Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2016

3000 dollars mort ou vif / Four Faces West - 1948

"3000 dollars mort ou vif" est un western assez atypique et différent de la production courante des années 40. En effet, si il nous propose une chasse à l'homme, il ne nous propose aucun indien et surtout aucun coup de feu. De plus, il n'y a pas de méchant, car aucun spectateur ne pourrait croire que Joel McCrea est un desperado. Il y a donc cette histoire de poursuite d'un voleur de banque au grand coeur. Mais si le film intéresse par ses péripéties, sa réalisation quasiment toujours en extérieur, sa belle musique et son honorable photographie, on reste un peu sur sa faim au niveau du scénario. De plus, si Frances Dee est parfois émouvante, elle paraît un peu froide avec Joel McCrea, son mari à la ville. Il est vrai que le personnage trouble de Joseph Calleia, est assez intéressant, mais certains seconds rôles sont plutôt proche de la figuration sans aucune épaisseur. Alors, l'impression reste que ce débordement de très bons sentiments ne fait pas un grand film. Enfin le scénario qui n'explicite jamais, les motivations profondes du héros pêche par un manque d'éclaircissement. On ne connaît jamais les motivations des uns ou des autres, ce qui n'apporte rien à l'intérêt que le spectateur peut avoir pour l'oeuvre. "3000 dollars mort ou vif" est donc un honnête divertissement, bien réalisé, et bien joué par les acteurs principaux, mais dont le scénario aurait sans aucun doute mérité, un meilleur travail d'écriture, au moins sur la description de la psychologie des personnages.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,frances dee,charles bickford,joseph calleia,william conrad,martin garralaga,john parrish,paul sawtell,Russell Harlan,alfred e green

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,frances dee,charles bickford,joseph calleia,william conrad,martin garralaga,john parrish,paul sawtell,Russell Harlan,alfred e green

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,frances dee,charles bickford,joseph calleia,william conrad,martin garralaga,john parrish,paul sawtell,Russell Harlan,alfred e green

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,frances dee,charles bickford,joseph calleia,william conrad,martin garralaga,john parrish,paul sawtell,Russell Harlan,alfred e green

Ci-dessus : Frances Dee & Joel McCrea

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joel mccrea,frances dee,charles bickford,joseph calleia,william conrad,martin garralaga,john parrish,paul sawtell,Russell Harlan,alfred e green

Ci-dessus : Frances Dee

Disponible chez Sidonis en DVD Zone 2 VO sous-titrée français

 

Note : 6 / 10

26/09/2014

Gilda - 1946

"Gilda" film épique de Charles Vidor, a plusieurs points communs avec le "Casablanca" (1942) de Michael Curtiz. Tout d'abord, il est resté dans l'esprit de tous les cinéphiles juqu'à aujourd'hui. Il est porté par une vedette féminine magnifique, ici Rita Hayworth, et il a été tourné lui aussi au jour le jour, sans une construction préalablement définie. "Gilda" marque le retour de Rita Hayworth au cinéma, qui avait passé 2 ans à s'occuper de sa fille Rebeca, et qui voulait sortir d'un mariage désastreux avec un Orson Welles, à l'intellectualité exacerbée, qui ne convenait absolument pas, à la nature exubérante et libre de Rita Hayworth. Mais à la différence de "Casablanca", ici Rita Hayworth est bien le personnage central et principal de l'oeuvre des scénaristes Marion Parsonnet et Ben Hecht, qui s'étaient eux mêmes inspirés d'une histoire de E.A. Ellington. La photographie de Rudolph Maté, les décors, les costumes participent au succès du film, et en font un des meilleurs films noirs.  Le réalisateur Charles Vidor était un des réalisateurs de Rita Hayworth, pour lequel elle avait déjà tourné "lady in question" (1940) et "la reine de Broadway" (1944).

