Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2013

La femme aux maléfices / Born to be bad - 1950

"La femme aux maléfices" est aussi connu en France, sous le titre de "la séductrice". Le film a été réalisé par Nicholas Ray, et a été produit par Howard Hughes (le célèbre milliardaire), qui venait de racheter la RKO en 1948. Hughes voulait absolument faire tourner cette adaptation littéraire du roman d'Ann Parish au titre évocateur : All Kneeling ("Tous à genoux"). C'est Hughes qui va imposer Joan Fontaine, à la place de Barbara Bel Geddes. Lorsqu'on voit le résultat à l'écran, on peut dire que le choix a été judicieux, même si on ne peut pas préjuger du résultat d'une version avec Barbara Bel Geddes. Mais Hughes sera peu satisfait du travail de Nicholas Ray sur le film et décidera de s'investir lui même, modifiant le montage et insérant des dialogues. Ainsi, le personnage du milliardaire, pilote d'avion, lui fait directement référence et finalement Zachary Scott, joue Howard Hughes. C'est d'ailleurs assez troublant.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Cette main-mise de Hughes sur le film, laissera un goût amer à Nicholas Ray, qui dira plus tard, en interview, qu'il n'a aucun plaisir à évoquer ce film. Mais est ce la seule raison ? Peut être doit on chercher également du côté de la vie privée de Ray, qui avait épousé Gloria Grahame la même année, pour un mariage malheureux. Ce film lui rappelait peut être une période difficile de sa vie ? Quoiqu'il en soit "la femme aux maléfices" bénéficie de nombreuses qualités, avec un casting alléchant composé donc de Joan Fontaine, Robert Ryan, Zachary Scott, Joan Leslie, et Mel Ferrer. Mais surtout, le film est illuminé par le jeu de Joan Fontaine qui sait jouer la femme vénale, calculatrice et même perverse avec passion. Ray nous décrit donc un univers où l'égoïsme et le chacun pour soi est roi. Et le personnage de Christabel incarné par Joan Fontaine, manipule chaque interprète, jusqu'au dénouement final. Le film est très troublant et aurait très bien pu être un film pré-code. En effet, il évoque autant les relations hors mariages, que l'adultère, mais aussi la sexualité féminine. Et on a toujours l'impression que Joan Fontaine, a une petite jouissance à chaque tour qu'elle joue à son entourage. C'est assez étrange comme impression.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Ci-dessus : Joan Fontaine

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir le travail sur les ombres, du directeur de la photographie, qui est encore ici Nicholas Musuraca, un des meilleus directeur de la photographie de la RKO. Musuruca, comme à son habitude, donne une vie aux ombres, pour par exemple ici, nous faire comprendre que Christabel, a deux personnalités, ou deux visages, l'un angélique, l'autre diabolique. Musraca, cache aussi parfois les visages, comme pour montrer que les protagonistes, avancent masqués. Mais, il faut dire aussi un mot sur la très belle musique de Friedrich Hollaender, qui accompagne parfaitement l'image.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Ci-dessus : Joan Fontaine

Alors que peut on reprocher à "la femme aux maléfices" ? Pas grand chose finalement. Le film s'approche des meilleurs comédies dramatiques, réalisées par d'autres studios. Malheureusment le "Happy End" affaiblit considérablement le film et évite une chute plus atroce du personnage féminin. Donc on a un peu l'impression de s'arrêter en chemin. Mai peut être était ce la volonté des scénaristes et de Hughes, de ne pas condamner totalement certaines femmes, d'ailleurs, on montre bien à la fin que "son prix" augmente, à travers une vente de tableau. "La femme aux maléfices" reste donc une oeuvre intéressante qui manque de peu le statut de chef-d'oeuvre, mais qui de part ses qualités, vous donnera toujours l'impression de voir du cinéma et non pas de la mauvaise télévision, comme il a été dit, très justement par une critique.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,joan fontaine,robert ryan,zachary scott,joan leslie,mel ferrer,harold vermilyea,virginia farmer,kathleen howard,dick ryan,bess flowers,joy hallward,hazel boyne,irving bacon,gordon oliver,nicholas musuraca,friedrich hollaender,nicholas ray

Ci-dessus : Robert Ryan et Joan Fontaine

Film disponible en DVD zone 2, aux éditions Montparnasse, VO sous-titré.

