Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2016

Les Desperados / The Desperadoes - 1943

"Les desperados" est le premier film en couleur de la Columbia et sans doute une des meilleures récentes sorties de l'éditeur Sidonis. En effet, on retrouve un bon casting avec Glenn Ford et Randolph scott, tous les deux en vedettes, avec une légère mise en avant de Glenn Ford, qui est alors une star montante du studio. Mais le casting a aussi d'autres seconds rôles importants. Ainsi, on peut citer Claire Trevor, Evelyn Keyes, Edgar Buchanan, ou encore Guinn 'Big Boy' Williams.  Claire Trevor on se rappelle d'elle pour son rôle de prostituée dans "la chevauchée fantastique"(1939) de John Ford. Mais c'est aussi une très belle carrière hollywoodienne, où elle partage l'affiche avec les plus grands, par exemple avec Bogart dans "Rue sans issue" (1937) ou dans "Key Largo" (1948). On la retrouve également au côté de Dick Powell dans "Adieu ma jolie" (1944) ou avec le duo Clark Gable / Lana Turner dans "Franc jeu" (1941). Et elle jouera de nouveau avec Randolph Scott en 1953, dans "les massacreurs du Kansas". Aujourd'hui, les cinéphiles se rappellent d'Evelyn Keyes, surtout pour son rôle dans "le rôdeur" (1951) avec Van Heflin, superbe film noir. Edgar Buchanan fait quant à lui dans "les desperados", une prestation du tonnerre.  On l'a vu jouer dans de très nombreux westerns dont certains avec John Wayne. Quant à Guinn 'Big Boy' Williams, c'est évidemment le faire valoir des westerns d'Errol Flynn, comme "la caravane héroïque" (1940) ou "la piste de Santa-Fé" (1940) et apparaît dans des rôles plus sérieux au côté de John Wayne. En plus de ce superbe casting, le film bénéficie d'un superbe Technicolor, d'une histoire attachante, bien que classique, mais aussi de personnages secondaires amusants et de dialogues qui le sont souvent tout autant. Certains pourront regretter que le film sombre parfois dans la comédie. Pour ma part, ce n'est pas mon cas. J'avoue m'être beaucoup amusé à voir les péripéties de nos différents protagonistes, et j'ai beaucoup ri devant l'incroyable duel final, quasiment jamais vu dans toute l'histoire du western. Sidonis nous donne là, assurément un western au dessus de la mêlée, avec une belle qualité d'image et des acteurs heureux d'être là. Je conseille donc vivement son achat.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Randoph Scott & Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Evelyn Keyes & Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Glenn Ford & John "Big Boys" Williams

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Randolph Scott, Edgar Buchanan, Evelyn Keyes et Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Claire Trevor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Glenn Ford & Evelyn Keyes

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Glenn Ford & Evelyn Keyes

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Evelyn Keyes

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Claire Trevor

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Evelyn Keyes

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Claire Trevor & Randolph Scott

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Repos pendant le tournage (Randolph Scott, Evelyn Keyes, Glenn Ford, Edward Buchanan)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Repos pendant le tournage (John "Big Boy" Williams, Glenn Ford, Evelyn Keyes, Randolph Scott, et Edward Buchanan)

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Charles Vidor, Evelyn Keyes, Randolph Scott, Claire Trevor, Edgar Buchanan, Glenn Ford, Sally Eilers et son mari Harry Joe Brown

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,randolph scott,claire trevor,glenn ford,evelyn keyes,edgar buchanan,guinn 'big boy' williams,raymond walburn,porter hall,charles vidor

Ci-dessus : Sur le tournage

Film disponible chez Sidonis sur Amazon

 

