Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2015

La journée des violents / Day of the Badman - 1958

Le 30 avril 1958, sortait "la journée des violents" avec Fred MacMurray, Marie Windsor, Robert Middleton, Joan Weldon et Lee Van Cleef, ce jour est donc propice pour revenir sur ce western de l'Universal. Le film est malheureusement présenté au format Pan & Scan, donc avec un recadrage, qui outrage un peu le cinémascope d'origine, en coupant de l'image sur les côtés. L'avantage du procédé, est de rapprocher le spectateur de l'action ou des acteurs, mais il est assez peu respectueux du matériaux d'origine. Mais comme le dit, très justement, Monsieur Patrick Brion, c'est le seul moyen de présenter ce film. Alors entre le choix de le laisser mourir, ou de le présenter et de le faire vivre à un nouveau public, l'équipe éditoriale de Sidonis a fait le choix de la présentation, et on ne peut que les féliciter. En effet, le film en lui même est bon, voir très bon. Ainsi, "la journée des violents" s'appuie sur un très bon scénario, où la tension est palpable du début à la fin et tient ainsi le spectateur en haleine, dans cette histoire de juge qui doit prononcer une condamnation à mort que tout le monde rejette. Le scénario se rapproche ainsi de celui du "Train sifflera trois fois" (1952), où l'on retrouvait là aussi, un certain Lee Van Cleef. 1958, sera d'ailleurs une année charnière pour ce dernier. En effet, il subira un grave accident de voiture, qui le laissera avec un handicap à la jambe. Pour en revenir à "la journée des violents", la réalisation d'Harry Keller est quant à elle,soignée. On doit à Harry Keller, plusieurs westerns, comme "Quantez" (1957) déjà avec Fred MacMurray, ou "Les sept chemins du Couchant" avec Audie Murphy. Mais ici, c'est bien Fred MacMurray qui tient tout le film, avec un jeu foudroyant, digne de ses meilleures prestations. Mais l'ensemble de la distribution s'en sort aussi plutôt bien, et chacun est dans son rôle. Comme on le constate trop souvent aujourd'hui, on ne peut pas dire que la direction d'acteurs soit ici absente. Le seul gros défaut du film est sa fin un peu bâclée. C'est un peu dommage au regard de la qualité de l'oeuvre et de la tension que le film a jusque là généré. Mais il ne faut sans doute pas en demander de trop. "La journée des violents" est incontestablement un très bon choix éditorial de Sidonis.

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,lee van cleef,fred macmurray,marie windsor,robert middleton,joan weldon,harry keller

Disponible en DVD chez Sidonis en VF et VO sous-titrée. A noter que le film a perdu les 15 dernières minutes de sa version française.

Note : 7 / 10

20/04/2015

Joe Dakota - 1957

"Joe Dakota" est un western de série B, en Technicolor, produit par l'Universal. En effet, l'Universal s'était fait un peu une spécialité dans ce type de films, pendant plusieurs dizaines d'années. Ces films ne devaient pas rapporter énormément, mais assez pour permettre au studio de gagner de l'argent, avec un investissement minimal. Ici, on a droit à un scénario particulièrement soigné et surtout sur un thème très peu abordé dans la mythologie westernienne : la lutte pour le pétrole. Le casting est soigné avec Jock Mahoney, Luana Patten, Barbara Lawrence, Charles McCraw. Dans les seconds rôles, on trouve, Lee Van Cleef, dont il n'est plus besoin de faire la présentation, mais aussi, Claude Akins, Anthony Caruso. Jock Mahoney a commencé sa carrière comme cascadeur. Le scénario est quant à lui, proche "d'un homme est passé" (1955) avec Spencer Tracy, à la différence que le héros Jock Mahoney joue tout en douceur, et prend le plus souvent à la légère, toutes les menaces de la communauté. Cette sombre histoire de pétrole, est relevé par la romance entre le héros et Luana Patten, qui ajoute beaucoup de tendresse et de délicatesse à l'ensemble, lui même porté par une jolie chanson de Ray Joseph et de Mack David (The flower of San Antone). La première scène, qui introduit les deux personnages principaux, et cette rencontre fortuite entre Jock Mahoney et Luana Patten, augure d'un très bon film. En effet, il y a quelque chose, lorsqu'on voit cet homme seul arrivé dans une ville déserte, où seule apparaît une jeune fille, adossée contre le mur du seul magasin de cette ville minuscule. "Joe Dakota" apporte donc son lot d'aventures, et si les ellipses scénaristiques plombent parfois un peu le film. Il n'en reste pas moins un film, au ton et au sujet très original, bercé d'une douce légèreté, qui lui convient parfaitement. A n'en pas douter, une bonne pioche de Sidonis.

