Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2015

La Dynastie des Forsyte / That Forsyte Woman - 1949

"La dynastie des Forsyte" est un film en Technicolor produit par la MGM et réalisé par Compton Bennett. Ce dernier n'a pas une filmographie impressionnante, mais on se souvient tout de même de lui pour "le septième voile" (1945) avec James Mason et pour "les mines du roi Salomon" (1950). Le film est intéressant car il est l'adaptation de la première nouvelle de "la dynastie des Forsyste" de l'écrivain John Galsworthy. En plus, il nous permet de voir Errol Flynn dans un film posé et à la réalisation assez théâtrale, totalement en opposition avec ses prestations dans "Capitaine Blood" (1935), "l'aigle des mers" (1942) ou encore "les aventures de Robin des bois" (1938). En effet, "la dynastie des Forsyte" n'est pas un film d'aventures, mais bien un mélodrame. Le personnage de Flynn est d'ailleurs assez opposé à ses personnages habituels. Là il joue un homme riche, et beau, mais repoussé par la femme qu'il aime, car incapable de la laisser respirer. Flynn est superbement tragique dans son rôle, et détruit quelque peu son mythe de séducteur irrésistible, mais gagne si il en était encore besoin ses galons d'acteur. Néanmoins, malgré un travail extraordinaire de la MGM sur les costumes, le casting 4 étoiles, qui regroupent quand même Errol Flynn, Janet Leigh, Greer Garson, Walter Pidgeon (le savant fou de Planète interdite) et Robert Young, le film paraît parfois un peu guindé voir raide, et on sent de temps en temps, un manque de respiration. La musique de Bronislau Kaper aide malgré tout à donner de l'ampleur à l'ensemble. En résumé, l'appréciation est plutôt positive pour qui aime, les mélodrames, les adaptations littéraires et un Errol Flynn dans autre chose que des rôles d'aventuriers. A découvrir, ne serait-ce aussi parce que c'est un des 8 films du formidable duo Greer Garson / Walter Pidgeon.

122.JPG

2978681585_1_11_bqAaQAOo.jpg

Ci-dessus : Greer Garson, Errol Flynn, Robert Young et Janet Leigh

Errol Flynn in The Forsyte Saga (1949)a.jpg

Ci-dessus : Errol Flynn (Jaloux ?)

that-forsyte-woman-greer-garson-1949-everett.jpg

Ci-dessus : Greer Garson

e4vgbl_lbulxl.jpg

Ci-dessus : Greer Garson & Errol Flynn

142274_original.jpg

c4vgbl_lbulxk.jpg

Ci-dessus : Greer Garson & Walter Pidgeon

12.JPG

010-janet-leigh-theredlist.jpeg

Ci-dessus : Janet Leigh & Robert Young

Greer-Garson-Janet-Leigh-book-Forsyte-Saga.jpg

Ci-dessus : Greer Garson & Janet Leigh

Film non disponible en France, uniquement disponible dans la collection Warner Archives en zone 1, sans sous-titres français

Note : 7 / 10

18/11/2012

Le chevalier du Roi / The Black Shield of Falworth - 1954

J'ai vu hier soir "le chevalier du Roi" tourné en 1954 par Rudolph Maté. Le "Ivanhoé" (1952) de la MGM ayant ouvert la mode des films médiévaux, les autres studios se mirent également à en tourner. "Le chevalier du Roi" devait donc être la réponse d'Universal au "Ivanhoé" de la MGM. Bien pauvre spectacle en vérité ! Je n'aime pas dire du mal des films, mais là franchement il n'y a pas grand chose à sauver. Les décors semblent être en carton-pâte. Le château du film donne l'impression d'avoir été construit au ciment et non pas pierre par pierre comme tout château. Le scénario est ennuyeux au possible. On a beaucoup de peine à s'intéresser à ces intrigues de cour, aussi intéressantes et bien amenées qu'une déclaration d'impôts ... Enfin les costumes naviguent entre le correct et le grand n'importe quoi. Le roi étant habillé avec une étrange coiffe, lui donnant un air de pharaon égyptien.

