Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2015

Les fous du roi / All The King's men - 1949

"Les fous du roi" dans sa version de 1949, est très intéressant. Le film nous raconte l'ascension et la chute d'un populiste à la tête de l'état de Louisiane. Le film est librement inspiré de la vie du politicien Huey Pierce Long et reprend le roman de Robert Penn Warren. Le réalisateur Robert Rossen, avait proposé le rôle à John Wayne, qui le refusa, après avoir lu le scénario, le trouvant trop anti-patriotique. Le rôle revint donc à Broderick Crawford qui devait gagner avec ce film, l'Oscar du meilleur acteur, contre ce même John Wayne, qui lui était nominé pour "Iwo Jima". Le montage a été un vrai problème, le premier montage d'Al Clark n'était pas cohérent, et Robert Rossen fit donc appel à Robert Parrish après une version de 4H10, Parrish parvint à limiter le film à une durée raisonnable de 109 minutes. Aujourd'hui, on a bien du mal à croire que "les fous du roi" a gagné l'Oscar du meilleur film à la 22ème cérémonie des Oscars. En effet, si la prestation de Broderick Crawford est extraordinaire. Il n'en est pas de même pour les seconds rôles, comme John Ireland. En effet, John Ireland devait reprendre le rôle d'un journaliste tourmenté, et cela ne convient pas à la personnalité brute et directe d'un acteur comme Ireland, que l'on a vu plus à son aise dans des westerns comme dans "règlements de compte à ok Corral" (1957) ou dans des films d'actions comme les "55 jours de Pékin" (1963). Joan Dru et John Derek sont quasiment transparents, et seule Mercedes McCambridge s'en sort avec les honneurs. Elle s'en sortira tellement bien qu'elle recevra, l'Oscar de la meilleure actrice de second rôle. Le film est donc porté essentiellement par de Broderick Crawford et Mercedes McCambridge. Malheureusement, le spectateur ne rentre jamais, dans les méandres de cette ascension politique. Une fois n'est pas coutume, le remake de 2006 de Steven Zaillian, avec Sean Penn et Jude Law m'a semblé bien meilleur à tous points de vue.

 

cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,broderick crawford,john ireland,joanne dru,john derek,mercedes mccambridge,robert rossen

cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,broderick crawford,john ireland,joanne dru,john derek,mercedes mccambridge,robert rossen

cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,broderick crawford,john ireland,joanne dru,john derek,mercedes mccambridge,robert rossen

Ci-dessus : Broderick Crawford

cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,broderick crawford,john ireland,joanne dru,john derek,mercedes mccambridge,robert rossen

Ci-dessus : John Ireland

cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,broderick crawford,john ireland,joanne dru,john derek,mercedes mccambridge,robert rossen

Ci-dessus : Broderick Crawfod & John Ireland au second plan.

cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,broderick crawford,john ireland,joanne dru,john derek,mercedes mccambridge,robert rossen

Ci-dessus : Broderick Crawfod & Mercedes McCambridge et Robert Rossen à la cérémonie des Oscars

Disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée

Note : 6 /10

23/02/2014

Les 55 Jours de Pékin / 55 Days at Peking - 1963

Récemment sorti en Bluray Collector par Filmédia, Hollywood classique est fier de vous présenter "les 55 jours de Pékin", super production de Samuel Bronston et dernier film de Nicholas Ray. Je ne vais pas refaire le making-off que vous pouvez retrouver sur le Bluray ou dans un court résumé, dans la vidéo de présentation ci-dessous. Néanmoins je veux quand même insister sur la beauté de cette édition qui restitue le génie de Ray dans ses moindres couleurs. En effet, la définition et les couleurs sont formidables. Le film semble littéralement avoir été tourné hier. Et c'est un plaisir de redécouvrir cette oeuvre dans de telles conditions de restauration. Je ne sais pas où Filmédia déniche ses masters, mais ils sont d'une étonnante jeunesse. Ainsi après la sortie de leur incroyable master de "A l'abordage !" avec Errol Flynn, "les 55 jours de Pékin" est encore un coup de maître pour cette firme. On peut d'ailleurs se rendre compte de l'énorme travail de restauration, avec sur les bonus un comparatif en images, entre l'ancienne version et la version restaurée qui nous est présentée.

