas moins comme un chef d'oeuvre de l'âge d'or de la comédie musicale qui atteindra son apothéose 2 ans plus tard avec "Chantons sous la pluie". Pour finir on notera que film rapporta 4,5 millions de dollars à la MGM et obtint donc un gros succès public.

americanparis.jpg

ci-dessus : Leslie Caron et Gene Kelly

An American in Paris - trio.jpg

Ci-dessus : Georges Guétary, Gene Kelly et Oscar Levant

 

Extrait :

 

Disponible en Bluray zone B ou DVD zone 2.


NOTE : 8 / 10