Note : 7,5 / 10

28/06/2015

Cowboy - 1958

Avec "Cowboy", Delmer Daves nous propose un sujet plus léger que "3H10 pour Yuma" tourné l'année précédente. Ainsi, Jack Lemmon arrive à mettre un peu d'humour à son personnage de pied-tendre, qui veut devenir "cowboy" pour retrouver au Mexique, une belle mexicaine. Mais la vie de cowboy n'est pas de tout repos et se relèvera parfois dramatique. Le scénario sera le dernier de Dalton Trumbo et au générique ce sera Edmund N North que l'on créditera du scénario. Malgré un sujet très différent de "3H10 pour Yuma", Delmer Daves reprendra la même équipe, avec Glenn Ford dans le rôle titre, mais aussi Richard Jaeckel dans les seconds rôles, Charles Lawton Jr à la photographie, et George Duning à la musique. Pourtant la réussite n'est pas tout à fait la même que dans "3H10 pour Yuma". En effet, la photographie paraît plus banale. On peut dire un peu pareil de la réalisation de Delmer Daves ou de la musique de George Duning moins marquante que sur la précédente oeuvre de Delmer Daves. Il n'en reste pas moins que le film reste assez marquant, de par son casting et son scénario. Ainsi, si j'ai dit que Jack Lemmon amenait parfois une touche d'humour, le film nous permet également de retrouver Brian Donlevy, à qui on aurait souhaité un rôle plus étoffé. Cela aurait aussi, permis de sortir d'une vision un peu binaire et de ce conflit entre deux hommes. "Cowboy" reste néanmoins un bon spectacle, et un film assez attachant.

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,Glenn Ford, Jack Lemmon, Anna Kashfi, Brian Donlevy, Dick York, Víctor Manuel Mendoza, Richard Jaeckel, King Donovan, Vaughn Taylor, Donald Randolph, James Westerfield, Eugene Iglesias, Frank DeKova,charles lawton jr,delmer daves

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,Glenn Ford, Jack Lemmon, Anna Kashfi, Brian Donlevy, Dick York, Víctor Manuel Mendoza, Richard Jaeckel, King Donovan, Vaughn Taylor, Donald Randolph, James Westerfield, Eugene Iglesias, Frank DeKova,charles lawton jr,delmer daves

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,Glenn Ford, Jack Lemmon, Anna Kashfi, Brian Donlevy, Dick York, Víctor Manuel Mendoza, Richard Jaeckel, King Donovan, Vaughn Taylor, Donald Randolph, James Westerfield, Eugene Iglesias, Frank DeKova,charles lawton jr,delmer daves

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,Glenn Ford, Jack Lemmon, Anna Kashfi, Brian Donlevy, Dick York, Víctor Manuel Mendoza, Richard Jaeckel, King Donovan, Vaughn Taylor, Donald Randolph, James Westerfield, Eugene Iglesias, Frank DeKova,charles lawton jr,delmer daves

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,Glenn Ford, Jack Lemmon, Anna Kashfi, Brian Donlevy, Dick York, Víctor Manuel Mendoza, Richard Jaeckel, King Donovan, Vaughn Taylor, Donald Randolph, James Westerfield, Eugene Iglesias, Frank DeKova,charles lawton jr,delmer daves

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,Glenn Ford, Jack Lemmon, Anna Kashfi, Brian Donlevy, Dick York, Víctor Manuel Mendoza, Richard Jaeckel, King Donovan, Vaughn Taylor, Donald Randolph, James Westerfield, Eugene Iglesias, Frank DeKova,charles lawton jr,delmer daves

 

Extrait de la musique de George Duning :

