Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2016

La ville abandonnée / Yellow Sky - 1948

"La ville abandonnée" est un western en noir & blanc, de William A Wellman. Le film bénéficie d'une belle distribution avec un trio d'acteurs, composés de Gregory Peck, Richard Widmark et Anne Baxter. Ce n'est que le deuxième de Richard Widmark, mais il s'impose déjà comme une future star. Gregory Peck mène une bande de hors-la-loi, dont le plus dangereux semble bien être Widmark, même si chacun d'entre eux, semble être un danger pour la jeune fille interprétée par Anne Baxter, qui découvre avec eux sa féminité. On peut noter également l'interprétation sérieuse de John Russell. La réalisation de William A Wellman est quant à elle, géniale, et la fabuleuse photographie de Joseph MacDonald sort sans aucun doute ce film de la masse des westerns produits par Hollywood en 1948. En effet, Joseph MacDonald joue sur le clair-obscur, pour parfois donner un ton de film noir à un western toujours rugueux et âpre, où le spectateur ne s'ennuie jamais. "La ville abandonnée" tournée dans une ville fantôme, aborde la vie d'individus coupés de la société, qui partent se cacher après un hold-up, mais dont la planque se trouvera être une mine d'or. Les personnalités des uns et des autres s'y révèleront sous leur vrai jour. Sidonis nous propose en Bluray, une superbe édition qui fait honneur à l'oeuvre de Wellman. La ville abandonnée est donc un film à redécouvrir de toute urgence. Pour finir cet article, j'ajouterai un voeu. En effet, ce serait formidable que Sidonis nous sorte un jour une édition Bluray du "train sifflera trois fois", avec une qualité comparable.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, gregory peck, richard widmark, Anne Baxter, john Russell,alfred newman, Joseph MacDonald,William Wellman

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, gregory peck, richard widmark, Anne Baxter, john Russell,alfred newman, Joseph MacDonald,William Wellman

Ci-dessus : Anne Baxter & Gregory Peck

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, gregory peck, richard widmark, Anne Baxter, john Russell,alfred newman, Joseph MacDonald,William Wellman

Ci-dessus : Anne Baxter

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, gregory peck, richard widmark, Anne Baxter, john Russell,alfred newman, Joseph MacDonald,William Wellman

Ci-dessus : Richard Widmark, John Russell, & Gregory Peck

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films, gregory peck, richard widmark, Anne Baxter, john Russell,alfred newman, Joseph MacDonald,William Wellman

Ci-dessus : Anne Baxter

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,gregory peck,richard widmark,anne baxter,john russell,alfred newman,joseph macdonald,william wellman

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,gregory peck,richard widmark,anne baxter,john russell,alfred newman,joseph macdonald,william wellman

 

La bande-annonce :

Ci-dessus : Gregory Peck & Anne Baxter

Film disponible en Bluray & DVD en Zone 2, en VF et VO sous-titrée français, chez Sidonis

 

 

Note : 8,5 / 10

12/11/2013

La flamme pourpre / The Purple Plain - 1954

"La flamme pourpre" est un film de guerre, de Robert Parrish. C'est un film, assez particulier, car il n'y a pas de grandes batailles. Ainsi, le film commence par une scène d'anthologie où le personnage de Gregory Peck fait un cauchemar et où il croit être réveillé par une attaque aérienne. Le ton du film est donné. On va donc suivre le parcours de cet officier, aux nerfs perturbés par la guerre. Parrish a particulièrement bien étudié le désordre mental que crée le stress du combat. En effet, on voit très souvent Peck allongé, suant plus que ses camarades. Tout est très bien reconstitué de ce côté là. On s'attache donc tout de suite au personnage de Peck et on se demande bien, comment il va s'en sortir, handicapé qu'il est par son stress post-traumatique. Au côté de Peck, on remarque Bernard Lee, (le fameux M de la série des 007 avec Sean Connery), mais aussi Brenda De Banzie, Maurice Denham, ou la jeune Win Min Than. Au sujet de cette dernière, on raconte que son riche mari était tellement jaloux, qu'il lui demandait de manger des oignons, avant une scène avec Gregory Peck pour que celui-ci ne l'embrasse pas. La légende rejoint parfois la réalité. Plus sérieusement, on pourra noter la très bonne interprétation de tous les acteurs du film, et en particulier de Gregory Peck, qui est ici exceptionnel.

