Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2017

Kong : Skull Island -2017

Désolé pour cette longue absence, mais le travail nous oblige parfois à abandonner nos passions. Mais je suis bien décidé à réveiller ce blog, belle au bois dormant endormie. Et pour commencer cette résurrection cinématographique, je vous propose un film pop-corn, "Kong Skull Island" de Jordan Vogt-Roberts. Le film ne s'embarrasse pas de la légende et des films précédents et se concentre plutôt sur un scénario tourné vers l'action voir l'horreur comique, dans un mode troisième degré revendiqué. Au niveau scénaristique la force du film est de mettre le film en scène dans une période conflictuelle, juste à la fin de la guerre du Vietnam. Les Marines US, prêts à rentrer chez eux et à retrouver femmes et enfants se laissent alors rattraper pour une ultime mission, par leur colonel Packard en manque d'action, joué par l'excellent Samuel Lee Jackson. Celui-ci est alors parti avec sa troupe pour accompagner une expédition scientifique sur une île inconnue. La distribution s'articule autour de Tom Hiddleston, Brie Larson, John Ortiz et Jing Tian. On notera également la présence du toujours excellent John Goodman.

7ee9656b48c3f6aa00a2eb527d37dc17.jpg

Alors c'est vrai que les années 70, c'est un peu moins glamour que le début des années 30 du "King-Kong" de Peter Jackson. Néanmoins, on se laisse prendre par cette aventure aux confins de la civilisation et de la rencontre d'êtres que tout oppose. L'opposition entre le colonel, sa troupe et Kong est à ce titre assez palpitante. Alors c'est vrai que c'est violent, voir parfois un peu gore, très américain, mais si on arrive à voir le film en mode deuxième ou troisième degré, en ce disant que c'est juste pour le "fun", on peut prendre un plaisir assez coupable à voir nos bêtes de guerre en face de la bête de la nature, plus grande qu'un immeuble. Et il y a beaucoup d'autres surprises, qu'évidemment je ne révèlerai pas. On retrouve donc un cinéma d'aventure, plaisant, même si il n'est pas à conseiller à tous les publics. En effet, certaines scènes peuvent choquer le jeune public. Il n'en reste pas moins que le divertissement est là, accompagné par une photographie tout à fait intéressante de Larry Fong, et par une bande originale très tournée vers les Seventies. On remarquera enfin un petit clin d'oeil, pour les spécialistes, à la chanteuse Vera Lynn en toute fin de métrage, avec un extrait très opportun et très touchant de "We will meet again". En somme, on s'amuse beaucoup à voir "Kong Skull Island", encore faut-il avoir le coeur bien accroché. Si c'est le cas. Vous allez aimer.

kong-skull-island-mit-tom-hiddleston-brie-larson-und-thomas-mann.jpg

Ci-dessus : Tom Hiddleston, Brie Larson, John Ortiz et Jing Tian

undefined.jpg

Ci-dessus : Samuel Lee Jackson (le colonel Packard)

Disponibles sur Amazon.fr en DVD & Bluray

Note : 7,5 / 10

04/02/2017

Magic in the Moonlight - 2014

En ce début d'années, j'ai rattrapé mon retard et j'ai commencé à regarder quelques films de Woody Allen. J'avais déjà vu "Scoop" (2006) et "Café Society" (2016), et là j'ai vu coup sur coup quelques autres oeuvres de ce prodigieux et prolifique cinéaste. Ainsi, j'ai récemment visionné "coups de feux sur Broadway" (1994), mais aussi "escrocs mais pas trop" (2000), "l'homme irrationnel"(2015) et donc "Magic in the Moonlight (2014). Et à la vision de ce dernier film, mon opinion est faite, oui Woody Allen est bien un génie du cinéma. Ses scénarios sont toujours intéressants, les dialogues sont parfaits, et si parfois il manque un grain de folie dans ses films, ils sont toujours magnifiquement filmés et photographiés. "Magic in the Moonlight"ne déroge pas à la règle et la photographie de Darius Khondji est de toute beauté. Ce dernier a d'ailleurs était le photographe de plusieurs autres films de Woody Allen.  d'autres obsessions de Woody Allen sont aussi mises en avant.

