Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2015

Disparition de Maureen O'Hara !

Maureen O'Hara s'en est allée rejoindre John Wayne et John Ford ce samedi 24 octobre. Je ne dirai que quelques mots simples pour remercier cette grande actrice pour toutes les émotions qu'elle a su donner au public tout au long de sa carrière, et avoir rendu nos rêves plus forts, et plus beaux. Il n'est pas simple de faire rire, ou pleurer. Mais Maureen savait faire tout ça. Elle est définitivement la star de Hollywood Classic. Et c'est avec émotion que je repense à elle et à tout ce qu'elle a donné à son art et au monde. Une grande actrice ne meurt jamais tout à fait. Elle vit éternellement dans le coeur de son public. Merci Maureen !

1.JPG

 

 

05/10/2015

Hommage à la grande Maureen O'Hara !

Le 17 août dernier, Madame Maureen O'Hara a eu 95 ans. Je ne peux m'empêcher de penser à elle, à ses jeunes années, et à son couple avec John Wayne dans tant de films qui ont marqué le cinéma et nos rêves cinéphiliques, avec en point d'orgue ces deux oeuvres inoubliables de John Ford : "L'homme tranquille" (1952) et "Rio Grande" (1950). Cette vidéo rend hommage à ces deux chefs-d'oeuvre et à l'éternelle beauté cinématographique de Maureen O'Hara. Comme on le disait à la MGM : Ars gratia artis.

Maureen-O-hara-classic-movies-27469878-491-640.jpg

Capture1.JPG

 

03/10/2015

L'homme tranquille / The quiet man - 1952

A Hollywood, comme souvent dans le monde des affaires, c'est ce que vous venez juste de faire, qui compte. Il en va ainsi pour "l'homme tranquille" de John Ford, qui peina à trouver un studio pour le financer. En 1936, John Ford avait pourtant acquis les droits de la nouvelle de Maurice Walsh. Et chaque année, il pensait bien pouvoir trouver un studio pour enfin tourner ce film. Ford d'origine irlandaise, voulait absolument faire ce film intimiste, et disait : "C’est ma première tentative d’histoire d’amour. Je voulais tourner une histoire d’amour entre adultes." Malheureusement, après avoir fait le tour des studios,  la Metro-Goldwyn-Mayer, la 20th Century Fox ou la RKO, il se vit refuser cette histoire que les producteurs qualifiaient "d’idiotie irlandaise romantique et sans intérêt commercial". La RKO se laisse malgré tout tenter, mais à condition que Ford réalise deux films pour leur studio. Ainsi, en 1947, réalise pour la RKO, "Dieu est mort" (1947), qui est un terrible échec commercial pour le studio. La RKO ne souhaite donc pas que Ford tourne un deuxième film, et ne veut plus entendre parler de "l'homme tranquille". Finalement,  Maureen O'Hara se désespère, et racontera plus tard : "« Chaque année, nous nous réservions l’été libre et chaque année il n’y avait toujours pas l’argent et nous ne pouvions pas faire le film. Le scénario avait été proposé à la Fox, à la RKO et à la Warner Bros, et tous les studios trouvaient qu’il ne s’agissait que d’une idiote et stupide petite histoire irlandaise. « Cela ne fera pas un sou, cela ne peut être réussi », disaient-ils. Et les années passaient… John Wayne et moi sommes allés au studio et avons dit : "M. Ford, si vous ne vous dépêchez pas, c’est moi qui jouerai le rôle de la veuve et Duke celui du personnage de Victor McLaglen parce qu’il sera trop vieux ! " Finalement, c'est John Wayne qui devait débloquer la situation, avec le studio sous lequel il était sous contrat : Republic Pictures. Le studio s'entend avec Ford, pour que ce dernier réalise un western, et après Republic Pictures, financera, "l'homme tranquille". Et il en fut ainsi. Ford tourna en 32 jours, "Rio Grande", très beau western avec Maureen O'Hara & John Wayne, et qui devait être un succès commercial immédiat, et permettre de donner à "l'homme tranquille", une existence.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

"L'homme tranquille", c'est le retour de Ford à la couleur. Et il se plaît à filmer cette Irlande, verte et humide. La photographie de Winton C. Hoch est souvent superbe. Et on ne peut regarder ce film sans se dire que Ford se voit en John Wayne et qu'il est réellement, très amoureux de la jeune Maureen O'Hara. Le film est une chronique simple de la vie irlandaise, et d'une Irlande de carte postale. Mais il n'en reste pas moins un hommage à la simplicité d'un temps, qui ne connaissait, ni internet, ni les réseaux sociaux, ni le train à grande vitesse, mais qui pourtant vivait sa vie simple entre whisky, bière, amour et bagarres. Aujourd'hui découvrir, "l'homme tranquille" est un parcours du combattant. L'édition zone 2 DVD, est en dessous de tous les standards de notre époque en terme de qualité d'image. Et une projection du film en grand écran, se résume souvent à deviner ce que pouvait bien être le film au moment de sa sortie. Et malheureusement, aucun éditeur ne semble vouloir sortir le film en rachetant les droits de ce chef-d'oeuvre de Ford. En France, Ford finit trop souvent dans les derniers bacs de soldes, si ce n'est comme avec la présente édition DVD zone 2 vieille de 15 ans, à la poubelle. Et c'est bien dommage pour un film, aux récompenses multiples : Oscar du meilleur réalisateur et Oscar de la meilleure photographie, grand prix du film international de Venise. Une édition Bluray française, n'est pas seulement nécessaire, elle est indispensable, au regard de la qualité de l'oeuvre et de sa place dans l'histoire du cinéma. Ne doit on donner au public français avide de haute définition que des films d'horreur de 3ème zone ? Pour ma part, fâché, contre la politique commerciale de nos chers éditeurs, j'ai décidé de restreindre au maximum, mes achats de films pour le mois d'octobre. 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

Ci-dessus : John Wayne & Maureen O'Hara

 

Extrait de la musique de "The quiet man" :

Film disponible en DVD à un prix prohibitif sur Amazon France, avec une qualité d'image très mauvaise.