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

Ci-dessus : Jock Mahoney & Luana Patten

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

Ci-dessus : Jock Mahoney & Luana Patten

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

Ci-dessus : Luana Patten

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

Ci-dessus : Jock Mahoney & Luana Patten

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

Ci-dessus : Luana Patten

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

cinéma,cinema,hollywood,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jock mahoney,luana patten,lee van cleef,charles mcgraw,claude akins,anthony caruso,barbara lawrence,paul birch,richard bartlett

Ci-dessus : Jock Mahoney & Luana Patten

Présentation de Mr Patrick Brion :

Disponible en DVD zone 2 en VO sous-titrée français chez Sidonis

Note : 6,5 / 10

27/03/2014

Passage interdit / Untamed Frontier - 1952

"Passage interdit" est plutôt un film intéressant, western en Technicolor. Le réalisateur en est Hugo Fregonese, réalisateur d'origine argentine. On peut lire sur wikipédia l'article suivant le concernant : "Ancien journaliste sportif, il étudie à l'Université Columbia en 1935 puis est engagé comme conseiller technique sur des films ayant pour thème l'Amérique latine. En 1938, il retourne vivre en Argentine. Là il travaille comme éditeur, assistant de direction et réalisateur de courts métrages. Il fait ses débuts sur deux longs métrages argentins en 1942, comme assistant-réalisateur, avant de réaliser vingt-six films (dont quatre également comme scénariste) entre 1945 et 1975. Bon nombre des films de la période américaine de Fregonese sont des westerns comme "Quand les tambours s'arrêteront"  (1951) ou "le raid" (1954) des policiers mélodramatiques comme "Mardi, ça saignera", "l'Étrange Mr. Slade". Il réalise aussi en Inde le film britannique Harry Black et le tigre (en). Il a eu deux enfants de sa première épouse Faith Domergue."

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

Le film bénéficie d'un bon casting en la personne du trio Joseph Cotten, Shelley Winters, et Scott Brady. De plus le film a une très belle photographie de Charles P. Boyle. Alors c'est vrai que le film a deux principaux, tout d'abord Joseph Cotten et Shelley Winters ne sont pas de vrais héros de western. Enfin, le film a une longue mise en place, avec une conclusion un peu bâclée et qui n'est pas au niveau du reste du film. Néanmoins, "Passage interdit" reste un bon divertissement, mais qui n'atteint jamais des sommets, et c'est plutôt rageant, car il y a le potentiel de "duel au soleil" avec Gregory Peck et Jennifer Jones. Malheureuement ce potentiel n'est pas ici exploité jusqu'au bout.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Shelley Winters

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Shelley Winters

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Shelley Winters, Scott Brady, & Joseph Cotten

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus : Joseph Cotten & Shelley Winters

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

Ci-dessus :Scott Brady & Shelley Winters

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joseph cotten,scott brady,shelley winters,lee van cleef,suzan ball,minor watson,katherine emery,john alexander,fess parker,hans j salter,hugo fregonese

Disponible en DVD zone 2 chez Sidonis & Calysta en version française et VO sous-titrée