 

472220.jpg

Ainsi, son amour du jazz et de la musique classique transperce de la première à la dernière image, et fait de la bande originale une compilation improbable et décalée avec notre temps, mais tellement dans l'esprit de ses films et de son auteur. "Magic in the Moonlight" reprend aussi les thèmes traditionnels de son auteur : la vie, la mort, Dieu, et lui même. Mais ces thèmes sont toujours évoqués de manière légère sans jamais ennuyer le public. J'ai dit que c'était magnifiquement filmé et photographié, mais c'est aussi joué parfaitement par un Colin Firth et une Emma Stone apparemment très inspiré. On peut dire que le couple irradie littéralement l''écran. En résumé, ce spectacle a tout pour plaire et on ne pourrait lui reprocher peut être comme un peu dans tous les films de Woody Allen qu'il m'ait été donné de voir, un manque de folie, qui le rendrait extraordinaire. Néanmoins, Woody Allen reste un incomparable génie, par rapport à la médiocrité artistique et scénaristique générale du cinéma hollywoodien actuel. Il est donc très important de défendre son cinéma, un autre cinéma fait d'ombre et de lumière, mais aussi de poésie et de grâce. Ses racines sont sans aucun doute à chercher dans l'oeuvre d'Ingmar Bergman.

Magic.jpg

magic-moonlight-woody-allen-trailer.jpg

magicin5.jpg

magic-in-the-moonlight-emma-stone-colin-firth2.jpg

MagicMoonlight2.jpg

magic-in-the-moonlight-de-woody-allen_5131244.jpg

Ci-dessus : Emma Stone & Colin Firth

Disponible en DVD & Bluray sur Amazon en VF & VO sous-titrée (on regrettera la présence d'aucun bonus sur l'édition française).


Note : 7,5 / 10

28/01/2017

Bonne année à tous les cinéphiles !

Il me reste encore quelques jours pour souhaiter à tous mes lecteurs, une très bonne année 2017.  Ce blog est un peu en sommeil en ce moment, pour cause de mauvaise santé de son rédacteur, mais aussi à cause d'un travail très prenant. En attendant des jours meilleurs, je vous souhaite à tous et à toutes beaucoup de réussites, mais surtout des ondes positives pour cette nouvelle année, avec je l'espère énormément de découvertes cinéphiliques pour chacun. Que le cinéma vous apporte distraction, joie et bonheur et vous console des petits et grands malheurs de la vie ! On ne peut pas dire que l'on soit très gâté par les sorties Bluray en ces premiers mois de l'année. Mais à l'étranger on trouve encore quelques magnifiques diamants, comme la parution chez BFI du "Napoléon" d'Abel Gance, perle absolue du cinéma muet.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,2017,bonne année

Je vous souhaite donc à chacun d'entre vous, amoureux du cinéma, une très belle année 2017, qui sera je l'espère encore une année placée sous le signe du cinéma de patrimoine, avec des éditeurs qui tiendront leur promesse et qui nous feront enfin découvrir en bluray et en DVD des films inédits en France, comme les films du cinéma anglais des années 30, 40 et 50, ou que l'on aura enfin droit à des films noirs de Fritz Lang en Bluray. Bref ! Que cette année 2017 soit l'année du cinéma de patrimoine, mais qu'elle soit aussi la votre cher lecteur.

 

Bien à vous.

Stéphane. (Hollywood Classic).

30/12/2016

Disparition de Carrie Fisher, Claude Gensac & Debbie Reynolds !

Les dernières semaines ont été rudes pour les cinéphiles. Après la mort de notre star nationale, Michèle Morgan. On apprit cette semaine la mort de Carrie Fisher, Claude Gensac et de la mère de Carrie Fisher, Debbie Reynolds. La vie est parfois cruelle avec le monde du cinéma et avec nos stars qui nous semblent immortelles et éternellement jeunes. La communauté internet a été particulièrement touchée par la mort de Carrie Fisher, qui reste dans tous les esprits comme la princesse Leila de la guerre des étoiles, mais aussi par la mort de sa mère Debbie Reynolds qui ne semble pas avoir pu survivre au drame de la perte de son enfant. Pour moi, Debbie Reynolds reste l'interprète de "chantons sous la pluie", référence absolue de la comédie musicale. On sait que Carrie Fisher vivait à quelques mètres de la maison de sa mère et que les deux femmes étaient encore très proches l'une de l'autre. On ne sait ce que la carrière compliquée et cette relation ont eu pour conséquence sur la santé mentale de Carrie Fisher et ses addictions à la drogue et à l'alcool. Mais ce que l'on peut dire c'est que l'une et l'autre ont marqué l'histoire du cinéma. Debbie Reynolds était le symbole de la joie de vivre des comédies musicales des années 50, et Carrie Fisher a marqué de sa présence le cinéma de science-fiction des années 70 et 80. Debbie Reynolds avait un amour du grand Hollywood. Ainsi, suite à la revente de la MGM, en 1972 elle avait racheté énormément de pièces de ce grand studio et créé le Hollywood Motion Picture Museum, un musée, dans lequel elle avait rassemblé des milliers de costumes, affiches, et autographes. Puis par manque de fond elle avait revendu l'ensemble en 2011 et en 2014. Ainsi, la robe de Marilyn Monroe dans "Sept ans de réflexion" avait été vendue 4,6 millions de dollars. Les dernières paroles de Debbie Reynolds furent : "je veux être avec Carrie". L'année 2016 aura été dure jusqu'au bout, car il faut ajouter aussi Claude Gensac à notre liste de disparues. L'éternelle biche de Louis De Funès s'est éteinte il y a quelques jours également. Vivement 2017 !

