Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2013

Je n'ai pas tué Lincoln / The prisonner of Shark Island - 1936

Je ne sais pas si vous avez déjà vu "je n'ai pas tué Lincoln", mais c'est un film à voir et à revoir. En effet, tout d'abord c'est un film de John Ford. Mais en plus il fait parti du "corpus" de Ford portant sur Lincoln. Ainsi John Ford devait tourner en 1939 "vers sa destinée" qui raconte l'histoire du jeune Lincoln. Mais revenons à "je n'ai pas tué Lincoln". Le film a un casting intéressant avec en tête Warner Baxter, formidable acteur que l'on se souvient avoir vu joué dans "42ème rue" (1933) interprétant un metteur en scène dépressif, ou dans "les chemins de la gloire" jouant cette fois ci un capitaine français pendant la première guerre mondiale. On ne s'en souvient plus aujourd'hui, mais Warner Baxter était un des acteurs les plus célèbres et les mieux payés d'Hollywood des années 30. Pour preuve en 1929, il obtenait un Oscar du meilleur acteur. Dans les seconds rôles on retrouve de fameux acteurs, comme par exemple John Carradine dont li serait trop long de faire la filmographie, vu qu'il a joué dans plus de 250 films. Mais il n'y a pas que des seconds rôles, il y a aussi une vedette féminine en la personne de Gloria Stuart, oui la Rose de Titanic que l'on retrouve ici toute jeune. Enfin, le frère de John Ford est présent, en la personne de Francis Ford, mais aussi Harry Carrey, père de Harry Carrey Jr récemment disparu.

529244.1020.A.jpg

Mais quel est le sujet de ce "je n'ai pas tué Lincoln". Eh bien, en réalité le sujet est assez simple. Un médecin, Samuel Mudd (Warner Baxter) est emprisonné car soupçonné d'avoir hébergé et soigné l'assassin de Lincoln, John Wilkes Booth. Ford se plaît alors à dérouler le fil de l'histoire et à retourner à l'enver le concept sartrien, qui veut que l'Enfer ce soit les autres. Si l'Enfer peut être constitué par les autres, c'est bien parce qu'ici le personnage du docteur, ne peut retrouver sa place parmi ses concitoyens et que sa vie est détruite par la participation dans un crime pour lequel il est condamné. On a donc bien le sentiment que le personnage de Baxter ne pourra vivre que par et pour les autres. Dès le départ, docteur il vit pour sa femme, son enfant, ses patients, et ensuite il vit dans le regard des autres comme un présumé coupable. Cette situation est pour lui intolérable. Il n'aura donc de cesse de vouloir échapper à sa situation et à un destin qui semble horrible.

Baxter, Warner (Prisoner of Shark Island, The)_01.jpg

Ci-dessus : Warner Baxter

John Ford visite donc là, la vengeance d'une société contre un homme présumé coupable d'un crime qu'il ne semble pas avoir commis. Et le ton du film est très bon pour la plupart du temps. On se régale de voir en John Carradine un gardien sadique. Et on tremble et on espère devant les tentatives d'évasion. On a donc son lot d'émotions. Que peut on reprocher à ce film ? Peut être un traitement un peu binaire est simple des soldats noirs. Quoiqu'il en soit si "je n'ai pas tué Lincoln" est bien une commande de la Fox de Zanuck à Ford, il n'en reste pas moins comme un des films les plus noirs de Ford, pourtant apôtre des bons sentiments à l'écran. Mais la fin du film tempèrera cette ambiance lourde et donnera au spectateur un peu sérénité. Par contre au niveau de la musique, il n'y a pas grand chose à ce mettre sous la dent. En effet, la musique de Louis Silvers est très classique, voir trop classique et peu innovante, et nous reprend systématiquement "mon beau sapin" pour les thèmes un peu sentimentaux.

Carradine.jpg

Ci-dessus : John Carradine

Mais globalement, j'ai été très positivement surpris par ce "je n'ai pas tué Lincoln". Certaines critiques, pourraient reprocher à ce film, certaines scènes peut être un peu statique. Mais dans ce cas, je vous donnerai la réponse de Ford : "les acteurs sont mieux payés que les techniciens, ce sont donc à eux de bouger". Ce "je n'ai pas tué Lincoln" reste donc un vrai bon Ford.

4809.jpg

Film disponible en DVD Zone 2 chez Opening. Attention j'ai acquis ce film d'occasion et le film sautillait sur la fin et avait manifestement un problème. Cela laissait supposer un défaut de pressage. A voir si le défaut se reproduit sur d'autres médias.


A noter 45 mn de Bonus.