 

Note : 6 / 10

03/11/2013

Victime du destin / The Lawless Breed - 1953

Il faut d'abord commencer par donner quelques explications sur le titre; En effet, si ce western est aujourd'hui connu sous le titre "victime du destin", il est aussi connu sous le titre "mémoires d'un condamné". On peut supposer, sans en être totalement sûr, que l'un des titres concerne la sortie en France et l'autre la sortie en Belgique. Les annotations en néerlandais de l'affiche ci-dessous, peuvent ainsi le laisser penser. Ce film "victime du destin" a beaucoup de qualités avec tout d'abord une très bonne distribution avec en tête d'affiche : Rock Hudson, et la belle Julie Adams (petite vedette de l'Universal). Rock Hudson n'est pas encore devenue une star en 1953, mais Walsh décide de miser sur lui, pour son film. Et il n'y a rien à redire quant à son interprétation et la stature massive de Rock Hudson en impose énormément. Pour le reste, je ne reviendrai pas ici sur sa sexualité, qui évidemment  ne regarde que lui. Rock Hudson deviendra réellement une star en 1954 avec "le secret magnifique" de Douglas Sirk, avec Jane Wyman. Julie Adams est quant à elle, une petite vedette de l'Universal, qui a jouée dans de nombreux films de cette époque. On peut citer parmi les plus célèbres : "le gentilhomme de la Louisiane" (1953), "le déserteur de fort Alamo" (1953), "Révolte au Mexique" (1953), "l'étrange créature du lac noir" (1954), ou encore "le shérif aux mains rouges" (1959). Mais les seconds rôles sont également particulièrement intéressants. Ainsi, on retrouve Lee Van Cleef, qui joue un rôle de cowboy à la recherche de son frère, rôle qu'il reprendra dans "Règlements de compte à Ok Corral" (1957). Mary Castle, John McIntire (qui interprète deux personnages) et Hugh O'Brian. On a donc vous l'aurez compris une distribution très intéressante.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actice, film, films, hommage, rock hudson, julie adams, Mary Castle, John McIntire, lee van cleef, Dennis Weaver, Hugh O'Brian,Herman Stein, raoul walsh

Mais la force du film de Walsh n'est pas seulement de s'appuyer sur une très bonne distribution, mais aussi sur un très bon scénario, qui s'inspire très lointainement de la vie du célèbre bandit texan, John Wesley Hardin. Hardin qui était en fait dans la réalité un tueur psychopathe est montré comme un homme victime de ses pulsions et surtout effectivement de sa destinée, qui l'amène au meurtre malgré lui. De ce scénario, finalement assez classique, Walsh nous crée une beauté cinématographique de tous les instants, magnifiant au possible chaque scène, travaillent le moindre détail : de la course de chevaux, aux dessous de la belle Julie Adams, rien est caché au spectateur, avide de belles images. On se régale donc en Technicolor des aventures d'un Rock Hudson, qui n'a jamais bien aussi porté son nom que dans ce film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

Ci-dessus : Rock Hudson et Mary Castle

Pour le reste, Walsh développe comme il l'a déjà fait dans nombre de ses films, le thème de l'ambivalence de l'individu. Ainsi Hardin est il  un tueur psychopate ou  un homme victime de la société violente de son époque. On constate que comme à son habitude, Walsh s'interroge ici sur la nature réelle de son héros, comme il s'interrogeait sur la nature d'Errol Flynn dans "Saboteur sans gloire" (1944) ou "dans la charge fantastique" ou sur celle de Clark Gable dans "l'esclave libre" (1957). C'est peut être ce qui fait tout l'intérêt du cinéma de Walsh, en dehors de sa formidable maitrise du Technicolor et du jeu de la caméra. Walsh s'interroge dans tous ses films sur la nature humaine. En cela, son cinéma reste profondément actuel, et le restera tant que les Hommes seront des Hommes. "Victime du destin" arrive donc à dépasser son statut de petit film de l'Universal et à devenir un autre classique de Walsh au même titre que d'autres plus célèbre après lui. A découvrir.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

