Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2015

Le Fleuve de la dernière chance / Smoke Signal - 1955

"Le fleuve de la dernière chance" est un western en Technicolor de l'Universal, au scénario très original de Jerry Hopper. Ainsi, le scénario, nous rapproche du film d'aventures tout autant que du western. Ainsi, le film nous raconte l'histoire d'une escouade de cavalerie, en territoires indiens, et assiégées dans un fort. Le seul espoir de survie pour ces hommes, apparaît rapidement être le fleuve qui coule à côté du fort. Il y a assez peu de westerns, où un fleuve est un élément central du récit. On pense à "la rivière sans retour" (1954) d'Otto Preminger avec Robert Mitchum et Marilyn Monroe, ou encore à "la captive aux yeux clairs" (1952) de Howard Hawks. Mais dans "le fleuve de la dernière chance", les scénaristes mettent en valeur, de façon assez unique dans l'histoire du western, un renégat, en la personne de Dana Andrews. Ainsi, Dana Andrews, joue un capitaine, déserteur de son régiment, parti vivre avec les indiens. C'est assez unique pour attirer l'attention du spectateur. Le film bénéficie de quelques belles scènes en extérieur en particulier un plan précis où on voit un chef indien de dos, qui regarde partir les soldats. Le plan est très fordien dans sa conception. Malheureusement, beaucoup trop de scènes sont tournées avec des transparences, assez peu convaincantes, qui décrédibilisent quelque peu le film. Heureusement, Dana Andrews et surtout Piper Laurie tiennent le récit. Si Dana Andrews fait le travail, Piper Laurie est quant à elle, très convaincante en fille de colonel à la recherche de la vérité et accessoirement de l'amour. Elle donne au film ces quelques moments de tendresse et d'émotion. La photographie est tout à fait correct et la direction musicale de Joseph Gershenson, rehausse l'ensemble de l'oeuvre. En résumé, "le fleuve de la dernière chance", est une bonne surprise, qui fait passer une plaisante soirée, du moment, où on ne lui en demande pas de trop. C'est donc une très bonne pioche de l'éditeur "Opening", qui nous donne en plus un master, exempt de défauts majeurs, sans être non plus extraordinaire. On regrettera par contre l'absence d'une présentation d'un historien du cinéma et d'une section bonus limitée, à la seule bande-annonce.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,dana andrews,piper laurie,rex reason,william talman,milburn stone,douglas spencer,gordon jones,william schallert,robert j. wilke,william phipps,pat hogan,peter coe,joseph gersenshon,jerry hopper

Film disponible en DVD Zone 2, en VF et VO sous titrée chez Opening

Note : 6,5 / 10

04/01/2014

Le siège de la Rivière Rouge / Siege at Red River - 1953

On sait que Rudolph Maté a été un très grand chef opérateur, travaillant avec Dreyer sur "la passion de Jeanne d'Arc" (1928), ou encore avec Orson Wells ou Fritz Lang. Il n'en reste pas moins que son oeuvre en tant que réalisateur est inégale. Il en est ainsi du "siège de la rivière rouge", qui est réalisé par Maté sans grand enthousiasme. Il y a bien quelques plans larges très intéressants. Mais les scènes d'action paraissent souvent un peu faiblardes. Enfin, le casting est très contestable avec en tête Van Jonhson, assez peu crédible en officier sudiste. Enfin les scènes de comédie semblent trop longues et parfois s'insèrent mal dans l'ensemble du film. La fin du film et l'assaut final redonne à l'oeuvre un peu de vigueur. Malheureusement, on apprend sur l'excellente présentation de Mr Patrick Brion, que la charge finale n'est pas de Maté, mais est tirée de "Buffalo Bill" (1944) avec Joel McCrea et donc a été tourné William A. Wellman.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