49528.jpg

Pour revenir au film lui même, il regroupe quelques unes des plus grandes stars internationales de l'époque. On peut citer : Charlton Heston, Ava Gardner, David Niven, PaulLukas, Flora Robson, John Ireland, et Harry Andrews. La relation entre le réalisateur et Ava Gardner fut désastreuse, celle-ci se comportant très mal et arrivant souvent en retard et ivre. On pense qu'elle réussit à obtenir le départ de Nicholas Ray. En effet, on ne sait si Ray a fait une crise cardiaque. En tous les cas, une ambulance est venue le chercher et à mi-film il était remplacé par Andrew Marton and Guy Green. Le tournage eut lieu en grande partie en Espagne, où Samuel Bronston fit recréer la Chine de 1900. Et cela donne à l'image des décors assez incroyables et le sentiment que le film a été tourné en Chine même. Dans cette super-production qui aurait pu être étouffante, les scénaristes et Ray sont arrivés à mettre des pauses, et la relation entre la jeune enfant chinoise, jouée par  Lynne Sue Moon et Charlton Heston est particulièrement touchante et enlève l'adhésion. A cela il faut ajouter les presque 2 heures de musique d'un Dimitri Tiomkin très inspiré et qui nous donne une musique un peu baroque, étrange, mais toujours magnifique. Il ne vous reste donc qu'à vous ruer sur cette fabuleuse édition Bluray,  à voir et à revoir de toute urgence.

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Charlton Heston et David Niven

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : John Ireland

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus Charlton Heston

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Ava Gardner

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : La tension palpable entre Nicholas Ray et Ava Gardner

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Nicholas Ray sur le plateau des 55 jours de Pékin

cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, charlton heston, ava gardner, david niven, paul lukas, flora robson, John Ireland, Leo Genn, Elizabeth Sellars, Robert Helpmann, Harry Andrews, dimitri, nicholas ray, tiomkin

Ci-dessus : Ava Gardner et le directeur de la photographie ? (Jack Hildyard)

 

Présentation :

 

Bande-annonce :

 

Extraits de la musique :

Disponible en Bluray collector chez Filmédia VF et VO sous-titrée

 

Note : 9 / 10

07/08/2013

Traquenard / Party Girl - 1958

Ce soir, retour au cinéma des années 50 avec un de mes films préférés, "Traquenard" avec Robert Taylor, formidable acteur devant l'Eternel que le marché du DVD français a totalement oublié malheureusement. Le film est édité dans la collection "légendes d'Hollywood" de la Warner et franchement c'est un plaisir de le redécouvrir. Robert Taylor partage la vedette avec la merveilleuse Cyd Charisse. Cette dernière nous gratifie de plusieurs numéros de danse, assez sulfureux pour l'époque. Et je crois que le film nous donne en terme d'érotisme le maximum de ce que le cinéma américain autorisait à cette époque. C'est à l'évidence pas grand chose, en terme d'érotisme, pour nous spectateurs d'aujourd'hui, mais c'est néamoins très suggestif et intellectuel.

traquenard,1.jpg

Le film est librement inspiré de la vie de Dixie Davis (1905-1970), avocat du gangster Dutch Schultz, qui devint un informateur et épousa une danseuse de cabaret. Vous l'aurez compris, Taylor joue l'avocat et Cyd Charisse la danseuse. Le chef des gangsters est joué par Lee J Cobb, très bon dans son rôle. Le film navigue avec plus ou moins de succès entre la comédie musicale et les numéros de charme de Cyd Charisse, et le film noir digne d'un bon Bogart. Le mélange aurait pu être désastreux, mais ce n'est absolument pas le cas. Ainsi, Cyd Charisse ajoute une tension sexuelle, qui exacerbe encore plus la tension nerveuse et la violence des protagonistes. Dans les seconds rôles on notera la présence de John Ireland qui fait là encore un rôle de méchant. Enfin on se rappelera que "Traquenard" est un des derniers films que l'on peut qualifier d'auteur de Nicolas Ray avant son passage dans les super-productions.

1111.JPG

Ci-dessus : Robert Taylor

Je vous conseille donc très fortement de voir "Traquenard", film terriblement noir, mais illuminé par les derniers feux de la comédie musicale et par le glamour inimitable de la MGM des années 50. Fascinant.

