Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2015

Les passagers de la nuit / Dark Passage - 1947

1947, Humphrey Bogart était devenu une immense vedette. C'était bien fini le temps d'un Bogart, jouant le rôle de faire-valoir du héros, ou qui se complaisait dans le rôle de méchant de service, comme dans "la caravane héroïque" (1940) ou dans de très nombreux films de gangsters des années 30. Comme beaucoup de mes lecteurs le savent c'est surtout "Casablanca" (1942) qui a changé la donne de la carrière de Bogart, et le monde découvre alors un talent qu'il avait aperçu jusqu'alors de loin, dans quelques grands films, comme "une femme dangereuse" (1940), ou encore "la grande évasion", "le faucon maltais" (1941). Dans ces deux derniers films, Bogart assumait pleinement son statut de vedette mais pas encore d'immense star, qu'il allait devenir un an plus tard. Et donc depuis "Casablanca" (1942), Bogart enchaine les très grands films. Les plus célèbres de cette période sont évidemment, "le port de l'angoisse" (1944), "le grand sommeil" (1946) et plus tard "Key Largo" (1948), tous les trois tournés avec sa compagne à la ville, Lauren Bacall. Bogart / Bacall, est bien le couple mythique du Hollywood de cette époque. Et c'est un des rares qui a survécu à la folie du système hollywoodien. Pour en revenir, à notre film, "les passagers de la nuit", est le troisième film de Bogart avec Bacall. Il tourné en noir & blanc, par Delmer Daves pour le compte de la Warner Bros, le film est à classer dans la catégorie film noir et dans les excellents films de Delmer Daves. Delmer Daves on se souvient de lui pour ses films noirs, mais aussi pour ses westerns originaux. Ainsi, dans "la flèche brisée" (1950), il se mettait du côté des indiens, et montrait l'iniquité de la justice des blancs envers, les natifs américains. Dans "3H10 pour Yuma", il mettait en scène un scénario de film noir, dans l'univers du western. Comme souvent dans sa carrière, Delmer Daves est réalisateur des "passagers de la nuit", mais également scénariste.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Le film est une réussite par son casting, son scénario, mais aussi de par sa réalisation incroyablement novatrice pour l'époque. Ainsi, dans ses 10 premières minutes, Daves filme en perspective en se plaçant dans la peau du personnage joué par Bogart. Le spectateur est donc scotché à son fauteuil, se demandant qu'elle va être la suite de l'histoire et que va faire le héros. Dès le départ, Daves arrive ainsi à mobiliser l'attention du spectateur. Il va avoir de nouveau recours à ce procédé dans le premier tiers du film. Ainsi, pendant 40 minutes, on ne voit jamais le visage de Bogart. Cela donne au film, un ton tout à fait particulier pour l'époque et assez unique. Et l'épisode du cauchemar de Bogart est tout aussi marquant. Mais "les passagers de la nuit", c'est aussi le tournage dans un San Francisco brumeux de 1947, qui donne au film un caractère poétique. Cette ville filmée, le plus souvent la nuit ou au petit matin, fait beaucoup pour mettre le film, bien au-dessus du lot. Daves, dans son plaisir à filmer le visage des acteurs, fait contraste à sa volonté de ne pas filmer le visage de Bogart dans le premier tiers du film. A tout cela, il faut ajouter la belle musique de Franz Waxman, aidé de Max Steiner, qui l'un et l'autre font également, beaucoup pour rendre le film marquant. "Les passagers de la nuit" est donc une très belle réussite, filmé avec beaucoup de poésie. Ce film possède encore aujourd'hui un charme fou. Il mériterait sans aucun doute, une restauration et une sortie Bluray, ne serait ce que pour son côté documentaire, et sa plongée dans le San Francisco de 1947. Parfois il m'arrive de me demander, si la Warner sait mettre en valeur les pépites qu'elle possède dans son catalogue.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Ci-dessus : Lauren Bacall (avec Bogart que l'on doit imaginer en face d'elle)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Ci-dessus : Bogart (au fond) et au premier plan Tom D'Andrea

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Ci-dessus : Lauren Bacall & Humphrey Bogart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Ci-dessus : Lauren Bacall & Humphrey Bogart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Ci-dessus : Excellent plan de Daves, qui montre la menace dans le dos de Bogart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Ci-dessus : Agnes Moorehead (dont la personnalité perverse de son personnage est mis en valeur magnifiquement dans ce plan rapproché)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, humphrey bogart, lauren bacall, agnes moorehead, Bruce Bennett, Sid Hickox, franz waxman, delmer daves,

Ci-dessus : Humphrey Bogart & Agnes Moorehead

 

La bande-annonce :

Disponible en DVD Zone 2 ou DVD zone 1 chez Warner en VO sous-titrée (je ne sais pas si il y a une VF sur le zone 2, possédant l'édition zone 1 sous-titrée français).