carrie-fisher-3.jpg

Ci-dessus : Carrie Fisher

Debbie-Reynolds-Feet-1664169.jpg

 

Annex - Reynolds, Debbie_01.jpg

Debbie-Reynolds-born-April-1-1932.jpg

Ci-dessus : Debbie Reynolds

2935856-eddie-fisher-et-debbie-reynolds-avec-leu-950x0-1.jpg

Ci-dessus : Eddie Fisher, Debbie Reynolds & Carrie Fisher

1057full-claude-gensac.jpg

Ci-dessus : Claude Gensac

 

23/12/2016

La Pagode en flammes / China Girl - 1942

"La pagode en flammes" est autant un film qui met en avant la maîtrise du vieux routier Henry Hathaway, que de son immense directeur de la photographie Lee Garmes. Tourné en noir & blanc, pour le compte de la Twentieth Century Fox, "la pagode en flammes" permet donc à Lee Garmes de se surpasser pour nous donner des images formidablement contrastées qui se jouent du noir & blanc comme un peintre de la couleur. Il y avait des génies à Hollywood en 1942, et Lee Garmes en faisait bien partie. Le film est difficilement classable. Ainsi, il navigue entre le film de guerre, le film d'aventures, et la romance purement hollywoodienne. On profite de la présence de la magnifique Gene Tierney, mais aussi de la sexy Lynn Bari, qui essaye de voler le plus de scènes possibles à l'actrice principale. Lynn Bari de son vrai nom Margaret Schuyler Fisher, on la retrouve dans de nombreux films noirs où elle joue les rôles de méchants. Elle racontera d'ailleurs plus tard, "avoir une peur bleue des armes feu, mais que pourtant, on l'utilisait uniquement dans les rôles de femmes qui avaient un revolver dans leur sac, et qu'elle allait de plateau en plateau, abattant les gens et volant les maris." On regrettera que sa filmographie ne soit pas plus mise en avant aujourd'hui, car c'est une actrice avec un énorme potentiel. 

Poster - China Girl (1942)_02.jpg

Les acteurs masculins sont également très intéressants. Ainsi on retrouve George Montgomery dans le rôle d'un héros assez complexe torturé entre son amour des femmes et sa liberté. Victor McLaglen est ici dans un rôle de méchant qui lui est peu commun. Car Victor McLaglen c'est le sergent chef des plus grands westerns de John Ford sur la cavalerie américaine, mais aussi le personnage principal du "Mouchard" (1933) du même John Ford. Pour en revenir à "la pagode en flammes", on ne peut que louer la direction d'acteurs d'Hathaway, la photographie de Lee Garmes, la musique de Hugo Friedhofer et Alfred Newman. Mais on regrettera un ou deux plans ratés, comme au début la scène avec l'avion qui semble tellement sortir d'un plan d'un studio qu'on voit à l'écran les câbles tenant l'avion. En dehors de cette scène ratée, et des rapports très autoritaires de Montgomery avec un enfant birman, le film est parfait, et fait parfois penser à Casablanca tourné la même année. On ne saurait terminer cet article sans louer la musique exotique et symphonique du duo Hugo Friedhofer et Alfred Newman. On ne peut donc que remercier l'éditeur ESC pour son choix et les inviter à nous faire découvrir plus de films avec Gene Tierney ou la belle Lynn Bari.

la-pagode-en-flammes_50495_27628.jpg

Ci-dessus : Gene Tierney & George Montgomery

LA-PAGODE-EN-FLAMMES-CHINA-GIRL-1942_portrait_w858.jpg

Ci-dessus : Gene Tierney & George Montgomery

51521058.png

51521036.png

hqdefault.jpg

Ci-dessus : Gene Tierney & George Montgomery

vlcsnap-6267643.png

Ci-dessus : George Montgomery & Lynn Bari

8148-12.jpg

Ci-dessus : Lynn Bari

MJ_UZBBwuKdq1-9YADaJECHgNe4.jpg

930full-lynn-bari.jpg

Ci-dessus : Lynn Bari

Extrait de la musique :

Disponible chez ESC en DVD VO sous-titrée en français

 