110.JPG

Ci-dessus : Cyd Charisse

Disponible en DVD zone 2 chez Warner France, Amazon ou magasins spécialisés

 

Image : belle qualité d'image DVD même en projection

 

Bande-annonce :

Note : 8 / 10

08/05/2013

La Poursuite infernale / My Darling Clementine - 1946

Un petit tour par le western cette fois-ci, et donc j'évoquerai avec vous "la poursuite infernale" de John Ford ou dans son titre américain "my darling Clementine" tiré de la chanson éponyme qui ouvre le film. Comme vous le savez, Ford est le grand spécialiste du western américain. Le film a été produit par la Fox de Darryl F Zanuck en 1946. Il retrace un moment de l'histoire des frères Earp et en particulier de Wyatt Earp (joué par Henry Fonda) et se termine par le classique affrontement d'Ok Corral tourné de nombreuses fois au cinéma. On notera que Ford a beaucoup changé de la vie de la famille Earp, afin de faire une histoire à son goût et de développer le scénario pour le rendre plus intéressant. Ainsi, les Earp n'ont jamais été des cowboys transporteurs de bétails. Le personnage de Clementine Carter (joué par Cathy Downs) n'est pas un personnage historique. Doc Holliday (joué par Victor Mature) n'était pas un chirurgien mais un dentiste dans la réalité. Le film est donc inspiré de deux livres de Stuart Lac publiés en 1931 et 1946. Ford devait acheter les droits sur le second. La légende des frères Earp n'était pas réellement connue du grand public américain avant la publication de ces deux ouvrages que l'on considère aujourd'hui comme très romancés, et donc historiquement faible. Mais ces changements dans la grande histoire ne sont pas pour déplaire au spectateur car ils rendent encore une fois, le film plus lisible et plus dramatique.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

La distribution est étincelante, ainsi on retrouve comme déjà dit, Henry Fonda, Victor Mature, mais aussi, Tim Holt, John Ireland, ou encore War Bond, et surtout la magnifique Linda Darnell (inoubliable dans "Ambre"). On se rappelera que War Bond est un des acteurs de seconds rôles qui devait peut être tourner le plus à Hollywood. Enfin, il est amusant de noter que John Ireland apparaîtra également, dans la version de 1957, tournée par John Sturges.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Linda Darnell

Pour le reste, Ford est égal à lui même et se sert des magnifiques paysages de Monument Valley et Kayenta pour rendre son film plus fort. Ainsi la poursuite de la diligence évoque autant "la chevauchée fantastique" (1939) que la scène de l'arrivée du colonel également par une digilence dans "le massacre de fort Apache" (1948). Mais la comparaison ne s'arrête pas et c'est aussi à "la prisonnière du désert" auquel on pense devant ces immensités qui occupent parfois les deux tiers de l'écran voir plus. Ainsi, l'arrivée des Earp à Ok Corral est montrée avec un ciel immense, une ville démeusurée, et des personnage minuscules, comme si la ville écrasait les personnages et comme si le ciel (le destin ?), et l'Ouest sauvage écrasaient également les personnages mais aussi la ville, elle même. La poésie de Ford atteint là son maximum, comme peut être jamais dans un autre de ses westerns. Enfin, la scène finale nous montre  Cathy Downs debout et de dos, disant au revoir à Wyatt Earp dans un style que les peintres romantiques allemands n'auraient pas renié. Ainsi, Ford utilise tout son immense talent pour réaliser ce western moderne, qui paraît hors du temps dans ses décors naturels. Car là c'est bien la nature l'autre star du film.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Henry Fonda, Linda Darnell, et Victor Mature

Le film étonne aussi par le modernisme de son propos. Ainsi, on voit une Linda Darnell trompant son homme avec un autre, tout en continuant à aimer le premier. Le seul reproche que l'on pourrait faire à Ford serait d'avoir changé la grande histoire de l'Ouest. Mais ce serait lui faire un faux procès et vouloir en faire un aux trois mousquetaires de Dumas. Je reprendrai donc cette citation de Dumas tirée du même ouvrage et qui correspond totalement à ce film : "On peut violer l'Histoire, pourvu qu'on lui fasse de beaux enfants." Et force de constater, qu'ici c'est bien le cas, Ford réussissant à distraire le spectateur tout autant qu'à mener de front une dramatique chronique de l'Ouest, étrangement moderne pour l'époque.

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,john ford,henry fonda,john ireland,war bond,victor mature,tim holt,linda darnell

Ci-dessus : Cathy Downs et Henry Fonda.


