Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2015

Mademoiselle et son bébé / Mother bachelor - 1939

"Mademoiselle et son bébé" fait parti de ces comédies plus ou moins légères tournées par Ginger Rogers, pour sortir de son rôle d'éternelle partenaire féminin de Fred Astaire. Et à vrai dire, elle s'en tire plutôt bien, se construisant ainsi une nouvelle carrière, dans des films ou ses numéros dansés sont presque la plupart du temps inexistants. Aujourd'hui, Ginger Rogers et sa carrière sont totalement oubliés en France. Mais si on y regarde de plus près on retrouve dans sa filmographie tout une série de films qui entrecoupent, ses apparitions avec Fred Astaire. Ainsi, "Romance in Manhattan" (1935), ou encore "Star Of Midnight" (1936) avec William Powell sortent Ginger Rogers de son légendaire duo avec Astaire. Plus tard, on retrouve les plus connus, "Pension d'artistes" (1937) et "Mariage incognito" (1938). Et après "la dernière farandole" (1939), ultime comédie musicale au ton crépusculaire, tourné par le duo Rogers / Astaire, Ginger Rogers tourne la même année, une pure comédie avec David Niven, "Mademoiselle et son bébé". Le lecteur pressé me permettra quand même à dire, encore une fois ici, du peu d'intérêt des éditeurs pour cette star d'Hollywood. Ainsi, une bonne part, de sa filmographie manque à l'appel. J'ai déjà cité, "Romance in Manhattan" (1935), "Star Of Midnight" (1936), mais combien d'autres sont irrémédiablement perdus pour le cinéphile français averti : vacances payées (1938), "Double Chance" (1940), "Ses trois amoureux" (1941), "la folle histoire de Roxie Hart" (1942), "Les Nuits ensorcelées" (1944), manquent désespérément à l'appel, et je n'évoquerai pas le cas de "I'll be seeing you" (1944), disponible en Zone 1 sur Amazon.com à 44 $ ... Pour en revenir au film qui nous intéresse, "Mademoiselle et son bébé", nous montre première évidence, une Ginger Rogers capable de jouer réellement la comédie. Et quand on se rappelle ses premières apparitions parfois chaotiques à la Paramount, dans des courts-métrages, comme "Office Blues" (1930), il est clair que le vilain petit canard gauche à la voix rocailleuse de cette époque lointaine, s'est transformé en  majestueux cygne. Quant à "Mademoiselle et son bébé", premier film important du réalisateur Garson Kanin, il est loin d'être à mépriser. Le sujet est toujours plaisant et drôle. L'humour est fondé non pas sur la vulgarité, comme trop souvent aujourd'hui dans les comédies américaines, mais dans les situations. Ainsi, on rit donc beaucoup devant les situations impossibles que subit le couple David Niven / Ginger Rogers. On pourra reprocher peut être à David Niven, d'en faire un peu trop. Mais son physique, moins imposant que d'autres, donne un côté comique évident à son personnage, incapable d'être l'homme ou le patron qu'il voudrait être. Dans les bonnes surprises on constate la présence de Charles Coburn parfait en vieux père ronchon, insatisfait de la vie de patachon de son fils. Enfin, la belle photographie de Robert De Grasse, mériterait sans aucun doute, une autre édition que cette édition Montparnasse, à la qualité d'image très faible, même pour du noir & blanc. Alors les éditeurs, on se décide quand à redécouvrir vraiment la filmographie de Ginger Rogers ?