 

Note du film : 8,5 / 10

Note de l'édition du DVD français : 2 / 10

21/06/2015

Quasimodo / The Hunchback of Notre Dame - 1939

Des milliers de films que l'on peut voir dans une vie d'homme, seuls quelques uns restent présents dans notre mémoire, comme des oeuvres mythiques et inoubliables. Incontestablement, "Quasimodo" de William Dieterle est de ceux là. Le film est évidement tiré du roman de Victor Hugo, "le bossu de Notre Dame". C'est un remake d'une version de 1923, tourné avec Lon Chainey dans le rôle titre. Cette nouvelle version, nous raconte donc une 'histoire qui se situe à la fin du Moyen-Age. Dans cette histoire, on retrouve les personnages du roman de Hugo : Quasimodo, le sonneur bossu des cloches de Notre Dame, Esméralda la belle bohémienne, aimée de tous, mais trop aimé par un homme trop frustré et dévot (Frollo), qui perd son âme à vouloir la posséder. La RKO a fait un énorme dans cette production énorme qui a coûté en 1939, 1,8 millions de dollars de l'époque. Et comme vous le savez, à cette époque, il n'y avait pas d'effets spéciaux. La recréation du bossu par les maquilleurs est donc magnifique. Et on imagine sans peine, la corvée quotidienne pour Charles Laughton et le maquilleur. Ainsi, on se rend compte que tout est parfait, et on a l'impression de voir réellement un monstre bossu. Mais ce qui est le plus bluffant, ce sont sans nulle doute, les décors somptueux, et la recréation du Paris du Moyen-Age, sur les 15 hectares du ranch de la RKO, dans  la San Fernando Valley par le célèbre décorateur Van Nest Polglase. Ainsi, on retrouve Paris de cette époque, avec ses rues sombres et au milieu Notre-Dame. Comment ont ils pu recréer cette ville sans aucun effet numérique ? Cela reste pour moi un mystère. Mais le résultat à l'écran est, en tous les cas, inoubliable. La distribution est quant à elle de très haut niveau avec dans un de ses premiers films, Maureen O'Hara qui crève littéralement l'écran du haut de sa beauté et de ses 19 ans. On doit citer évidemment Charles Laughton inoubliable bossu, mais aussi Edmond O'Brien plutôt pas mal ici, mais aussi Thomas Mitchell et Harry Davenport. Ces deux derniers se sont retrouvés la même année pour "Autant en Emporte le Vent".

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Mais "Quasimodo" n'est pas seulement marquant par ses décors, ses 3500 figurants, ses costumes ou son casting de rêve. Il est aussi marquant par une incroyable photographie et une musique bénie des Dieux d'Alfred Newman. Le film laisse donc un souvenir impérissable. Et on peut être sûr qu'il aurait raflé une pluie d'Oscars, si un des plus grands films de l'histoire du cinéma n'était pas sorti cette même année 1939 : "Autant en Emporte le vent". Je vous invite donc très fortement à vous procurer la superbe édition que la Warner a sorti en Bluray en Coffret ou en version individuel. En effet, la restauration de l'image et du son, au profit de cette édition est réellement somptueuse. Et on redécouvre le film quasiment comme si il avait été tourné hier. Vous bénéficierez enfin de quelques bonus sous-titrés en français. Vous pourrez ainsi profiter d'un des plus beaux films de l'histoire du cinéma et vous mettre vous aussi à crier : "Sanctuary !" "Sanctuary !"

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara (Copie écran DVD)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara (copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara (copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Frollo (copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus: Thomas Mitchell (Copie d'écran issue du Bluray Warner)

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Charles Laughton & Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Charles Laughton & Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : Maureen O'Hara

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,maureen o'hara,charles laughton,cedric hardwicke,thomas mitchell,edmond o'brien,alan marshal,harry davenport,helene whitney,joseph august,alfred newman,william dieterle

Ci-dessus : "Que ne suis je de pierre moi aussi !"

 

Extrait de la musique d'Alfred Newman :

 

Montage vidéo :

Disponible en DVD & surtout dans une superbe édition Bluray zone Free, en VO sous-titrée français, totalement restaurée qui fait honneur à l'oeuvre originale. Disponible sur Amazon Espagne pour moins de 10 € (autant dire que c'est cadeau).

Note : 9,5 / 10

25/12/2014

Miracle sur la 34ème rue / Miracle on 34th Street - 1947

"Miracle sur la 34ème rue" de George Seaton vient de sortir en Bluray Zone B. C'est un conte de Noël assez savoureux. Oui, je sais les contes de Noël sont souvent ennuyeux et pas très intéressants pour les adultes. Mais celui-ci est un peu différent. En effet, la comédie est pleine de bon sens. On a de plus un casting assez sympathique avec Maureen O'Hara, Natalie Wood alors âgée de 9 ans, John Payne ( le Robert Taylor de la Twenties Century Fox) et Edmund Gwenn dans le rôle du fameux Père Noël. Le sujet évoque l'histoire du vrai Père Noël en visite à New-York. De fil en aiguille il se fait engager par un grand magasin de jouets. Mais sa bonté, sa générosité, son envie de bien faire, d'aider les autres, font qu'il est envoyé dans un asile d'aliénés. Déjà, on commence à réfléchir. Et tout à chacun peut se poser la question : Qu'est ce que c'est que cette société qui envoie l'esprit de Noël en prison ou chez les fous ? Puis le Père Noël, va passer devant un tribunal qui devra déterminer qui est exactement notre homme. Il va donc s'évertuer à prouver qu'il est réellement le Père Noël afin de montrer qu'il n'est pas fou !