La bande annonce :


Note : 9 / 10

22/03/2013

La rivière Rouge / Red River - 1948

Aujourd'hui, je suis heureux et fier de vous présenter la nouvelle version DVD et Bluray de "la rivière Rouge" (le chef d'oeuvre de Hawks). En effet, l'éditeur Wild Side a sorti une nouvelle version totalement restaurée. Le packaging est formidable et comprend un DVD et un Bluray qui inclus la version longue (cinéma) du premier montage de Hawks et la version plus courte issue du second montage également du réalisateur, initiée après la sortie du film en 1948. En effet, Hawks n'était pas totalement satisfait de la version cinéma, qu'il jugeait trop longue et ralentissant l'action. Cet exemple nous montre la liberté dont pouvait disposer les réalisateurs à cette époque pous la mise en valeur de leurs oeuvres. Quand on se rappelle aujourd'hui, le massacre que les studios imposèrent au chef d'oeuvre de Ridley Scott "le royaume des Cieux" dans sa version cinéma, on ne peut que rester songeur. Quoiqu'il en soit, et pour revenir à "la rivière Rouge", la version que nous propose Wild Side est admirable. J'avais vu ce film dans une mauvaise version, à la télévision lorsque j'étais adolescent et force de constater qu'avec cette édition Wild Side, nous avons un master totalement restauré et de la plus belle des manières. Il est vrai que Wild Side a pu bénéficier d'un superbe master. Mais il a aussi retravaillé l'image et cela se voit. Les griffures, déchirures, et autres salissures ont quasiment toutes disparues. Et si parfois le grain reste trop marqué, cela n'empêche pas le spectateur de se plonger dans l'action et d'être certain d'avoir la plus belle version de cette oeuvre magnifique entre les mains.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,howard hawks

Le film est le premier western de Hawks, mais il nous livre un superbe spectacle aux accents fordiens. Ainsi, les grands espaces deviennent rapidement des lieux inquiétants, peuplés d'indiens hostiles, et de dangers mortels. Le film nous raconte l'histoire d'une région (le Texas) ruinée à la sortie de la guerre de sécession, et de la volonté d'un homme (John Wayne) pour vendre son troupeau de bétails au Missouri, là où le bétail est encore demandé. Derrière ce scénario classique, Hawks magnifie le sacrifice des premiers éleveurs, mais aussi les relations humaines et l'action et fait de "la rivière Rouge" un western tout simplement mythique.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,john ireland,hank worden,coleen gray,howard hawks

 Ci-dessus : John Wayne et Coleen Gray

En plus de John Wayne et Montgomery Clift on retrouve John Ireland. On se souvient de John Ireland pour son interprétation dans "Spartacus" ou encore dans un autre western mythique "Réglements de comptes à Ok Corral". Pour les stars féminines on a droit à quelques minutes en début de film avec Coleen Gray et à la fin de la deuxième partie apparaît Joanne Dru dans une romance plus longue.

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

Ainsi, la nature immense et sans fin va s'imposer tout le long du film et développer les oppositions et rendre presque fous des hommes au départ sains. Ce qui marque d'ailleurs lorsqu'on voit "la rivière Rouge" c'est donc bien l'absence de femmes tout le long du film. "La rivière Rouge" est donc un extraordinaire film d'hommes où la femme ne reprendra sa place qu'à l'ultime fin du film. La femme le plus souvent absent de la narration devient subitement la clé, de l'oeuvre qui va clôturer un des plus beaux westerns de l'histoire du cinéma. Bien évidemment on ne peut parler de "la rivière Rouge" sans dire quelques mots sur la musique de Dimitri Tiomkin qui magnifie les grands espaces et qui transforme le film de Hawks en une incroyable odyssée humaine. Pour finir, je laisserai la parole à John Ford qui fit cette déclaration après avoir vu John Wayne dans "la rivière Rouge" : "Je ne savais pas que ce grand fils de pute était capable de jouer comme ça !" One ne saurait mieux dire pour vous convaincre de voir et revoir "la rivière Rouge".

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

 Ci-dessus : John Wayne et Montgomery Clift

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

Ci-dessus : Montgomery Clift et Joanne Dru

cinéma,cinema,films,film,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,john wayne,montgomery clift,dimitri tiomkin,joanne dru,harry carey jr,howard hawks

Ci-dessus : Joanne Dru et Hank Worden

 

La bande-annonce :

 

Extrait de la musique de Dimitri Tiomkin :

 

Note : 9 / 10