Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2015

La grande évasion / High Sierra - 1941

"La grande évasion" de Raoul Walsh, film en noir & blanc, produit par la Warner en 1941, ne m'a pas fait une très bonne impression. Je ne sais pas si c'est le scénarion de John Huston, que j'ai trouvé simpliste voir peu crédible, si c'est le casting. Mais malheureusement, je n'ai pas trouvé que c'était une grande réussite. Tout d'abord si on essaye de replacer le film dans son contexte, il faut dire que la Warner est passée en quelques années d'un cinéma réaliste, social et souvent violent à un cinéma où le spectacle et la distraction occupent une large part. Ainsi, le film de gangsters ,dès la deuxième moitié des années 30, a laissé, petit à petit, sa place  au mélodrame, ou encore au film d'aventures. En 1935, "Capitaine Blood" révélait une nouvelle vedette de l'écran : Errol Flynn, qui devait arriver en 1938, au somment de sa carrière dans "les aventures de Robin des Bois".  En 1939 Bette Davis, brillait dans le mélodrame "victoire sur la nuit". Dans ce changement de thème, le code de censure mis en place en août 1936, avait joué aussi son rôle . Et le crime et la mafia n'étaient plus les bienvenus à l'écran. La Warner avait donc changé les thèmes de ses films. Mais la guerre allait aussi toucher durablement le cinéma américain. Et un nouveau genre devait apparaître, le cinéma de propagande, dédié à soutenir l'effort américain et de ses alliés contre l'avancée du nazisme en Europe ou contre l'avancée des Japonais dans le Pacifique. Dans ce contexte, Bogart montré ici vieillissant, dont le personnage sort de prison, semble lui aussi un peu "has been". Contrairement au pur film de gangsters ou à un autre film tourné par Raoul Walsh deux ans plus tôt, mais d'une toute autre envergure "les fantastiques années 20". Ici "High Sierra" multiplie les passages mélodramatiques improbables. Ainsi, qui peut croire qu'un gangster endurci va s'attendrir pour un chien perdu qui porte la poisse, pour une fille de cabaret (Ida Lupino) ou pour une famille dont il ne connaît rien. On ne croit pas plus, en Arthur Kennedy en gangster. raté Le scénario multiplie ainsi à n'en plus finir les situations improbables et les invraisemblances, n'ajoutant rien à la crédibilité de l'ensemble.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ida lupino,humphrey bogart,alan curtis,arthur kennedy,joan leslie,henry hull,henry travers,jerome cowan,minna gombell,barton maclane,elisabeth risdon,cornel wilde,donald macbride,paul harvey,isabel jewell,raoul walsh,warner bros

Alors oui, il y a Bogart et Ida Lunipo, qui tiennent le film à eux deux sur leurs épaules, pour en faire un spectacle acceptable. Il n'en reste pas moins qu'on a vu beaucoup mieux et que le scénario de John Huston, ne semble jamais arriver au niveau du jeu des deux interprètes principaux. On peut en conclure que film de gangsters s'est essoufflé. Hollywood en tournera beaucoup moins et il sera remplacé dès 1944, par un nouveau genre, avec ses codes bien à lui : "le film noir". La période de transition sera marquée par quelques grands films dont en cette même année 1941, un autre Bogart, beaucoup plus recommandable : "le faucon maltais".

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ida lupino,humphrey bogart,alan curtis,arthur kennedy,joan leslie,henry hull,henry travers,jerome cowan,minna gombell,barton maclane,elisabeth risdon,cornel wilde,donald macbride,paul harvey,isabel jewell,raoul walsh,warner bros

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ida lupino,humphrey bogart,alan curtis,arthur kennedy,joan leslie,henry hull,henry travers,jerome cowan,minna gombell,barton maclane,elisabeth risdon,cornel wilde,donald macbride,paul harvey,isabel jewell,raoul walsh,warner bros

Ci-dessus : Humphrey Bogart & Ida Lupino

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ida lupino,humphrey bogart,alan curtis,arthur kennedy,joan leslie,henry hull,henry travers,jerome cowan,minna gombell,barton maclane,elisabeth risdon,cornel wilde,donald macbride,paul harvey,isabel jewell,raoul walsh,warner bros

