Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2014

L'espion Noir / The Spy in black - 1939

Il y a beaucoup de choses à dire sur "l'espion noir" tiré de la nouvelle de J Storer Clouston. On peut déjà dire que c'est le premier film de la longue collaboraiton entre Michael Powell et Emeric Pressburger. C'est le producteur Alexander Korda, qui demande à Emeric Pressburger de réécrire quelques scènes du scénario, que les deux hommes vont transformer radicalement, en faisant de ce dernier, un huis-clos oppressant entre Conrad Veidt et Valerie Hobson. On peut supposer que le film tombait assez bien dans un contexte international pré-deuxième guerre mondial. D'ailleurs, le film est terminé en 1938, mais la sortie en est retardé par les producteurs jusqu'en août 1939, presque à la veille du déclenchement du deuxième conflit mondial. Le film raconte l'histoire d'un commandant de U-Boat dont la mission consiste à infiltrer la côte anglaise afin d'y récupérer des renseignements, permettant aux sous-marins allemands, de couler une partie de la flotte britannique. Le succès immense de "l'espion noir" sorti des deux côtés de l'Atlantique, et aux USA sous le titre "U-Boat 29", permettait à Powell et Pressburger de continuer leur collaboration, tout d'abord avec "espionne à bord" (1940) avec la même distribution (Conrad Veidt et Valerie Hobson), mais aussi avec "49e Parallèle" (1942). a partir de là, la collaboration entre Michael et Emeric Pressburger ne devait quasiment plus s'interrompre. Ainsi, il devait tourner ensemble jusqu'en 1957, à travers la société "The Archers Films Production", quelques chef-d'oeuvres du cinéma mondial. On peut citer par exemple : "Colonel Blimp" (1943), "Le Narcisse noir" (1947), Les Chaussons rouges (1948) ou "Les Contes d'Hoffmann" (1951).

40876.jpg

Pour revenir à "l'espion noir", il faut bien dire que la distribution est excellente. Ainsi, on ne voit pas qui aurait pu joué aussi bien que Conrad Veidt, cet espion allemand, commandant de U-Boat. Pour le public d'aujourd'hui un peu cinéphile, Conrad Veidt reste évidemment l'officier nazi du "Casablanca" (1942) de Michael Curtiz. Mais il a été bien plus qu'un officier allemand ou nazi. Il a eu une  immense première carrière allemande. Et comme beaucoup il se décida à fuir l'Allemagne en 1933 pour continuer sa carrière en Angleterre puis en Amérique. On se rappelle par exemple de son rôle de Jaffar dans "le voleur de Bagdad" (1940). Ici, dans 'l'espion noir", il est parfait dans son rôle d'officier de marine allemand, lui donnant une présence quasi animal. On a parfois l'impression de voir un loup aux aguets.  Tous les autres acteurs sont plutôt bons dans leur jeu. On notera la présence de Sebastian Shaw, qui reste pour le public français comme "Dark Vador" dans "le retour du Jedi" (1983).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,conrad veidt,valerie hobson,

Ci-dessus : Valerie Hobson et Conrad Veidt

Le film est donc un très bon film anglais d'espionnage, qui rappelle bien souvent Hitchcock de part la façon dont il est filmé, aussi bien que par la construction scénaristique. Néanmoins, Hitchcock jouait beaucoup plus avec la caméra pour trouver des angles parfois assez improbables. Ici, c'est un peu moins le cas. Néanmoins, la scène dans les escaliers entre Valerie Hobson et Conrad Veidt est admirablement bien filmée. Je retiens donc que "l'espion noir" est un très bon film avec un retournement de situation très intelligent. A voir et à revoir. On a devant nous, du grand cinéma anglais. On ne peut que remercier Elephant Films de ressortir ce genre de film. Et à la vision de films de cette qualité, on ne peut que se rappeler la phrase de François Truffaut qui disait : 'le cinéma anglais n'existe pas". En tous les cas, avec "l'espion noir" on a un bien bel exemple de cette existence.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,conrad veidt,valerie hobson,

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,conrad veidt,valerie hobson,

Ci-dessus : Valerie Hobson et Conrad Veidt

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,conrad veidt,valerie hobson,

Ci-dessus : Valerie Hobson et Sebastian Shaw

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,conrad veidt,valerie hobson,