J31jl.jpg

Or il tentera de le prouver non par de la magie, mais bien grâce à son avocat (John Payne) et par l'aspect social que peut avoir Noël. Ainsi le message de ce film serait qu'une chose n'existe que parce qu'on y croit. Le jour où plus personne ne croit en une idée, elle disparaît simplement. On peut donc ranger ce film dans le style des films de Capra comme "la vie est belle" même si il lui est inférieur. On passe donc un très bon moment : on tremble, mais surtout on rit beaucoup d'un film pas si bête, et on ressort assez heureux en se disant que finalement Noël c'est pas si mal que ça après tout, et que finalement l'argent, la puissance et le pouvoir ne sont pas tout dans la vie. Qu'un film arrive à dire tout cela, tout en faisant rire, c'est déjà beaucoup, chacun en conviendra.

JGK6y.jpg

Ci-dessus : Maureen O'Hara et John Payne

MV5BMTM3NDc2Mjk4OV5BMl5BanBnXkFtZTYwODYxNzQ2._V1._SX450_SY330_.jpg

Ci-dessus : Natalie Wood et Maureen O'Hara

 

NOTE : 7 / 10

09/11/2014

Le cygne noir / The black Swan - 1942

Contrairement à Mr Bertrand Tavernier, dans sa présentation, je ne pense pas que "le cygne noir", soit le début d'un genre qu'on appelle "le film de pirates". En effet, Hollywood s'était intéressé dès les années 20 aux films de pirates. Ainsi on peut noter une première version du fameux roman de Rafael Sabatini, "Captain Blood"  en 1924, dirigée par David Smith, mais aussi dès 1904, "The Pirates" par un réalisateur inconnu. Je peux également citer dans les films notables, "l'île au trésor" de Victor Fleming, ou encore la nouvelle version de "Capitaine Blood" (1935) de Michael Curtiz avec Errol Flynn et Olivia de Havilland, mais aussi "l'aigle des mers" (1940) avec le même Errol Flynn et cette fois-ci Brenda Marshall dans une réalisation toujours de Michael Curtiz. Ces deux derniers films étant des films Warner Bros, on peut supposer que le cygne noir est la réponse de la Twentieth Century Fox, aux succès colossaux de la Warner, dans ce genre. On peut tout de suite remarquer que Tyrone Power apporte moins de physique à son personnage qu'Errol Flynn, mais il le compense par une touche d'humour décalé. Tyrone Power partage la vedette Maureen O'Hara. On retrouve cette dernière bien plus tard, dans un film de pirates avec Errol Flynn, "Against all flags" ou dans son titre français "A l'abordage" (1952). Concernant la distribution, on peut noter que Tyrone Power et Maureen O'Hara sont bien entourés avec des seconds rôles de choix comme Thomas Mitchell, père de Scarlett dans "Autant en emporte le vent" (1939), Georges Sanders. On se rappelle de lui pour son interprétation, de lord débauché dans "le portrait de Dorian Gray" (1945), ou dans "l'aveu " de Douglas Sirk. Mais il est également dans plusieurs films d'Hitchcock, comme "Rebecca" ou "Correspondant 17". A cette distribution déjà prestigieuse, il faut ajouter, le capitaine Morgan, joué par Laird Cregar, et Anthony Quinn. Ce dernier était habitué aux seconds rôles en 1942. Ainsi, on le verra la même année en chef sioux, dans "la charge fantastique" de Raoul Walsh, défiant le général Custer, joué par Flynn.

MovieCovers-18641-219969-LE CYGNE NOIR.jpg

Pour en revenir au "cygne noir", on ne peut pas dire qu'il soit meilleur que ses prédéceseurs. Pourtant il a plusieurs qualités en plus de son casting de choix. Il est en couleur, et il réserve quelques surprises. Pourtant le film, ne peut se défaire d'une certaine naïveté des personnages qui nuit à l'ensemble. Ainsi, les personnages sont d'un bloc, sans passé, sans aspérité. Le traître de service, est un faible, sans qualité. On se demande bien pourquoi la belle Maureen O'Hara, a pu tomber amoureuse de lui. La psychologie des personnages est donc assez faible, et destine clairement le film à un public d'enfants ou de jeunes adolescents. La musique d'Alfred Newman, n'est pas ici très imaginative, et on regrette les grandes envolées lyriques d'un Korngold dans "Capitaine Blood" (1935), ou du même dans "l'aigle des mers". Le film est assez bien réalisé par Henry King. Mais on a connu ce dernier plus inspiré. Le Technicolor est plutôt sympathique. On regrettera donc un scénario quelque peu simpliste, des personnages trop peu crédibles, et finalement un manque de majesté du film, face à d'autres productions plus anciennes de la Warner Bros. L'avantage du "cygne noir" est que l'aspect décors de studio apparaît moins prononcé que dans par exemple "Capitaine Blood". Quoiqu'il en soit, ce serait stupide de se priver d'une belle édition Bluray française et d'un film plutôt bon, mais pas exceptionnel.