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,david niven,charles coburn,frank albertson,e.e. clive,elbert coplen jr.,ferike boros,ernest truex,leonard penn,paul stanton,frank m. thomas,edna holland,dennie moore,june wilkins,donald duck,robert de grasse,roy webb,garson kanin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,david niven,charles coburn,frank albertson,e.e. clive,elbert coplen jr.,ferike boros,ernest truex,leonard penn,paul stanton,frank m. thomas,edna holland,dennie moore,june wilkins,donald duck,robert de grasse,roy webb,garson kanin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,david niven,charles coburn,frank albertson,e.e. clive,elbert coplen jr.,ferike boros,ernest truex,leonard penn,paul stanton,frank m. thomas,edna holland,dennie moore,june wilkins,donald duck,robert de grasse,roy webb,garson kanin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,david niven,charles coburn,frank albertson,e.e. clive,elbert coplen jr.,ferike boros,ernest truex,leonard penn,paul stanton,frank m. thomas,edna holland,dennie moore,june wilkins,donald duck,robert de grasse,roy webb,garson kanin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,david niven,charles coburn,frank albertson,e.e. clive,elbert coplen jr.,ferike boros,ernest truex,leonard penn,paul stanton,frank m. thomas,edna holland,dennie moore,june wilkins,donald duck,robert de grasse,roy webb,garson kanin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,david niven,charles coburn,frank albertson,e.e. clive,elbert coplen jr.,ferike boros,ernest truex,leonard penn,paul stanton,frank m. thomas,edna holland,dennie moore,june wilkins,donald duck,robert de grasse,roy webb,garson kanin

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,david niven,charles coburn,frank albertson,e.e. clive,elbert coplen jr.,ferike boros,ernest truex,leonard penn,paul stanton,frank m. thomas,edna holland,dennie moore,june wilkins,donald duck,robert de grasse,roy webb,garson kanin

Ci-dessus : David Niven, Ginger Rogers & Frank Albertson

 Note : 7,5 / 10

10/05/2015

La veuve noire / The black widow - 1954

"La veuve noire", avait tout pour plaire, une prestigieuse distribution (Gene Tierney, Van Heflin, George Raft, Ginger Rogers, Reginald Gardiner et Peggy Ann Garner), un très bon scénariste et réalisateur en la personne de Nunnaly Johnson, mais ce film policier est malheureusement quelque peu gâché. En effet, malgré les superbes intérieurs d'appartements new-yorkais, le scénario promet malheureusement plus qu'il ne donne. Et surtout certains acteurs sont totalement sous-exploités. On ne voit que très peu Gene Tierney, et Ginger Rogers n'est que peu présente. On peut dire quelques mots sur son scénariste et réalisateur, Nunnaly Johson, qui a d'abord eu une carrière d'écrivain, de scénariste, puis de réalisateur et enfin de producteur et on se souvient généralement de lui, pour son travail sur le scénario "des raisins de la colère" de Ford. Ainsi, il a été scénariste ou co-scénariste d'une cinquantaine de films et réalisateur dans les années cinquante, de 8 films. "La veuve noire" est son deuxième film. Pour en revenir à "la veuve noire" on est donc quelque peu déçu devant un film qui promettait beaucoup. Ainsi, la relation étrange entre Van Heflin et Peggy Ann Garner est très mal exploitée. Et il semble que la censure de l'époque ait dans ce cas, fait beaucoup de mal au film. Enfin si la reconstitution d'appartements new-yorkais est superbe, elle ne sort par le film, d'un statisme qui lui donne des airs de théâtre filmé, encore accentués par l'utilisation très mal venue du Cinemascope pour. ce genre de film "La veuve noire" est donc un film qu'on oublie très vite, malgré sa distribution, et son scénariste de talent. Dommage.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Peggy Ann Garner

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Van Heflin & Peggy Ann Garner

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Peggy Ann Garner

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Ginger Rogers & Gene Tierney

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Disponible en DVD zone 1 en VO sous-titrée français

