Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2013

Le Grand Ziegfeld / The Great Ziegfeld - 1936

Lorsqu'on parcourt l'histoire du cinéma américain, on est obligé de s'arrêter devant quelques grands films, qui sont devenus des légendes du cinéma. "Le grand Ziegfeld" avec William Powell est bien de ceux là. Le film raconte l'histoire du grand producteur et chorégraphe de Broadway, Florenz Ziegfeld Junior. Le film peut faire peur au début, car il dure tout de même presque 3 heures. Cette durée est quelque chose d'assez inhabituelle pour 1936. En effet, la plupart des films et des productions courantes de cette époque, duraient entre 1H15 et 1H45. La longueur de cette production, est donc une preuve du caractère ambitieux du projet. Et le film l'est réellement. Les décors sont les plus beaux jamais vus, les costumes sont plus que magnifiques et sont quasiment irréels de beauté. Enfin, le casting est particulièrement bien choisi.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

"Le grand Ziegfeld" n'est pas seulement une incroyable comédie musicale. C'est aussi l'histoire de ce légendaire producteur, Ziegfeld (William Powell) de Broadway, qui commence sa carrière, en hâbleur de foire, lors de l'exposition universel de Chicago en 1895. Le film commence donc comme une production classique de William Powell, mais déjà avec une impressionnante mise en scène. Donc pendant cette exposition Ziegfeld va être en concurrence avec Jack Billings (Frank Morgan), afin que le public vienne voir son spectacle. La concurrence entre Denis Morgan et William Powell, sera un peu le fil rouge du film. Mais petit à petit cette concurrence, se transformera an collaboration, puis en amitié, rendant touchante cette confrontation.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Reginald Owen

Le film parcourt alors la vie de Ziegfeld, nous racontant sa rencontre avec sa future compagne Anna Held (Luise Rainer). Mais le film prendra littéralement son envol avec la mise en scène des célèbres "Follies" de Ziegfeld. Le film est plein d'émotion, que ce soit dans les relations de Ziegfeld avec les femmes ou son ambition de marier la beauté féminine à la beauté de l'art occidental. Ainsi le numéro "A pretty girl is like a melody" est un morceau inoubliable, de l'histoire de la comédie musicale. En effet, il nous montre une espèce de gigantesque pièce montée (digne de Busby Berkeley) sur laquelle est perchée tout ce qui fait la grâce et la beauté de la civilisation classique occidentale. Les premières marches représentent le 18ème siècle français, puis c'est le Japon et le fameux opéra de Puccini "Madame Butterfly", après on passe au rêve d'amour de Liszt, ensuite à la valse de Strauss, Caruso, Gershwin, et une apothéose incroyable où trône tout en haut, la femme, telle une reine du monde. Il est dur de ne pas pleurer devant tant de beautés et de grâces réunies. On peut dire que la MGM a tout mis en oeuvre pour faire un mémorable chef-d'oeuvre, réunissant toutes les beautés féminines de l'époque et toutes les beautés classiques et musicales du vieux continent et du nouveau monde, dans une apothéose cinématographique. Cet inoubliable numéro clôt alors la première partie du film. Il y a une ouverture et un entracte. Au moment de l'entracte, je décidais donc de faire une pause et je reprenais le soir même, pour voir la deuxième partie.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Luise Rainer

La deuxième partie du film est tout aussi forte que la première partie, sinon plus avec les apparitions de Ray Bolger (lui même). Ray Bolger c'est bien évidemment l'épouvantail du "Magicien d'Oz" de  Victor Fleming de 1939. Mais surtout le film permet de voir la vraie Fanny Brice, qui était une découverte de Ziegfeld. Puis le film évoque les relations tulmutueuses du producteur avec sa compagne, et les Ziegfeld Girls. Enfin, Myrna Loy apparaît presque à la fin du film. Le jeu de William Powell est très souvent bouleversant, et l'ultime scène du film, vous fera assurément applaudir ce chef d'oeuvre impérissable. La magnificence de cette production, devait coûter 2 millions de dollars à la MGM, mais en rapporter 4 millions et être un énorme succès. Enfin le film devait être nominés 7 fois, et recevoir 3 Oscars amplement mérités : Meilleur film, meilleur actrice pour Luise Rainer, et meilleur direction de danse pour Seymour Felix. Un petit mot, pour finir et pour vous dire qu'à l'heure où j'écris ces lignes, Luise Rainer est toujours parmi nous, et elle a 103 ans !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood,william powell,myrna loy,luise rainer,frank morgan,reginald owen,ernest cossart,ray bolger,fanny brice,robert z leonard