01.JPG

Ci-dessus : Tyrone Power

4327729_orig.png

Ci-dessus : Thomas Mtichell

5576193aa30e9dd0ad179fea412.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power (de dos) & George Sanders

cygne-noir-1942-01-g.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power & Maureen O'Hara

The_Black_Swan-32.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power

The_Black_Swan55.jpg

Ci-dessus : Maureen O'Hara

tyrone88.jpg

Ci-dessus : Tyrone Power & Maureen O'Hara

anthony quinn le cygne noir  1942.JPG

Ci-dessus : Maureen O'Hara, Tyrone Power (ligoté), Anthony Quinn, & Georges Sanders

jtPDUW4xBfIpXYIPoNDOf00Jv14.jpg

Film disponible en DVD & Bluray chez nos amis de Sidonis & Calysta (en VF et VO sous-titrée)

Note : 6,5 / 10

03/03/2014

Maureen O'Hara en Bluray et en DVD

La jolie Maureen O'Hara se fait toujours attendre en Bluray. Ainsi, si beaucoup de ses films sont disponibles en DVD en France, il n'en est pas de même en Bluray. En effet, si "l'homme tranquille" (1952) est disponible aux USA ou en Grande-Bretagne, aucun éditeur n'a annoncé sa sortie. Il en est de même pour "le grand McLintock" (1963), "Rio Grande" (1950), "le cygne noir" (1942) qui pointent toujours aux abonnés absents. Les éditeurs ont quand même faits l'effort de sortir "à l'abordage" (1952), "mirache sur la 34ème rue" (1947) et peut être son plus beau film "quelle était verte ma vallée" (1941). Néanmoins la filmographie de Maureen O'Hara mérite d'être redécouverte avec la meilleure qualité d'image possible. En attendant je vous restrancris un très bon article de Jean-Noël Mirande, écrit pour le Point.

21212.JPG

3091683621_1_17_UbDtTVVl.jpg

4047174871_747e78587e_b.jpg

4047174871_747e78587e_b.jpg

a_duk234.jpg

Annex - O'Hara, Maureen (Miracle on 34th Street)_NRFPT_02.jpg

Annex - O'Hara, Maureen_14.jpg

maureen-ohara-garden-1940s.jpg

article-2177124-142942AE000005DC-101_634x711.jpg

maureen-ohara-feet-575850.jpg

hl8202.jpg

maureen-ohara-lady-godiva1.jpg

maureen-ohara.jpg

Maureen-OHara-Lady-Godiva.jpg

maureenohara2.jpg

maureen-o-hara9.jpg

Maureen-O-Hara-classic-movies-19801041-1280-1600.jpg

-----------------------------------------

Maureen O'Hara, la flamme d'Hollywood !

On l'appelait "la reine du Technicolor", un journaliste la trouvait même "plus éblouissante qu'un coucher de soleil". Aujourd'hui, elle a le cheveu encore plus rouge qu'à la grande époque où elle tournait pour la 20th Century Fox.

 

Maureen O'Hara est l'une des dernières légendes vivantes de l'âge d'or hollywoodien. Il y avait deux rousses : Rita Hayworth et elle. Vivante et bien présente, elle se souvient de tout, commente ses films lorsqu'elle les revoit aujourd'hui confortablement installée dans un fauteuil en buvant son thé. "Comment ai-je pu faire cela ?", "Comment n'ai-je pas été plus attentive ?" Maureen, en femme intelligente, se juge et se critique. Ses arrière-petits-enfants, Everest et Baylee, viennent la voir à la sortie de l'école. Avec eux, elle revoit Miracle sur la 34e Rue. Ce conte sur l'existence du Père Noël tourné en 1947 les enchante. L'une de ses dernières apparitions à l'écran remonte à 1991 dans Ta mère ou moi de Chris Colombus, elle y jouait une femme autoritaire et sentimentale.

 

"Le meilleur mec" que John Wayne ait jamais connu

Revenue vivre aux États-Unis à Boise dans l'Idaho auprès de son petit-fils qu'elle a élevé, Maureen a reconstitué une partie de son lointain passé. Un demi-siècle de cinéma ne passe pas inaperçu et la figure de John Wayne avec qui elle tourna cinq films est très présente. L'acteur mesurait 1 m 93 et Maureen 1 m 73, l'écart était supportable pour l'oeil de la caméra. Les deux acteurs se sont apprivoisés, ils ont su être en compétition sans se détester, ils étaient les meilleurs amis du monde. Pour John Wayne, elle était "le meilleur mec qu'il ait jamais connu". Maureen lui retournait le compliment et, accessoirement, se cassait la main en le giflant pour les besoins d'une scène.

 

Leur charismatique association fait toujours le bonheur des cinéphiles. Ils seront nombreux à se rendre à Winterset dans l'Iowa les 24 et 25 mai prochains pour y célébrer le 106e anniversaire de la naissance de l'acteur. Maureen O'Hara fera le voyage et leur racontera ses souvenirs, ils auront l'impression de toucher leur idole. On y reverra avec bonheur Rio Grande ou L'homme tranquille.

 

Les déboires de la Maureen O'Hara Foundation

Longtemps retirée dans sa maison de l'île Sainte-Croix aux Caraïbes, Maureen avait fini par revenir en Irlande, sa terre natale. Elle y avait acheté une maison de vacances avec son troisième mari, général dans la Royal Air Force, Charkes F. Blair. Elle voulut y créer la Maureen O'Hara Foundation par gratitude pour son pays. Colin Farrell, Liam Neeson, Jeremy Irons, Helen Mirren et Mia Farrow lui apportèrent un affectueux soutien.