Ci-dessus : On remarque Cornel Wilde très jeune derrière le comptoir

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ida lupino,humphrey bogart,alan curtis,arthur kennedy,joan leslie,henry hull,henry travers,jerome cowan,minna gombell,barton maclane,elisabeth risdon,cornel wilde,donald macbride,paul harvey,isabel jewell,raoul walsh,warner bros

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ida lupino,humphrey bogart,alan curtis,arthur kennedy,joan leslie,henry hull,henry travers,jerome cowan,minna gombell,barton maclane,elisabeth risdon,cornel wilde,donald macbride,paul harvey,isabel jewell,raoul walsh,warner bros

Ci-dessus : Humphrey Bogart & Ida Lupino

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ida lupino,humphrey bogart,alan curtis,arthur kennedy,joan leslie,henry hull,henry travers,jerome cowan,minna gombell,barton maclane,elisabeth risdon,cornel wilde,donald macbride,paul harvey,isabel jewell,raoul walsh,warner bros

Ci-dessus : Humphrey Bogart & Joan Leslie

Disponible en DVD zone 2 & zone 1 en VO sous-titrée Français

Note : 6 / 10

12/05/2015

Une femme dangereuse / They drive by night - 1940

"Une femme dangereuse" est un film en noir & blanc, produit par la Warner en 1940 et tourné par Raoul Walsh sur un scénario de Jerry Wald, Richard Macaulay, lui même tiré d'un roman de A.I. Bezzerides. Comme dans tous les films de Walsh, le héros joué par George Raft est en lutte contre lui même et ici contre son statut peu enviable de camionneur. Son frère joué par Humphrey Bogart semble lui aussi en proie à des tourments et à lutte intérieure contre ce statut de camionneur qui ne lui convient pas non plus, car il l'éloigne trop souvent de son foyer et de sa femme. Ainsi, comme dans de très nombreux films de Walsh, on se demande si les principaux protagonistes trouveront finalement la paix. Ainsi seul le personnage du patron, joué par Alan Hale, personnage heureux malgré sa femme, disparaîtra, comme si Walsh et les scénaristes pensaient que ce personnage pouvait être sacrifié pour le bien de l'intrigue. Ainsi le noeud de l'intrigue va se nouer et on suit les péripéties des personnages avec intérêt. En plus d'un scénario bien construit, "une femme dangereuse" bénéficie donc d'un casting exceptionnel. J'ai déjà cité, George Raft, Humphrey Bogart, et Alan Hale. Mais les stars féminines sont bien là, avec Ida Lupino et Ann Sheridan. Ida Lupino est ici probablement dans son meilleur rôle. Elle brûle littéralement l'écran et son interprétation dans la scène du procès, reste un moment de bravoure, peut être uniquement dépassé par Bogart lors d'une même scène de procès , dans "Ouragan sur le Caine" (1954). Ann Sheridan, met aussi beaucoup de conviction dans l'interprétation du personnage et ne dénote pas, dans ce casting 4 étoiles.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Le film est assez proche du scénario de "Ville frontière" (1935), avec Bette Davis. Les critiques de l'époque, feront d'ailleurs le rapprochement et avec raison, l'éloge du jeu d'Ida Lupino. Le film obtiendra un beau succès public mérité. A noter qu'on retrouvera le couple Humphrey Bogart, et Ida Lupino, l'année suivante, dans : "la grande évasion" ou dans son titre original "High Sierra". "Une femme dangereuse" est donc un film où l'on ne s'ennuie pas. Alors venez faire un tour de camion, vous ne serez pas déçu, si vous aimez le cinéma noir & blanc.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : George Raft, Humphrey Bogart & George Tobias

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : George Raft, Ann sheridan, & Humphrey Bogart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : George Raft & Ida Lupino

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Humphrey Bogart, Ann sheridan, & George Raft

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Alan Hale & George Raft

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Ida Lupino

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Ann Sheridan & George Raft

La Bande-Annonce :

Disponible en DVD zone 1 & 2 en VO sous-titrée français. Attention à noter sur le DVD zone 1, un sous-titrage français un peu minimaliste, qui ne fait pas honneur aux dialogues parfois crus des scénaristes. Excellente qualité d'image.