Note : 8 / 10

04/03/2013

Souvenez vous de ... Gloria Stuart !

Elle reste comme l'héroîne agée du Titanic de Cameron, mais c'était aussi une grande star des années 30 et qui joua dans de très nombreux films de cette époque : "Chercheuses d'or 1935", "l'homme invisible" avec Claude Rains, ou dans "les 3 mousquetaires" version de 1939 de la RKO, où elle interprète Anne d'Autriche. Elle nous quitta à 100 ans ! Une belle vie ! Merci pour tout ce bonheur que tu as donné au public Gloria.

gloria-stuart_2kZYfMpyYx.jpg

GloriaStuart.jpg

tumblr_lhc0ccFrVI1qzwbl1o1_500.jpg

Annex - Stuart, Gloria_NRFPT_03S.jpg

11183121_ori.jpg

Un court résumé de sa carrière :

 

 


 

Filmographie

  • 1932 : Street of Women : Doris 'Dodo' Baldwin
  • 1932 : Back Street
  • 1932 : The All-American : Ellen Steffens
  • 1932 : Une soirée étrange (The Old Dark House) de James Whale : Margaret Waverton
  • 1932 : Tête brûlée (Airmail), de John Ford : Ruth Barnes
  • 1933 : Laughter in Hell : Lorraine
  • 1933 : Sweepings : Phoebe
  • 1933 : Private Jones : Mary Gregg
  • 1933 : The Kiss Before the Mirror : Mrs. Bernsdorf
  • 1933 : The Girl in 419 : Mary Dolan
  • 1933 : It's Great to Be Alive : Dorothy Wilton
  • 1933 : Secret of the Blue Room : Irene von Helldorf
  • 1933 : L’Homme invisible : Flora Cranley
  • 1933 : Roman Scandals : Princesse Sylvia
  • 1934 : Beloved : Lucy Tarrant Hausmann
  • 1934 : I Like It That Way : Anne Rogers
  • 1934 : I'll Tell the World : Jane Hamilton
  • 1934 : The Love Captive : Alice Trask
  • 1934 : Voici la marine (Here Comes the Navy) de Lloyd Bacon : Dorothy 'Dot' Martin
  • 1934 : Gift of Gab : Barbara Kelton
  • 1935 : Maybe It's Love : Bobby Halevy
  • 1935 : Gold Diggers of 1935 : Ann Prentiss
  • 1935 : Laddie : Pamela Pryor
  • 1935 : Professional Soldier : Comtesse Sonia
  • 1936 : Je n'ai pas tué Lincoln (The Prisoner of Shark Island) : Mrs. Peggy Mudd
  • 1936 : The Crime of Dr. Forbes : Ellen Godfrey
  • 1936 : Pauvre petite fille riche (Poor Little Rich Girl) : Margaret Allen
  • 1936 : 36 Hours to Kill : Anne Marvis
  • 1936 : The Girl on the Front Page : Joan Langford
  • 1936 : Wanted: Jane Turner : Doris Martin
  • 1937 : The Lady Escapes : Linda Ryan
  • 1937 : Girl Overboard : Mary Chesbrooke
  • 1937 : Life Begins in College : Janet O'Hara
  • 1938 : Change of Heart : Carol Murdock
  • 1938 : Mam'zelle vedette (Rebecca of Sunnybrook Farm) : Gwen Warren
  • 1938 : Island in the Sky : Julie Hayes
  • 1938 : Keep Smiling : Carol Walters
  • 1938 : Time Out for Murder : Margie Ross
  • 1938 : The Lady Objects : Ann Adams
  • 1939 : Winner Take All : Julie Harrison
  • 1939 : Les Trois Mousquetaires : La reine Anne d'Autriche
  • 1939 : It Could Happen to You : Doris Winslow
  • 1943 : Here Comes Elmer : Glenda Forbes
  • 1944 : The Whistler : Alice Walker
  • 1944 : Enemy of Women : Bertha
  • 1946 : She Wrote the Book : Phyllis Fowler
  • 1982 : Où est passée mon idole ? (My Favorite Year) : Mme Horn
  • 1984 : Mass Appeal : Mme Curry
  • 1986 : Wildcats : Mme Connoly
  • 1997 : Titanic : Rose Dawson Calvert (âgée)
  • 1999 : The Titanic Chronicles : Mme Helen Bishop
  • 1999 : The Love Letter : Eleanor
  • 2000 : The Million Dollar Hotel : Jessica
  • 2004 : Land of Plenty : La vieille lady