Disponible en Bluray en VF et VO sous-titrée chez Carlotta

Note : 7 / 10

27/06/2015

3H10 pour Yuma / 3:10 to Yuma - 1957

1957, est une grande année du western. Ainsi, de très nombreux westerns sont tournés cette année là. On tourne beaucoup de westerns de série, certains de qualités moyennes et d'autres très bons. On peut citer dans ces petits westerns excellents : "Quantez leur dernier repaire" avec Fred MacMurray et Dorothy Malone, ou encore "Joe Dakota" avec Jock Mahoney & Luana Patten. A côté de ces westerns peu ambitieux, mais à la qualité appréciable, il y a de très grands westerns, comme "règlement de comptes à Ok Corral" de John Sturges avec le duo Burt Lancaster / Kirk Douglas. "3H10 pour Yuma" de Delmer Daves, en fait clairement  parti de ces grands westerns. Mais est-ce vraiment un western ? En effet, si l'ambiance et les paysages de l'Ouest sont bien présents, le scénario est lui beaucoup plus proche de celui d'un film noir. En effet, un misérable petit fermier (joué par Van Heflin) est témoin d'une attaque meurtrière de diligence par une bande menée par (Glenn Ford). Le personnage joué par Van Heflin va alors se retrouver en charge de ramener le chef de bande au train de 3H10 qui part pour Yuma et sa prison. Mais les complices vont l'attendre à la sortie de l'hôtel, afin de récupérer leur chef. Contrairement à la version de 2007, avec Russel Crowe et Christian Bale, ici l'action est totalement minorée. On est plus proche de la tension nerveuse et du climat angoissant du film noir. D'ailleurs la photographie de Charles Lawton Jr est plus proche de celle d'un film noir, que d'un western. En effet, Charles Lawton Jr nous donne une photographie noir & blanc très contrastée.  On notera que ce dernier sera plusieurs fois le directeur de la photographie du réalisateur Delmer Daves. Ainsi ils collaboreront tous deux, sur "Cow-boy" (1958), "l'amour à l'italienne" (1962) et sur "La Montagne des neuf Spencer" (1963). "3H10 pour Yuma" profite donc de ce climat et de cette photographie noire, pour nous donner une ambiance tendue, très particulière et que l'on retrouve finalement assez rarement sous cette forme. Il faut noter aussi la présence féminine de Felicia Farr, qui étonne par la modernité de son personnage, qui se donne sans remord à un hors-la-loi. Delmer Daves, réalisateur trop oublié aujourd'hui nous donne ici un western au carrefour du film noir, aux plans stylisés, étonnamment modernes. "3H10 pour Yuma" reste un classique inoubliable. On peut sans aucun doute remercier chaleureusement, l'éditeur Carlotta pour cette sortie bienvenue, et cette belle édition remplie de bonus.

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,glenn ford,van heflin,leora dana,felicia farr,henry jones,richard jaeckel,charles lawton jr,george duning,delmer daves

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,glenn ford,van heflin,leora dana,felicia farr,henry jones,richard jaeckel,charles lawton jr,george duning,delmer daves

Ci-dessus : Glenn Ford

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,glenn ford,van heflin,leora dana,felicia farr,henry jones,richard jaeckel,charles lawton jr,george duning,delmer daves

Ci-dessus : Felicia Farr & Glenn Ford

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,glenn ford,van heflin,leora dana,felicia farr,henry jones,richard jaeckel,charles lawton jr,george duning,delmer daves

Ci-dessus : Van Heflin

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,glenn ford,van heflin,leora dana,felicia farr,henry jones,richard jaeckel,charles lawton jr,george duning,delmer daves

Ci-dessus : Van Heflin & Glenn Ford

cinema,cinéma,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,glenn ford,van heflin,leora dana,felicia farr,henry jones,richard jaeckel,charles lawton jr,george duning,delmer daves

Ci-dessus : Leora Dana

 

Musique du titre par George Duning & chantée par Frankie Laine :

 

Bande-annonce :

Disponible en DVD (2002) & Bluray (2015) chez Carlotta en VF et VO sous-titrée

 

 Note : 8 / 10

05/12/2014

Réglements de comptes / The big heat - 1953

"Réglements de comptes" est un des derniers films de Fritz Lang. Comme vous le savez tous, Fritz Lang s'était enfui d'Allemagne après l'arrivée des nazis au pouvoir. Il avait auparavant discuté avec Goebbels, qui lui avaigt dit qu'il voulait faire de lui, le cinéaste en titre du régime nazi. Suite à cette entrevue, Lang n'avait qu'une idée en tête, fuir l'Allemagne. Il quitta donc l'Allemagne, tout d'abord pour la France où il réalisait, "Liliom" (1934) avec Charles Boyer. Puis, en Amérique, il réalisait son premier film sur la vengeance, "j'ai le droit de vivre" (1936) avec Spencer Tracy. "Réglements de comptes", est aussi un film sur la vengeance d'un homme. Mais à la différence de "j'ai le droit de vivre", nous sommes ici devant un vrai film noir, comme Fritz Lang en a fait beaucoup. On peut ainsi citer, "La Femme au portrait" (1944), "La rue rouge"(1945), "Le Secret derrière la porte" (1948), ou encore "la femme au gardenia" tourné un an, avant "réglements de comptes". Dans "réglements de comptes", Lang est allé puiser à différentes sources d'inspirations. Il a évidemment apporté sa touche personnelle, mais on sent qu'il a subi l'influence d'autres films. On peut citer comme influence, "Gilda" (1946) de Charles Vidor. En effet, Lang reprend l'acteur principal de "Gilda", Glenn Ford, pour son film. Enfin le personnage féminin le plus touchant, jouée par Gloria Grahame, semble l'archétype même du personnage principal féminin de Gilda. C'est une femme totalement libérée, qui demande à un homme qu'elle ne connaît quasiment pas à le suivre, jusqu'à sa chambre d'hôtel. La situation est totalement inimaginable pour un film américain de 1953. Et la première chose qu'elle fait, c'est s'assoir sur le lit, et prendre des positions lascives (voir photos ci-dessous). C'est assez estomaquant pour l'époque. Mais Lang intellectualise la sexualité, restant tout en sous-entendu, beaucoup plus que dans "Gilda".