Note : 4,5 / 10

23/02/2015

L'Homme de mes rêves / It had to be you - 1947

"L'homme de mes rêves" est une bien étrange comédie, particulièrement originale, où l'on retrouve Ginger Rogers, dans un rôle non dansé et non chanté. Le film fait donc parti du corpus de films que Ginger Rogers a tourné après ses films avec Fred Astaire pour la RKO. On peut citer donc comme films notables de Ginger Rogers, "Primrose Path" (1940) avec Joel McCrea, "Kitty Foyle" (1940) ou encore "La Folle Histoire de Roxie Hart " (1942), malheureusement pour le moment introuvable en France en DVD. Pour en revenir à "l'homme de mes rêves", Cornel Wilde partage la vedette avec Ginger Rogers et interprète d'ailleurs deux rôles. Le film bénéficie d'un scénario particulièrement original. En effet, il met en scène une jeune célibataire (Ginger Rogers), qui a pour mauvaise habitude, de décliner les propositions de mariage au moment de la cérémonie et par 3 fois ! Alors qu'elle est bien décidée à se marier enfin, elle rêve dans le train qui la ramène vers son fiancé, d'un homme déguisé en indien (Cornel Wilde) qui l'empêche de se marier.  A son réveil, l'homme est présent en chair et en os dans son compartiment, et il s'agit de son propre subconscient qui ne fait que lui parler. Comme va t'elle le cacher à son fiancé et à sa famille ? Que faire de cet intrus qui fera tout pour lui gâcher son mariage ! ?

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

J'avoue avoir rarement vu un scénario aussi farfelu, et qui fonctionne aussi bien. La folie s'empare donc de l'écran, et si on rit souvent. On constate aussi, que cette comédie est bien sexy, même pour 1947. Le casting est complété de quelques bons seconds rôles et la réalisation de Rudolph Maté est excellente. Et la photographie que l'on doit également à Rudolph Maté, aidé de Vincent J Farrar n'est pas en reste. En effet, il y a quelques effets d'ombres assez sympathiques, et qui donne un certain cachet au film. La séquence onirique du deuxième rêve est quant à elle, particulièrement marquante. Je finirai en disant que la bande originale d'Arthur Morton s'appuie sur la chanson de jazz "It had to be you", les spécialistes l'auront découvert à la lecture du titre de cet article. "L'homme de mes rêves" est donc une très belle surprise qui fait passer un très bon moment, et qui donne beaucoup plus qu'on ne pouvait espérer d'une comédie freudienne !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Cornel Wilde & Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Spring Byington & Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Cornel Wilde & Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Gingers Rogers tentant d'échapper à son subconscient !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Cornel Wilde & Ginger Rogers sur le plateau de "l'homme de mes rêves"

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Arrivée en vélo de Ginger Rogers & de Ron Randell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : sur le plateau

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,cornel wilde,ron randell,percy waram,spring byington,don hartman,arthur morton,rudolph maté,columbia

Ci-dessus : Le public de "l'homme de mes rêves" ? ou plutôt le choix des accompagnatrices ...

Film disponible en DVD Zone 2 en VO sous-titrée

Note : 7,5 / 10

14/02/2015

Entrons dans la danse / The Barkleys of Broadway - 1949

"Entrons dans la danse" c'est un peu le retour vers le futur, du film musical, nous proposant en 1949, soit 10 après leur séparation, le retour du plus célèbre couple dansant de la RKO : Fred Astaire & Ginger Rogers. Le dernier film du couple Astaire/Rogers était donc dix ans plutôt, "la grande farandole", qui racontait déjà l'histoire d'un couple de danseurs : Irene et Vernon Castle. Ici, le ton est à la comédie, et on revoit avec plaisir le couple Astaire/Rogers. Mais la reprise n'est pas totalement la même que celle qui a fait tant et tant de succès du couple à la RKO. Ainsi, dans "Entrons dans la danse", le couple Astaire/Rogers est marié et dès le départ le film n'est donc pas dans le même ton que les succès RKO. La lutte entre les deux personnages principaux est donc toujours à fleurets mouchetés. "Entrons dans la danse" vient juste après le succès de "Parade de printemps", qui réunissait Fred Astaire et Judy Garland. La MGM imaginait donc une suite avec Judy Garland. Mais l'épuisement de Garland ne lui permit pas de jouer ni dans "entrons dans la danse", ni dans "mariage royal". C'est donc Ginger Rogers qui reprit le flambeau pour "entrons dans la danse". Dans ce dixième et dernier film du célèbre couple, on s'amuse donc à les voir se chamailler parfois un peu lourdemement, mais surtout à les voir danser, même si les dix ans passés, sont plus visibles sur Ginger Rogers que sur son partenaire du moment. Le sommet du film, reste quand même le numéro de danse de "They Can't Take That Away From Me", hymne d'amour de Fred Astaire à Ginger Rogers, et reprise de "l'entreprenant Mr Petrov" (1937). Mais le film vaut également pour pas mal d'autres numéros, comme Astaire dansant seul avec des chaussures ou le numéro de claquettes du début avec Ginger. En résumé, "entrons dans la danse" célèbre le duo, tout en nous renvoyant l'image d'iconique fraîcheur, de passion et de folie des premiers films RKO.