 Note : 7,5 / 10

04/01/2015

La péniche de l'amour / Moontide - 1942

Le DVD de "la péniche de l'amour" me faisait un peu peur. Déjà, sans vouloir être vulgaire, le titre me faisait penser à un porno bon marché, ou à un film trop mélodramatique pour être honnête. Et puis je doutais de la performance d'un Jean Gabin dans un film américain. Et bien, tous mes doutes ont été enlevés à la fin de la séance. Gabin est comme à son habitude, excellent. Il est aidé par un superbe casting qui réunit Ida Lupino, Thomas Mitchell, et Claude Rains. Evidemment, vous connaissez tous ces acteurs. Ida Lupino c'est l'héroïne de "la grande évasion" (1941) avec Humphrey Bogart ou de "The man I love" (1947) de Raoul Walsh. Thomas Mitchell c'est le père de Scarlett dans "autant en emporte le vent". Et quant à Claude Rains, c'est évidemment l'acteur qui joue le terrible roi jean dans "les aventures de Robin des Bois" (1938) ou le Dr Jaquith dans "une femme à la recherche de son destin", "now voyager" dans son titre anglais. Vous l'aurez compris, il y a donc du beau monde. On peut dire tout de suite que malgré tout, Thomas Mitchell semble en faire un peu trop. Les autres sont parfaits. Le film n'avait pas pour lui un réalisateur de très grande renommée en la personne d'Archie Mayo. Mais le film avait été débuté par Fritz Lang et abandonné après 4 jours, à cause d'une mauvaise entente avec Gabin. On peut donc se demander, alors que souvent à cette époque les films sont tournés rapidement en 2 à 4 semaines, quelles sont les scènes tournées par Lang. La scène finale semble d'ailleurs particulièrement être l'oeuvre de Lang. Ainsi, la prise de vue dans le brouillard ressemble particulièrement à celle du "secret derrière la porte", qui sera tournée par Lang en 1947.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

L'esthétique du film est quoiqu'il en soit parfaite, et semble dépassée largement les capacités du seul Archie Mayo. Ainsi, la séquence d'alcoolisme du début est superbement réalisée et semble presque irréelle. On peut aussi, supposer qu'Archie Mayo, a été très aidé par la belle photographie de Charles G Clarke et Lucien Ballard (ce dernier est non crédité). Cette photographie de Charles G Clarke sera d'ailleur nominé aux Oscars. Le scénario a des accents fordiens, et c'est logique, car on y retrouve le scénariste de nombreux films de John Ford en la personne de Nunnally Johnson, qui adapte une nouvelle de Willard Robertson mais ce sera John O'Hara qui sera crédité de l'écriture du scénario. L'adaptation d'une oeuvre littéraire est un classique dans le Hollywood de cette époque. Gabin fait par moment penser à son personnage de "la bête humaine" (1938) de Jean Renoir. Le film se laisse donc regarder avec un réel plaisir, et l'exotisme d'un Gabin qui parle anglais, ajoute encore au plaisir. Et finalement, on se laisse emporter à suivre cette histoire d'amour entre deux paumés (Gabin et Lupino) qui sont réunis pour le meilleur et pour le pire. "La péniche de l'amour" est donc une très belle surprise et une réussite à tous les niveaux et restera comme le dernier film hollywoodien de Gabin, avant son départ pour rejoindre la 2ème DB et les forces françaises libres du Général De Gaulle, un choix courageux à une époque ou beaucoup d'acteurs et d'actrices s'accommodèrent de l'occupation allemande.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

Ci-dessus : Ida Lupino

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

Ci-dessus : Jean Gabin & Robin Raymond

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

Ci-dessus : Ida Lupino & Claude Rains

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

Ci-dessus : Jean Gabin & Ida Lupino

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

Ci-dessus : Jean Gabin & Ida Lupino

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,jean gabin,ida lupino,claude rains,thomas mitchel,jerome cowan,helene reynolds,archie mayo,fritz lang