Note : 7,5 / 10

21/12/2016

Disparition de Michèle Morgan

Hier j'apprenais avec émotion, la disparition de notre Michèle Morgan nationale, très grande artiste du cinéma français. Je me souviens d'elle, dans "Quai des brumes" avec Gabin, dans "Fortunat" avec Bourvil, dans "Passage to Marseille" avec Humphrey Bogart, dans " Marie-Antoinette reine de France" ou encore "dans "Maxime" avec Charles Boyer ou encore dans  le miroir à deux faces" avec le même Bourvil, et dans combien d'autres ! Michèle Morgan s'en est allé et c'est un peu de nous même qui nous a quitté. C'est un peu comme cette grand-mère qu'on a toujours aimé et qui n'est plus. Aujourd'hui, je me souviens de ton sourire et de tes yeux. Je me souviens de ton rire et de ta voix. Je me souviens que le temps passe et s'en va comme le sable entre les doigts. Mais je sais que ton souvenir restera encore sur quelques bobines de films et de supports numériques, mais encore et surtout dans la mémoire des cinéphiles. Adieu Michèle. Nous cinéphiles sommes tous un peu en deuil aujourd'hui. Repose en paix. On pense fort à toi, et surtout on continue de t'aimer.

Morgan1.jpg

382800.jpg

3207764539_1_6_KpzMxhQQ.jpg

michele_morgan.jpg

3176646043_1_2_RezzlH0W.jpg

 

17/12/2016

L'encyclopédie du western par Patrick Brion

Cette période de fêtes de fin d'année, est souvent le moment le plus propice pour les beaux cadeaux pour soi ou pour ceux qu'on aime. Ainsi, amis cinéphiles, je ne saurai trop vous conseiller, le superbe ouvrage de Mr Brion, "l'encyclopédie du western" qui fera date dans cette sorte d'ouvrages encore trop rares en France. Le livre reprend tous les grands classiques du genre mais aussi beaucoup d'autres films moins connus, pour donner un sentiment d'exhaustivité à l'ensemble, même si en réalité  ce n'est pas le cas, car il a été produit des milliers de westerns. Le livre a été édité aux éditions Télémaque, en deux volumes à la couverture ferme ou en un seul volume à la couverture souple. L'auteur nous renvoie à l'origine du western et parcourt le genre jusqu'à 2014. Le travail effectué est réellement impressionnant, car il n'y a pas seulement la fiche technique de tous les films, une critique, mais également et surtout une formidable iconographie de chaque film, qui nous permet de nous laisser porter par l'ouvrage, au delà de nos plus folles espérances. Car on peut faire des reproches à cet ouvrage, ce ne peut pas être une aridité. Le livre se lit bien, et comme je viens de l'écrire, l'iconographie attire l'oeil du lecteur. Côté vrai reproche, on peut déplorer quand même, l'absence de quelques pages de textes avant chaque grande décennie. Vu la stratosphérique expertise de l'auteur en matière de cinéma et de western en particulier, il n'aurait pas été de trop de nous présenter en quelques pages, le western à la période du cinéma muet, puis le western des années 30, puis le renouveau du genre par décennie et sa place dans le cinéma de ces années. On peut reprocher également une absence de notation, qui si elle aurait été sans aucun doute affaire de point de vue, elle aurait été un guide important pour le lecteur, lui permettant d'un coup d'oeil de dénicher les perles. Ces deux reproches considérés, on ne peut que féliciter Patrick Brion pour son travail et lui souhaiter qu'il nous fasse maintenant une encyclopédie du film de gangsters. Il y aurait sans doute là un genre à explorer avec bonheur, par cet auteur prolifique qui aura tant fait pour nous faire aimer le grand cinéma.

14693229.jpg

Note : 9 / 10

29/10/2016

Café Society - 2016

Je n'aurai pas la prétention de juger toute l'oeuvre de Woody Allen ou de replacer "Café Society" dans l'ensemble de sa filmographie. Malgré tout, je crois que tout spectateur peut se faire son propre avis sur le film. Tout d'abord de quoi s'agit il ? Le film se situe dans les années 30, et évoque l'arrivée à Hollywood du neveu d'un grand agent de stars, qui va rapidement déchanter de l'ambiance hollywoodienne tout en tombant amoureux de la secrétaire de son patron. Le film avait tout faire pour rêver,  avec tout d'abord une bonne douzaine de personnages représentés par un bon casting dans lequel on peut citer Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Steve Carell, Blake Lively, Parker Posey, Anna Camp, ou encore Corey Stoll. C'est superbement filmé et photographié. On peut également noter que la bande sonore est la grande star du film, reprenant quelques mélodies de Rodgers & Hart et la musique des années 30 & 40. Malgré tout ça, et ses différentes intrigues, Allen semble se perdre lui même dans sa narration, et la forme parfaite de son film finit par petit à petit à faire sombrer le fond. Car rien ne semble avoir réellement d'importance. Pire rien ne semble vraiment atteindre les personnages. Les différents évènements semblent glisser sur les personnages, comme sur le scénario. Je peux être un grand adepte de "l'underplaying", mais il y a des limites. Pourtant, il y avait vraiment matière à faire quelque chose de très grand. Or ici ce n'est pas le cas. Enfin, on ne peut se référer à Fred Astaire, Ginger Rogers, et Rodgers & Hart, sans avoir un souci du détail et de l'époque de tout les instants. Il est tout de même difficile de faire revivre les mythes. Et Allen, malgré la forme parfaite de son film, semble parfois se résoudre à tomber malheureusement dans une déconcertante facilité scénaristique. Malgré tout, "Café Society" reste un film très plaisant, bien filmé, bien photographié, possédant des personnages intéressants, et avec une superbe bande originale d'époque. On aurait aimé que ce soit un chef-d'oeuvre et que les sentiments soient un peu plus présents. Ce n'est malheureusement pas le cas. Et on sort de la séance heureux, mais en se disant "So What ?" "Et alors quoi ?"