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gregory peck,brenda de banzie,win min than,bernard lee,maurice denham,john veale,robert parrish

Le film est assez particulier également, car le personnage de Peck ne tient pas particulièrement à la vie. Il a perdu la femme qu'il aime lors d'un bombardement, et c'est finalement ce premier choc de la guerre, qui le ronge et qui l'a pour ainsi dire brisé. Mais sa rencontre avec une jeune asiatique va changer sa conception de la vie, et faire de cet être assez morbide, un être qui voudra vivre à toute force. On a aussi l'impression que les circonstances exceptionnelles vont lui redonner une envie de vivre qu'il avait depuis longtemps perdu. "la flamme pourpre" exclu tout idée de nationalisme, et est parfois très dur à supporter, car il montre le ravage de la guerre sur l'individu, et explore les angoisses de l'âme. On retient le message profondément humain, d'un ennemi invisible, mais d'angoisses et de symptômes d'une effrayante réalité. Enfin la qualité première du film de Parrish est de donner une vie au personnage de Peck et de nous faire ressentir le moindre de ces sentiments ou de sa déchéance physique, ainsi que sa résurrection. Je finira en disant quelques mots, sur la belle musique de John Veale, qui ajoute encore à la puissance de l'oeuvre, mais qui sait aussi être intimiste, avec des petits accents légers de flûte. On est donc, assez surpris de voir qu'un tel film ait pu être tourné en 1954, époque où très souvent, le cinéma ne s'embarrassait pas avec la réalité, mais peut être la société de production anglaise de l'oeuvre, peut expliquer le ton si particulier du film.

01.jpg

Ci-dessus : Gregory Peck

0.jpg

hqdefault.jpg

Ci-dessus : Gregory Peck et Win Min Than (dont ce sera le seul film).

 

Disponible en DVD et Bluray chez Sidonis & Calysta en VF et VO sous-titrée

 

Note : 8,5 / 10

29/06/2013

Le Combat du capitaine Newman / Captain Newman, M.D. - 1963

'Le combat du capitaine Newman" a été réalisé par David Miller. David Miller est un cinéaste à la carrière de réalisateur très éclectique, spécialiste des films crépusculaires. Ainsi, si on se souvient de lui aujourd'hui pour avoir été le réalisateur du légendaire western avec Kirk Douglas, "seuls sont les indomptés", il était aussi le réalisateur de "Diane de Poitiers" (1956), film d'aventures lui aussi crépusculaires qui annonçait la fin du film d'aventure hollywoodien classique, mais aussi  la conclusion de la carrière de Lana Turner à la MGM, qui ne renouvelait pas alors son contrat. Elle devait d'ailleurs raconter plus tard : "« Lorsque j’ai eu fini Diane, je me revois encore quitter le studio sans un regard en arrière. Il était étrange de voir ces rues désormais vides. Elles avaient été ma seconde demeure, peut-être ma maison la plus stable durant dix-sept ans. Je me souviens combien j’étais excitée lorsque j’ai vu ces visages fameux à l’époque de l’âge d’or de la MGM et le bonheur de faire bientôt partie d’eux. Maintenant la gloire était passée" Mais pour en revenir à David Miller, il n'était pas seulement le réalisateur de films crépusculaires. Il était aussi un réalisateur touche à tout, s'intéressant à tous les genres. Ainsi dans sa filmographie on retroue des comédies comme "la pêche aux trésors" (1949) avec les Marx Brothers et la jeune Marilyn Monroe, mais aussi des films de guerre "les tigres volants" avec John Wayne et même des westerns comme par exemple "Billy the Kid, le réfractaire" (1941) avec Robert Taylor. Miller commença sa carrière par la réalisation de documentaires et de court-métrages, avant de se lancer dans la réalisation de long-métrages, le premier étant "le réfractaire".

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Pour en revenir au film qui nous intéresse "le combat du capitaine Newman", on retrouve ici une structure scénaristique empreint d'un classicisme, mais aussi d'un aspect baroque assez paradoxal, qui annonce de façon ici presque imperceptible, une pensée différente empreinte d'un refus total de la guerre. Le classicisme du film s'exprime par son formalisme classique. Ainsi, on retrouve tout ce qui fait le film de guerre classique (respect de la hiérarchie, base militaire très propre). Mais de l'autre côté on retrouve un sujet très peu traité : la vie d'un service psychiatrique militaire. Et le film navigue ensuite entre différents malades et les traits d'humour de l'infirmier joué par Tony Curtis. La pesanteur du propos est ainsi compensé par l'humour et les aventures de Tony Curtis. Gregory Peck peut ainsi faire montre de tout son talent, s'aventurant à badiner avec l'infirmière principale interprêtée par la très belle Angie Dickinson ou à manier l'humour à froid avec Tony Curtis. Angie Dickinson s'est bien évidemment l'interprête de "Rio Bravo" (1959). Elle devait commencer sa carrière par des rôles à la télévision et on devait la remarquer déjà dans un western, cette fois-ci avec Robert Mitchum, 'l'homme au fusil" (1955).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Ci+dessus : Angie Dickinson