k2xas.jpg

24.gif

Ci-dessus : Fred Astaire & Ginger Rogers

ob_dcc5f6_annex-astaire-fred-barkleys-of-bro.jpg

Ci-dessus : Fred Astaire dansant avec des chaussures

1949 The Barkleys of Broadway - Vuelve a mi (Fred Astaire and Ginger Rogers) 01.jpg

wir.skyrock.net.jpg

entrons-dans-la-danse-49-02-g.jpg

entrons-dans-la-danse-tou-1-g.jpg

Ci-dessus : Fred Astaire & Ginger Rogers

"They Can't Take That Away From Me" :

Disponible en DVD en VF et VO sous-titrée. A noter une qualité d'image moyenne, qui s'améliore plus le film avance.

Note : 6,5 / 10

17/05/2014

6 destins / Tales of Manhattan - 1942

"6 destins" ou en anglais "Tales of Manhattan" nous raconte à travers des sketches, l'histoire d'une veste ou pour être plus précis, d'une queue de pie. On a déjà eu des films à sketches racontant les péripéties d'un objet à travers ses différents propriétaires. Ainsi, je me souviens avoir vu il y a une dizaine d'années : "la Rolls-Roye Jaune" (1965) qui avait un casting international, et qui racontait comme son nom l'indique, l'histoire d'une voiture. Ici dans "6 destins" la queue de pie ne reste qu'un accessoire scénaristique, et n'est pas le personnage principal. Elle est le lien entre les différentes histoires et a même parfois une importance primordiale, mais sans jamais trahir ou effacer l'histoire personnelle de la personne qui la porte. Le point fort du film est son casting qui comprend entre autre : Charles Boyer, Rita Hayworth, Thomas Mitchell, Ginger Rogers, Cesar Romero, Henry Fonda, Charles Laughton, Edward G. Robinson, Ethel Waters, Paul Robeson, Harry Davenport, et W. C. Fields. Excusez du peu !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,sol kaplan,julien duviviers

Le film est le premier des deux films à sketches de Julien Duvivier à Hollywood. Le deuxième est "obsessions" (1943), formidable film aux frontières du fantastique et du paranormal et à la forme cinématographique exceptionnelle. La force de "6 destins", au delà de son casting, est évidemment sa réalisation. Les acteurs n'ont jamais semblé aussi beaux que sous la caméra de Duvivier et sous la photographie de Joseph Walker. De plus, le film a été écrit par une armée d'auteurs qui donnent aux dialogues une belle consistance. Alors que reprocher à "6 destins" ? On peut lui reprocher une certaine hétérogénéité. Ainsi, chaque séquence n'est pas toujours au niveau de la précédente. Ainsi la séquence avec W C Fields semble très faible, et celle avec les acteurs pas toujours de très bon goût. Le sketch avec W C Fields et Margaret Drumont avait d'ailleurs été éliminée à sa sortie. On la retrouve ici complète. Enfin, la représentation des noirs avaient posé un tel problème déjà à l'époque Paul Robeson avait décidé de racheter tous les exemplaires du film, car il le considérait comme infamant pour la communauté noire. A titre personnel, je n'ai rien trouvé à redire à ce passage du film, qui montre une communauté noire, abandonnée certes,  mais qui ne doit son salut qu'à elle même et à une manne providentielle. Quoiqu'il en soit, le film ne laisse pas indifférent par la beauté formelle de certaines de ses séquences et par l'originalité d'une histoire, parfaitement écrite et réalisée, à mettre au crédit d'un Duvivier et d'auteurs très inspirés. Une belle surprise que nous fait là la Twentieth Century Fox, en sortant cet excellent film de l'oubli.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Charles Boyer et Rita Hayworth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Rita Hayworth

