Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2014

The Master - 2012

Que doit on penser de "The Master" ? Est-ce un chef d'oeuvre ou un film prétentieux et raté ? Peut être un peu de tout ça. Tout d'abord, il faut parler du casting remarquable, porté par un Joaquim Phoenix, particulièrement inspiré et par Philip Seymour Hoffman au top de sa forme. Le film attire autant qu'il révulse. Il attire par une formidable photographie de Mihai Malaimare Jr et la réalisation particulièrement soignée de Paul Thomas Anderson. Alors tout d'abord, c'est long très long, 2H17 pour un mélodrame masculin. Et surtout le scénario navigue totalement à vu, sans aucune véritable structure. Alors c'est vrai que cette plongée dans la naissance d'une secte (la scientologie), est intéressante. Mais qu'en est-il du plaisir du spectateur ? Après s'être extasié devant le jeu des acteurs et la réalisation, la photographie, on a fait le tour du film, qui tourne en rond et nous propose des scènes qui souvent manque à faire sens ou tournent en longueur. Mais c'est vrai que Philip Seymour Hoffman est parfait dans le rôle de ce gourou, fondateur de la scientologie, L Ron Hubbard. A cela, il faut ajouter une belle bande sonore, très jazzy, avec le fabuleux "no other love" interprété par la fabuleuse Jo Stafford. Malheureusement, il y a assez peu de seconds rôles intéressants, et l'intérêt du film finit par se limiter à la relation entre le gourou et son élève. On notera d'ailleurs le rôle de potiche de la pauvre Amy Adams.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Jesse Plemons, Laura Dern, Thomas paul anderson

Mais malheureusement, encore une fois, des acteurs au top, une réalisation et une photographie superbes, n'ont jamais fait un bon film. Le scénario est définitivement trop ennuyeux pour intéressé sur toute la durée du film, pire on se dit que jamais on ne s'infligera un tel film une deuxième fois. C'est bien le problème de "The Master" à la qualité formelle parfaite, mais au fond totalement bancal, et qui peine réellement à convaincre d'une quelconque progression des personnages. Il arrive par contre à nous convaincre que recréer les années 50 à l'écran, nous procurent des émotions cinématographiques, dont notre imaginaire aime à se souvenir. Peut être est cela, le plus bel hommage que l'on peut faire à "The Master" et à son message philosophique.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joaquin phoenix,philip seymour hoffman,amy adams,jesse plemons,laura dern,thomas paul anderson

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joaquin phoenix,philip seymour hoffman,amy adams,jesse plemons,laura dern,thomas paul anderson

Ci-dessus : Joaquim Phoenix

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joaquin phoenix,philip seymour hoffman,amy adams,jesse plemons,laura dern,thomas paul anderson

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,joaquin phoenix,philip seymour hoffman,amy adams,jesse plemons,laura dern,thomas paul anderson

Ci-dessus : Philip Seymour Hoffman

Disponible en Bluray & DVD zone B et zone 2, en VF et VO sous-titrée.

Note : 4 / 10

06/03/2013

Gladiator - 2000

"Gladiator" est un film qui m'a profondément marqué, autant par sa réalisation que par l'impact qu'il a pu avoir sur l'histoire du cinéma et sur ma vision du monde. Je m'explique. Aujourd'hui le cinéma ne produit quasiment plus de comédies musicales, de Westerns, de mélodrames. Des genres ont donc presque totalement disparus au profit d'autres. Sans "Gladiator" il aurait fallu y ajouter les films d'aventures et les péplums. Or "Gladiator" a été le film évènement de l'année 2000 déjà pour cette seule raison. Il ouvrait donc une porte à un autre cinéma et grâce à "Gladiator", le péplum est revenu à la mode pendant quelques années. "Troie", "Alexandre" ont pu être tournés, des films d'aventures sont revenus sur le devant de la scène, comme "Kingdom of Heaven" ou "Robin des Bois" et combien d'autres ensuite ! Pourtant je me souviens d'avoir été choqué au cinéma devant la violence ultra-réaliste du film. J'ai mis quelques jours à digérer le film et j'ai compris que le ton du film n'était pas celui de "Ben-Hur" ou des "10 Commandements", mais bien un ton romain et finalement réaliste. Or la société romaine était fondée en grande partie sur la violence et les outrances : violence des légions, violence des jeux du cirque, violence des jeux politiques de cette époque etc Le message biblique est donc d'autant plus incroyable et irréaliste dans cette société de violence. Mais dans "Gladiator" il n'en pas question.

gladiator,7.jpg

Je ne vous infligerai pas une note trop longue en refaisant le making-of déjà présent sur toute les éditions Bluray ou DVD. Mais je vous dirai que le film se déroule à la fin du règne de Marc-Aurèle et évoque le règne de son fils, l'empereur Commode. Chaque scène est quasi-anthologique, le découpage du film est parfait dans sa version cinéma d'origine. Et les dialogues sont à graver dans le marbre : "Ce que nous faisons dans notre vie raisonne dans l'éternité". Et si on ajoute à ça, la fabuleuse musique de Hans Zimmer aux accents wagnériens si tragiques, ou les vocalises de Liza Gerrard, on ne peut qu'être totalement satisfait devant l'ampleur du spectacle. "Gladiator" n'est donc pas un film romantique ou plein de la spiritualité chrétienne de ses illustres prédécesseurs, mais il possède des qualités qui ont fait de son héros Maximus, le messager d'un nouveau cinéma antique. D'ailleurs on peut rétrospectivement se demander si la porte que pousse Maximus à la fin du film, qui évoque sa nouvelle vie dans l'au-delà, n'est pas aussi une vision de Scott qui avec son film a lui aussi ouvert une porte pour d'autres films. Cette étrange synchronicité que Yung n'aurait pas renié nous laisse à penser que les Dieux de Rome se sont bien penchés sur le film pour lui donner un beau destin. Et à titre personnel ce film m'a beaucoup inspiré et m'a donné du courage quand je n'en avais plus.

maximus-dans-larc3a8ne.jpg

 

La bande-annonce :

 

Extrait de la musique :

 

Note : 8,5 / 10