Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2016

Des pas dans le brouillard / Footsteps in the Fog - 1955

"Des pas dans le brouillard" est un film policier de la Columbia, avec pour acteur principal Stewart Granger et sa femme à la ville Jean Simmons. Je n'ai évidemment pas besoin de vous présenter, Stewart Granger, acteur d'origine britannique, et éternel héros de Scaramouche (1952), du "prisonnier de Zenda" (1952) ou "du contrebandier de Moonfleet" (1955). Il tourna plusieurs films en compagnie de sa femme Jean Simmons : "César et Cléopâtre" (1945), "La Reine vierge" (1955),  et donc "Des pas dans le brouillard". Stewart Granger et sa femme restèrent mariés 10 ans avant que la carrière de Granger décline et que sa femme et lui décident de divorcer, et que cette dernière se marie avec Richard Brooks, qui avait dirigé Granger dans "la dernière chasse" (1956). "Des pas dans le brouillard" est réalisé par Arthur Lubin, réalisateur assez inégal, des films de "Bud Abbott et Lou Costello", mais aussi de comédies animalières avec Francis l'âne qui parle ... Pourtant, il n'y a rien de comique dans "Des pas dans le brouillard", ici nous sommes devant un film noir dramatique, tourné en Technicolor, et à la réalisation sérieuse. Arthur Lubin, nous donne donc ici, sans aucun doute, un de ses meilleurs films avec "Impact" (1949) ou "le fantôme de l'opéra" (1943). Dans "Des pas dans le brouillard", Jean Simmons et Stewart Granger sont excellents et les différents seconds rôles sont également plutôt bons. Ainsi, on notera la présence dans ces seconds rôles, de Belinda Lee, qui décédera prématurément le 25 mars 1961, dans un terrible accident de voiture.

JESUS-620_1587358a.jpg

Le thème principal de la musique de Benjamin Frankel est particulièrement marquant, car il met au premier plan, la respectabilité apparente, face à l'inhumanité du quotidien de la société victorienne et de ses hautes classes sociales, incapable d'une quelconque remise en question de leur statut ou de faire un pas vers l'autre, qui ne soit pas calculé. Drame, film noir, réflexion sur la haute société anglaise de l'ère victorienne, "Des pas dans le brouillard" est un excellent film, qui ne vous décevra pas, et qui contient pour le spectateur, de multiples sujets de réflexions la séance finie et qui appelle sans aucun doute à être revu. A ce titre, on peut remercier Sidonis pour cette très belle édition DVD, agrémentée de bonus (3 présentations de l'oeuvre par Patrick Brion, Bertrand Tavernier, et François Guériff), qui fait honneur au grand cinéma hollywoodien. On peut dire sans se tromper, que les éditions Sidonis ont trouvé leur rythme de croisière et touche un nombre croissant de cinéphiles à l'instar d'Elephant Films, qui lui aussi commence à se faire une place reconnue, dans l'édition de patrimoine.

Benjamin Frankel, arthur lubin

Ci-dessus : Stewart Granger

Benjamin Frankel, arthur lubin

Ci-dessus : Jean Simmons & Stewart Granger

Benjamin Frankel, arthur lubin

Benjamin Frankel, arthur lubin

Ci-dessus : Ronald Squire &  Brenda Lee

Benjamin Frankel, arthur lubin

Ci-dessus : Stewart Granger

 

Extrait de la musique de Benjamin Frankel :

 Film disponible en DVD Zone 2 en VF et VO sous-titrée français, édition Sidonis

 