On ressort donc un peu déçu de la vision de ce film, qui si il est relativement distrayant, est totalement dispensable. On peut d'ailleurs contester la politique tarifaire de Sidonis qui sort quand même ce western à 16,90 € et même à cette heure à 18,57 € sur Amazon ! Entre 7 et 10 € ce serait déjà bien payé pour un petit western de série, qui présente comme presque unique intérêt de voir Joanne Drue, qui avait déjà joué, quelques années auparavant, dans "la rivière rouge" avec un certain John Wayne. On remarque aussi un Richard Boone particulièrement abjecte dans ce film, et qui sera le général Sam Houston, dans le "Alamo" (1960) de John Wayne. Mais parmi les quelques 20 000 westerns produits par Hollywood, "le siège de la rivière rouge" n'est sûrement pas le meilleur.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Van Johnson et Joanne Dru

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Richard Boone

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Van Johnson et Joanne Dru

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, fims,  Van Johnson, Joanne Dru, Richard Boone, Milburn Stone, Jeff Morrow, Craig Hill, lionel newman, rudolph maté

Ci-dessus : Joanne Dru

Disponible chez Sidonis en DVD zone 2 et VO sous-titrée. (préférée la VO qui n'écrase pas la musique comme la version française).

Note : 5,5 / 10

06/11/2013

La Plume Blanche / White Feather - 1955

"La plume Blanche" est un film particulier. En effet, il bénéficie d'un bon casting avec Robert Wagner, Debra Paget, et Jeffrey Hunter. Le film est également en Cinémascope et Technicolor. Robert Wagner c'est évidemment le mari de Natalie Wood.  Jeffrey Hunter c'est celui qui joue le jeune métisse dans le chef-d'oeuvre de Ford, "la prisonnière du désert" (1956), Debra Paget, c'est la jeune actrice qui a déjà eu un rôle d'indienne dans "la flèche brisée" (1950), ou qui était une très attachante Cosette dans la version américaine des "Misérables" (1952), mais aussi comme interprète exotique dans les films de Fritz Lang, "le tigre du Bengale" et "le tombeau hindou" (1959). Alors forcément Jeffrey Hunter en indien n'est pas tout à fait crédible, mais cela reste acceptable. Le film bénéficie également en plus de Debra Paget, du même scénariste que sur "la flèche brisée" (1950), en la personne de Delmer Daves. On sait que Delmer Daves avait des sympathies pour les indiens. Et il les montra dans plusieurs films en tant que réalisateur ou scénariste. Ainsi par exemple il devait participer à l'élaboration du film, "la porte du diable" avec Robert Taylor ou évidemment à l'écriture scénaristique et à la réalisation de "la flèche brisée".

La plume blanche.JPG

Du Technicolor, un bon casting, un bon scénario, mais que manque t'il alors ? Et bien, il manque peut être un bon réalisateur. En effet, Robert D Webb, nous offre un film désespérément plat, sans contour et sans relief. Les meilleurs scènes sont les quelques plans larges ou la mise en avant de la beauté de Debra Paget. Mais je ne sais si c'est le format cinémascope qui ne lui convient, ou sa manière de filmer, mais c'est une réalité, tout est plat. Malgré tout on arrive quand même à s'attacher à un scénario qui ressemble un peu à celui de "danse avec les loups" (1990). En effet, les Indiens sont montrés comme des êtres intrépides, courageux, luttant pour sauvegarder leurs coutumes et leurs terres, devant un homme blanc, avide. Donc, malgré une réalisation sans inspiration, le film retient l'attention. On regrette néanmoins qu'un tel scénario n'est pas pu bénéficier d'une meilleure représentation cinématographique. On est pas passé loin d'un bien meilleur film. C'est bien dommage. On peut néanmoins, noter que "la plume blanche", formidable western pacifiste, est un essai que "danse avec les loups" concrétisera 35 ans plus tard de la plus belle des manières.

critique-plume-blanche-webb1.jpg

critique-plume-blanche-webb4.jpg

critique-plume-blanche-webb5.jpg

Disponible chez Sidonis & Calysta en VF et VO sous-titrée

Note : 5,5 / 10