Ci-dessus : Virginia Bruce et Luise Rainer

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : Jean Chatburn et William Powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Myrna Loy

 

Extrait :

Disponible en DVD zone 2 (VO sous-titrée)

Note : 9 / 10

29/06/2013

Le Combat du capitaine Newman / Captain Newman, M.D. - 1963

'Le combat du capitaine Newman" a été réalisé par David Miller. David Miller est un cinéaste à la carrière de réalisateur très éclectique, spécialiste des films crépusculaires. Ainsi, si on se souvient de lui aujourd'hui pour avoir été le réalisateur du légendaire western avec Kirk Douglas, "seuls sont les indomptés", il était aussi le réalisateur de "Diane de Poitiers" (1956), film d'aventures lui aussi crépusculaires qui annonçait la fin du film d'aventure hollywoodien classique, mais aussi  la conclusion de la carrière de Lana Turner à la MGM, qui ne renouvelait pas alors son contrat. Elle devait d'ailleurs raconter plus tard : "« Lorsque j’ai eu fini Diane, je me revois encore quitter le studio sans un regard en arrière. Il était étrange de voir ces rues désormais vides. Elles avaient été ma seconde demeure, peut-être ma maison la plus stable durant dix-sept ans. Je me souviens combien j’étais excitée lorsque j’ai vu ces visages fameux à l’époque de l’âge d’or de la MGM et le bonheur de faire bientôt partie d’eux. Maintenant la gloire était passée" Mais pour en revenir à David Miller, il n'était pas seulement le réalisateur de films crépusculaires. Il était aussi un réalisateur touche à tout, s'intéressant à tous les genres. Ainsi dans sa filmographie on retroue des comédies comme "la pêche aux trésors" (1949) avec les Marx Brothers et la jeune Marilyn Monroe, mais aussi des films de guerre "les tigres volants" avec John Wayne et même des westerns comme par exemple "Billy the Kid, le réfractaire" (1941) avec Robert Taylor. Miller commença sa carrière par la réalisation de documentaires et de court-métrages, avant de se lancer dans la réalisation de long-métrages, le premier étant "le réfractaire".

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Pour en revenir au film qui nous intéresse "le combat du capitaine Newman", on retrouve ici une structure scénaristique empreint d'un classicisme, mais aussi d'un aspect baroque assez paradoxal, qui annonce de façon ici presque imperceptible, une pensée différente empreinte d'un refus total de la guerre. Le classicisme du film s'exprime par son formalisme classique. Ainsi, on retrouve tout ce qui fait le film de guerre classique (respect de la hiérarchie, base militaire très propre). Mais de l'autre côté on retrouve un sujet très peu traité : la vie d'un service psychiatrique militaire. Et le film navigue ensuite entre différents malades et les traits d'humour de l'infirmier joué par Tony Curtis. La pesanteur du propos est ainsi compensé par l'humour et les aventures de Tony Curtis. Gregory Peck peut ainsi faire montre de tout son talent, s'aventurant à badiner avec l'infirmière principale interprêtée par la très belle Angie Dickinson ou à manier l'humour à froid avec Tony Curtis. Angie Dickinson s'est bien évidemment l'interprête de "Rio Bravo" (1959). Elle devait commencer sa carrière par des rôles à la télévision et on devait la remarquer déjà dans un western, cette fois-ci avec Robert Mitchum, 'l'homme au fusil" (1955).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Ci+dessus : Angie Dickinson

Outre Gregory Peck, Angie Dickinson, et Tony Curtis, le casting est aussi composé d'Eddy Albert que l'on a déjà vu dans le rôle d'un officier malade et lâche dans "Attack !" (1956) de Robert Aldrich et l'année précédente toujours en militaire dans "le jour le plus long" (1962). Si à cela on ajoute la présence de Robert Duvall alors tout jeune, et de Bobby Darin (le chanteur à succès) vous l'aurez compris que "le combat du capitaine Newman" est un film de qualité. Robert Duvall interprête ici son deuxième film pour le cinéma et c'est également son deuxième film avec Gregory Peck, après "du silence et des ombres" (1962). Voilà vous savez tout sur le service du capitaine Newman qui aurait très bien pu être le pilote d'une série TV. Il n'en reste pas moins que le film a d'énormes qualités et fait déjà s'interroger sur l'acte schizoprhrène de la société qui soigne des militaires pour les renvoyer en Enfer. Un très beau film avec des acteurs au meilleur de leur forme.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Disponible en DVD zone 2 (français /anglais) sur le site d'Universal ou magasins spécialisés

Qualité d'image : très correcte

 

Bande-annonce :

 

Note : 7,5 / 10