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Mais il faut bien noter aussi, les raccourcis ou incohérences scénaristiques, qui n'en facilitent pas toujours la vision. Néanmoins, "Gilda" ressort de la masse de films de cette époque, par l'évocation peut être pour la première fois d'une sexualité féminine, ou tout au moins d'un désir féminin à satisfaire. C'est proprement révolutionnaire pour le cinéma américain de 1946, qui jusque là s'était contenté la plupart du temps, de montrer la femme très souvent comme la friandise du héros, ou sa perte. Enfin, il faut ajouter que la tension sexuelle entre Glenn Ford et Rita Hayworth est aussi à son maximum. Mais elle ne serait peut être pas aussi forte, sans la présence énigmatique de George Macready. Le film a quelques scènes mémorables, comme la chanson en forme de début de strip-tease, "put the blame on Mame" reprise un peu plus tôt à la guitare solo. Bien sûr, "Gilda" n'est pas exempt de défauts, mais sa qualité formelle et son rapport quasiment sadomasochiste, entre Glenn Ford, et Rita Hayworth, en fait un film assez exceptionnel qui a marqué des générations de cinéphiles, jusqu'à aujourd'hui. On pourra enfin noter, que le succès du film, devait décider Hollywood, à réunir de nouveau le duo. Glenn Ford et Rita Hayworth tourneront 5 films en tout, "Lady in question" (1940), "Gilda" (1946), "les amours de Carmen" (1948),  "l'affaire de Trinidad" (1952). et "Piège au grisbi" (1965) 

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : Glenn Ford & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : George Macready & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : A gauche de Rita Hayworth, Joseph Calleia

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Disponible en DVD et Bluray freezone en VF et VO sous-titrée

 

Extrait de la scène la plus célèbre :

Note : 8 / 10

20/07/2013

Deadline at Dawn - 1946

"Deadline at dawn" n'a jamais été sorti en France. Et c'est un tort, car c'est un très bon film policier. Il est inspiré du roman de William Irish, et a été produit par la RKO. Il faut noter que le film est le premier et seul film du réalisateur, Harold Clurman qui était un metteur en scène de théâtre. Il bénéficie d'un très bon casting avec Susan Hayward, Paul Lukas, et Bill Williams, mais aussi Lola Lane. Paul Lukas on se rappelle de lui pour son interprétation dans "Watch on the Rhine" (1943) avec Bette Davis, ou dans "Saboteur sans gloire" (1944) avec Errol Flynn ou dans "Angoisse" (1944) avec Hedy Lamar, mais aussi pour son rôle du professeur dans "20 000 lieues sous les mers" (1954). Ici c'est assez étrange car on retrouve Paul Lukas en chauffeur de taxi à la vie un peu ratée et sans sa traditionnelle moustache.

deadline_at_dawn.jpg

Le film commence assez étrangement avec un homme qui frappe à une porte, on voit alors le visage d'une femme endormie avec une mouche qui se pose sur ce visage. J'ai du m'y reprendre à deux fois pour être bien sûr qu'il n'y avait pas un insecte sur mon écran de vidéoprojection ! J'ai compris que le réalisateur voulait mettre en avant le caractère assez vulgaire de la jeune femme. L'homme vient voir cette ancienne petite amie, pour récupérer son argent, mais elle n'a plus cet argent qui lui a été volée par un marin. On ne comprend pas bien, car au départ on pense à un flashback vu que la caméra s'arrête sur l'homme et l'image se troube. Mais on remonte juste dans le temps et on revient à l'histoire de ce marin qui est supposé avoir l'argent. A partir de là, l'histoire commence réellement. Et c'est assez enthousiasmant il faut bien le dire. Susan Hayward est très agréable à regarder, mais en dehors de ça, le scénario est parfaitement monté avec de nombreux retournements, mais également une belle photographie et une réalisation intéressante. "Deadline at dawn" est donc un petit film noir, tout à fait recommandable où le duo Hayward / Williamd du début du film rencontre une multitude de personnages et finalement crée une petite communauté (représentation miniature de la population de New-York) où l'intérêt de chacun est de découvrir la vérité avant l'aube.

353729W01vlcsnap2011060216h48m36s89.jpg

Ci-dessus : Susan Hayward

Extrait :

 Disponible en Zone 1 dans la collection "Films noirs" éditée par la Warner (coffret vol 5)

 

Note : 7 / 10