Outre Gregory Peck, Angie Dickinson, et Tony Curtis, le casting est aussi composé d'Eddy Albert que l'on a déjà vu dans le rôle d'un officier malade et lâche dans "Attack !" (1956) de Robert Aldrich et l'année précédente toujours en militaire dans "le jour le plus long" (1962). Si à cela on ajoute la présence de Robert Duvall alors tout jeune, et de Bobby Darin (le chanteur à succès) vous l'aurez compris que "le combat du capitaine Newman" est un film de qualité. Robert Duvall interprête ici son deuxième film pour le cinéma et c'est également son deuxième film avec Gregory Peck, après "du silence et des ombres" (1962). Voilà vous savez tout sur le service du capitaine Newman qui aurait très bien pu être le pilote d'une série TV. Il n'en reste pas moins que le film a d'énormes qualités et fait déjà s'interroger sur l'acte schizoprhrène de la société qui soigne des militaires pour les renvoyer en Enfer. Un très beau film avec des acteurs au meilleur de leur forme.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,fims,hollwyood,gregory peck,angie dickinson,tony curtis,eddie albert,bobby darin,james gregory,robert duvall,ann doran,david miller

Disponible en DVD zone 2 (français /anglais) sur le site d'Universal ou magasins spécialisés

Qualité d'image : très correcte

 

Bande-annonce :

 

Note : 7,5 / 10

28/05/2013

Mirage - 1965

"Mirage" est un bon thriller à la distribution très intéresante. En effet, on y retrouve en plus de Gregory Peck, Diane Baker et Walter Matthau. La réalisation d'Edward Dmytryk est correcte, sans être nullement exceptionnelle. Malheureusement le scénario de Peter Stone, inspiré du livre de Howard Fast, ne résoud pas tous les questions qu'avancent l'intrigue. On reste donc quelque peu sur sa faim. Et on a finalement parfois l'impression d'avoir assisté nous aussi, à une sorte de mirage cinématographique. Enfin la musique de Quincy Jones, souvent douce et proche d'une musique d'ambiance ne permet pas réallement de plonger dans ce film noir. On pouvait donc logiquement espérer beaucoup plus de ce "Mirage" qui n'arrive pas à concrétiser à l'écran les bonnes intentions que l'on entrevoit de temps en temps, mais donc un peu gâché par un scénario trop confus et pas assez approfondi, surtout que les acteurs sont excellents , en particulier Gregory Peck et Walter Matthau.

Mirage1965.jpg

381751_orig.png

Ci-dessus : Gregory Peck et Diane Baker

Gregory-Peck-Diane-Baker-and-Edward-Dmytryk-on-location-for-Mirage-e1341230689102.jpg

Ci-dessus : avec le réalisateur Edward Dmytryk

 

Extrait de la musique :

  Disponible chez Universal sur le site de l''éditeur ou dans certains magasins spécialisés

Note : 7 / 10

04/04/2013

Souvenez vous de ... François Chalais

François Chalais, journaliste a interviewé les plus grandes stars des années 50 et 60. L'INA a édité ses interviews dans un DVD qui reprend le titre de ses émissions : "Reflets de Cannes et Cinépanorama". Je ne peux que vous conseiller très fortement cet achat qui montre à travers les interviews les grandes mutations du cinéma au début des années 60, qui va s'accélérer à partir de 1968. Reprenons donc nous aussi ces mots de Claude Lelouch à l'adresse de François Chalais : "François, merci de nous avoir fait aimer, le vrai, le grand cinéma !"

 

WEB_E40176121.jpg

 

Capture1.JPG

60430055616_dl.jpg

 

http://www.francois-chalais.fr/francois-chalais.html

 

Extraits : Désolé pour le format de l'image, mais il ne m'a pas été possible de le modifier. Néanmoins j'ai pensé que pour leur valeur historique ces images méritaient d'être vues.