23/02/2013

Chercheuses d'or de 1935 / Gold Diggers of 1935 - 1935

"Gold Diggers of 1935" est bien évidemment une suite à "Chercheuses d'or de 1933". La version de 1933 ayant rapportée énormément d'argent à la Warner, cette dernière tenta de faire de cette nouvelle édition un autre grand succès. Au niveau du casting, on retrouve bien évidemment notre éternel Dick Powell, mais également Hugh Herbert qui étaient déjà présents sur "Dames". Par contre, au vu du peu de temps de danse qu'on lui accordait à la Warner, Ginger Rogers a disparu et danse maintenant pour la RKO et forme, un couple déjà mythique avec Fred Astaire. Plus grave, Ruby Keeler et Joan Blondell ne sont pas non plus présentes. On doit donc se contenter de Gloria Stuart, grande et belle actrice mais qui n'est ni chanteuse, ni danseuse. Heureusement Wini Shaw, et Dorothy Dare pousseront la chansonnette avec Dick Powell, et le chorus sera là pour danser et chanter en choeur. Il faut savoir également que ce film est le premier film de Busby Berkeley en tant que réalisateur. Auparavant Berkeley avait avec lui des gens comme Lloyd Bacon, ou Mervyn LeRoy pour la version de 1933. Ici il est enfin seul maître à bord pour la réalisation et la chorégraphie. A la musique et aux paroles on retrouve le formidable et inoubliable duo, Harry Warren & Al Dubin présents sur énormément de films de Berkeley et comédie musicales de l'époque.

GoldDiggers1935.jpg

Par rapport à "Dames" tourné un an plus tôt, on peut constater que le scénario de comédie est beaucoup mieux construit. On s'ennuie donc beaucoup moins. En effet, une richissime et avare veuve (Alice Brady) se décide à monter un spectacle de charité pendant ses vacances dans un hotel de luxe. Pour cela elle se fait arponner par un metteur en scène russe à moitié fou (Adolphe Menjou) et son costumier dépensier. Mais notre richissime dame venue avec son grand fils (Frank McHugh) et sa grande fille (Gloria Stuart) aura également du mal à contrôler la volonté d'indépendance de ses enfants. Les stratagèmes les plus fous vont donc se monter pour faire payer la riche veuve et le stupide fiancé de sa fille. Derrière, ce scénario plaisant digne d'un film des Marx Brothers, on retrouve bien entendu le talent de chanteur de Dick Powell et l'immense et incroyable Show final de plus de 30 minutes qui clos le film.

optimized-dick-powell-gloria-stuart-gold-diggers-of-1935.jpg

Ci-dessus : Dick Powell et Gloria Stuart

Le meilleur numéro reste "Lullaby of Broadway" qui est un véritable rêve éveillé. Le "come and dance" de ce numéro rappelle d'ailleurs le "Get a dance" de "Chantons sous la pluie" avec Gene Kelly. Certaines critiques, dirent que les bras faiblement tendus et tous ces gens courant dans la même direction faisaient penser au fascisme. Il n'en est bien évidemment rien. Et ce serait faire un faux procès à ce film, qui n'est qu'un pur divertissement hollywoodien.

cinéma,cinema,acteur,actrice,film,films,hollywood,dick powell,gloria stuart,alice brady,wini shaw,adolphe menjou,busby berkeley,dorothy dare,hugh herbert


En résumé, on se retrouve donc avec une sympathique comédie musicale, avec malgré tout un déficit de stars féminines, mais avec un scénario bien mieux construit que dans "Dames" tourné un an plus tôt, et un Busby Berkeley toujours aussi inspiré à la réalisation et qui n'hésite pas à braver la censure en montrant les belles jambes et les belles courbes de ces demoiselles. Je finirai ici cet article en disant qu'Alice Brady devait disparaître en 1939 suite à un cancer à 47 ans et que Gloria Stuart devait rester dans la mémoire du public non pas pour son importante carrière dans les années 30, mais bien pour son rôle de Rose dans Titanic de James Cameron. L'histoire est parfois étrange, si ce n'est injuste. Quoiqu'il en soit, on passe donc un très bon moment, même le film n'atteint jamais le niveau d'autres films de Busby Berkeley comme "42ème Rue" ou tout simplement comme son aîné "Chercheuses d'or de 1933".


cinéma,cinema,acteur,actrice,film,films,hollywood,dick powell,gloria stuart,alice brady,wini shaw,adolphe menjou,busby berkeley,dorothy dare,hugh herbert

Ci-dessus : Gloria Stuart, Alice Brady assise, et Franck McHugh

cinéma,cinema,acteur,actrice,film,films,hollywood,dick powell,gloria stuart,alice brady,wini shaw,adolphe menjou,busby berkeley,dorothy dare,hugh herbert

Ci-dessus : Dick Powell, Adophe Menjou, et
Wini Shaw

cinéma, cinema, acteur, actrice, film, films, hollywood, dick powell, gloria stuart, alice brady, wini shaw, Adolphe Menjou, busby berkeley, Dorothy Dare, Hugh Herbert

Ci-dessus, l'auteur et le compositeur, Harry Warren assis au piano et Al Dubin debout :


Extrait du numéro Lullaby of Broadway :



Citation du film : "Listen to the Lullaby of old Broadway !"