Les fonds engagés, les hommages prévus débouchèrent au final sur une gabegie financière et de l'argent mystérieusement disparu. Alerté par des honoraires de médecin impayés, le petit-fils de Maureen O'Hara prit les choses en main pour protéger sa grand-mère. Un procès est en cours pour y voir clair dans cette ténébreuse affaire. Maureen s'est brouillée avec une amie de 35 ans qui l'assistait dans ce projet. Elle ne s'étend pas sur le sujet, mais elle a l'intention de raconter ses déboires dans un livre.

 

Le "dirty Dublin"

 Aujourd'hui, Maureen O'Hara a trouvé la paix dans sa maison de l'Idaho. Elle se lève tard, prend son petit déjeuner, lit les journaux et fait une heure d'exercices de mémoire en se concentrant sur le nom et la date de naissance de tous les présidents des États-Unis. Lorsqu'elle rencontre des journalistes de la presse locale, elle leur dit : "C'est terrible lorsqu'on devient vieux et que l'on commence à oublier. Mais cela vous arrivera à vous aussi."

Maureen n'a pas perdu l'intensité de son regard. C'est à cause de ces yeux-là que Charles Laughton l'embarqua à Hollywood en 1939 après le tournage de L'auberge de la Jamaïque avec Alfred Hitchcock. Yeux fermés, elle revoit le film à l'envers, le chemin parcouru depuis sa naissance dans la banlieue de Dublin, le "dirty Dublin", comme elle dit. Elle réécoute parfois les quelques disques de chansons qu'elle a enregistrés pour se souvenir de sa mère et de sa soeur qui chantaient aussi très bien. Maureen revoit les vaches et les moutons de son enfance. Ils se promenaient au bord de la route. Elle veut croire qu'ici à Treasure Valley dans l'Idaho, à plus de 7 000 kilomètres, c'est la même chose. Qu'elle est verte, sa vallée !

 

Filmographie :

Années 1930

1938 : Kicking the Moon Around de Walter Ford

1939 : My Irish Molly d'Alex Bryce : Eileen O'Shea

1939 : La Taverne de la Jamaïque ou L'Auberge de la Jamaïque (Jamaica Inn) d' Alfred Hitchcock : Mary Yellen

1939 : Quasimodo (The Hunchback of Notre-Dame) de William Dieterle : Esmeralda


Années 1940

1940 : A Bill of Divorcement de John Farrow : Sydney Fairfield

1940 : Dance, Girl, Dance de Dorothy Arzner : Judy O'Brien

1941 : Idylle en Argentine (They Met in Argentina) de Leslie Goodwins et Jack Hively : Lolita O'Shea

1941 : Qu'elle était verte ma vallée (How Green Was My Valley) de John Ford : Angharad Morgan

1942 : Les Rivages de Tripoli (To the Shores of Tripoli) de H. Bruce Humberstone : Mary Carter

1942 : Ten Gentlemen from West Point d'Henry Hathaway : Carolyn Bainbridge

1942 : Le Cygne noir (The Black Swan) d'Henry King : Lady Margaret Denby

1943 : Aventure en Libye (The Immortal Sergeant) de John M. Stahl : Valentine Lee

1943 : Vivre libre (This Land Is Mine) de Jean Renoir : Louise Martin

1943 : Nid d'espions (The Fallen Sparrow) de Richard Wallace : Toni Donne

1944 : Buffalo Bill de William A. Wellman : Louisa Frederici Cody

1945 : Pavillon noir (The Spanish Main) de Frank Borzage : Contessa Francesca

1946 : Voyage sentimental (Sentimental Journey) de Walter Lang : Julie Beck / Weatherly

1946 : Voulez-vous m'aimer ? (Do You Love Me?) de Gregory Ratoff : Katherine 'Kitten' Hilliard

1947 : Sinbad le marin (Sinbad the Sailor) de Richard Wallace : Shireen

1947 : L'Amour au trot (The Homestretch) de H. Bruce Humberstone : Leslie Hale

1947 : Le Miracle de la 34e rue (Miracle on 34th Street) de George Seaton : Doris Walker

1947 : La Fière Créole (The Foxes of Harrow) de John M. Stahl : Odalie 'Lilli' D'Arceneaux

1948 : Bonne à tout faire (Sitting Pretty) de Walter Lang : Tacey King

1949 : Secret de femme (A Woman's Secret) de Nicholas Ray : Marian Washburn

1949 : Britannia Mews de Jean Negulesco : Adelaide 'Addie' Culver

1949 : Father Was a Fullback de John M. Stahl : Elizabeth Cooper

1949 : Bagdad de Charles Lamont : Princess Marjan


Années 1950

1950 : Sur le territoire des Comanches (Comanche Territory) de George Sherman : Katie Howard

1950 : Tripoli (Tripoli) de Will Price : Countess D'Arneau

1950 : Rio Grande de John Ford : Mrs. Kathleen Yorke

1951 : Les Frères Barberousse (Flame of Araby) de Charles Lamont : Princess Tanya

1952 : Les Fils des Mousquetaires (At Sword's Point) de Lewis Allen : Claire - la fille d'Athos

1952 : La Loi du fouet (Kangaroo) de Lewis Milestone : Dell McGuire

1952 : L'Homme tranquille (The Quiet Man) de John Ford : Mary Kate Danaher

1952 : À l'abordage (Against All Flags) de George Sherman : Prudence 'Spitfire' Stevens

1953 : La Belle rousse du Wyoming (The Redhead from Wyoming) de Lee Sholem : Kate Maxwell

1953 : À l'assaut du Fort Clark (War Arrow) de George Sherman : Elaine Corwin

1954 : La rousse mène l'enquête (Malaga) de Richard Sale : Joanna Dana

1955 : Ce n'est qu'un au revoir (The Long Gray Line) de John Ford : Mary O'Donnell