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Mais la comparaison avec "Gilda" ne s'arrête pas là. Ainsi, on retrouve un second rôle, comme Joseph Calleia qui était déjà présent dans "Gilda". Et le chef des gangsters est joué par Alexander Scourby, qui était présent dans "l'affaire de Trinidad" (1952), déjà avec déjà un certain Glenn Ford, et Rita Hayworth. Le casting de "réglements de comptes" est complété par Jocelyn Brando (soeur aînée de Marlon Brando), Jeanette Nolan et Lee Marvin. Fritz Lang se déchaîne pour nous donner une histoire de vengeance, sur fond de sexe, de violence et de corruption. Cette histoire déchire le voile de la censure des années 50, pour nous montrer une Amérique à la façade belle, mais dans le fond totalement pervertie par le crime et la corruption. Tout cela est accentué par la superbe photographie de Charles Lang. Lorsqu'on sait que le film a été tourné en seulement 15 jours, on se rend alors compte que les génies du cinéma, n'ont jamais été remplacés par des avalanches d'effets spéciaux comme on en voit trop souvent aujourd'hui ... On notera enfin que le couple à l'écran, Glenn Ford / Gloria Grahame, sera reformé un an plus tard, donc en 1954, pour "désirs humains" du même Fritz Lang. Alors que celui-ci avait choisi initialement, Peter Lorre qui aurait été associé à Rita Hayworth. Je finirai cette note, par remercier l'éditeur, Wild Side, qui nous donne là, une superbe édition Bluray & DVD avec un livre de 260 pages, remplis de photos magnifiques. Le master utilisé est qui plus est, quasiment immaculé. L'éditeur Wild Side fait réellement honneur au support Bluray et au cinéma. On attend avec impatience, d'autres éditions de cette qualité. Et j'irai presque jusqu'à dire que c'est un plaisir de dépenser 29,90 € pour une telle édition et un tel film ! Merci Wild Side pour ce cadeau de Noël !

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Ci-dessus : Gloria Grahame & Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Ci-dessus : Gloria Grahame & Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,glenn ford,gloria grahame,jocelyn brando,alexander scourby,lee marvin,jeanette nolan,peter whitney,willis bouchey,robert burton,adam williams,howard wendell,chris alcaide,michael granger,dorothy green,carolyn jones,charles lang,fritz lang,columbia

Film disponible chez Wild Side en DVD zone 2, VF et VO sous-titrée

Note : 9,5 / 10

27/09/2014

L'affaire de Trinidad / Trinidad - 1952

"L'affaire de Trinidad" reprend tous les ingrédients de "Gilda" (1946), pas toujours avec la même réussite, mais pour en faire un "Gilda like". Tout d'abord il reprend le même duo, Glenn Ford & Rita Hayworth, et un scénario assez proche, où le mari de Rita Hayworth est assassiné, avec pour toile de fond, une histoire assez nébuleuse d'espions communistes. Le film ne se démarque pas réellement de son prédécesseur, "Gilda", mais reprend aussi toutes les identifications du film noir. Le travail de Joseph Walker est assez prodigieux pour être noté. Ainsi, sous la direction de Vincent Sherman, Walker joue très souvent avec la lumière et avec les ombres, l'ombre d'un store vénitien prend toute son importance. Cela rappelle ses mêmes ombres, vues dans tant de films noirs, comme dans "assurance sur la mort" (1944), ou ses ombres rayées, représentées les vies rayées des protagonistes. Le duo Glenn Ford & Rita Hayworth, est associé à des seconds rôles, malheureusement assez insignifiants. Seul le méchant Alexander Scourby, qui joue ici Max Fabian, est intéressant, avec un jeu tout en finesse et en courtoisie, qui rappelle celui de James Mason dans "la mort aux trousses" (1959). Malheureusement, si la forme est parfaite et si l'esthétique reprend celle du film noir classique, le scénario est loin d'être satisfaisant. En effet, il navigue entre le mélodrame sentimental et le film à suspens, sans jamais vouloir trouver sa voie.