 

La bande-annonce :

 

Note : 7,5 / 10

10/09/2013

Nid d'espions / The Fallen Sparrow - 1943

Pour aujourd'hui j'évoquerai avec vous, encore un film noir, et pas n'importe lequel. En effet, il s'agit d'une production RKO, "Nid d'espions" avec John Garfield et Maureen O'Hara. John Garfield c'est bien évidemment l'inoubliable interprète du "facteur sonne toujours deux fois" (1946) ou encore de "Menaces dans la nuit" (1951). On peut d'ailleurs dire que ses films  les plus célèbres restent des films noirs. Il devait disparaître prématurément d'une crise cardiaque en 1952, peut être suite aux soucis que lui causa la commission anti-communiste, dirigée par le sénateur Mc Carthy. Mais le film n'a pas seulement pour vedettes John Garfield et Maureen O'Hara, on retrouve aussi d'autres vedettes féminines comme Patricia Morison, qui devait partager sa carrière entre le cinéma, la télévision, le théâtre et Broadway. Aujourd'hui Patricia Morison a 99 ans ! Mais il faut aussi citer la jolie Martha O'Driscoll beaucoup moins sophistiquée que nos deux autres héroïnes. Walter Slezak est quant à lui presque caricatural dans son rôle de tortionnaire sadique.

fallensparrowen14ox.jpg

Si le réalisateur, Richard Wallace, n'a pas laissé une marque indélébile sur le cinéma hollywoodien, il en reste néanmoins un honnête artisan, ici particulièrement bien inspiré. Mais peut être a t'il eu la chance de bénéficier de l'apport de Nicholas Musuraca comme directeur de la photographie. Or à n'en pas douter, le travail de Nicholas Musuraca sur "nid d'espions" est exceptionnel. On peut d'ailleurs reprendre les mots du critique et historien Eric Schaefer pour qualifier le travail de Musuraca : « Le nom de Nicholas Musuraca reste injustement obscur parmi les directeurs de la photographie de l'âge d'or d'Hollywood. Dans ses premières années à la RKO dans les années 1940, Musuraca collabora aussi bien à des séries A qu'à des séries B, à des films de prestige qu'à des films de genre sans ambition. Pour cette raison, et parce qu'une grande partie des films qu'il a tournés n'ont atteint que récemment le statut de classique ou de tournant du cinéma, il demeure un maître négligé. De même que celui de Gregg Toland sur Citizen Kane (1941), le travail de Musuraca pour Stranger on the Third Floor (1940) définit les conventions visuelles du film noir et codifie l'aspect des films RKO pour les années 1940. La photographie de Musuraca commence et disparaît dans l'ombre, très influencée par l'expressionnisme allemand, et peut être considérée comme un des facteurs majeurs dans la résurrection de ce style à Hollywood dans les années 1940. Le ton dominant de son image est le noir, un choix stylistique qui se prête bien au film noir et aux films d'horreurs mélancoliques produits par Val Lewton. Mais même dans les limites du système des studios, Musuraca réussit à transposer son style à d'autres genres. Le western Blood on the Moon (1948) et le drame familial nostalgique de George Stevens Tendresse (1948) sont tous deux empreints des ombres que Musuraca avait apportées au film d'horreur dans La Féline (1942) et au film noir dans Le Médaillon (1946). À travers les conventions de genres variés et les exigences différentes de nombreux réalisateurs, Musuraca réussit à maintenir une esthétique personnelle uniforme." On a donc sur ce film, en plus d'un bon casting, un directeur de la photographie qui a déjà fait merveille dans le passé et qui fera de nouveaux des étincelles trois ans plus tard, sur le tournage du "médaillon". Dans "nid d'espions" Musaraca travaille les ombres, les reflets et le noir pour en faire l'esthétique du film. On peut en voir quelques exemples dans les images ci-dessous :

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john garfield,maureen o'hara,walter slezak,patricia morison,martha o'driscoll,nicholas musuraca,richard wallace

Ci-dessus : John Garfield (poursuivi par son double et ses angoisses)

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john garfield,maureen o'hara,walter slezak,patricia morison,martha o'driscoll,nicholas musuraca,richard wallace

Ci-dessus : John Garfield avec son ombre et une ombre féminine amie ou ennemie ?

Le travail de Musuraca mérite donc tous les éloges, mais il faut aussi féliciter Richard Wallace, qui par des plans astucieux, augmentent encore la tension dans un final à rebondissements. Mais alors quels sont les défauts de ce "nid d'espions" ?  Il faut peut être aller les chercher du côté d'un scénario inutilement complexe par moment, alors que l'on connaît les coupables depuis le début. L'attention du spectateur reste pourtant en éveil, tout le long du film, car on veut savoir comment tout cela va finir et savoir ce qu'il s'est passé et si Garfield va s'en sortir. "Nid d'espions" reste donc un film parfait sur la forme mais qui aurait peut être mérité un meilleur scénario. Il n'en reste pas moins qu'il revisite avec succès le genre.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john garfield,maureen o'hara,walter slezak,patricia morison,martha o'driscoll,nicholas musuraca,richard wallace

Ci-dessus : Patricia Morison

Disponible en DVD zone 2 aux éditions Montparnasse en VO et VF, dans une qualité d'image très correcte même en vidéoprojection

Note : 8 / 10