1955 : Le Brave et la Belle (The Magnificent matador) de Budd Boetticher : Karen Harrison

1955 : Madame de Coventry (Lady Godiva of Coventry) de Arthur Lubin : Lady Godiva

1956 : L'Homme de Lisbonne (Lisbon) de Ray Milland : Sylvia Merrill

1956 : Everything But the Truth de Jerry Hopper : Joan Madison

1957 : L'aigle vole au soleil (The Wings of Eagles) de John Ford : Min Wead

1959 : Notre Agent à La Havane (Our Man in Havana) de Carol Reed : Beatrice Severn


Années 1960

1960 : Mrs. Miniver de Marc Daniels TV : Mrs. Miniver

1960 : DuPont Show of the Month de Marc Daniels TV : Lady Marguerite Blakeney

1961 : New Mexico (The Deadly Companions) de Sam Peckinpah : Kit Tilden

1961 : La Fiancée de papa (The Parent Trap) de David Swift : Margaret "Maggie" McKendrick

1962 : M. Hobbs prend des vacances (Mr. Hobbs Takes a Vacation) de Henry Koster : Peggy Hobbs

1963 : La Montagne des neuf Spencer (Spencer's Mountain) de Delmer Daves : Olivia Spencer

1963 : Le Grand McLintock (McLintock) d'Andrew V. McLaglen : Katherine Gilhooley McLintock

1963 : Hallmark Hall of Fame de George Schaefer TV : Susanna Cibber

1965 : La Bataille de la Villa Fiorita (The Battle of the Villa Fiorita) de Delmer Daves : Moira

1966 : Rancho Bravo (The Rare Breed) d'Andrew V. McLaglen : Martha Price

1966 : The Garry Moore Show (série TV) : Sara Longstreet

1967 : Off to See the Wizard (série TV) : Mother Goose


Années 1970

1970 : How Do I Love Thee? de Michael Gordon : Elsie Waltz

1971 : Big Jake de George Sherman et John Wayne : Martha McCandles

1973 : Le Poney rouge (The Red Pony) de Robert Totten TV : Ruth Tiflin


Fin de carrière

1991 : Ta mère ou moi (Only the Lonely) de Chris Columbus : Rose Muldoon

1995 : The Christmas Box de Marcus Cole TV : Mary Parkin

1998 : Un taxi pour le Canada (Cab to Canada) de Christopher Leitch TV : Katherine Eure

1998 : Une dernière danse (The Last Dance) de Kevin Dowling TV : Helen Parker

20/11/2013

A l'abordage / Against All Flags - 1952

"A l'abordage" n'est pas le dernier film de pirates d'Errol Flynn. En effet, il y aura un an plus tard, l'excellent "Vagabond des mers" (1953), certainement encore meilleur. Il n'en reste pas moins que cela reste un film de pirates avec Errol Flynn. Je n'ai pas besoin de dire que Flynn est plutôt ici sur une pente un peu descendante par rapport à ses premiers films d'aventure. Ainsi le héros de "Capitaine Blood" (1935), "de l'aigle des mers" (1940), ou des "aventures de Robin des Bois" (1938) a perdu de sa superbe. Néanmoins, sa présence est encore très forte à l'écran, et de nombreuses scènes avec Maureen O'Hara sont particulièrement plaisantes à regarder. Le casting est d'ailleurs plutôt avec en plus d'Errol Flynn et Maureen O'Hara, un Anthony Quinn en pirate de Madagascar. A ce prestigieux casting, il faut ajouter la jeune Alice Kelley, toute petite vedette de la Universal, qui joue ici une princesse un peu niaise et écervelée et gentiment nymphomane. Alice Kelley on l'avait vu par exemple dans "le fils d'Ali Baba" avec Tony Curtis.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Vous l'avez compris, c'est bien ici l'humour qui est présent, en plus de l'action, du suspens et de la romance. Le cocktail est donc plutôt plaisant. Et on sent que le vétéran du film d'action et de westerns à la Universal, George Sherman, est plutôt à son aise.  Alors, c'est vrai que ce n'est sûrement pas le plus grand film d'aventure d'Errol Flynn. Mais le film reste toujours plaisant et bénéficie qui plus est, d'une incroyable qualité d'image, qui écrase la précédente édition Universal. Je ne sais pas où Filmedia a trouvé le Master, si c'est eux qui l'ont restauré. Cette société est d'ailleurs très discrète. On ne trouve pas son site internet. Il n'y a pas de logo sur le DVD, mais Dieu que c'est beau et que c'est fluide. Les couleurs resplendissent comme jamais, les moindres détails sont soulignés, permettant de distinguer des trucages, ou certains décors en carton pâte. Si il reste quelques minuscules points blancs, c'est tout à fait mineur. Vous pourrez donc redécouvrir ce film avec un magnifique master, digne du support Bluray. Alors hissez la grande voile, aiguisez votre sabre, et tenez vous prêt à passer à l'abordage. Tout est en place pour une belle séance de cinéma pour petits et grands.