18820743.jpg

En résumé, je retiens de très bonnes choses de "l'affaire de Trinidad" : une réalisation excellente qui respecte les canons du film noir, une photographie formidable de Joseph Walker, un duo Glenn Ford & Rita Hayworth inspiré, une Rita Hayworth avec toujours autant de sex-appeal, un Alexander Scourby qui semble avoir inspiré Hitchcock pour le personnage de James Mason dans "la mort aux trousses" (1959). Mais "l'affaire de Trinidad" c'est aussi une tension sexuelle plus faible que dans "Gilda" et un scénario pas totalement abouti. Si on prend tout en compte, cela reste malgré tout un divertissement avec de nombreuses qualités et qui mérite réellement d'être redécouvert. Je finirai par rappeler que l'on peut noter, dans les seconds rôles, la présence de Valerie Bettis, qui était une danseuse de métier et qui prit en charge, la chorégraphie des danses de Rita Hayworth sur ce film, et sur bien d'autres, comme par exemple dans "Salomé" (1953), où elle chorégraphia la danse des 7 voiles.

63268560.png

affaire-de-trinidad-52-01-g.jpg

Ci-dessus : Valerie Bettis, Rita Hayworth, Alexander Scourby & Glenn Ford

affaire-de-trinidad-52-02-g.jpg

Ci-dessus : Rita Hayworth & Glenn Ford

affaire-de-trinidad-1952-04-g.jpg

ci-dessus : Alexander Scourby & Rita Hayworth

Annex - Hayworth, Rita (Affair in Trinidad)_03.jpg

Ci-dessus : Rita Hayworth

vincent-sherman9.jpg

Ci-dessus : Vincent Sherman & Rita Hayworth

Extrait :

Disponible en DVD zone 2, en VF et en VO sous-titrée

Note : 7 / 10

26/09/2014

Gilda - 1946

"Gilda" film épique de Charles Vidor, a plusieurs points communs avec le "Casablanca" (1942) de Michael Curtiz. Tout d'abord, il est resté dans l'esprit de tous les cinéphiles juqu'à aujourd'hui. Il est porté par une vedette féminine magnifique, ici Rita Hayworth, et il a été tourné lui aussi au jour le jour, sans une construction préalablement définie. "Gilda" marque le retour de Rita Hayworth au cinéma, qui avait passé 2 ans à s'occuper de sa fille Rebeca, et qui voulait sortir d'un mariage désastreux avec un Orson Welles, à l'intellectualité exacerbée, qui ne convenait absolument pas, à la nature exubérante et libre de Rita Hayworth. Mais à la différence de "Casablanca", ici Rita Hayworth est bien le personnage central et principal de l'oeuvre des scénaristes Marion Parsonnet et Ben Hecht, qui s'étaient eux mêmes inspirés d'une histoire de E.A. Ellington. La photographie de Rudolph Maté, les décors, les costumes participent au succès du film, et en font un des meilleurs films noirs.  Le réalisateur Charles Vidor était un des réalisateurs de Rita Hayworth, pour lequel elle avait déjà tourné "lady in question" (1940) et "la reine de Broadway" (1944).

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Mais il faut bien noter aussi, les raccourcis ou incohérences scénaristiques, qui n'en facilitent pas toujours la vision. Néanmoins, "Gilda" ressort de la masse de films de cette époque, par l'évocation peut être pour la première fois d'une sexualité féminine, ou tout au moins d'un désir féminin à satisfaire. C'est proprement révolutionnaire pour le cinéma américain de 1946, qui jusque là s'était contenté la plupart du temps, de montrer la femme très souvent comme la friandise du héros, ou sa perte. Enfin, il faut ajouter que la tension sexuelle entre Glenn Ford et Rita Hayworth est aussi à son maximum. Mais elle ne serait peut être pas aussi forte, sans la présence énigmatique de George Macready. Le film a quelques scènes mémorables, comme la chanson en forme de début de strip-tease, "put the blame on Mame" reprise un peu plus tôt à la guitare solo. Bien sûr, "Gilda" n'est pas exempt de défauts, mais sa qualité formelle et son rapport quasiment sadomasochiste, entre Glenn Ford, et Rita Hayworth, en fait un film assez exceptionnel qui a marqué des générations de cinéphiles, jusqu'à aujourd'hui. On pourra enfin noter, que le succès du film, devait décider Hollywood, à réunir de nouveau le duo. Glenn Ford et Rita Hayworth tourneront 5 films en tout, "Lady in question" (1940), "Gilda" (1946), "les amours de Carmen" (1948),  "l'affaire de Trinidad" (1952). et "Piège au grisbi" (1965) 

