Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2014

Les Dolly Sisters / The Dolly Sisters - 1945

"Les Dolly Sisters" est un film en Technicoler d'Irving Cummings, avec la belle Betty Grable et la toute aussi belle June Haver. Irving Cummings tourne ici son avant dernier film. Et si il n'a pas le talent d'un Stanley Donen, ou d'un Busby Berkeley en terme de chorégraphie musicale. Il n'en reste pas moins un bon artisan de l'usine à rêves hollywoodiennes de cette époque. Ainsi, il avait déjà réalisé une comédie musicale en 1941, "une nuit à Rio", avec Alice Faye, Don Ameche, et Carmen Miranda, mais aussi des westerns, comme "la reine des rebelles" (1941) ou avait également aidé Henry King comme second réalisateur, sur le tournage du "brigrand bien-aime" (1939). Les Dolly Sisters s'inspire de l'histoire éponyme, de deux danseuses originaires de Hongrie. Le duo Betty Grable / June Haver, fonctionne à merveille. Alors c'est vrai que si Irving Cummings, n'est pas Stanley Donen, le héros masculin, John Payne n'est pas non plus Gene Kelly. Irving Cummings et les scénaristes John Larkin et Marian Spitzer, s'amusent aussi à contourner le code de censure, en déguisant les soeurs en pré-adolescentes d'une douzaine d'années, puis à faire embrasser l'une d'elle par un homme mûr. Honni soit qui mal y pense ? En tous les cas, ces scènes font sourire, et laissent pour le moins dubitatifs. On notera dans les seconds rôles, la présence de l'acteur hongrois, S. Z. Sakall qui donne une certaine crédibilité au film. On peut aussi ajouter au crédit du film, une très belle chanson, "I'm Always Chasing Rainbows" qui avait été chantée auparavant par Judy Garland en 1941 dans "Ziegfeld Girl".

the-dolly-sisters-movie-poster-1945-1020143728.jpg

Mais on est jamais frustré en regardant cette jolie comédie musicale, très sympathique, qui se plaît à nous montrer et à nous remontrer les jolies jambes de Betty Grable, jambes que l'on disait assurées par la Twentieth Century Fox, à hauteur d'un million de dollars chacune. Betty Grable, actrice peut être la mieux payée du tout Hollywood de cette époque, sérieuse concurrente pour Lana Turner, nous fait revivre par sa beauté et son glamour, un autre monde, et nous fait oublier pendant un moment le nôtre. C'est déjà beaucoup.

Sestrichki.Dolli.1945.DVDRip.Rus.Eng.avi_000530947.jpg

DollySisters00.jpg

Ci-dessus : Betty Grable & June Haver

tumblr_lqmgh1EjRi1qctpr4o1_1280.png

Ci-dessus : Betty Grable & June Haver

PDVD_115.jpg

Ci-dessus : Betty Grable & June Haver

DollySisters19.jpg

tumblr_lqnw06Qi9O1qctpr4o1_500.png

tumblr_lqmfx3eNAL1qctpr4o1_1280.png

tumblr_n3gys2xZQS1qjg8q6o1_500.jpg

tumblr_mspn7vozqh1rp4tw6o1_500.jpg

Ci-dessous : Betty Grable & June Harver sur le tournage des "Dolly Sisters"

 

Extrait :

Film disponible en DVD zone 2 chez Twentieth Century Fox en VO sous-titrée français

Npte : 7 / 10

27/03/2013

La Reine des Rebelles / Belle Starr - 1941

"La reine des Rebelles" troisième film de notre série portant sur les westerns en Technicolor produits par la Fox à la fin des années 30 et au début des années 40, est à mon sens peut être le plus sous estimé des films présentés. Cette note rendra donc justice aux nombreuses qualités de ce film. Tout d'abord, il ne faut pas se le cacher, mais cette histoire de jeune héritière dont les yankees brûlent la maison fait référence directement à "Autant en emporte le vent" tourné deux ans plus tôt. On a trouvé pire comme filiation dans l'histoire du cinéma. Enfin, ce scénario d'une jeune écervelée (Gene Tierney), qui devient par la force du destin, l'héroïne d'une bande de rebelles a tout pour toucher. Les critiques qui n'ont pas aimer le scénario, n'en ont pas compris la signification profonde. Ici, si on ne retrouve pas l'appel à la liberté de "Capitaine Blood" ou à la vengeance du "brigand bien aimé" ou à la justice du "retour de Frank James", c'est bien la lutte pour conserver une société qui disparaît qui va amener à la révolte une jeune femme poussée au désespoir. Qui connaît "les brigands" de Schiller ne peut qu'être touché par cette "Reine des Rebelles" où l'appel à la lutte et à la liberté de vivre ne seront finalement que le début d'une aventure qui amènera chacun à la passion de tuer, de détruire, au nihilisme mais aussi à la légende. La complexcité du film est donc plus importante que ce que laisse entendre un survol rapide de quelques critiques n'ayant rien compris au scénario.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,Alfred Newman,irving cummings

Alors bien sûr, si filiation il y a, ici rien n'a l'ampleur d'un "Autant en emporte le vent", néanmoins le film intéresse du début à la fin. Mais c'est vrai que la voix haut perchée de Tierney agace parfois et que son jeu n'arrive pas à faire oublier l'interprétation de Vivien Leigh. Le film reste néanmoins un très bon divertissement. Un Randolph Scott au top de sa forme et un Dana Andrews très bon rajoutent à la crédibilité de l'ensemble. On se prend donc à trembler devant les aventures de Belle Starr et admirer cette jeune femme qui se décide à défier presque seule, toute l'armée nordiste. Quelques plans du réalisateur Irving Cummings sont d'ailleurs très intéressants avec par exemple Randolph Scott et Gene Tierney filmés en contre-jour. A tout cela, je me permets de citer aussi, la musique d'Alfred Newman. Voilà, vous l'aurez compris. On est très loin de la série B, ou du ratage complet que l'on veut nous faire avaler par force. D'ailleurs le film a été produit par Zanuck lui même, ce qui montre bien l'intérêt que le studio portait à ce film. Mais peut être aujourd'hui n'est il tout simplement pas politiquement correct de montrer à nos chers critiques une héroïne en lutte armée pour défendre ses traditions et sa propre "way of life" ? Quoiqu'il en soit, merci à Sidonis pour avoir éditer ce bien beau Western qui si il ne révolutionne pas le genre, mérite beaucoup mieux que l'opprobre quasi générale dont il fait aujourd'hui l'objet.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

Citation du film : Une légende, c'est la plus belle part de la vérité.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,gene tierney,randolph scott,dana andrews,shepperd strudwick,alfred newman,irving cummings

Disponible en DVD Zone 2 chez Sidonis (6,99  € dans certains magasins Cora).

Note : 7 / 10