Ci-dessus : Jean Gabin & Ida Lupino

Extrait :

 Disponible en DVD Zone 2  chez ESC en VO sous titrée français uniquement

Note : 7 / 10

09/03/2014

Le Démon de l'or / Lust for Gold - 1949

"Le démon de l'or" est un western réalisé par S. Sylvan Simon. On ne peut pas dire que ce réalisateur soit très connu sinon pour avoir réalisé quelques 34  films dont quelques uns du duo comique Abbott et Costello, "Rio Rita" (1942) et "Abbott et Costello à Hollywood" (1945) et "le fils de Lassie" (1945). Avec "le démon de l'or" on est quand même dans une autre dimension. Ainsi, on retrouve un western formidablement efficace. La distribution est excellent avec Glenn Ford et Ida Lupino en vedette. Ida Lupino on se souvient d'elle aujourd'hui surtout pour son rôle dans "High Sierra" ou en français "la grande évasion" (1941). Mais elle a aussi joué dans "The Man I Love" (1947) intéressant film noir, ou encore dans un autre film noir "La Cinquième Victime" (1956) de Fritz Lang. On pourrait en citer bien d'autres. Enfin Glenn Ford, c'est évidemment l'interprète de très nombreux westerns dont le plus célèbre est peut être "3H10 pour Yuma" (1957). Concernant la distribution on peut également citer, Gig Young est aussi très bien en mari trompé et baffoué. Mais aussi une apparition de la très belle, Myrna Dell en entraineuse de Saloon. Myrna Dell, petite starlette, devait apparaître dans plus de 60 films et
d'innombrables émissions de télévision à partir de 1940 jusqu'à ce que les années 1990 . Elle a partagé l'écran avec (et souvent volé la scène ) de stars comme Judy Garland , James Stewart , Dorothy Malone , Robert Mitchum , Barbara Stanwyck , George Raft , Ronald Reagan , Johnny Weissmuller , Jack Lemmon et Walter Matthau. Que cet article soit aussi un hommage à ce genre d'actrice, qui n'a pas eu la carrière qu'elle aurait méritée.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

La singularité du "démon de l'or" est de nous proposer 2 films en un seul. Ainsi, il commence par une longue introduction qui se déroule à l'époque moderne. On est donc un peu désarçonné devant une intringue qui commence comme celle d'un film noir. Puis, après une transition, vient un flashback qui va finalement introduire le film jusqu'à sa conclusion. Le démarrage est donc quelque peu agaçant. Mais après on arrive sur un western esthétiquement parfait et au scénario solide. Ainsi, le spectateur veut absolument connaître l'histoire de cette mine cachée dans une montagne maudite attisant la convoitise de la population locale depuis un siècle. Ida Lupino nous donne des scènes encore plus forte que dans "High Sierra" (1941). Et Glenn Ford est superbe en brute épaisse avide d'or. "Le démon de l'or" est donc sans aucun doute le meilleur film de S. Sylvan Simon, et doit être redécouvert de toute urgence. Il laisse une très forte impression et permet de voir un film noir et un western dans le même film, ce qui n'est pas si courant que ça, même dans le cinéma américain de cette époque.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : La jeune Karolyn Grimes (déjà vue dans "la vie est belle" de Frank Capra) et Glenn Ford.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Ida Lupino et Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Gig Young, Myrna Dell et Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Myrna Dell et Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Ida Lupino et Glenn Ford sur le tournage

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : le réalisateur S. Sylvan Simon avec Glenn Ford et Ida Lupino

Disponible en DVD zone 2,  chez Sony Pictures Entertainment, en VF et VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