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : Glenn Ford & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : George Macready & Rita Hayworth

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Ci-dessus : A gauche de Rita Hayworth, Joseph Calleia

cinéma,cinema,actrice,film,films,dvd,bluray,hollywood,hommage,rita hayworth,george macready,glenn ford,joseph calleia,rudolph maté,marlin skiles,charles vidor

Disponible en DVD et Bluray freezone en VF et VO sous-titrée

 

Extrait de la scène la plus célèbre :

Note : 8 / 10

09/03/2014

Le Démon de l'or / Lust for Gold - 1949

"Le démon de l'or" est un western réalisé par S. Sylvan Simon. On ne peut pas dire que ce réalisateur soit très connu sinon pour avoir réalisé quelques 34  films dont quelques uns du duo comique Abbott et Costello, "Rio Rita" (1942) et "Abbott et Costello à Hollywood" (1945) et "le fils de Lassie" (1945). Avec "le démon de l'or" on est quand même dans une autre dimension. Ainsi, on retrouve un western formidablement efficace. La distribution est excellent avec Glenn Ford et Ida Lupino en vedette. Ida Lupino on se souvient d'elle aujourd'hui surtout pour son rôle dans "High Sierra" ou en français "la grande évasion" (1941). Mais elle a aussi joué dans "The Man I Love" (1947) intéressant film noir, ou encore dans un autre film noir "La Cinquième Victime" (1956) de Fritz Lang. On pourrait en citer bien d'autres. Enfin Glenn Ford, c'est évidemment l'interprète de très nombreux westerns dont le plus célèbre est peut être "3H10 pour Yuma" (1957). Concernant la distribution on peut également citer, Gig Young est aussi très bien en mari trompé et baffoué. Mais aussi une apparition de la très belle, Myrna Dell en entraineuse de Saloon. Myrna Dell, petite starlette, devait apparaître dans plus de 60 films et
d'innombrables émissions de télévision à partir de 1940 jusqu'à ce que les années 1990 . Elle a partagé l'écran avec (et souvent volé la scène ) de stars comme Judy Garland , James Stewart , Dorothy Malone , Robert Mitchum , Barbara Stanwyck , George Raft , Ronald Reagan , Johnny Weissmuller , Jack Lemmon et Walter Matthau. Que cet article soit aussi un hommage à ce genre d'actrice, qui n'a pas eu la carrière qu'elle aurait méritée.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

La singularité du "démon de l'or" est de nous proposer 2 films en un seul. Ainsi, il commence par une longue introduction qui se déroule à l'époque moderne. On est donc un peu désarçonné devant une intringue qui commence comme celle d'un film noir. Puis, après une transition, vient un flashback qui va finalement introduire le film jusqu'à sa conclusion. Le démarrage est donc quelque peu agaçant. Mais après on arrive sur un western esthétiquement parfait et au scénario solide. Ainsi, le spectateur veut absolument connaître l'histoire de cette mine cachée dans une montagne maudite attisant la convoitise de la population locale depuis un siècle. Ida Lupino nous donne des scènes encore plus forte que dans "High Sierra" (1941). Et Glenn Ford est superbe en brute épaisse avide d'or. "Le démon de l'or" est donc sans aucun doute le meilleur film de S. Sylvan Simon, et doit être redécouvert de toute urgence. Il laisse une très forte impression et permet de voir un film noir et un western dans le même film, ce qui n'est pas si courant que ça, même dans le cinéma américain de cette époque.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : La jeune Karolyn Grimes (déjà vue dans "la vie est belle" de Frank Capra) et Glenn Ford.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Ida Lupino et Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Gig Young, Myrna Dell et Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Myrna Dell et Glenn Ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : Ida Lupino et Glenn Ford sur le tournage

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,ida lupino,glenn ford,gig young,william prince,edgar buchanan,will geer,paul ford,george duning,s sylvan simon