A noter en bonus du Bluray, une présentation intéressante de l'historien du cinéma, Mr Patrick Brion, notre maître Yoda à tous.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Errol Flynn et Anthony Quinn

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Errol Flynn et Maureen O'Hara

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Errol Flynn de dos et Alice Kelley

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, errol flynn, maureen o'hara, anthony quinn, alice kelley, Mildred Natwick, Hans J Salter, george sherman,

Ci-dessus : Notez le travail sur le Master

 

Film disponible chez Filmedia en Bluray Zone 2 version Française et VO sous-titrée

 

Vidéo (réalisée par un jeune je suppose) :

Note : 8,5 (6,5 pour le film + 2 pour l'incroyable qualité du master)

10/09/2013

Nid d'espions / The Fallen Sparrow - 1943

Pour aujourd'hui j'évoquerai avec vous, encore un film noir, et pas n'importe lequel. En effet, il s'agit d'une production RKO, "Nid d'espions" avec John Garfield et Maureen O'Hara. John Garfield c'est bien évidemment l'inoubliable interprète du "facteur sonne toujours deux fois" (1946) ou encore de "Menaces dans la nuit" (1951). On peut d'ailleurs dire que ses films  les plus célèbres restent des films noirs. Il devait disparaître prématurément d'une crise cardiaque en 1952, peut être suite aux soucis que lui causa la commission anti-communiste, dirigée par le sénateur Mc Carthy. Mais le film n'a pas seulement pour vedettes John Garfield et Maureen O'Hara, on retrouve aussi d'autres vedettes féminines comme Patricia Morison, qui devait partager sa carrière entre le cinéma, la télévision, le théâtre et Broadway. Aujourd'hui Patricia Morison a 99 ans ! Mais il faut aussi citer la jolie Martha O'Driscoll beaucoup moins sophistiquée que nos deux autres héroïnes. Walter Slezak est quant à lui presque caricatural dans son rôle de tortionnaire sadique.

fallensparrowen14ox.jpg

Si le réalisateur, Richard Wallace, n'a pas laissé une marque indélébile sur le cinéma hollywoodien, il en reste néanmoins un honnête artisan, ici particulièrement bien inspiré. Mais peut être a t'il eu la chance de bénéficier de l'apport de Nicholas Musuraca comme directeur de la photographie. Or à n'en pas douter, le travail de Nicholas Musuraca sur "nid d'espions" est exceptionnel. On peut d'ailleurs reprendre les mots du critique et historien Eric Schaefer pour qualifier le travail de Musuraca : « Le nom de Nicholas Musuraca reste injustement obscur parmi les directeurs de la photographie de l'âge d'or d'Hollywood. Dans ses premières années à la RKO dans les années 1940, Musuraca collabora aussi bien à des séries A qu'à des séries B, à des films de prestige qu'à des films de genre sans ambition. Pour cette raison, et parce qu'une grande partie des films qu'il a tournés n'ont atteint que récemment le statut de classique ou de tournant du cinéma, il demeure un maître négligé. De même que celui de Gregg Toland sur Citizen Kane (1941), le travail de Musuraca pour Stranger on the Third Floor (1940) définit les conventions visuelles du film noir et codifie l'aspect des films RKO pour les années 1940. La photographie de Musuraca commence et disparaît dans l'ombre, très influencée par l'expressionnisme allemand, et peut être considérée comme un des facteurs majeurs dans la résurrection de ce style à Hollywood dans les années 1940. Le ton dominant de son image est le noir, un choix stylistique qui se prête bien au film noir et aux films d'horreurs mélancoliques produits par Val Lewton. Mais même dans les limites du système des studios, Musuraca réussit à transposer son style à d'autres genres. Le western Blood on the Moon (1948) et le drame familial nostalgique de George Stevens Tendresse (1948) sont tous deux empreints des ombres que Musuraca avait apportées au film d'horreur dans La Féline (1942) et au film noir dans Le Médaillon (1946). À travers les conventions de genres variés et les exigences différentes de nombreux réalisateurs, Musuraca réussit à maintenir une esthétique personnelle uniforme." On a donc sur ce film, en plus d'un bon casting, un directeur de la photographie qui a déjà fait merveille dans le passé et qui fera de nouveaux des étincelles trois ans plus tard, sur le tournage du "médaillon". Dans "nid d'espions" Musaraca travaille les ombres, les reflets et le noir pour en faire l'esthétique du film. On peut en voir quelques exemples dans les images ci-dessous :

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john garfield,maureen o'hara,walter slezak,patricia morison,martha o'driscoll,nicholas musuraca,richard wallace

Ci-dessus : John Garfield (poursuivi par son double et ses angoisses)

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john garfield,maureen o'hara,walter slezak,patricia morison,martha o'driscoll,nicholas musuraca,richard wallace

Ci-dessus : John Garfield avec son ombre et une ombre féminine amie ou ennemie ?

Le travail de Musuraca mérite donc tous les éloges, mais il faut aussi féliciter Richard Wallace, qui par des plans astucieux, augmentent encore la tension dans un final à rebondissements. Mais alors quels sont les défauts de ce "nid d'espions" ?  Il faut peut être aller les chercher du côté d'un scénario inutilement complexe par moment, alors que l'on connaît les coupables depuis le début. L'attention du spectateur reste pourtant en éveil, tout le long du film, car on veut savoir comment tout cela va finir et savoir ce qu'il s'est passé et si Garfield va s'en sortir. "Nid d'espions" reste donc un film parfait sur la forme mais qui aurait peut être mérité un meilleur scénario. Il n'en reste pas moins qu'il revisite avec succès le genre.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john garfield,maureen o'hara,walter slezak,patricia morison,martha o'driscoll,nicholas musuraca,richard wallace

Ci-dessus : Patricia Morison

Disponible en DVD zone 2 aux éditions Montparnasse en VO et VF, dans une qualité d'image très correcte même en vidéoprojection

