Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2014

Pin Up Girl - 1944

"Pin up Girl" est une comédie musicale en Technicolor tournée par H Bruce Humberstone, avec Betty Grable, John Harvey et Martha Raye. Le film reprend l'histoire "d'un jour à New-York" qui sera tourné en 1949, par Stanley Donen qui réunira Gene Kelly et Frank Sinatra. Et le problème de "Pin Up Girl" est bien là. Le spectateur un peu cinéphile ne peut s'empêcher de penser à "un jour à New-York" et de constater que tout est bien meilleure dans la version de Stanley Donen, scénarisée par Adolph Green. Alors c'est vrai qu'il y a la belle Betty Grable et tout tourne autour d'elle, et sûrement trop. Ainsi, les autres acteurs semblent presque inexistant à côté d'elle. Seul Eugène Eugene Pallette (frère Tuck dans le robin des bois de Michael Curtiz), arrive à sortir le spectateur de sa relative torpeur. A tout cela, il faut ajouter un scénario très léger, voir presque inexistant, qui n'ajoute rien au film. On regarde donc ce film avec un plaisir contenu. Quelques numéros musicaux sortent de l'ordinaire, comme l'avant dernier plutôt original, avec les filles en patins à roulettes et couvertes de plumes. "Pin Up Girl" est donc sauvé par quelques uns de ses numéros musicaux et par sa star omniprésente, enceinte de 7 mois à la fin du tournage. Pour le reste, il n'y a pas grand chose à signaler.

 cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, betty grable, John Harvey, Martha Raye, Joe E. Brown, H Bruce Humberstone

 cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, betty grable, John Harvey, Martha Raye, Joe E. Brown, H Bruce Humberstone

 cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, betty grable, John Harvey, Martha Raye, Joe E. Brown, H Bruce Humberstone

Ci-dessus : Betty Grable & John Harvey

 cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, betty grable, John Harvey, Martha Raye, Joe E. Brown, H Bruce Humberstone

 cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, betty grable, John Harvey, Martha Raye, Joe E. Brown, H Bruce Humberstone

Disponible en DVD zone 2, sous-titrée français, chez Twentieth Century Fox

Note : 5 / 10

30/11/2013

Le cavalier au masque / The purple mask - 1955

"Le cavalier au masque" n'est pas le plus grand film de l'Universal. En effet, en plus de devoir supporter un scénario pas très crédible, pourtant tiré de la pièce de Paul Armont et Jean Manoussi, on se retrouve avec un Tony Curtis maniéré à l'extrème. Les incohérences du scénario se retrouvent dans quasiment chaque séquence. Ainsi, Tony Curtis est censé représenter un royaliste masqué en lutte contre le pouvoir dictatorial du premier consul, Bonaparte. Mais dès le départ, rien est crédible. Les ministres de la police sont représentés comme des shérifs prêts à conduire des charrettes de foin, ou à porter des fausses barbes. On finit par rire devant ce cavalier au masque, qui ne peut se voir qu'au deuxième ou au troisième degré. On retrouve des décors déjà vu dans d'autres films de Curtis, comme dans "le chevalier du roi" (1954) ou "le fils d'Ali Baba" (1952). Et oui, c'était l'époque où l'Universal utilisait et réutilisait ses décors pour plusieurs productions, pour des raisons économiques. La réalisation de H Bruce Humberstone n'est pas si mauvaise et les costumes sont plutôt chatoyants et vraiment d'époque. Malheureusement, c'est presque le seul point fort du film.

Le-Cavalier-au-masque-affiche-11184.jpg

A cela il faut ajouter un tournage en cinémascope et une présentation DVD en 4/3, et une très faible définition ! Si Universal voulait détruire son propre catalogue, il ne le ferait pas autrement. Le film en lui même n'a certes pas beaucoup de qualités. Mais là, c'est purement et simplement du sabotage. En conclusion, je vous conseille de ne pas acheter ce "cavalier au masque", car même en promotion, c'est toujours 7,50 € d'économie non investis sur un mauvais film, totalement massacré par l'éditeur.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

Ci-dessus : On reconnait de gauche à droite, Colleen Miller, Angela Lansbury et Tony Curtis (en royaliste rose ...)

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, hollywood, ony Curtis, Colleen Miller, Gene Barry, Dan O’Herlihy, Angela Lansbury, George Dolenz, John Hoyt, Donald Randolph, Robert Cornthwaite, Paul Cavanagh, Gene Darcy, Eugene Borden, Jane Howard, Myrna Hansen, H Bruce Humberstone

Note : 4 / 10 (pour les costumes et le second degré)

12/05/2013

Dix hommes à abattre / Ten wanted men - 1955

"Dix hommes à abattre" est un western en Technicolor, avec Randolph Scott, il nous permet de voir de nouveau notre héros au prise cette fois-ci avec une bande de desperados bien décidés à l'éliminer lui et sa famille. Le titre original aurait du être "violent men", mais comme un film de Rudolph Maté, (également de la Columbia) était sorti sous ce titre, une  semaine plus tôt, le titre définitif choisi fut en anglais "Ten wanted men". Bruce Humberstone est derrière la caméra et Harry Joe Brown encore une fois à la production avec Randolph Scott. c'est vrai que Bruce Humberston est plutôt un spécialite de la comédie musicale ("Vallley Serenade", "Pin Up Girl" en passant par le coloré "Hello Frisco, Hello") ou du film noir. Mais il réalise ici un western sans temps mort et qui est loin d'être le film sans intérêt que certaines critiques veulent à tout prix nous vendre.

10hommesabattre2.th.jpg

Le film bénéficie d'une étonnante distribution autour de Randolph Scott avec Richard Boone que l'on se rappelle avoir vu joué avec John Wayne dans "Alamo" (1961), mais aussi la propre soeur de Marlon Brando, Jocelyn Brando et enfin tout une pléïade de seconds rôles avec en tête la belle Donna Martell, mais aussi toute la bande de tueurs et d'assassins comprenant Leo Gordon, mais aussi Lee Van Cleef très jeune, et le vétéran du western, Clem Bevans joue un propriétaire. Enfin, Alfonso Bedoya clôture cette distribution dans un rôle, assez proche de la figuration en dehors d'une ou deux scènes. Le scénario du film se résume à un duel permanent entre Randolph Scott et Richard Boone, mais les méchants du film sont particulièrement savoureux. Ainsi, l'origine du conflit entre les deux hommes se tourne autour du désir sexuel de Richard Boone pour une belle mexicaine jouée par Donna Martell. Le scénario est donc assez original. Enfin le film se terminera par des combats à la dynamite, à la violence assez surprenante pour l'époque. Le film n'a aucun temps mort et les 77 minutes du métrage passent donc rapidement et le spectacle est plaisant et distrayant. On reprochera malgré tout parfois, un manque d'intensité dramatique qui déssert le film et qui lui empêche une meilleure note. Ainsi, la scène romantique entre Jocelyne Brando et Randolph Scott, dans un bâtiment assiégé semble hors de propos. A noter enfin que l'année suivante, Randolph Scott devait tourner un autre Western : "7 hommes à abattre".

10hommesabattre6.th.jpg

Ci-dessus : Jocelyne Brando et Randolph Scott

495870donna_martell.jpg

Ci-dessus : Donna Martell (ce n'est pas une photo du film)

duke_117.jpg

Ci-dessus : Skip Homeier, Richard Boone, et Donna Martell


Note : 7 / 10