Note : 8 / 10

13/08/2014

Au revoir Lauren Bacall & Robin William !

Lauren Bacall nous a quitté à 89 ans, un jour après le suicide de Robin Williams. Le cinéma hollywoodien est en deuil depuis 2 jours. On se souvient tous d'un film de Lauren Bacall. Moi je me souviens de son couple à l'écran avec Humphrey Bogart, "du port de l'angoisse" (1944), "du grand sommeil" (1945), "des passagers de la nuit" (1946), mais aussi et surtout de "Key Largo" (1948), chef-d'oeuvre ultime du film noir.  Mais elle était aussi étincelante dans d'autres rôles avec d'autres grands acteurs, comme dans "la femme aux chimères" avec Kirk Douglas ou dans "le roi du tabac" (1950) avec Gary Cooper. J'ai un peu des larmes dans les yeux en écrivant ces lignes, car c'est quand même une légende du cinéma qui s'en est allé et l'héroïne de très nombreux films qui ont marqué profondément ma mémoire de cinéphile. Mais ce qui me rassure c'est que sur terre ou au Paradis, le seul langage qui dure, c'est bien celui de la beauté classique et indémodable du grand cinéma. Lauren Bacall en était une des étoiles. Elle brille pour nous maintenant au plus haut des cieux, à jamais dans nos coeurs et dans nos mémoires.

lauren-bacall24.jpeg

 

Hommage en vidéo :

 

08/08/2013

Souvenez vous de ... Humphrey Bogart et Lauren Bacall !

Dans les couples mythiques d'Hollywood qui ont illuminé l'écran de leur grâce absolue, on peut évidemment citer Humphrey Bogart et Lauren Bacall, partenaires à la ville et à l'écran. Si le 14 janvier 1957, Bogart devait nous quitter, il n'en est rien pour Lauren Bacall qui tourne toujours malgré ses 88 printemps. Je souhaite donc rendre hommage à ces deux grandes stars et à ce couple mythique qui a fait rêver des générations de cinéphiles que ce soit dans "Le Port de l'angoisse" (1944), "le Grand Sommeil" (1946), les passagers de la nuit (1947) ou le formidable "Key Largo" (1948). Souvenez vous de ... Humphrey Bogart et Lauren Bacall !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hommage,hollywood,humphrey bogart,lauren bacall

 

Vidéo hommage :

25/05/2013

Le Roi du Tabac / Bright Leaf - 1950

"Le Roi du Tabac" est un film assez rare (jamais sorti en DVD en France), mais qui passe de temps en temps su TCM. J'ai ainsi retrouvé dernièrement un enregistrement en version française datant de 2004. Le film ne possédait pas une image de très bonne qualité, mais était très regardable et très intéressant. "Le Roi du Tabac" est le deuxième film avec à l'affiche Gary Cooper et Patricia Neal. On se souvient que ce couple d'acteurs avaient déjà été réunis un an plus tôt dans l'adaptation à l'écran du superbe roman d'Ayn Rand ("le rebelle"). Mais la distribution est aussi complétée par Lauren Bacall et par Jack Carson. Jack Carson avait quant à lui joué dans le même film que Patricia Neal dans "It's a great feeling" (1949). "Le Roi du Tabac" raconte l'ascension d'un  homme désargenté (Gary Cooper) qui revient dans la ville de son enfance. Il y découvre que sa maison ne lui appartient plus, mais appartient au plus grand industriel du Tabac (joué par Donald Crisp). Mais ce dernier a une magnifique fille (Patricia Neal) qui a connu Brant Royle (Gary Cooper) quand il était enfant. Le seul but de Royle sera alors de conquérir son père tout en réduisant économiquement et moralement le père de la jeune fille au silence. Donald Crisp était abonné au rôle de père. Et on se souvient surtout pour l'interprétation magistrale qu'il donne dans le film de John Ford, "Qu'elle était verte ma vallée" (1941) qui lui valut un Oscar totalement mérité. On ne se souvient plus aujourd'hui que Crisp était un acteur légendaire, né en Grande-Bretagne, et ayant connu pratiquement la naissance du cinéma, et qu'il avait eu une carrière de réalisateur.