26/12/2013

La Cinquième Victime / While the city sleeps - 1956

"La cinquième victime" est l'avant dernière oeuvre de Lang aux USA. C'est une de ses plus sombres. En effet, Lang n'a pas encore terminé "les contrebandiers de Moonfleet" quand on lui soumet le scénario de la cinquième victime. On sait que Lang sera peu satisfait de "Monfleet". En effet, il considérera que le film, lui a en parti échappé pour revenir dans les mains des producteurs, en particulier en ce qui concerne le montage final, où des scènes ont été supprimées et où une autre fin lui a été imposée. De plus l'oeuvre n' a pas obtenu le succès attendu. Lang semble en 1956,  un peu, à bout d'inspiration. Pourtant, il a encore des choses à dire dans "la cinquième victime". Mais ce qu'il dira, sera toujours teinté pour la plus grande partie de l'oeuvre, d'une profonde noirceure. Le film évoque deux intrigues principales : la direction d'une agence de presse, et le parcours d'un tueur psychopathe, obsédé par le meurtre de femmes. Lang va retravailler à fond le scénario de Casey Robinson, qui s'était lui même inspiré d'un roman, "the Bloody Spur". On sait que Lang aime la résonance et donc cette oeuvre fera échos au dernier film américain de Lang : "l'invraisemblable vérité" (1956), qui là aussi évoquera le milieu de la presse,

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Le csting est très bon avec Vincent Price en Président Directeur Général du groupe de presse, Thomas Mitchell en directeur des publications, et Georges Sanders en directeur de la communication, et Dana Andrews en journaliste d'investigation. Pour les vedettes féminines, on retrouve Ida Lupino en journaliste, Rhonda Fleming en femme du grand patron, et Sally Forrest. Pour Sally Forrest, on se rappelle surtout d'elle pour son interprétation sur scène d'une pièce qui deviendra un peu un film mythique de la comédie américaine. En effet, Sally interprétera 1141 fois, "Sept ans de Féflexion".

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Ci-dessus : Dana Andrews, Sally Forrest, et Thomas Mitchell

Toute l'oeuvre de Lang est donc tournée vers la noirceur. Noirceur des personnages dont la seule ambition est le pouvoir : ambition des directeurs vers la place qu'ils convoitent tout, et qui leur apportera succès et argent, ambition de pouvoir du tueur sur ses victimes. Ainsi, Lang donne ici une critique acerbe de la société américaine de 1956, comme si il savait que le ver est déjà dans le fruit. Ainsi, rien est obtenu normalement. Tous les rapports humains son pervertis. Le patron fait pression sur l'employé pour obtenir ce qu'il souhaite, et l'employé sur le policier. Enfin, tous les rapports humains sont faux. La femme du grand patron a une relation hors mariage avec l'un de ses directeurs, pour mieux le manipuler. Lang aborde ainsi le thème de la sexualité, sur un angle rarement abordé à Hollywood jusque là ou sinon avant que le fameux code de censure "Hays" n'ait été mis en place. La sexualité ne semble ici que perversité, adultère ou tromperie. Ainsi, le film de Lang sonne d'une étrange modernité, enveloppé qu'il est dans une réalisation très classique. Ainsi, le film se prend à tourmenter les héroïnes féminines.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Ci-dessus : Rhonda Fleming et Vincent Price

Avec son casting de stars, Lange mélange, sexe, ambition, pouvoir, et meurtre dans un mélange novateur, comme rarement vu dans le cinéma de cette époque. Le film évoque les côtés les plus noirs de la société américaine des années 50. Mais il choque par sa modernité, qui évoque des oeuvres plus récentes comme "l'étrangleur de Boston" (1968) avec Tony Curtis, qui ira plus loin encore dans le sexe et la violence. Lang dénonce les travers de la société américaine de 1956. L'ambition, le pouvoir, le sexe, tout est en place pour la grande déflagration des années 60, qui culminera avec la mort de Kennedy, la guerre du Vietnam, puis avec la contre-culture. Lang ne pouvait voir tout cela en 1956, mais il pressentait la catastrophe. Et même si la fin du film, semble nous dire que rien ne changera, il en a trop dit avant, pour ne pas avoir laissé au spectateur, l'idée que ce monde touche à sa fin et que les décennies qui s'annoncent seront bien celles des grands bouleversements pour la société américaine et occidentale toute entière. En est on jamais sorti ? Le meilleur des mondes reste encore à inventer. Quant à Lang, il semble être allé ici, au bout de sa recherche formelle en terme de réalisation de film noir et ouvre donc une nouvelle voie pour d'autres films. Il réalisera donc un dernier film aux USA, "l'invraisemblable vérité", avant de renaître tel le Phénix, avec "le tigre du Bengale" (1958) et "le tombeau hindou" (1959), mais cette fois-ci dans des productions allemandes.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,dana andrews,george sanders,howard duff,thomas mitchell,vincent price,sally forrest,rhonda fleming,ida lupino,james craig,robert warwick,mae marsh,john drew barrymore,herschel burke gilbert,fritz lang