 Note : 7,5 / 10

01/07/2015

Désirée - 1954

Le cinéma a beaucoup représenté le personnage de Napoléon que ce soit comme personnage principal ou comme personnage secondaire. On peut citer le mythique "Napoléon" d'Abel Gance tourné en 1927, avec ces 15 versions et montages différents ! Et dans la galerie des films sur l'empereur, il y a aussi "Austerlitz" (1960) du même Abel Gance, ou encore "Guerre et Paix" (1956) de King Vidor, ou une autre version de "Guerre et Paix" (1967) soviétique cette fois, de Sergueï Bondartchouk. On doit également à ce même Sergueï Bondartchouk, "Waterloo" (1970), récit de la célèbre bataille des cents jours.  "Désirée" est quant à lui, un film en Technicolor et Cinémascope produit par la Twentieth Century Fox, et tourné par Henry Koster. La version mis à disposition par l'éditeur Opening est quant à elle en Pan&Scan en dehors de son titre de début et de fin. Cela aurait pu être très destructeur pour l'oeuvre, mais ça ne l'est pas. Et cette version est tout à fait visible. Henry Koster (de son vrai nom Herman Kosterlitz), est un réalisateur allemand, qui avait fui l'Allemagne à l'arrivée des nazis, et il avait américanisé son nom comme beaucoup d'autres. "Désirée, raconte" une partie de la vie sentimentale de Désirée Clary, fiancée du tout jeune général Napoléon Bonaparte. Le film ne s'embarrasse pas beaucoup de considérations historiques. Ainsi, il y a des erreurs. Lorsque la servante de Désirée dit qu'il y a trop de guerres et parle d'un conflit avec l'Espagne, au moment du sacre de Napoléon. Or au moment du sacre de Napoléon, la France était une alliée de l'Espagne. De plus, certains aspects de la vie de Désirée sont gommés. Il n'en reste pas moins que Marlon Brando est extraordinaire en Napoléon 1er, jouant son rôle pour nous rendre un Napoléon 1er plus vrai que nature ! C'est bien simple, on dirait que l'empereur est là, à l'écran. Brando arriver d'ailleurs à jouer le jeune Bonaparte et Napoléon 1er à la fin de son règne. La performance est donc assez impressionnante. Jean Simmons est une parfaite ingénue dans son rôle de Désirée, et arrive à donner un ton très léger au film, qui lui enlève tout le caractère indigeste qu'il aurait pu avoir. Son duo avec Marlon Brando est ainsi, très bon. Brando amène toute sa présence et son incarnation du personnage historique, et Jean Simmons amène une insouciance et une légèreté toute féminine, qui font beaucoup pour rendre le film sympathique à regarder.

 cinéma, cinema, film, films, dvd, bluray, acteur, actrice, marlon brando, jean simmons, Cameron Mitchell, merle oberon, michael rennie,

Le reste du casting, est intéressant avec Merle Oberon plutôt convaincante en Joséphine, Michael Rennie pas si mal en Maréchal Bernadotte. Seul, Cameron Mitchell  semble peu ressemblant en Joseph Bonaparte. Il fait néanmoins ce qu'il peut, sans gâcher l'oeuvre. Si le budget du film est conséquent, il ne lui permet pas de retracer et reconstituer toute l'épopée napoléonienne, il se concentre donc sur quelques évènements (le sacre) et fait en sorte d'axer son histoire sur les rapports entre Désirée et Napoléon. Il n'en reste pas moins que cela donne malgré tout, un effet statique à l'oeuvre. Mais, le public n'est pas frustré, car Brando tient le film. Ceci dit, c'est vrai, on aura droit ici ni au siège de Toulon, ni à Austerlitz, ni à Waterloo ... De plus, quelques scènes représentants des extérieurs sont tournés en studio. Aujourd'hui c'est assez compliqué de les revoir avec nos yeux de spectateurs d'aujourd'hui. Le film bénéficie néanmoins de costumes admirables et d'une réalisation correcte. Et entre les costumes, Brando, la légèreté de Jean Simmons, et l'histoire mythique, il est assez facile de se laisser emporter par la légende, et de ne jamais regarder sa montre. L'éditeur Twilight Time avait sorti une version Bluray pour le marché anglo-saxon, avec une image au format Cinémascope respecté. Il serait bien qu'un éditeur français fasse de même, avant la fin de l'année 2015. Ce serait ainsi rendre hommage au plus grand homme de l'histoire de France et à peut être un des plus grands héros de l'histoire mondiale.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,marlon brando,jean simmons,cameron mitchell,merle oberon,michael rennie