Ci-dessus : la très belle Julie Adams

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

Ci-dessus : Julie Adams et Rock Hudson

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actice,film,films,hommage,rock hudson,julie adams,mary castle,john mcintire,lee van cleef,dennis weaver,hugh o'brian,herman stein,raoul walsh

Ci-dessus : Rock Hudson et Julie Adams. Les 3 photos ci-dessus sont particulièrement intéressantes, car elles nous apprennent d'une part, que Walsh n'avait pas beaucoup de respect pour le code Hays; d'autre part, la familiarité vestimentaire de Julie Adams et le fait qu'elle donne de l'argent à son amant, nous apprend quel est le caractère des relations des deux personnages, à ce moment de l'histoire, ou comment à cette époque on remplaçait une scène charnelle par une scène très glamour.

 

Note : 7 / 10

12/05/2013

Dix hommes à abattre / Ten wanted men - 1955

"Dix hommes à abattre" est un western en Technicolor, avec Randolph Scott, il nous permet de voir de nouveau notre héros au prise cette fois-ci avec une bande de desperados bien décidés à l'éliminer lui et sa famille. Le titre original aurait du être "violent men", mais comme un film de Rudolph Maté, (également de la Columbia) était sorti sous ce titre, une  semaine plus tôt, le titre définitif choisi fut en anglais "Ten wanted men". Bruce Humberstone est derrière la caméra et Harry Joe Brown encore une fois à la production avec Randolph Scott. c'est vrai que Bruce Humberston est plutôt un spécialite de la comédie musicale ("Vallley Serenade", "Pin Up Girl" en passant par le coloré "Hello Frisco, Hello") ou du film noir. Mais il réalise ici un western sans temps mort et qui est loin d'être le film sans intérêt que certaines critiques veulent à tout prix nous vendre.

10hommesabattre2.th.jpg

Le film bénéficie d'une étonnante distribution autour de Randolph Scott avec Richard Boone que l'on se rappelle avoir vu joué avec John Wayne dans "Alamo" (1961), mais aussi la propre soeur de Marlon Brando, Jocelyn Brando et enfin tout une pléïade de seconds rôles avec en tête la belle Donna Martell, mais aussi toute la bande de tueurs et d'assassins comprenant Leo Gordon, mais aussi Lee Van Cleef très jeune, et le vétéran du western, Clem Bevans joue un propriétaire. Enfin, Alfonso Bedoya clôture cette distribution dans un rôle, assez proche de la figuration en dehors d'une ou deux scènes. Le scénario du film se résume à un duel permanent entre Randolph Scott et Richard Boone, mais les méchants du film sont particulièrement savoureux. Ainsi, l'origine du conflit entre les deux hommes se tourne autour du désir sexuel de Richard Boone pour une belle mexicaine jouée par Donna Martell. Le scénario est donc assez original. Enfin le film se terminera par des combats à la dynamite, à la violence assez surprenante pour l'époque. Le film n'a aucun temps mort et les 77 minutes du métrage passent donc rapidement et le spectacle est plaisant et distrayant. On reprochera malgré tout parfois, un manque d'intensité dramatique qui déssert le film et qui lui empêche une meilleure note. Ainsi, la scène romantique entre Jocelyne Brando et Randolph Scott, dans un bâtiment assiégé semble hors de propos. A noter enfin que l'année suivante, Randolph Scott devait tourner un autre Western : "7 hommes à abattre".

10hommesabattre6.th.jpg

Ci-dessus : Jocelyne Brando et Randolph Scott

495870donna_martell.jpg

Ci-dessus : Donna Martell (ce n'est pas une photo du film)

duke_117.jpg

Ci-dessus : Skip Homeier, Richard Boone, et Donna Martell


Note : 7 / 10