Ci-dessus : Ida Lupino, Fritz Lang et Dana Andrews

Film disponible dans un magnifique coffret Wild Side en DVD zone 2 VF ou VO sous-titrée

 

Note : 8 / 10

06/08/2013

The man I love - 1947

"The man I love" (1947), est un film de la Warner tourné par Raoul Walsh. Alors, la première question que l'on se pose à voir ce film, c'est qu'est ce qu'il fait dans la collection "films criminels" de la Warner. En effet, "the man I love" a tout d'un mélodrame. Alors c'est vrai qu'il y a un chef de bande, mais franchement il n'a pas l'air très dangereux sinon avec les femmes. Et c'est bien pour le public féminin auquel ce film est destiné on le sent bien. Ida Lupino partage la vedette avec Robert Alda. Mais on retient surtout l'étrange interprétation de Bruce Bennett en artiste tourmenté par une femme qui l'a quitté mais qu'il ne peut s'empêcher d'aimer. Andrea King, Martha Vickers, et Alan Hale complètent la distribution. Le film a des qualités en particulier ses séquences musicales, qui en font un espèce d'immense clip vidéo. Mais la mise en place du drame, prend trop de temps et semble comfuse. Et on a parfois du mal à accrocher au premier tiers du film. 

the-man-i-love.jpg

Mais la tension va augmenter que ce soit à travers des personnages douteux, ou à travers la romance entre Ida Lupino et Bruce Bennett, et trouver une conclusion dramatique. On ressort donc un peu surpris par ce film, qui finit par une réplique énigmatique : "Tu m'as dit que nous avions tous les pieds, dans la boue. Oui mais certains regardent les étoiles". On aurait ainsi tendance nous aussi, à se demander si la bouteille est à moitié pleine ou à moitié vide. Mais malgré tout, Ida Lupino donne au spectateur son lot d'émotion. Cela m'incite donc à ne pas trop mal juger ce "the man I love", qui devait obtenir un gros succès auprès du public féminin de l'époque. Un film qui a trouvé son public, c'est déjà un très bon point, pour une oeuvre qui sait être déchirante par moment et qui montre comme rarement au cinéma, cette espèce d'incommunicabilité qui existe entre les hommes et les femmes. Enfin, on notera qu'Ida Lupino qui voulait se mettre à la réalisation, ne cessa pas d'importuner Walsh, lui demandant des conseils de réalisation. Ainsi quand Ida Lupino, demanda à Walsh comment ce dernier faisait pour rester calme, il lui répondit : "je ne me laisse pas emmerder !".

BTS-ManILove-7.jpg

 

BTS-ManILove-16.jpg

Ci-dessus : sur le plateau de "the man I love"

Extrait musical  de "the man I love" :

 

Disponible en DVD zone 2 dans la collection films criminels de la Warner sur le site de la Warner ou dans les magasins spécialisés.

 

Note : 6 / 10

22/01/2013

Peter Ibbetson - 1935

J'ai décidé d'aborder un nouveau cycle dans ma critique de films, avec un nouveau thème, qui portera sur le rêve et le fantastique dans le cinéma américain d'hier et d'aujourd'hui. Les films qui seront choisis sont bien entendu des films que j'ai vu et sélectionné en fonction de ma sensibilité et de ce que je considère comme étant des films particulièrement représentatifs d'un genre et également d'oeuvres qui méritent très souvent d'être sorties de l'oubli dans lequel le temps les a malheureusement plongées. Et je n'ai pas non plus pour vocation d'être totalement exhaustif sur ce thème. Dans ce cadre, je suis très fier de vous présenter un film magnifique, "Peter Ibbetson", du très sous-estimé Henry Hathaway. Le film a été tourné en 1935 et est tiré d'un roman de George Du Maurier, lui même adapté en pièce de théâtre. On retrouve Gary Cooper et Ann Harding dans les rôles principaux.

