Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2014

Les invités de 8 heures / Dinner at eight - 1933

Après le succès de "Grand Hotel", un an plus tôt, David O. Selznick se décidait de repartir pour une aventure similaire, avec un casting assez proche de celui de "Grand Hotel". Ainsi on retrouvait Lional Barrymore, John Barrymore, et Wallace Beery, déjà vu dans le précédent film. A la réalisation on retrouve non pas Edmund Goulding, mais bien George Cukor. Et il faut bien dire que la réalisation de Cukor est assez peu inspirée, plate et relativement statique et les travelings et gros plans de Goulding manquent cette fois-ci cruellement. Le casting est relevé par la présence de Madge Evans, vue par exemple dans "Mayor of Hell" (1933), mais surtout par Jean Harlow. Le film n'évoque les problèmes économiques et sociaux que de manière très indirecte. On s'intéresse plutôt ici à la faible morale de la société américaine. Ainsi, on retrouve un médecin coureur de jupons, et une femme mariée insatisfaite passant le plus clair de son temps au lit (Jean Harlow). On peut aussi supposer que le rôle totalement ingrat de la femme de chambre du mettre bien à mal cet emploi, après une vision de ce film par les spectateurs qui en employaient une, même si il faudra attendre le début de la guerre pour que la riche société américaine commence à se passe de son personnel de maison. Le film passe donc en revu le destin de ses 8 invités, destin heureux ou malheureux, tous ne parviendront pas à assister à ce dîner.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,jean harlow,wallace beery,marie dressler,john barrymore,lionel barrymore,madge evans,william axt,george cukor

Ce film choral est donc assez agréable à regarder, mais n'atteint jamais les sommets de son prédécesseur, que ce soit au niveau de la réalisation ou même des situations et des dialogues. On retiendra de l'ensemble, surtout les scènes avec Jean Harlow dont certaines répliques sont quasiment mythiques. Ainsi, sa violente explication avec son mari (ici Wallace Beery) est inoubliable. Mais c'est bien la dernière de Jean Harlow qui laisse au spectateur le sourire. En effet quand Jean Harlow explique qu'elle a lu un livre, son interlocutrice la regarde d'un air interloqué, puis quand Jean continue et explique qu'elle a appris que dans ce livre les machines vont remplacer les activités humaines, et quand son interlocutrice lui répond que "de ce côté là, elle ne doit se faire aucun souci", on explose de rire. Jean Harlow remplit parfaitement son rôle de magnifique garce, mangeuse d'hommes, pour notre plus grand plaisir.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,jean harlow,wallace beery,marie dressler,john barrymore,lionel barrymore,madge evans,william axt,george cukor

Ci-dessus : Jean Harlow et Wallace Beery

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,jean harlow,wallace beery,marie dressler,john barrymore,lionel barrymore,madge evans,william axt,george cukor

Ci-dessus : John Barrymore

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,jean harlow,wallace beery,marie dressler,john barrymore,lionel barrymore,madge evans,william axt,george cukor

Ci-dessus : Madge Evans & John Barrymore

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,jean harlow,wallace beery,marie dressler,john barrymore,lionel barrymore,madge evans,william axt,george cukor

Ci-dessus : Jean Harlow & Wallace Beery

Disponible en DVD Zone 2 en version original sous-titrée

Note : 7 / 10

23/06/2014

Souvenez vous de ... Jean Harlow !

Jean Harlow, première blonde platine du cinéma américain, bien avant Lana Turner, a traversé Hollywood tel un météore. Et sa vie privée parsemée de relations tumultueuses avec des gangsters, mais aussi avec Howard Hughes, ou William Powell, et laisse donc une impression aussi marquante que ses apparitions à l'écran. Sa mort devait être aussi sur-réaliste que sa vie et faire de cette star, une des légendes d'Hollywood. Souvenez vous de  ... Jean Harlow !