 

 

 

 

 

22/12/2012

La Vallée du jugement / Valley of decision - 1945

"La vallée du jugement" est film avec Gregory Peck tourné en 1945 par la MGM. Le réalisateur Tay Garnett est derrière la caméra.  Le sujet décrit la vie d'une famille d'industriels de l'acier vers 1880 aux USA, avec leurs espoirs, leurs difficultés et les relations qu'ils entretiennent avec leurs ouvriers. Bien évidemment, on ne peut regarder ce film sans penser à "Quelle était verte ma vallée" tourné par John Ford 4 ans plus tôt pour la Twentieth Century Fox.  En plus de Gregory Peck on retrouve dans les rôles principaux Greer Garson et Donald Crisp. Et comme d'habitude Donald Crisp a le rôle du père de famille, mais contrairement à "Quelle était verte ma vallée", il a ici le rôle du patron détesté par une bonne partie des ouvriers. La distribution est aussi complétée par Marsha Hunt (Constance), Lionel Barrymore (l'ouvrier blessé en chaise roulante) et Preston Foster (délégué syndical). Preston Foster on l'a vu joué dans le film précédemment commenté, "Love before Breakfast".

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gregory peck,greer garson,donald crisp,lionel barrymore,preston foster,gladys cooper,toy garnett

Le point fort du film, vous l'aurez compris, c'est donc bien sa distribution. On a des acteurs et actrices de grands talents que ce soit pour les premiers comme pour les seconds rôles. Peck est convaincant en jeune héritier de l'industrie de l'acier, comme Greer Garson en amoureuse transie. Mais ce sont bien les seconds rôles qui retiennent l'attention. Crisp je l'ai déjà dit maîtrise parfaitement son rôle. Mais surtout Lionel Barrymore est excellent et crève l'écran en ouvrier handicapé aigri et détestant à mort le patron. Enfin, Preston Foster fait penser par moment à George Marchais dans son rôle de délégué syndical. Quand on sait qu'il interprêtait un dirigeant d'une grande entreprise dans "Love before Breakfast", on mesure l'étendue du talent de tous ces acteurs.  On retiendra également dans cette distribution, le premier rôle de Dean Stockwell, ici enfant, que les amateurs de séries auront plus tard l'habitude de voir jouer dans "Code Quantum".

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gregory peck,greer garson,donald crisp,lionel barrymore,preston foster,gladys cooper,toy garnett

Ci-dessus : Donald Crisp et Gregory Peck

Non ce qui plombe un peu le film, c'est finalement la comparaison avec son prédecesseur, "Quelle était verte ma vallée". En effet, la force d'un film est d'arriver à nouer une intrigue intéressante pour arriver à maintenir l'attention du spectateur du début à la fin du métrage. Ici, le film y arrive que partiellement ou à de rares moments. On a du mal à se passionner pour cette famille très riche et qui pour la plupart de ses membres ne s'intéresse que peu à son industrie. Le film arrivera à nouer une intrigue avec la romance entre Marie (Greer Garson) fille d'ouvrier et Gregory Peck (le fils du patron). Puis il y aura la grève, qui donnera son lot d'actions et de rebondissements. Mais finalement les passages les plus intéressants sont traités trop rapidement, et autant la vie simple des ouvriers attirait l'attention dans "Quelle était verte ma vallée", autant ici la vie très lisse d'une riche famille sans énormément d'ambitions ne passionne guère. Enfin la réalisation très académique de Tay Garnett n'attire pas l'oeil comme celle de John Ford c'est si bien le faire. Ainsi les luttes sociales finies, la conclusion du film se bornera à trouver une solution à la conservation à tout prix du patrimoine industriel, ou pour faire simple du capital. Pour y arriver il faudra aussi la part de Marie (la fille d'ouvrier) et la bonne volonté de Constance (la jeune mariée pas trop avide). Voilà toute la morale du film. On pourra donc trouver la leçon comme de peu d'importance et attendre une sortie Bluray du chef-d'oeuvre de John Ford : "Quelle était verte ma vallée" pour espérer un meilleur spectacle.

 

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,gregory peck,greer garson,donald crisp,lionel barrymore,preston foster,gladys cooper,toy garnett


Extrait :

 

Disponible en Zone 2 dans les Trésors Warner sur le site de l'éditeur.