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jesse eisenberg,kristen stewart,steve carell,blake lively,parker posey,corey stoll,ken stott,anna camp,woody allen

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jesse eisenberg,kristen stewart,steve carell,blake lively,parker posey,corey stoll,ken stott,anna camp,woody allen

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jesse eisenberg,kristen stewart,steve carell,blake lively,parker posey,corey stoll,ken stott,anna camp,woody allen

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,jesse eisenberg,kristen stewart,steve carell,blake lively,parker posey,corey stoll,ken stott,anna camp,woody allen

 

Bande-annonce :

 

Note : 7 / 10

22/10/2016

Helen Forrest la reine du jazz !

Aujourd'hui, je souhaiterai vous parler d'une personne que j'admire énormément et qui compte énormément pour moi. C'est Helen Forrest, née le 12 avril 1917. Elle est peu connue en France sinon par les vrais amateurs de Jazz. Mais vous pouvez me croire, cette femme a une voix extraordinaire. Elle a chanté dans les plus grands orchestres de son époque, avec Harry James le plus grand trompettiste de l'époque, mais aussi avec l'orchestre d'Artie Shaw, ou encore avec l'orchestre de Benny Goodman. Elle était en 1944, la chanteuse de jazz la plus populaire des USA. Puis les années passant, et la mode des "big bands" disparaissant, Helen Forrest devait également retourner dans un relatif anonymat, laissant évidemment le haut de l'affiche aux nouvelles modes et donc au "Rock-n-Roll" et au "Yéyé". Si son apport à l'industrie du cinéma est anecdotique, il faut se souvenir qu'elle a marqué durablement l'histoire du jazz, interprétant avec son coeur et toute son âme plus de 500 chansons, triste ou joyeuses, et ceci avec la plupart du temps, une chaleur vocale incomparable. Dans l'époque troublée qui était la sienne (2ème guerre mondiale) et que nous traversons nous aussi d'une autre façon, Helen Forrest était réellement une bonne personne, qui a rendu le monde plus beau. Pour cette raison je souhaitais redire toute ma plus profonde admiration à cette très grande dame qui nous a quitté le 11 juillet 1999, pour rejoindre l'orchestre de jazz du Paradis.

 Pour en savoir + sur Helen Forrest :

https://en.wikipedia.org/wiki/Helen_Forrest

musique,jazz,big bands,helen forrest,hollywood,harry james,artie shaw,benny goodman

HelenForrest.jpg

helen-forrest-singing-for-the-gis-everett.jpg

6910581_117644636383.jpg

6910581_117644634175.jpg

 

 

 

17/09/2016

Tout ce que le ciel permet / All that Heavens allows - 1955

"Tout ce que le ciel permet" est un mélodrame filmé en Technicolor et réalisé par Douglas Sirk. Il est porté par le duo Rock Hudson, Jane Wyman. On remarque aussi la jeune Gloria Talbott qui vole parfois la vedette à l'héroïne principale. Le scénario se déroule dans une petite ville des Etats-Unis en 1955. Tout y semble parfait, la vie semble sophistiquée et douce. Mais cette sophistication et cette douceur cachent une terrible violence psychologique du groupe, qui refuse les mariages entre gens de différentes conditions. La jeune veuve étant riche et lui plus jeune et pauvre, la ville se refuse à s'enthousiasmer pour cette union et les problèmes vont commencer pour le couple. Douglas Sirk aborde alors ici  un de ses thèmes favoris. En effet, pour lui comme dans bon nombre de ses films et comme l'a dit Sartre, l'Enfer c'est les autres. Ainsi, dans "le temps d'aimer et le temps de mourir", l'Enfer pour le héros était la pression sociale de la société allemande sous le nazisme. Dans "tout ce que le ciel permet" c'est la communauté américaine des années 50. Sirk fait donc de son mélodrame, une critique de la société et de l'être humain, le montrant sous ses aspects les plus durs. La violence n'est pas physique, mais psychologique. Cette violence semble traverser tous les régimes, toutes les époques et être réellement propre à l'Homme. Sirk utilise pour son film des tons très colorés qui accentuent le mal aise, entre l'apparente bienveillance de la ville et la dureté des rumeurs qui atteignent l'héroïne. Derrière son apparente sensiblerie et son scénario qui pourrait paraître à l'eau de rose, "tout ce que le ciel permet" bénéficie également de grandes qualités cinématographiques et photographiques encore accentuée par la musique de Frank Skinner dont le thème principal a été emprunté à Franz Liszt et à son Consolation N°3. On ne s'ennuie pas donc, même si on regrettera peut être une fin un peu trop convenue et quelques scènes tournées avec de la neige artificielle qui n'ajoute pas vraiment à la crédibilité de l'oeuvre. L'ensemble laisse tout de même une très bonne impression.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Jane Wyman, Rock Hudson, Agnes Moorehead, Conrad Nagel, Virginia Grey, Gloria Talbott, William Reynolds, Charles Drake, Hayden Rorke, Jacqueline deWit, Leigh Snowden, Donald Curtis, Alex Gerry, Nestor Paiva, Forrest Lewis, douglas sirk, Frank Skinner