Ci-dessus : A droite Napoléon 1er peint par Paul Delaroche, à droite Marlon Brando

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,marlon brando,jean simmons,cameron mitchell,merle oberon,michael rennie

Ci-dessus à droite : Marlon brando en général Bonaparte

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,marlon brando,jean simmons,cameron mitchell,merle oberon,michael rennie

Ci-dessus : Marlon Brando & Merle Oberon

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,marlon brando,jean simmons,cameron mitchell,merle oberon,michael rennie

Ci-dessus : Jean Simmons

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,marlon brando,jean simmons,cameron mitchell,merle oberon,michael rennie

Ci-dessus : l'empereur ... euh non l'acteur Marlon Brando

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,marlon brando,jean simmons,cameron mitchell,merle oberon,michael rennie

Ci-dessus : Marlon Brando en Napoléon 1er

 

Extrait de la musique d'Alex North :

A voir en DVD zone 2 en VF et VO sous-titrée français. A quand un Bluray pour le marché français ?

Note : 7,5 / 10

23/05/2015

Elmer Gantry le charlatan / Elmer Gantry - 1960

"Elmer Gantry le charlatan", est un film réalisé par Richard Brooks, en couleur et au format 1.66. Le film évoque la vie d'un évangéliste, Elmer Gantry. Le film a pour scénariste, Richard Brooks, et s'inspire d'un roman de Sinclair Lewis. Brooks arrive a donné à son personnage de charlatan (Burt Lancaster) un visage attrayant et sympathique. Et il arrive plus d'une fois à nous remuer, nous spectateur. Et on se surprend à se laisser prendre par le discours enflammé d'un Lancaster déchaîné. Certains pourront trouver qu'il en fait trop. Mais à n'en pas douter, il assure le spectacle. La vie du prêcheur est liée à soeur Sharon Falconer (Jean Simmons), qui semble totalement possédée par son rôle. Le reste de la distribution est étincelante, avec Jean Simmons, Arthur Kennedy, Dean Jagger, Shirley Jones, Patti Page et dans tout petit rôle, John McIntire. Arthur Kennedy est formidable en journaliste sceptique devant les prédicateurs et la religion. Mais de toute cette distribution, on retient surtout la superbe Shirley Jones, qui brûle l'écran en prostituée, toujours amoureuse de notre charlatan. D'ailleurs, elle devait rafler avec Burt Lancaster, un Oscar totalement mérité. La dernière partie du film, est une espèce de Sodome et Gomorrhe cinématographique, filmée dans des tons très rouges. Critique envers la religion, et ses dérives, "Elmer Gantry le charlatan", est un très grand film, qui nous montre le christianisme comme une affaire financière, où le croyant n'est qu'un pigeon. Il n'en attaque pourtant jamais le dogme et veut bien laisser au public, croire ce qu'il veut, voir même que la religion peut élever l'individu, du moment qu'elle s'est débarrassée des vautours qui s'en servent, et profitent de la misère de l'Homme. La religion rejoint en cela, la politique, dans ce qu'elle a de plus beau, de plus sublime, mais aussi de plus absurde : la croyance en un sauveur.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

Ci-dessus : Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

Ci-dessus : Jean Simmons

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

Ci-dessus : Arthur Kennedy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

Ci-dessus : Shirley Jones

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

Ci-dessus : Burt Lancaster et à gauche (la chanteuse de Jazz Patti Page dans un petit rôle)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

Ci-dessus : Shirley Jones & Burt Lancaster

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,burt lancaster,jean simmons,arthur kennedy,dean jagger,shirley jones,patti page,edward andrews,john mcintire,hugh marlowe,joe maross,philip ober,barry kelley,wendell holmes,dayton lummis,john alton,andré prévin,richard brooks

Ci-dessus : Shirley Jones & son Oscar

Extrait :

 Disponible en DVD zone 2 en VF et VO sous-titrée

Note : 8,5 / 10

12/08/2013

Souvenez vous de ... Jean Simmons !

