Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2013

Insaisissables / Now You See Me - 2013

Et voilà, le drame, j'ai acheté bêtement "insaisissables" le dernier film de Louis Leterrier, dont on peut retenir de la filmographie "le transporteur 1 et 2", qui ne font déjà pas beaucoup dans la dentelle, "l'incroyable Hulk" (2008), mais surtout "le choc des Titans" qui revisitait pour une fois, intelligemment l'antiquité. Malheureusement, le réalisateur s'était déjà perdu, dans "la colère des Titans" qui n'avaient plus aucun rapport avec la mythologie. Ici dans "Insaisissables" on touche le fond de la création artistique. Dans un casting ramolo, surnage péniblement Morgan Freeman, et Michael Caine, toujours parfait. Pour le reste, le jeu d'acteur de Mélanie Laurent est à pleurer. L'agent du FBI, Mark Ruffalo, a l'air de sortir d'une dépression profonde, qui lui a ravagé le peu de neurones qu'il possédait. Des magiciens, Woody Harrelson est peut être le moins horripilant des quatre.

Affiche-Insaisissable.jpg

Pour le reste, à part l'acné il ne manque rien aux 3 autres pour plaire au public adulescent. Mais le pire, ce n'est pas le casting, le jeu nul de Mark Ruffalo ou de Mélanie Laurent, où la réalisation de Louis Leterrier, qui fait passer le réalisateur de "qui veut gagner des millions" pour Anthony Man. Non le pire, c'est le bien l'ineptie totale du scénario, qui n'a tout simplement ni queue ni tête. Ne cherchez pas un espoir quelconque du côté de la musique deBrian Tyler, qui ne contient aucun thème intéressant, et qui reprend les mêmes rythmes entendus et entendus encore et encore dans d'autres films.

les-quatre-magiciens-sont-recherches-par.jpg

Ci-dessus : Mark Ruffalo (son visgae, c'est un peu la tête que j'avais quand j'ai vu ce film) et Mélanie Laurent

Rarement j'ai eu l'impression d'avoir autant été pris pour un gogo qu'en regardant ce film. Le scénario est simplement digne d'un jeu de bonneteau, pour attardé mental. J'ai vraiment du lutter pour voir ce film jusqu'au bout. Jamais, je n'ai peut être eu autant l'impression de perdre mon temps qu'en regardant cette arnaque cinématographique intégrale. Non ce ne devrait pas être "insaisissables" le titre, mais "insupportable". Je ne peux m'empêcher de finir en citant une critique de TéléCinéObs : « À l’arrivée, une bouillie de film d’action hystérique, niaiseux et beaufisant, dans laquelle se dissolvent des personnages en carton et une espièglerie en mousse. ».

insaisissables-2013_51f25ddd4d5a4.jpg

Ci-dessus : Morgan Freeman

large_622226.jpg

Ci-dessus : Mark Ruffalo,  Mélanie Laurent et Jesse Eisenberg

Note : 4 / 10

16/08/2013

Oblivion - 2013

Aujourd'hui, je vous propose, un petit tour dans le cinéma contemporain et donc par la critique d'un film de science-fiction, assez novateur : "Oblivion". Depuis quelques années le cinéma de science-ficiton est ensevelie sous une avalanche de films Marvel au scénario faiblard voir inexistant. Sous la déferlante des Iron Man, Batman, Captain America, X-Men, et autres Wolverine, on pouvait légitimement se demander où était passé le cinéma dans tout ça. La réponse c'est bien "Oblivion" que j'ai vu hier soir. Tout d'abord, il me faut expliquer la signification du titre "Oblivion" qui veut dire en français oubli. Et c'est bien ce qui tient tout le scénario : l'oubli ou plus exactement l'absence de conscience. La conscience et le sub-conscient étant constitutif de notre humanité, le film va donc se révéler troublant à bien des égards et remettre en cause beaucoup de nos certitudes.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,tom cruise,morgan freeman,olga kurylenko,andrea riseborough,anthony gonzalez,joseph kosinski