Ci-dessus : le réalisateur S. Sylvan Simon avec Glenn Ford et Ida Lupino

Disponible en DVD zone 2,  chez Sony Pictures Entertainment, en VF et VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

21/11/2012

La voleuse / A stolen Life - 1946

Je voudrais vous parler aujourd'hui d'un autre film avec Bette Davis et pour le coup cette fois-ci assez fascinant.  Il s'agit de "la voleuse" connue aussi sous le titre "une vie volée" ou "A stolen life" pour le titre anglais. Ce film a été tourné par un réalisateur d'origine allemande Curtis Bernhardt. Je tiens à prévenir auparavant ceux qui n'auraient pas encore vu le film, mais exceptionnellement cette note révèlera des points important du scénario. Donc si vous n'avez pas vu le film et que vous souhaitez le voir, je vous déconseille de lire la suite.

original_578376.jpg

Pour revenir à l'origine allemande du réalisateur, elle se retrouve dans la réalisation plus particulièrement à la toute fin du film où Bette Davis court le long d'une falaise parsemée d'arbres donnant à l'image des allures de tableaux romantiques dans le style de Caspar Friedrich. On sait que Caspar Friedrich inspira de nombreux artistes dont Beckett pour la création de sa pièce "en attendant Godot". Mais si ce plan pourrait paraître un détail il n'en est pas moins le reflet final d'un symbolisme magistral de l'oeuvre dans son ensemble, et finalement on se rend compte que tout le film est parcouru et plus exactement innervé par un intellectualisme assez déroutant. En effet, on peut avoir deux visions du film. La première vision est une vision au premier niveau de compréhension. Ainsi, le scénario est assez simple : deux soeurs jumelles se disputent le même homme et finalement une des soeurs meurent et prend la place de l'autre. Classique ? Oui et non. Car si on étudie cette oeuvre à un autre niveau, on peut considérer que le film est une ode au symbolisme à plus d'un titre. En effet, pourquoi ne pas croire à une explication psychanalitique de ce film ? Je m'explique. Bette Davis, joue virtuellement dans le film 3 rôles : son propre rôle, celui de sa soeur jumelle, puis enfin dans le dernier tiers du film elle remplace sa soeur décédée. Comment ne peut on pas croire à une lutte entre les 2 personnages qui finalement ne sont que des représentations du "surmoi" et du "Ça" définis par Freud. Le "Ça" étant le siège de l'inné, des pulsions. On le retrouve lorsqu'en réfléchissant au pourquoi de certains de nos actes, on se dit « ça a été plus fort que moi » symbolisé dans le film par une soeur dirigée par sa pulsion irréfléchie. De son côté, le surmoi qui est le siège de l'acquis, c'est-à-dire des interdits, de la morale, des lois, qui est représenté dans le tempérament d'une autre. Là où le film rend le spectateur totalement fou c'est lorsque la tempête arrive sur nos deux soeurs sur le même bateau, et où l'une pousse l'autre à aller toujours plus loin et que finalement c'est notre représentante du "surmoi" qui s'en sort, mais elle doit donc porter la personnalité impulsive et destructrice de sa soeur le calme revenu ! Vous l'aurez compris, on est dans un film d'un intellectualisme rare et d'une profonde intelligence scénaristique comme rarement vu même à cette époque. C'est mon analyse de cette oeuvre. On peut en avoir bien évidemment d'autres et je ne prétends pas avoir tout compris.

tumblr_mckb8rTACI1qm2e3qo1_500.jpg

Mais d'autres scènes sont particulièrement savoureuses comme celles avec l'artiste peintre, adepte de la lutte des classes, mais incapable d'insuffler du désir à une femme dirigée totalement par sa morale. Pour l'époque cette scène est d'ailleurs très osée, car cela laissait entendre qu'il pouvait y avoir en 1946 aux USA des gens avec des idées communistes. Donc il ne faut pas se laisser berner par le début du film, assez sympathique avec le port de pêche et le phare en toile de fond. On est bien devant un chef d'oeuvre absolu et majeur du cinéma hollywoodien. En un mot du très très grand cinéma.

tumblr_mcvjm57aCD1qctx2yo1_500.jpg

Et pour le coup, oui merci Warner Bros d'avoir mis à disposition ce film pour la France via la collection "Trésors Warner".


NOTE : 8,5 / 10