Note : 8 / 10

23/05/2013

La belle rousse du Wyoming / The Redhead from Wyoming - 1953

"La belle rousse du Wyoming" est un western réalisé par Lee Sholem. Je ne lui trouve pas beaucoup de qualités, ni dans sa réalisation quelconque, ni dans son casting pas très fourni en dehors de la superbe Maureen O'Hara, ni dans son scénarion anodin voir très classique et qui n'a d'intérêt que pour nous dérouler toutes les manigances d'un politicien sans aucun scrupule. Mais le film n'a pas que des défauts et ainsi on y découvre un fabuleux Technicolor qui est tout de même très bien exploité. Pour le reste, la distribution comprend Alex Nicol qui joue le shériff qui tentera de s'interposer entre un gros éleveur de bétails joué par Alexander Scourby, et un politicien véreux (joué par William Bishop) qui fait tout son possible pour déclencher une guerre avec les nouveaux arrivants. Le fim nous permet de voir également la jeune Jeanne Cooper dans un rôle de quasi-figuration. Je me permets de citer Jeanne Cooper particulièrement car elle a disparu très récemment le 8 mai 2013. Jeanne Cooper débute donc ici et c'est son premier film. Elle a ce petit rôle de Myra. Elle fera plus tard carrière à la télévision et tournera son ultime scène dans "les feux de l'amour". Mais pour cette seule année 1953, elle tournera en tout 3 films.

critique-la-belle-rousse-du-wyoming-sholem20.jpg

Pour le reste ce film dispensable est vite oublié, et ne restera pas dans nos mémoires, sinon pour être la première apparition de Jeanne Cooper et peut être pour les belles robes de Maureen O'Hara.

 

  • Quelques mots sur le réalisateur par Wes Cameron :

Lee Sholem, fut un véritable spécialiste de la série B et Z, dans des films à petit budget alloué par les studios Universal. Il, sera un assistant director très apprécié, surtout chez Universal ou il fera des miracles sur le tournage de Our Town, 1940 .
Lee sholem, reprendra avec ardeur la flamme des tarzans, très longtemps exploité par la MGM avec un Johnny Weissmuller rayonnant, deux de ses films sur le personnage de Tarzan, eurent un véritable succès:Tarzan et la fontaine magique 1949 et Tarzan et la reine de jungle 1950, tous deux repris par Lex Barker des années plus tard.
Dans le western ,il sera beaucoup plus actif à la TV avec des séries comme(Maverick,Cheyenne,Colt 45, etc...) et quelques long-metrage assez correct? dont un qui mérite une attention de notre part:Sierra Stranger 1957, ce western ne fait découvrir un Howard Duff assez plaisant.
Ce que l'ont à pu dire sur lui, est parfois infondé, son travail fut des plus correct et fit avec les moyens mis à sa disposition par les divers studios.

Ses westerns:

-Sierra Stranger .1957
-Stand at Apache River.1953
-Redhead From Wyoming(la belle rousses du Wyoming)1953

La belle rousse du Wyoming-1953-1.JPG

Ci-dessus : Maureen O'Hara et Alex Nicol

La belle rousse du Wyoming-1953-2.JPG

Ci-dessus : Jeanne Cooper et Maureen O'Hara

La belle rousse du Wyoming-1953-3.JPG

La belle rousse du Wyoming-1953-4.JPG

Ci-dessus : Alex Nicol, Maureen O'Hara, et William Bishop

jeannecooper1.jpg

Ci-dessus : Jeanne Cooper

 

Note : 5,5 / 10

08/11/2012

Hommage à Maureen O'Hara

Commme vous avez été sage, une vidéo en hommage à Maureen O'Hara qui est toujours parmi nous.

 

O'Hara,_Maureen.jpg

 

 

30/09/2012

Rio Grande - 1950

Troisième film sur la cavalerie américaine de John Ford (car sorti après la charge héroïque). Rio Grande se veut être une suite non assumée du "Massacre de Fort Apache". En effet, John Wayne reprend le rôle du capitaine York qui est là devenu colonel. Ce qui trouble c'est que contrairement à une suite normale, l'épisode précédent n'est jamais évoqué. On évoque ici le passé du colonel pendant la guerre de sécession. Ainsi dans les seconds rôles Victor Mc Laglen qui était  le sergent Festus Mulcahy dans Fort Apache devient ici le sergent-major Quincannon. Le film commence avec l'arrivée au fort d'une colonne de cavalerie de retour de mission contre les indiens qui se sont une nouvelle fois, échappés en passant le Rio Grande.

 

mpw-284731.jpg

 

La trame principale du fim va se nouer avec l'arrivée du jeune soldat York, fils du colonel et ensuite de sa mère (Maureen O'hara) qui va bouleverser la vie du fort et surtout la vie du colonel York. Les relations étant rompues avec sa femme,York solitaire va se trouver embarasser à gérer la venue de sa femme qu'il n'attendait pas. Le film va donc tourner au romantisme pendant un long moment. Et Maureen O'Hara en dehors bien évidemment d'une présence féminine dans un univers d'hommes,  jouera un peu un rôle de conscience du régiment et de bonne fée. En effet, elle reprochera au sergent Quincannon d'avoir incendié la propriété de son père pendant la guerre de sécession. Mais elle s'occupera aussi du linge des militaires et de celui de Quincannon. Je ne vais pas raconter tout le film, mais un dénouement heureux sera finalement trouvé que ce soit dans la lutte contre les indiens ou dans les relations entre York et sa femme.

 

28067968.jpg

 

Ce film est aussi bon que le précédent. On ne s'ennuie pas du tout. On retrouve de grandes scènes d'actions en plus de la romance, et cette fois ci Victor Young à la musique. On peut seulement regretter que le film ne donne pas une meilleure image des indiens. A ce titre Fort Apache était différent et laissait la parole aux indiens. Là ils sont montrés comme sauvages et sans foi ni loi, car capables d'emprisonner des enfants dans une ancienne église.

 

rio-grande-1950-8273-712553234.jpg

 

La bande annonce :

 

 

Note : 8,5 / 10