Mais commençons par le début, c'est à dire par le casting qui nous permet de retrouver un Tom Cruise qui ne fait vraiment pas son âge. Il partage la vedette avec Morgan Freeman, qui ici ne semble pas trop forcer son talent. Enfin le beau Tom est entouré de deux jeunes vedettes féminines : Olga Kurylenko et Andrea Riseborough. Olga Kurylenko on l'a découverte dans "Quantum of Solace" (2008), mais aussi dans "Max Payne" (2008) ou plus récemment dans "Seven Psychopaths" (2012) ou "à la merveille" (2012) de Terence Malick.Andrea Riseborough a fait jusqu'ici une carrière plus discrète et on note que son visage est dans le film assez inexpressif, mais c'est le scénario qui veut ça, et comprendra ensuite pourquoi.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,tom cruise,morgan freeman,olga kurylenko,andrea riseborough,anthony gonzalez,joseph kosinski

Ci-dessus : Tom Cruise

Les qualités d'Oblivion sont multiples. Tout d'abord "Oblivion" nous fait rentrer dans un autre monde, une autre réalité, un monde post-apocalyptique où la terre aurait été détruite par des Aliens. Et là l'esthétique est incroyablement belle. Là où d'autres films nous montrent une terre ravagée par les bandes et un monde de cauchemar. Ici, "Oblivion" nous montre une nature qui a vaincu un Homme auto-destructeur. La musique d'Anthony Gonzalez est formidable et reprend des thèmes classiques, mélangés à de la musique électrique. On finit d'ailleurs par mélanger musique et bruitage pour avoir parfois l'impression de retrouver l'incroyable musique de "Planète interdite" (1956).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,tom cruise,morgan freeman,olga kurylenko,andrea riseborough,anthony gonzalez,joseph kosinski

Ci-dessus ;Andrea Riseborough

"Oblivion" a aussi cela de fascinant, c'est qu'il ne donne pas tous les mystères de son monde. Et il ne faudra pas compter sur moi, pour vous révéler tous les secrets du scénario. Je vous laisserai la joie de les découvrir. Mais comme je le disais au début de cette note, "Oblivion" oblige le spectateur à réfléchir sur la nature de l'être humain, sur son avenir, sur ce qui est de l'être et du néant comme le dirait Sartre. Sommes nous des machines vivantes ou des êtres qui devont aimer et réaliser notre propre destin ? Sommes nous capables de compassion et capables de prendre en main notre destinée et la sauvegarde de notre planète ? "Oblivion" parle de tout cela. Et cela faisait longtemps qu'on avait pas vu un film si intelligent, si peu destiné à un public que l'on veut abrutir, mais que l'on a décidé d'élever au plus haut le niveau de conscience, dans un film d'action et de science-fiction., qui n'a pas peur d'ajouter le romantisme les plus exacerbé à ses qualités, dans un "Sturm und drang" (orage et passion) que n'aurait pas renier les romantiques allemands. Joseph Kosinski qui avait déjà réalisé un curieux "Tron, l'héritage" signe un film proprement bouleversant et intellectuellement motivant.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,tom cruise,morgan freeman,olga kurylenko,andrea riseborough,anthony gonzalez,joseph kosinski

Ci-dessus : Olga Kurylenko et Tom Cruise

"Oblivion" est donc un chef-d'oeuvre du cinéma de science-fiction qui n'hésite pas à revisiter ses classiques comme "2001 l'odyssée de l'espace". Mais il nous laisse un message très vivace, comme quoi tout asservissement de l'Humanité ne pourra être fait que si l'oubli est présent. L'oubli de ce que l'on est en tant qu'individu, dans une société où les médias font la pluie et le beau temps, voilà un message très actuel et d'une féroce acuité intellectuelle. "Oblivion" est bien le film qui rend moins c...

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,tom cruise,morgan freeman,olga kurylenko,andrea riseborough,anthony gonzalez,joseph kosinski

 

La musique d'Anthony Gonzalez :

 

La bande-annonce :


Note : 9,5 /10