le_roi_du_tabac,0.jpg

Je pense qu'il est inutile de présenter le réalisateur, Michael Curtiz, qui a tourné pour la Warner de très nombreux films. Le film est beaucoup moins littéraire et lyrique que "le rebelle"(1949). Mais j'ai adoré sa construction et cette lutte entre Crisp et Cooper qui ne se termine que par la reprise de la lutte par la fille de Crisp jusqu'à l'affrontement et l'effondrement final; "Le Roi du tabac" est un drame psychologique autant qu'une tragédie humaine. Il n'en représente pas moins un très bon divertissement. Je ne comprends pas d'ailleurs pourquoi il a eu de mauvaises critiques. On a critiqué le faux accent du Sud de Patricia Neal. Mais pour ma part, je n'ai pas pu en juger, ne possédant que la version française. Enfin, j'ai trouvé Patricia Neal très convaincante dans sa prestation totalement changée par rapport au "Rebelle". On peut rajouter au crédit du film, la très belle musique de Victor Young. En résumé, un très bon film, qui mériterait une belle édition DVD ou Bluray pour qu'on le redécouvre enfin avec une image correcte.

brightleaf2.jpg

Ci-dessus : Lauren Bacall et Gary Cooper

brightleaf3.jpg

Ci-dessus : Gary Cooper et Patricia Neal

brightleaf-4.jpg

Ci-dessus : Cooper et Neal pendant une pause

brightleaf4-1.png

Ci-dessus : Gary Cooper avec à gauche Jack Carson

brightleaf5.jpg

brightleaf5-1.png

Ci-dessus : Gary Cooper avec à gauche Jack Carson

brightleaf-6.jpg

brightleaf8-1.png

brightleaf13.png

brightleaf20.jpg

Ci-dessus : Donald Crisp de dos

Le roi du Tabac-1950-1.JPG

Le roi du Tabac-1950-2.JPG


Diaporama :


Extrait :


Film indiponible en DVD et Bluray en France à ce jour.

Note : 8 / 10

30/10/2012

Key Largo - 1948

"Key Largo" tourné par John Huston raconte l'histoire d'un soldat démobilisé, Frank (Humphrey Bogart) qui vient présenter ses condoléances à la famille d'un de ses camarades de guerre, tué au combat. Il rencontre donc sa soeur (Lauren Bacall) et son père (Lionel Barrymore). Ce dernier a un hotel qui se révèle être occupé par des gangsters menés par Edward G. Robinson. Le scénario posé le huis-clos va se révéler total et l'affrontement titanesque entre un Bogart rusé comme un renard et un Edward G. Robinson au mieux de sa forme.

key-largo-_194471_45344.jpg

Comme dans "Johnny Roi des gangsters", l'organisation criminelle n'est pas là non plus florissante.  Robinson (Johnny Rocco) et sa bande doivent se faire passer pour des touristes, et fuient la police. Les références de Robinson aux temps passés sont constantes. Ainsi, il explique qu'il avait l'habitude de faire valser les politiciens selon ses désirs. Mais ces temps sont révolus. Il n'est qu'un paria en fuite. C'est d'ailleurs à Key Largo, qui est un peu le bout de l'Amérique et la route vers une futur sortie, qu'il se décide à aller. D'ailleurs tout le long du film l'idée de partir sur un yacht revient sans cesse. De son côté Bogart, représente le bien, l'honnête soldat qui a défendu le monde contre le nazisme pendant que les Rocco restaient au pays faire des affaires louches et profiter du système. La famille prise en otage, l'affrontement ne va pas être tant physique que psychologique. Et le soldat va trouver en face de Rocco un adversaire aussi coriace que les soldats qu'il a combattu.

2447460,eiS_7eTsXf8VhB6Rvek3vNZAI9mnvvYeqPVzTfsRxpkA4+dduLjXVruWRd7EkIuGViTMsXj+BpJkjE2irqViww==.jpg

Ci-dessus Humphrey Bogart et Edward G. Robinson :

Alors bien entendu, certains pourront trouver ce film, trop simpliste ou trop binaire. Mais il y a réellement quelque chose de magique dans ce film. Il y a l'affrontement de 2 monstres sacrés Bogart et Robinson qui ont fait tant et tant de films de gangsters et qui reprennent une nouvelle fois le costume, avec en plus Laurent Bacall et Lionel Barrymore. Et si il fallait encore en ajouter il faut savoir que Claire Trevor qui joue la compagne de Robinson dans le film recevra un oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation.