Note : 6,5 / 10


Disponible en DVD Zone 1 dans le 1er coffret consacré à Busby Berkeley. A noter que chaque coffret comprend des bonus expliquant l'oeuvre de ce génial chorégraphe. Malheureusement pour les non anglophones les bonus ne possèdent aucun sous-titres.

12/02/2013

Titanic - 1997

Et voilà la dernière version en date du fameux nauffrage, "Titanic" de James Cameron, tournée en 1997. J'ai pu le voir au cinéma comme bon nombre de Français à l'époque, il y a donc maintenant plus de 15 ans ! Comme le temps passe ! C'est hallucinant. Je me rappelle que j'étais allé à la fin de sa sortie en salle, pensant qu'il y aurait moins de monde. Mais la salle était pleine ! Je ne vais pas vous faire un making-of du film qui a été déjà très bien fait et que l'on peut trouver sur les différentes éditions DVD et Bluray. Mais je vais vous donner mon avis sur ce film.  A mon sens Titanic de Cameron est supérieur à toutes les versions précédentes évoquant le nauffrage, car il a pris la force des 2 films précédents dans leur version de 1953 et 1958. Ainsi, il a pris la force du mélodrame de la version de 1953 et une approche des évènements du voyage inaugural de la version de 1958, sans mettre l'une en avant par rapport à l'autre. De plus, Cameron a su à merveilles donner une histoire et une vie à chaque personnage et à faire de chaque spectateur, un passager du Titanic. C'est la grande qualité du film, de prendre un nauffrage et le véhicule d'un film catastrophe, comme support pour tourner peut être la plus belle histoire d'amour d'Hollywood de ses 15 dernières années, le tout associé avec des effets spéciaux numériques très novateurs pour l'époque. Et puis c'est aussi un scénario qui commence par nous montrer une vedette des années 30 : Gloria Stuart. Cela fait plaisir de retrouver cette vieille dame. Et finalement Titanic nous fait faire un voyage à travers le temps.

titanic.jpg

Mais Titanic ce n'est pas seulement la vision de James Cameron, des effets spéciaux, une formidable réalisation ou un scénario en acier trempé, c'est aussi une prestigieuse distribution avec en tête un des plus romantiques couples hollywoodiens de notre époque : Leonardo DiCaprio et Kate Winslet. Leur entente est parfaite à la caméra. Et on peut dire aisément sans se tromper que pour eux ce film changea leur vie. On retrouva ce couple de légende en 2008 dans "les noces rebelles" et on peut bien se demander pourquoi Hollywood n'a pas remis ce couple à l'écran plus souvent ! Que d'occasions gâchées !

Titanic-1997-Movie-Wallpapers-13.jpg

"Titanic" est donc le film parfait en plus d'être le film sur le Titanic. Il est pour moi en plus d'être le film ultime sur le Titanic, la plus belle histoire d'amour de notre temps avec peut être celle du  "patient anglais" et un film extraordinaire et hors-norme. Je finirai comme d'habitude pour mettre en avant la musique de James Horner et la fameuse chanson de Céline Dion qui reste éternellement liée au film. Ainsi, en dépit de quelques mauvaises critiques, je  donnerai au film de James Cameron  la note maximale. Le film devait quant à lui recevoir 11 oscars en 1998, et si il avait couté 200 millions de dollars il devait en rapporter 2,5 milliards, se classant juste derrière "Avatar" en terme de recettes. C'est donc et cela reste le deuxième plus gros succès cinématographique de tous les temps. Comme quoi, les belles histoires simples, du moment qu'elles sont bien réalisées avec un support légendaire peuvent être des gros succès. Malheureusement dans les grosses productions, aujourd'hui on a droit à "Avengers" et la énième adaptation de Batman ... Au secours !

 

cinéma,cinema,film,films,dvd,bluray,acteur,actrice,titanic,hollywood,kate winslet,leonardo dicaprio,james horner,james cameron

 

La Bande-annonce :

 

 

 

La chanson de Céline Dion :

 

 

Note : 10 / 10