 

NOTE : 6 / 10

07/09/2012

Capitaine sans Peur / Captain Horatio Hornblower - 1951

Capitaine sans Peur est un film tiré d'un roman C.S. Forester. Le film a pour acteurs principaux, Gregory Peck et Virginia Mayo. Le film est une succession d'aventures maritimes et terrestres fictives d'un capitaine anglais pendant les guerres napoléoniennes. La réalisation de Raoul Walsh fait oublier toutes les invraisemblances du scénario et malgré qu'on soit Français on s'attache aux hommes du capitaine Hornblower et on espère qu'ils vont s'en sortir. La romance entre Virginia Mayo et Gregory Peck est pour sa part particulièrement attachante.

 

capitaine_sans_peur,2.jpg

Walsh passe à l'abordage et développe aussi beaucoup de thèmes, comme la solitude du commandement, la vie en mer, l'éloignement de la famille, le deuil, et l'impossible respect des conventions sociales quand 2 êtres sont attirés l'un vers l'autre.

 

4kcZtf0xSK4YBPAI4AaSnCfUml3.jpg

 

Enfin il faut noter la musique belle et exaltante de Robert Farnon qui soutient particulièrement l'action.

 

Un extrait ci-dessous de la musique :

 

 

On passe donc un très bon moment. Et si l'envie vous prend de monter à bord et de passer à l'abordage, voyez "Capitaine Sans Peur", ne vous inquiêtez pas, vous ne risquez pas de jeter votre film à l'eau !! ^^

 

La bande annonce  :

 

 

Note : 8,5 / 10

26/08/2012

La conquête de l'Ouest - 1962

J'aimerais vous parler aujourd'hui d'un des plus grands westerns tournés par les studios hollywoodiens.

 

Tout d'abord, ce qu'il faut savoir c'est qu'aujourd'hui le genre western est virtuellement mort et n'existe quasiment plus. Si on tourne 3 ou 4 westerns de qualité par an en ce moment à Hollywood c'est le bout du monde. Dans les années 50,  début des années 60, c'étaient des dizaines et des dizaines de westerns qui étaient tournés chaque année et beaucoup avaient de grandes qualités.

 

La conquête de l'ouest a été tourné en cinérama. Le cinérama était une technique qui devait permettre au spectateur de se sentir entouré par l'image. En effet le film était présenté sur un écran Extra large à 145°. Cela nécessitait donc pour tourner une prise de vues en 35 mm avec trois caméras, trois projecteurs synchronisés dans la salle et trois cabines de projections distinctes. En fait le cinérama était l'ancêtre du cinémascope. Il faisait parti de toute la panoplie d'Hollywood pour résister et contrer l'arrivée de la télévision. Un peu comme la 3D qui était déjà testé à cette époque. Le but étant toujours le même, il fallait donner au spectateur, une image et un spectacle qu'il n'aurait jamais avec sa télévision, d'où les grandes images et les fresques gigantesques de cette époque produite par le cinéma.

Ce film se positionne donc dans ce contexte "historique" et était une immense super-hyper production pour l'époque avec 3 grands réalisateurs qui se partagent le film :  Henry Hathaway, John Ford et George Marshall.

 

Et pour la distribution c'est aussi du très très lourd :

James Stewart
John Wayne
Henry Fonda
Gregory Peck
George Peppard
Debbie Reynolds
Richard Widmark
Carroll Baker
Karl Malden
Eli Wallach

 

Le film est divisé en 5 époques : Les rivières (1830), Les plaines (1850), La guerre de Sécession (1861-1865), Le chemin de fer (1868), Les bandits (1880). Cela permet de voir l'évolution des USA pendant ces périodes et des différents acteurs.


Et là sauf pour les anciens qui ont eu la chance infinie de le voir au cinéma, il faut bien parler de la restauration qui est fabuleuse que ce soit en Blu-Ray ou en DVD. En effet toutes les éditions précédentes zone 1 laissaient voir les 2 bandes du cinérama sur l'image. Et là les bandes ont disparu et sont quasiment invisibles. Et sinon l'image est de toute beauté. Une restauration excellentissime qui laisse à penser que le film a été tourné hier. Espérons qu'un jour ils sortiront le Alamo de John Wayne avec ce niveau de qualité ... Mais j'en parlerais une autre fois !


Vous l'aurez compris, la conquête de l'ouest est un western au dimension pharaonique, qui mérite d'être vu et revu.


L'image cinérama comment elle était vue en salle en 1962 :

 

howthewestwaswon_cinerama.jpg


En cadeau une partie de la BO fabuleuse d'Alfred Newman : http://www.youtube.com/watch?v=H7ZPy-7BzSw&feature=re...


Ci-dessous Alfred Newman, très grand compositeur hollywoodien :


Composer_Photo_-_Alfred_Newman.jpg



Note : 10 / 10