Michael Powell et Emeric Pressburger

Note : 7,5  / 10

24/12/2012

Colonel Blimp / The life and Death of Colonel Blimp - 1943

"Colonel Blimp" est sorti en Bluray dernièrement. Ce film a été tourné par Michael Powell et Emeric Pressburger en 1943. Tout d'abord il faut noter que le film a bénéficié d'une formidable restauration des négatifs originaux. Une présentation de cette admirable restauration est d'ailleurs faite dans un bonus, par Martin Scorsese lui même. Et le résultat à l'écran est digne des plus hauts éloges. L'image technicolor est parfaite, exempte de quasiment du moindre défaut. C'est prodigieux, surtout quand comme moi on se rappelle la médiocre qualité d'images de certains masters de ce film il y a encore quelques années. La restauration de 2011 a donc permis de redonner à ce film au delà d'une nouvelle jeunesse, une deuxième vie, donnant l'impression qu'il a été tourné hier.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,films anglais,roger livesey,deborah kerr,anton walbrook,michael powell,emeric pressburger

 

 "Colonel Blimp" est un film anglais réalisé par la compagnie cinématographique Archers et distribué par the Rank Organization. Le film est lointainement inspiré du personnage de BD du même nom créé par David Low en 1930. Je dirais tout d'abord quelques mots sur le titre français "Colonel Blimp" qui ne laisse rien voir de l'intrigue et sur le titre anglais qui en dit beaucoup plus : "The life and death of Colonel Blimp". En effet, c'est bien ici une vie qui est racontée avec ses grandeurs et ses misères. Et si il est question de mort du colonel, il n'est évoqué ici qu'une mort morale et non physique. Blimp est au début du film un jeune officier prêt à tout pour venger l'honneur de son pays bafoué par la presse allemande. Ses grands idéaux d'honneur seront mis à mal par l'Histoire. Et finalement il se rendra compte que le monde qu'il a connu n'existe plus que dans son esprit. L'inadaptabilité de l'Homme aux changements majeurs de la société a été de nombreuses fois évoqués dans ls cinéma, que ce soit évidemment dans "Autant en emporte le vent" ou dans "les vedettes du pavé" et dans beaucoup d'autres oeuvres. Mais ici ce thème est évoqué par le prisme de la vieillesse. C'est ce qui fait toute la différence. Pour parler de ce film, je commencerais par parler de l'interprétation magistrale de Roger Livesey qui joue le colonel jeune, adulte mûr, puis vieillard. On a d'ailleurs peine à croire que c'est lui qui fait les 3 rôles. Et bien évidemment l'interprétation de Deborah Kerr de trois rôles est exceptionnelle.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,films anglais,roger livesey,deborah kerr,anton walbrook,michael powell,emeric pressburger

Ci-dessus Deborah Kerr :

Le film tourné en 1943 en Angleterre est très marqué par les 2 conflits mondiaux. Mais le film sait faire pour 1914 la différence entre Allemands fanatiques et l'humanité qu'il peut y avoir en eux comme en tout être humain. Mais pour les Nazis, il n'y a aucune circonstance atténuante. Sinon dans cette oeuvre, il y a de l'amitié, de l'amour, de l'Histoire et surtout un regard sur la vieillesse qui finalement se trouve incapable d'appréhender un monde qu'elle ne comprend plus. Ce film est une magnifique double tragédie pour Blimp et pour l'Europe de 1943. La scène qui m'a le plus marquée est celle où Blimp vient rechercher dans un camp de prisionniers son ancien ami allemand et là explose littéralement les notes de la symphonie inachevée de Schubert. On sait à ce moment là que l'on est devant une oeuvre majeure que la réalisation de Powell va magnifier. Pour finir là où j'ai commencé, je vous dirais que l'amitié entre Blimp et l'officier allemand fait échos à l'amitié entre Powell et le Hongrois Emeric Pressburger, co-réalisateur sur ce film. Donc "Colonel Blimp" est un grand film, qui parle de l'histoire de l'Europe au 20ème siècle, il n'y a pas si longtemps. Si comme moi, vous croyez que nous ne sommes pas les occupants d'un territoire mais bien des citoyens responsables, qui faisons parti d'une collectivité, vous devez voir ce film, car au delà de la vie et de la mort du colonel Blimp c'est bien une passage de l'histoire de l'Europe qui est intelligement évoqué.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,films anglais,roger livesey,deborah kerr,anton walbrook,michael powell,emeric pressburger

Ci-dessus Roger Livesey :

 

La citation du film : (Parlant des Allemands)  "Pendant des années ils écrivent de la magnifique musique et de la superbe poésie. Et un jour ils se décident à déclarer la guerre, à couler des navires sans défense, tuer des enfants innoncents, bombarder chaque rue de Londres. Et dans le même uniforme de boucher ils écoutent Schubert et mendelssohn. Il y a quelque chose d'horrible dans tout ça."

 

Extrait :


 

NOTE : 8,5 / 10