552913235.jpg

Enfin, tout l'action du film tourne autour de l'initiation d'un futur chevalier et surtout de ses bagarres avec ses collègues de chambrée. Vous voyez le niveau global de l'ensemble ... Alors vous me direz que peut être on peut sauver les acteurs de ce naufrage ? En tous les cas, sûrement pas Tony Curtis, qui semble totalement à côté de son rôle. On peut raisonnablement se demander si il y avait quelqu'un pour le diriger. Pour ma part, je sauverais  de cette catastrophe cinématographique uniquement la belle Janet Leigh  à l'imposante poitrine, et la supervision musicale de Joseph Gershenson. Pour le reste, il n'y a rien à attendre de ce film. Il permet néanmoins de comparer "Ivanhoé", "les chevaliers de la table ronde", ou "Quentin Durward" à cette mauvaise copie de ces très grands films. On se rend alors compte que Richard Thorpe était bien un réalisateur de génie et que sa trilogie chevaleresque mérite bien de figurer tout en haut du panthéon des films d'aventures médiévaux. Quant à ce "Chevalier du Roi" il ne mérite que de retourner aux oubliettes dont Universal n'aurait jamais du le sortir.

photo-Le-Chevalier-du-roi-The-Black-Shield-of-Falworth-1954-1.jpg

 

NOTE : 3 / 10

14/09/2012

Scaramouche - 1952

Scaramouche ou le plus beau film d'aventures et de cap et d'épée jamais produit. Le film est librement inspiré d'une nouvelle de Rafael Sabatini. L'action se situe avant la révolution française, et on y voit André Moreau (Stewart Grangers) partir à la recherche de son père et en même temps à la recherche d'un moyen pour venger l'assassinat de son meilleur ami Philippe de Valmorin. Ajoutons que ses 2 quêtes vont être contrariées par la rencontre de l'amour, de comédiens ambulants etc L'aventure est donc palpitante et la conclusion ne sera trouvée qu'à la toute fin de l'oeuvre. Tous les fils se dénoueront et la vérité apparaîtra à notre héros comme au spectateur.

 

1952 Scaramouche (1952).jpg

 

Que distingue ce film des productions de l'époque ? D'abord la distribution de tout premier choix : Stewart Grangers, Eleanor Parker, Janet Leigh, Mel Ferrer. Et dans les seconds rôles on retrouve Richard Anderson. Et oui ! Et la très belle Nina Foch en Marie-Antoinette. On retrouve également Lewis Stone qui jouait le rôle du Marquis de Maine dans la première version. Car évidemment la version de 1952 est un remake de la version muette de 1923. Dans la version de 1952, Lewis Stone joue le père de Philippe.

 

 

5404783251_4cfa53cba5.jpg

cinéma,cinema,acteur,actrice,hollywood,film,dvd

Ci-dessus : Janet Leigh

 

La réalisation de George Sidney est fabuleuse, les costumes extraordinaires, le technicolor grandiose. Et que dire de la re-création sous nos yeux  de l'Ancien Régime disparu ?! A ce titre la musique de Victor Young allie charme, élégance et beauté et semble être extraite d'un concerto pour flûte de Devienne !! Lorsque la perfection et la beauté atteignent de tels niveaux, on sait que l'on a à faire à une oeuvre majeure. Ceci étant dit le film n'a jamais un ton sérieux. Et l'esprit charmeur, badin de l'époque est bien mis en avant. Mais les lourds nuages de la Révolution pointent déjà à l'horizon.

 

20080624183238-09dl0.png

 

Même si chaque scène de ce film est un ravissement, le duel final est un des plus beaux duels à l'épée de l'histoire du cinéma et dure bien 8 minutes !

 

Vous l'aurez compris. Si vous ne l'avez pas vu, courrez acheter Scaramouche ! Le coffret DVD que je possède contient les 2 versions (1923 et 1952). Le film est disponible en VF et VO en France. I LOVE THIS MOVIE !! "J'adore ce film !!" Vivement une sortie Bluray !!!

 

La bande annonce :

 

 

 

Un extrait de la musique de Victor Young :

 



Note : 10 / 10