Jean Simmons nous a peut être donné, nos plus grand moments de cinéma. Ainsi on se souvient d'elle tout d'abord, lorsqu'elle était enfant pour sa belle interprétation dans "grandes espérance" (1946) de David Lean, où elle jouait le rôle d'une petite fille assez perverse. Un an plus tard, elle était méconnaissable dans "le narcisse noir" de Michael Powell et Emeric Pressburger. Puis on la retrouve dans "Hamlet" avec Laurence Olivier. Elle enchaine de grands rôles et joue avec les plus grands acteurs. On peut donc facilement, choisir son film préféré de Jean Simmons, dans une filmographie si importante. Ainsi, très classiquement je choisirai pour ma part, son incroyable interprétation dans "Spartacus" (1960) qui amène une terrible émotion au spectateur. Mais je me souviens aussi qu'elle donna la réplique dans "Désirée" (1954) à un Marlon Brando transformé pour l'occasion en Napoléon 1er. On ne peut pas oublier Jean Simmons, qui a tout joué, du péplum au western en passant par le film littéraire. Hollywood Classic lui rend donc hommage et se souvient respectueusement de cette très grande actrice.

Jean_Simmons_014.jpg

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hommage,hollywood,actrice,jean simmons

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hommage,hollywood,actrice,jean simmons

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hommage,hollywood,actrice,jean simmons

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hommage,hollywood,actrice,jean simmons

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hommage,hollywood,actrice,jean simmons

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hommage,hollywood,actrice,jean simmons

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hommage,hollywood,actrice,jean simmons

 

Hommage vidéo :

 

27/11/2012

Les grandes espérances / Great expectations - 1946

Dans le cadre de sa sortie récente en bluray, je vais vous parlais aujourd'hui du film "Grande espérances", sortie en 1946. Le film a été tourné par David Lean (le célèbre réalisateur de Lawrence d'Arabie), Il s'agit d'un film britannique qui fut distribué aux USA par Universal, et comportant donc un casting également britannique. Le film est tiré du plus célèbre (peut être) roman de Dickens. Dès le début du film on est tout de suite frappé par le talent de David Lean en tant que réalisateur. Le mystère est parfaitement rendu, on retrouve des dizaines de plans magnifiques et je n'aurais pas assez de place pour louer la réalisation et la photographie de l'ensemble de l'oeuvre.

cadenas_rotas_1946_2.jpg

Bien entendu le but de cette critique ne sera pas de faire une étude complète du roman de Dickens. Mais qu'est ce que c'est bien écrit quand même ! Quelle intelligence scénaristique et à la réalisation. Ce qui est formidable dans "Grandes Espérances" c'est que le film contient différentes histoires qui finalement seront reliées les unes aux autres pour faire un tout. Un prisonnier échappé est nourri par un enfant qui le menace; une femme richissime mais recluse adopte une fille et fait venir chez elle, le jeune garçon qui a aidé le prisonnier. Quoi de commun à tout cela ? Rien à première vue. Mais les liens invisibles entre ces différents protagonistes vont se faire et se relever rapidement inaltérables sinon par la mort de l'un deux. A celà il faut ajouter les vies brisées, les destins maudits, l'appat du gain, la mort qui rode et on a un fabuleux instantané social de l'Angleterre au début du 19ème siècle. A cela il faut ajouter la formidable prestation de la jeune Jean Simmons et du jeune Anthony Wager. Tous les seconds rôles sont d'ailleurs excellents, comme par exemple Francis L Sullivan en avocat ou Finlay Currie en évadé. Finlay Currie est resté célèbre pour son rôle du père dans "Ivanhoé", ou de Balthasar dans "Ben-Hur". Mon principal reproche sera sur le choix de John Mills qui est censé jouer un personnage qui a entre 18 et 25 et qui en aura plus de 30 quand il tourne le film ! Cela décridibilise malheureusement quelque peu l'ensemble, même si on ne peut retirer un grand talent d'acteur à Mills.