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Jane Wyman, Rock Hudson, Agnes Moorehead, Conrad Nagel, Virginia Grey, Gloria Talbott, William Reynolds, Charles Drake, Hayden Rorke, Jacqueline deWit, Leigh Snowden, Donald Curtis, Alex Gerry, Nestor Paiva, Forrest Lewis, douglas sirk, Frank Skinner

Ci-dessus : Jane Wyman

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Jane Wyman, Rock Hudson, Agnes Moorehead, Conrad Nagel, Virginia Grey, Gloria Talbott, William Reynolds, Charles Drake, Hayden Rorke, Jacqueline deWit, Leigh Snowden, Donald Curtis, Alex Gerry, Nestor Paiva, Forrest Lewis, douglas sirk, Frank Skinner

Ci-dessus : Rock Hudson & Jane Wyman

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Jane Wyman, Rock Hudson, Agnes Moorehead, Conrad Nagel, Virginia Grey, Gloria Talbott, William Reynolds, Charles Drake, Hayden Rorke, Jacqueline deWit, Leigh Snowden, Donald Curtis, Alex Gerry, Nestor Paiva, Forrest Lewis, douglas sirk, Frank Skinner

Ci-dessus : Jane Wyman & William Reynolds

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, Jane Wyman, Rock Hudson, Agnes Moorehead, Conrad Nagel, Virginia Grey, Gloria Talbott, William Reynolds, Charles Drake, Hayden Rorke, Jacqueline deWit, Leigh Snowden, Donald Curtis, Alex Gerry, Nestor Paiva, Forrest Lewis, douglas sirk, Frank Skinner

Ci-dessus : Agnes Moorehead & Jane Wyman (de dos)

Disponible en VF & VO sous-titrée en Bluray  & DVD chez Elephant Films (qualité moyenne du master)

 

Note : 6,5 / 10

02/07/2016

Le dernier train pour Frisco / One More Train to Rob - 1971

"Le dernier train pour Frisco" est un film qui fait tâche dans la filmographie du regretté George Peppard et dans celle du réalisateur Andrew V McLaglen. Fils de Victor McLaglen, ce dernier héros de nombreux films de Ford, Andrew V McLaglen gâche ici totalement son talent, pourtant vu maintes fois, que ce soit dans "le Grand McLintock (1963) avec John Wayne et Maureen O'Hara, ou dans les Prairies de l'honneur (1965) avec James Stewart, ou encore "Bandolero !" (1968), "les Géants de l'Ouest" (1969) ou "Chisum" (1970) là aussi avec John Wayne. Dans "le dernier train pour Frisco", il n'y a rien à sauver, ni sa réalisation aux plans inintéressants ou répétés de multiples fois, ni le jeu des acteurs qui sont en perdition car clairement non dirigés par McLaglen. Le ton du film, quant à lui navigue entre celui du western et celui de la comédie grinçante, sans jamais atteindre aucun de ces deux genres. Le film avance donc en boitant bas dans une réalisation qui ferait passer n'importe quel épisode de "la petite maison dans la prairie" pour un film d'art et d'essai. Tout cela, désintéresse pas le spectateur, mais l'agacera au plus haut point, devant tant de médiocrité affligeante. La musique est quant à elle insignifiante, et il n'y a pas le début d'une scène érotique, pour sauver ce film des poubelles du cinéma. On peut donc se demander pourquoi Sidonis nous sort ce genre de navet, alors que "le train sifflera 3 fois" reste inédit en Bluray. Mon conseil : évitez à tout prix de monter dans "ce dernier train pour Frisco" ou bien vous en descendrez en cours de route. Pour ma part, j'ai lutté pour arriver à destination, mais que ce fut dur !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,george peppard,diana muldaur,john vernon,france nuyen,steve sandor,andrew v mclaglen

 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,george peppard,diana muldaur,john vernon,france nuyen,steve sandor,andrew v mclaglen

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,george peppard,diana muldaur,john vernon,france nuyen,steve sandor,andrew v mclaglen

 

Note : 2,5 / 10

01/07/2016

Miss Olivia De Havilland a 100 ans !!