 

Lien Wikipédia sur Jean Harlow :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Harlow

10030264_1.jpg

harlow-jean_01.jpg

Jean-Harlow-Feet-105529.jpg

harlow-jean-05-g.jpg

jeanharlow.jpg

jean-harlow2.jpg

Jean-Harlow1.jpg

jean-harlow-red-headed-woman-doctormacro-2.jpg

Filmographie

 

 

  • 1928 : Moran of the Marines de Frank R. Strayer : figuration (non créditée)
  • 1928 : Chasing Husbands de James Parrott (CM) : Bathing Beauty (non créditée)
  • 1929 : Vive la liberté (Liberty) de Leo McCarey (CM) : femme dans un taxi30 avec Laurel et Hardy
  • 1929 : Fugitives de William Beaudine (CM) : figuration (non créditée)
  • 1929 : Why Be Good? de William A. Seiter : figuration (non créditée)
  • 1929 : Why Is a Plumber? de Leo McCarey (CM)
  • 1929 : Close Harmony de John Cromwell et A. Edward Sutherland (non créditée)
  • 1929 : The Unkissed Man de Leo McCarey (CM) : (non créditée)
  • 1929 : Son Altesse royale (Double whoopee) de Lewis R. Foster (CM) : la blonde huppée avec Laurel et Hardy
  • 1929 : Thundering Toupees de Robert F. McGowan (CM)
  • 1929 : Une saisie mouvementée (Bacon Grabbers) de Lewis R. Foster (CM) : Mrs Kennedy avec Laurel et Hardy
  • 1929 : La Cadette (The Saturday Night Kid) de A. Edward Sutherland : Hazel (non créditée)
  • 1929 : Parade d'amour (Love parade) d'Ernst Lubitsch : femme dans une loge à l'opéra (non créditée)
  • 1929 : This Thing Called Love de Paul L. Stein : figuration (non créditée)
  • 1929 : Weak But Willing de William Watson (CM) : (non créditée)
  • 1929 : New York Nights de Lewis Milestone : une invitée à la fête (non créditée)
  • 1930 : Les Anges de l'enfer (Hell's Angels) d'Howard Hughes : Helen31
  • 1931 : Les Lumières de la ville (City Lights) de Charles Chaplin : une invitée à la fête (non créditée)
  • 1931 : Tribunal secret (The Secret Six) de George W. Hill : Anne Courtland
  • 1931 : L'Ennemi public (The Public Enemy) de William Wellman : Gwen Allen
  • 1931 : L'Homme de fer (Iron Man) de Tod Browning : Rose Mason
  • 1931 : Goldie de Benjamin Stoloff : Goldie
  • 1931 : La Blonde platine (Platinum Blonde) de Frank Capra : Ann Schuyler
  • 1931 : Les Deux Légionnaires (Beau Hunks) : Jeanie-Weenie, caméo sur une photographie
  • 1932 : Three Wise Girls de William Beaudine : Cassie Barnes
  • 1932 : La Bête de la cité (The Beast of the City) de Charles Brabin : Daisy Stevens / Mildred Beaumont
  • 1932 : Scarface de Howard Hawks et Richard Rosson : Blonde at Paradise Club - Cameo appearance in nightclub (non créditée)
  • 1932 : La Femme aux cheveux rouges (Red-Headed Woman) de Jack Conway : Lillian 'Lil' / 'Red' Andrews Legendre
  • 1932 : La Belle de Saïgon (Red Dust) de Victor Fleming : Vantine
  • 1933 : Dans tes bras (Hold Your Man) de Sam Wood : Ruby Adams
  • 1933 : Les Invités de huit heures (Dinner at Eight) de George Cukor : Kitty Packard
  • 1933 : Mademoiselle volcan (Bombshell) de Victor Fleming : Lola Burns
  • 1934 : La Belle du Missouri (The Girl from Missouri) de Jack Conway : Eadie
  • 1935 : Imprudente Jeunesse (Reckless) de Victor Fleming : Mona Leslie
  • 1935 : La Malle de Singapour (China Seas) de Tay Garnett : China Doll
  • 1936 : La Loi du plus fort (Riffraff) de J. Walter Ruben : Hattie
  • 1936 : Sa femme et sa secrétaire (Wife versus Secretary) de Clarence Brown : Whitey
  • 1936 : Suzy de George Fitzmaurice : Suzy
  • 1936 : Une fine mouche (Libeled Lady) de Jack Conway : Gladys
  • 1937 : Valet de cœur (Personal Property) de W.S. Van Dyke : Crystal Wetherby
  • 1937 : Saratoga de Jack Conway : Carol Clayton