peter_ibbetson,1.jpg

Le film a pour thème un premier amour d'enfance qui hante le héros Peter Ibbetson tout au long de sa vie. Ce premier amour contrarié sera le thème central du film, et le rêve sera ici le vecteur de ce que Freud appelle la satisfaction du désir ou la voie royale vers l'inconscient. Sans vouloir raconter le film et vous priver de toute surprise, on a ici une très belle psychologie des personnages, expliquée par les traumatismes de l'enfance et de ce qu'ils peuvent engendrer à l'âge adulte. Cette singulière mise en avant de l'amour, qui décortique les rouages de l'âme humaine, fait de Peter Ibbetson un des plus beaux films qui a pu être tourné sur le thème du rêve. Mais c'est aussi une sublimation de l'amour qui est mis en avant de la plus belle des manières, et l'auteur et le cinéaste atteignent là des sommets que seul quelques grands auteurs ont pu atteindre dans l'histoire de l'art cinématographique, et littéraire. Ainsi, pour la littérature on pense à Dante et à son Enfer, on pense à holderlin et à son Hypérion et à quelques autres encore. Pour le cinéma, on pense à Jean Cocteau. Pourtant ces jeux d'enfants si innocents qui commencent le métrage ne paraissent pas bien une source de grand intérêt. On aurait tort de le penser. Car c'est là que tout commence (la maladie de la mère du jeune Peter) et où l'avenir des futurs adultes se détermine.

 

moore-weidler-ibbetson.jpg

Ainsi, le film est découpé en 3 parties : l'enfance, l'insatisfaction de l'âge adulte à la recherche de cet amour perdu, et enfin la prison. On notera que le thème des barreaux est bien présent dans chacune des parties et que ces plans sur des barreaux font finalement le lien entre chaque partie et représentent bien évidement, la représentation de cet amour contrarié, de cette séparation. "Peter Ibbetson" est fabuleux car il vous invite à un voyage dans un amour sublimé, mais aussi vous propose un voyage qui vous envoie aux confins de l'âme humaine et à ses limites.  Ainsi, on ne peut s'empêcher de penser aussi à Jung et à ses idées sur la synchronicité, associé ici au rêve. Synchronicité que l'on comprendra dans le sens junguien, "d'un hasard gorgé de sens". C'est en cela que ce film fait date, de par sa beauté et donc vous l'aurez compris de par son intellectualisme rare mis à la portée de tous.

 

pi_1.jpg

Le film devait rencontrer un succès critique et public assez inattendu, malgré le fait que Gary Cooper ait le rôle d'un anglais avec un accent qui lui ne l'était pas, et dans un rôle finalement pas très habituel pour lui. Je pourrais écrire encore énormément sur ce "Peter Ibbetson" mais ce serait pour en dévoiler l'intrigue, et il me semble que ce serait ce qu'il y a de pire pour évoquer un tel film.

pi_2.jpg

Je finirai donc comme d'habitude par écrire encore quelques lignes, pour attirer votre attention sur la magnifique musique symphonique de Ersnt Toch dont l'évocation n'aura ici rien d'anecdotique car elle sera nominée aux Oscars de 1935. Et en guise de conclusion, je vous invite à méditer ces quelques mots d'André Breton parlant de "Peter Ibbetson" : "un film prodigieux, triomphe de la pensée surréaliste". On est donc bien là devant un film totalement indispensable à notre nature d'être humain et qui est peut être tout simplement un des plus beaux films du cinéma hollywoodien. Inoubliable.

 

cinéma,cinema,acteur,actrice,dvd,bluray,gary cooper,ann harding,douglass dumbrille,ida lupino,john halliday,ernst toch,henry hathaway

 

cinéma,cinema,acteur,actrice,dvd,bluray,gary cooper,ann harding,douglass dumbrille,ida lupino,john halliday,ernst toch,henry hathaway

Disponible en DVD chez Wildside.  LES EDITEURS DOIVENT LE SORTIR EN BLURAY !!!!!!!!!!!!!!!


NOTE : 9 / 10