Peu d'acteurs et d'actrices ont été des légendes de leur vivant, mais Olivia De Havilland est sans nulle doute une actrice légendaire du grand Hollywood. Femme à la vie exemplaire, aux films inoubliables et au sourire immortel. Je me souviens avoir été amoureux d'elle quand j'avais 15 ans ! A cette époque là, il y a presque 30 ans, on découvrait son duo avec Errol Flynn dans "les aventures de Robin des Bois" à la télévision sur France 3, il n'y avait pas de Home cinéma. Mais pour les enfants et les jeunes adolescents, ces films étaient formidables. Je ne vais pas refaire toute sa carrière, les pages de mon blog, sont remplis de mon admiration pour cette fabuleuse actrice. Mais une fois n'est pas coutume, la presse française et internationale s'est faite l'écho de son anniversaire et a fêté l'actrice un peu partout dans le monde. Je me joins donc moi aussi, à cette célébration, pour moi aussi souhaiter à cette merveilleuse actrice, tout le bonheur du monde et encore bien des années de vie parmi nous à Paris, parce que c'est à Paris, auprès de ses fans parisiens qu'elle a choisi de vivre. Miss Olivia De Havilland, merci encore pour votre vie dédié au grand cinéma américain !!

11.JPG

 

 

 

25/06/2016

Sabrina - 1954

"Sabrina" reste comme sans aucun doute un des plus beaux films d'Audrey Hepburn, si ce n'est le plus beau. En effet, il est un hymne intégral à la beauté de l'actrice, mais aussi à Paris et à la culture française, aujourd'hui en passe de disparaître. Le réalisateur, Billy Wilder, baigne le film dans une atmosphère permanente de glamour, de chic, et de sophistication, lien entre l'Amérique des années 50 et la France de cette époque. Paris y est mentionné à de nombreuses reprises comme la ville de l'amour, faisant de la capitale française la destination privilégiée des touristes américains amoureux. Aujourd'hui, la ville ayant tellement changée, sous les coups répétés de l'immigration et de la mondialisation, il est rare de trouver encore des quartiers ayant gardés leur âme si typiquement française. Le film en devient alors aujourd'hui un énorme cliché à lui tout seul, sur Paris, sur le businessman (Humphrey Bogart) trop occupé par son travail pour s'occuper de sa vie amoureuse, mais régentant celle de son frère (William Holden) trop inactif pour trouver du temps pour travailler. Pourtant comme dans Casablanca, le charme opère et cette succession de clichés, font de Sabrina un chef-d'oeuvre absolu et intemporel du cinéma. "Sabrina" avec son histoire en forme de conte pour enfants, berce le spectateur, et lui rappelle un temps où Paris était encore Paris, une ville où il faisait bon vivre. Cet esprit de chic français est rendu dans le film d'abord, par les toilettes et robes portées par Audrey Hepburn, qui sont celles de Givenchy, mais aussi par la chanson d'Edith Piaf, "la vie en rose" qui parcourt le film, avec en plus le tube "isn't it Romantic ?" de Rodgers & Harts. Hommage à la perfection de la mode et au bon goût français, "Sabrina" reste une immortelle fable sur l'amour et sur un Paris rêvé, magnifique et glamour, à l'esprit malheureusement à jamais disparu, définitivement assassiné un 13 novembre au nom de la tolérance. On notera que "Sabrina" fera d'Audrey Hepburn, l'égérie de Givenchy pendant de très nombreuses années.

uv_ASS8f6pp_Cb_Ce_HUMAQd1_Iy_Rxb_U.jpg

Holden-Hepburn-Sabrina.jpg

Ci-dessus : Audrey Hepburn & William Holden

1.JPG

Ci-dessus : Humphrey Bogart & Audrey Hepburn

35dde3a7f8180dbd9ea1470e3a1ee83c.jpg

Ci-dessus : Audrey Hepburn & William Holden

Audrey-Hepburns-style-in-Sabrina-4.png

sabrina-1954-03-g.jpg

tumblr_n5l78tVvya1qbilh4o1_1280.jpg

Extrait :