Key Largo 1.jpg

Ci-dessus Bacall et Bogart sur le tournage de Key Largo :

Enfin je ne peux finir cette note sans dire quelques mots sur la musique de Max Steiner qui est tout simplement magistrale. J'ai bien peur de me répéter. Mais se rendra t'on compte un jour de l'apport de Max Steiner au cinéma hollywoodien ? Il faut juste savoir que cet homme a composé la musique symphonique de quelques 300 films !! Les hommes passent mais la beauté laissée par eux restera pour l'éternité. Ainsi, "Key Largo" restera à jamais comme un de ces phares lumineux qui indiquent le chemin dans la plus dure des tempêtes et dans la plus noire des nuits. Je vous recommande donc très fortement de voir ce film. J'ai du le voir 5 fois ! La qualité d'image sur les différentes éditions est tout à fait correcte, même si on préférerait le voir en Bluray encore restauré évidemment.


Extrait de la musique de Key Largo :


 

Note : 9 / 10

08/10/2012

La femme aux chimères / Young man with a horn - 1950

"La femme aux chimères" est un film de 1950, connu également sous le nom de "Jeune fou à la trompette". Le rôle du trompettiste est joué par Kirk Douglas. Lauren Bacall et Doris Day se partagent les autres rôles principaux. L'histoire du film nous présente, l'apprentissage, l'ascension, la chute, et la résurrection d'un fou de trompette. Le film est lointainement  inspiré de la vie du trompettiste Bix Beiderbecke. Le début du film montre l'abandon du jeune garçon à lui même, et l'aide que lui apporte son instrument et la joie que cela lui donne. Les passages d'apprentissage par son maître Art Hazzard sont assez sympathiques, car Hollywood met les noirs en avant et de façon positives. Il faut se souvenir que montrer un jeune blanc recevant une éducation musicale de la part de personnes noires n'était pas forcément évident pour le Hollywood de cette époque. La ségrégation était encore présente dans de nombreux états en Amérique. Mais là, rien de tout ça. C'est simplement beau et magnifique. Le spectateur est invité à ne se poser aucune question. Le musicien noir, Art Hazzard est montré comme le détenteur d'une science parfaite de la musique. Il est donc parfaitement naturel qu'il enseigne la musique à son jeune élève. Il sera d'ailleurs la conscience du jeune homme tout le long du film et un homme tellement plein de paix et de sérénité qu'il ne peut que mettre le spectateur de son côté. Je pense qu'i faut vraiment tirer un coup de chapeau à Juano Hernandez pour son interprétation d'Art Hazzard.

femme-aux-chimeres-aff-01-g.jpg

Pour permettre une plus grande crédibilité du personnage de Kirk Douglas, il lui a été adjoint Hoagy Carmichael, musicien et compositeur, qui fait le rôle de son compère et ami dans le film. Finalement, les ennuis vont commencer quand la trompette ne va plus être la réponse aux problèmes de notre héros, mais la cause. En effet, sa femme va vouloir faire chambre à part et va jalouser sa passion pour son instrument. Et ensuite, son mentor et maître Art Hazzard va disparaître prématurément et il va se rendre responsable de sa mort. La chute va être rapide, et l'amour pour la trompette va se transformer en haine.

femme-aux-chimeres-06-g.jpg


Il est d'ailleurs intéressant de noter que Lauren Baccal et Doris Day sont diamétralement opposées dans le film. Baccal représente la femme sensuelle, fatale et vénéneuse, et Doris Day la femme honnête et généreuse. La torture morale d'une femme qui ne le comprend pas, deviendra physique mais trouvera un dénouement heureux à la fin du métrage, avec une espèce de terreur musicale avant. On ne s'ennuie pas une seconde. Et la musique est de qualité, du moment qu'on aime le jazz. Et l'interprétation et la mise en scène sont de tout premier plan. Ce film est donc assez intéressant, et on pourrait l'inscrire dans la liste des films portant sur les artistes maudits ou incompris. Un très beau film.


Ci-dessous, Michael Douglas et Michael Curtiz sur le tournage :

optimized-kirk-douglas-michael-curtiz_opt.jpg



Juano Hernandez et le jeune musicien :

trubach.jpg

Ci-dessous Lauren Bacall et Kirk Douglas :

femme-aux-chim-ores-01-g.jpg

 

 La bande annonce :

 

Extrait de la musique du film :

 

Note : 8,5 / 10