 

Sa biographie en quelques images :

 

 

 

14/06/2014

La belle de Saïgon / Red Dust - 1932

"La belle de Saïgon" mérite bien sa réputation de film mythique. Deuxième des six films du duo Clark Gable / Jean Harlow, on peut bien dire que celui-ci ne laisse pas indifférent. L'histoire semble pourtant classique. Ainsi un patron (Clark Gable) de plantation d'hévéas (arbre à Caoutchouc) en Indochine française, se retrouve avec une jeune et belle prostituée (Jean Harlow) sur les bras, mais l'arrivée d'un nouveau contre-maître (Gene Raymond) et de sa femme va changer les choses. Le couple va se dissoudre dans une nature luxuriante où les éléments naturels auront toute leur place pour déclencher un érotisme étonnant pour l'époque. Car il ne faut pas oublier que "la belle de Saïgon" date de 1932, soit 2 ans avant la mise en place du code de censure (Code Hays). Deux ans plus tard, une histoire mettant en avant, aussi souvent une prostituée, et la montrant aussi sympathique n'aurait pas été autorisée à être filmée. Ainsi, on sait que sur "Autant en emporte le vent", Selznick s'interrogeait sur les nombreuses scènes du personnage de Belle Watling (patronne d'une maison close) et sur son caractère si franc et finalement honnête.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, hollywood, film, films, clark, jean harlow, mary astor, Gene Raymond, donald crisp, Victor Fleming gable

Pour en revenir à "la belle de Saïgon", le scénario de John Lee Mahin tiré de la pièce de Wilson Collison, est donc assez classique. Mais ce sont bien les acteurs qui font de ce film un superbe classique. Gable est très bon, mais Jean Harlow transfigure littéralement son personnage. Quant à Victore Fleming, il sait mettre en valeur le corps parfait de l'actrice, laissant voir ses jambes, ou dans un dixième de second un sein. Le scénario sera d'ailleurs utilisé avec moins de bonheur dans un autre film de Clark Gable, bien des années plus tard : Mogambo (1954). Ava Gardner reprendra le rôle de Jean Harlow, Grace Kelly celui de Mary Astor, et l'action se déroulera cette fois-ci en Afrique. Néanmoins, ni le Technicolor ni un Gable vieillissant ne feront oublier, l'incroyable fulgurance de ce premier érotisme cinématographique de cette "Belle de Saïgon", qui fit sortir le cinéma de son enfance, pour le propulser dans une modernité dont les résonances parviennent encore aujourd'hui, à marquer durablement, le spectateur. Ainsi, on peut espérer que la Warner nous sorte rapidement la totalité des films de Jean Harlow, peut être la première icône blonde platine de l'écran, bien avant Lana Turner. qui la qualifia de "première incarnation américaine du sex-appeal". En effet, les films de Jean Harlow sont d'autant plus mythiques que cette star eut un destin particulièrement tragique. Mais  nous verrons tout cela dans un prochain article.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Jean Harlow & Clark Gable

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Mary Astor & Clark Gable

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Jean Harlow & Mary Astor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : Clark Gable, Tully Marshall & Jean Harlow

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,clark,jean harlow,mary astor,gene raymond,donald crisp,victor fleming gable

Ci-dessus : sur le tournage avec Victor Fleming

Film disponible en DVD zone 2, VO sous-tirée dans la collection "Trésors Waner".

Note : 8 / 10