 Disponible en DVD & Bluray en VF et VO sous-titrée sur Amazon, etc

Note : 9 / 10

08/05/2015

Midnight Run - 1988

"Midnight Run" est la comédie policière typique de la fin des années 80. Réalisé par Martin Brest, le film apporte son lot d'aventures, d'humour et de surprises. "Midnight Run" signifie en argot, "mission facile". Avec cette histoire de chasseur de primes qui doit ramener un comptable de la mafia à un organisme de gestion de cautions, on se doute que ce sera tout le contraire. Le casting est très bon, avec un Robert De Niro, imprégné dans son rôle de chasseur de primes, à l'incapacité émotionnelle palpable et à la vie personnelle, et professionnelle misérable. Son métier semble être une espèce de thérapie pour son personnage. Malheureusement, l'antidote professionnelle lui fait prendre des risques inconsidérés, et n'apporte aucune solution à ses problèmes personnels et financiers. L'autre personnage principal est donc le comptable qui analyse tout, joué par un Charles Grondin très bon, espèce d'antithèse du personnage de De Niro. Les seconds rôles sont aussi au niveau avec en tête, Joe Pantoliano, John Ashton, ou Joe Farina en patron de la mafia locale. On peut noter que John Ashton retrouvera le réalisateur Martin Brest, 4 ans plus tard, dans "le flic de Beverly Hills". "Midnight Run" est donc facile, et très peu intellectualisé mais le spectacle reste très distrayant. De plus, l'étude du caractère des personnages est plutôt intéressante. C'est donc assez dur de trouver, des défauts à ce film, sinon qu'il ne se prend pas au sérieux. Mais après tout, c'est bien le concept du film en lui même. "Midnight Run" reste donc un classique de la comédie policière américaine des années 80 et c'est un film que l'on revoit toujours avec plaisir. Une sortie Bluray en France serait d'ailleurs bienvenue.

large_pVUfLM9z2H2rxB4Til8YvjUjnp.jpg

Midnight.jpg

646299501263490656.jpg

midnightrundeniro.png

url.png

MRun1.jpg

Ci-dessus : Robert De Niro & Charles Grondin

Disponible en DVD Zone 2, en VF et VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

07/05/2015

La voleuse de livres / The Book Thief - 2013

"La voleuse de livres" laisse une drôle d'impression. Cette histoire d'une jeune allemande illettrée qui apprend à lire et à aimer les livres en réponse à la dictature de la pensée nazie, avait tout pour réussir. En effet, elle était aidée par la formidable interprétation de la jeune canadienne Sophie Nélisse, qui à 15 ans porte littéralement le film totalement sur ses épaules, reléguant Geoffrey Rush (Pirates des Caraïbes) et Emily Watson dans d'aimables seconds rôles. Cela est d'autant plus vrai que "la voleuse de livres" est un film destiné à un public familial, voir à un jeune public. Les différentes aventures de l'héroïne sont vues à travers ses yeux, avec un narrateur principal dont on comprend qu'il représente la mort en tant que tel. Le film malgré ses qualités, a quelques erreurs, en particulier les livres ou l'abécédaire écrits tous les deux en anglais, pour faciliter la compréhension pour le public anglo-saxon. Il faut avouer que cela n'ajoute rien à la crédibilité de l'ensemble. "La voleuse de livres" reprend un peu tous les thèmes des civils pendant la guerre. On y voit une famille allemande qui a peur des nazis et qui lutte pour sa survie, tout en participant sans aucune conviction aux messes du parti. Il y a la guerre qui s'approche, les bombardements, et la cache d'un jeune juif. Malheureusement, les grands tournants du film n'apportent que peu d'émotions. La lecture dans l'abri magnifié dans un film comme "Mrs Miniver" (1942) est ici une scène comme une autre, et surtout le lien entre la lecture et la situation présente est perdue. Ainsi, on a le plus souvent l'impression de regarder une mini-série de M6, plutôt qu'un grand film de cinéma. La fin est par contre très réussie, et donne à réfléchir et à reconsidérer l'ensemble. "La voleuse de livres" qui avait tout pour réussir n'atteint donc que partiellement son but, mais mérite qu'on s'y attarde, ne serait-ce que pour le génie d'interprétation de Sophie Nélisse, qui mérite sans aucun doute, son prix de l'espoir féminin décerné par le "Critics' Choice Movie Awards". Ainsi, on aimerait vraiment, la voir dans d'autres productions, peut être plus exigeante et ambitieuse artistiquement. Elle a toutes les qualités pour devenir dans quelques années, une immense star du cinéma.

21060774_20131125172423153.jpg

La-Voleuse-de-Livres-Extrait-4-VO_reference.png

19539113_20131022103512462.jpg

52663fd02c429.jpg

maxresdefault.jpg

Ci-dessus : Sophie Nélisse

bookthief_02.jpg

Ci-dessus : Geoffrey Rush & Sophie Nélisse

url.jpg

Ci-dessus : Sophie Nélisse, Emily Watson & Geoffrey Rush

Disponible en DVD & Bluray Zone B, en VF et VO sous-titrée

Note : 6,5 / 10