Quoiqu'il en soit le film reste un spectacle de haute volée littéraire. A voir et à revoir.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, jean simmons, john mills, Francis L. Sullivan, Finlay Currie, david lean, film anglais

Ci-dessus, Finlay Currie et Anthony Wager

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, jean simmons, john mills, Francis L. Sullivan, Finlay Currie, Anthony Wager, david lean, film anglais

Ci-dessus : Jean Simmons, Martita Hunt et Anthony Wager

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, jean simmons, john mills, Francis L. Sullivan, Finlay Currie, Anthony Wager, david lean, film anglais

Ci-dessus : Alec Guinness et John Mills

 

En cadeau un extrait :

 

Disponible en Bluray zone B (sous titré français uniquement)


A noter enfin, que l'adaptation moderne du célèbre roman de Charles Dickens transposée à notre époque dans une version de 1998 avec Robert De Niro et Gwyneth Paltrow est tout à fait digne également d'intérêt. J'en parlerais peut être plus tard ...


NOTE : 8,5 / 10

19/09/2012

L'Egyptien - 1954

L'Egyptien est le deuxième film édité récemment par Sidonis. Ce film a été tourné en 1954 par Michael Curtiz spécialiste du film d'aventures. Le scénario était tiré d'un roman de Mika Waltari.   La vedette du film devait être initialement Marlon Brando. Mais Brando n'aimait ni le réalisateur, ni le scénario, ni les vedettes féminines. Il refusa donc le rôle et cela tourna au procès avec la Fox. Il fut donc remplacé par Edmund Purdom. Ce dernier ayant beaucoup moins de prestance que Brando, laissa finalement la vedette aux actrices féminines Jean Simmons, Gene Tierney et Bella Darvi (maitresse attitrée du patron de la Fox, Darryl F. Zanuck). Victor Mature n'ayant ici qu'un rôle totalement secondaire.

 

egyptian1954.jpg

 

L'histoire est assez intéressante et la relation dans le film entre Sinuhé (Purdom) et Néfer (Bella Darvi) est particulièrement fascinante et tragique. De plus, le culte d'un Dieu unique par le pharaon fait réfléchir sur la naissance d'un espèce de monothéisme 13 siècles avant la naissance du Christ. Mais elle fait aussi réfléchir sur les conflits religieux qui peuvent assez facilement déchirer une société. Ce film est donc assez proche d'une certaine actualité, bien malgré lui, il faut l'avouer !

 

Ci-dessous Jean Simmons et Edmund Purdom :

vlcsnap2011090902h12m48.png

 

Alors bien sûr le film a des défauts : Il manque d'action. Curtiz se complet dans l'action et le film en manque cruellement. Cela n'avantage pas le travail de Curtiz qui semble un peu gêné par un scénario presque trop sage pour lui. C'est d'ailleurs dans les scènes finales de révolutions et d'émeutes que le film prend une envolée assez inespérée.

 

Ci-dessous Bella Darvi :

vlcsnap2011090902h08m24.png

 

Pour la musique on a du très lourd à la composition, à savoir : Bernard Herrmann et Alfred Newman. Excusez du peu ! L'influence des l'un et l'autre se ressent sur l'oeuvre. Et la musique rend parfaitement les mystères de l'Egypte ancienne. De ce côté, la mission est accomplie.

 

Pour résumé, on est très loin de la qualité d'un film comme Ben-Hur ou les 10 Commandements. Néanmoins on est en face d'un spectacle valable, méritant et bien construit. Un film donc de séries qui manque peut être sa cible de "sur-Péplum" qu'il voulait probablement toucher. Mais le scénario ne s'y prêtait guère.

 

La qualité de l'image de l'édition de Sidonis est globalement très bonne. Meme si quelques plans semblent parfois un peu trouble.

 

Un extrait musical de l'ouverture :

 

 

D'autres extraits musicaux à cette adresse :

 

http://www.youtube.com/watch?v=QiDrAHc8if0&feature=re...



Note : 7 / 10