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Henry Fonda et Ginger Roger

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Ginger Rogers

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus à gauche : Charles Laughton

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : Edward G Robinson

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,charles boyer,rita hayworth,ginger rogers,henry fonda,charles laughton,edward g robinson,ethel waters,paul robeson,w c. fields,thomas mitchell,cesar romero,elsa lanchester,harry davenport,sol kaplan,joseph walker,julien duvivier

Ci-dessus : George Sanders et Edward G Robinson

Disponible en DVD zone 2, sous-titré en français dans la collection "Hollwyood legends"

 

Note : 7,5 / 10

11/01/2014

Amanda / Carefree - 1938

J'ai découvert Fred Astaire à l'adolescence. J'avais vu "Top Hat" (1935) et "Swing Time" (1936), ou encore "Shall we dance", mais jamais "Amanda". C'est aujourd'hui chose faite. J'avoue que tout jeune j'avais été bluffé par l'harmonie et la grâce du duo, et aussi par la classe de Fred Astaire. Chacun de ces deux films étaient pour moi de petite merveille, qui rendait le monde plus beau et le spectateur. J'ai appris bien plus tard que Ginger Rogers avait fait d'autres films avec Fred Astaire et que même elle devait avoir une seconde carrière d'artiste de comédie non musicale. Un jour peut être que le couple Fred Astaire / Ginger Rogers a autant fait pour la comédie musicale hollywoodienne. que John Ford pour le western. C'est d'autant plus vrai que lorsqu'on interrogea Stanley Donen sur ce qui avait été son inspiration, sur ce qui lui avait donné envie de se lancer dans le cinéma, il répondit lors de son passage à Paris : Fred Astaire ! En effet, c'est avec ces comédies musicales que l'enfant Stanley Donen découvrit la grâce et la beauté et avec Gene Kelly 15 ans plus tard, il réalisait en tant que réalisateur, son rêve d'enfant dans de nombreuses comédies musicales dont la plus célèbre évidemment : "chantons sous la pluie" (1952).

52469.jpg

"Amanda" intervient dans la carrière de Fred Astaire, après "demoiselle en détresse" (1937) qui avait été tourné avec Joan Fontaine. Le film était très faible que ce soit au niveau du scénario ou des scènes de danse. En effet, Joan Fontaine n'a jamais été une danseuse. Elle semblait donc totalement perdu face à Fred Astaire et la comparaison avec Ginger Rogers était terriblement destructrice pour Joan Fontaine. Après cet échec, les producteurs de la RKO se décidait à reformer le couple légendaire, dans "Amanda". Malheureusement si la comédie est sympathique, on atteint pas les sommets des précédents et pour cause: les seconds rôles habituels de Fred ne sont plus présents.  ni Edward Edward Everett Horton, ni Erik Rhodes, ni Eric Blore. On retrouve malgré tout, deux bons seconds rôles en la personne de Ralph Bellamy, et Jack Carson. L'un et l'autre feront une belle carrière hollywoodienne.

carson-bellamy-astaire-carefree.jpg

Ci-dessus : Jack Carson, Ralph Bellamy et Fred Astaire

Si la magie opère donc moins dans la partie comédie, elle reste extraordinaire dans les scènes de danse que l'on aurait aimé encore plus nombreuses. La musique est d'Irving Berlin et est évidemment encore une fois merveilleuse. On peut se lasser de l'aspect comédie de ces films, et affirmer qu'on est loin du meilleur film du duo. Mais jamais la beauté et l'harmonie du couple Rogers / Astaire, ne pourra nous laisser de marbre. Indéniablement ces deux grands artistes auront marqué l'histoire du cinéma et des générations de spectateurs. Ginger Rogers et Fred Astaire tourneront un dernier film pour la RKO, "la grande farandole" (1939), avant de se retrouver à la MGM, 10 ans plus tard dans "entrons dans le danse" (1949).

002-ginger-rogers-and-fred-astaire-theredlist.jpg

 

Extrait d'un des plus beaux numéros du film :

Film disponible aux Editions Montparnasse en VO sous-titrée (à noter que le film possède quelques saccades assez mal venues).

Note : 6 / 10