Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2015

L'orchidée blanche / The Other Love - 1947

"L'orchidée blanche" est une adaptation d'une nouvelle d'Erich Maria Remarque. Et c'est un bien étrange film, qui se veut être un mélodrame, mais qui est tourné comme un film noir, avec beaucoup de codes du film noir. Là le héros, est une héroïne, Barbara Stanwyck qui ne va pas lutter, contre un cartel du crime, mais contre un adversaire encore plus redoutable : la mort symbolisée par une orchidée blanche. Stanwyck, joue le rôle d'une grande pianiste classique, qui se retrouve dans une clinique pour personnes atteintes de la tuberculose ou d'insuffisance respiratoire. Elle tombe rapidement amoureux de son médecin, joué par David Niven. Mais qui est il vraiment ? La distinguée clinique ne cache t'elle pas de sombres desseins ? Si le film nous parle de maladies pulmonaires, il semble pour lui même, se complaire dans une espèce de schizophrénie permanente. Ainsi, on ne sait pas bien jusqu'aux 15 dernières minutes, si il s'agit d'un film noir ou d'un mélodrame. Et le risque à trop vouloir se démarquer d'un genre, s'est de se retrouver au milieu de nulle part. Pourtant le film a aussi des qualités. Tout d'abord le casting est intéressant, Barbara Stanwyck est une actrice qui sait jouer et rendre crédible ses émotions. David Niven est ambigüe comme il faut, et Richard Conte a le charme qu'il convient. Il faut aussi noter la présence de Gilbert Roland en croupier vicieux.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,barbara stanwyck,david niven,richard conte,gilbert roland,joan lorring,miklós rózsa,victore milner,andré de toth,enterprise productions,united artists

La réalisation est d'André De Toth, et on apprend sur les bonus et commentaires de Bertrand Tavernier, que c'est John Ford qui avait convaincu les patrons du studio indépendant, "Entreprise productions" de prendre De Toth en lieu et place de lui même. Le plus marquant est peut être aussi, la magnifique photographie de Victor Milner, qui sait nous ménager quelques moments sublimes, ou des scènes tellement proches du film noir avec des ombres particulièrement inquiétantes. A celà, il faut ajouter la belle musique de Miklós Rózsa et quelques extraits de jazz. Vous l'avez donc compris, "'orchidée blanche" a beaucoup de qualités formelles qui se perdent dans le scénario abscons de Ladislas Fodor et Harry Brown. André De Toth, racontera quant à lui, dans ses mémoires, l'influence réellement néfaste du producteur, David Lewis, pourtant ancien collaborateur de Thalberg à la MGM, qui lui aurait fait changer et rater la fin de son film. Quoiqu'il en soit, "l'orchidée blanche" est un film oublié même des cinéphiles, au ton drôlement étrange et inclassable. A noter enfin, qu'un film au scénario proche sera tourné, en 1977, avec Al Pacino, "Bobby Deerfield".

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,barbara stanwyck,david niven,richard conte,gilbert roland,joan lorring,miklós rózsa,victore milner,andré de toth,enterprise productions,united artists

Ci-dessus : Barbara Stanwyck

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,barbara stanwyck,david niven,richard conte,gilbert roland,joan lorring,miklós rózsa,victore milner,andré de toth,enterprise productions,united artists

Ci-dessus : Barbara Stanwyck

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,barbara stanwyck,david niven,richard conte,gilbert roland,joan lorring,miklós rózsa,victore milner,andré de toth,enterprise productions,united artists

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,barbara stanwyck,david niven,richard conte,gilbert roland,joan lorring,miklós rózsa,victore milner,andré de toth,enterprise productions,united artists

Ci-dessus : Barbara Stanwyck & David Niven

Disponible en DVD Zone 2 VO sous-titrée chez Sidonis

Note : 5 / 10

26/04/2014

Le bagarreur solitaire / The Wild and the Innocent - 1959

"Le bagarreur solitaire" western en couleur de Jack Sher est sans aucun doute, le genre de film qui mériterait d'être réévalué. En effet, si la critique de l'époque ou encore certaines critiques encore aujourd'hui y voient un film niais, avec la connaissance que l'on a aujourd'hui de la vie de Sandra Dee, c'est très loin d'être le cas. Ainsi, sous des aspects très communs et innocents, le film aborde en réalité des sujets très graves. Ainsi, dans le titre américain il nous dit déjà ce qu'il va se passer, "the wild and the innocent", soit en français "le sauvage et l'innocent". Et ce sont ces thèmes que le film va évoquer sous une forme et des aspects assez intelligents, pour retenir notre attention. Le scénario est pourtant simple et nous raconte l'histoire d'un jeune homme (Audie Murphy) qui a toujours vécu dans ses montagnes et qui est obligé d'aller vers la ville et la civilisation. Il y rencontre donc une jeune sauvageonne exploitée par son père, et qui est prêt à vendre sa fille (Sandra Dee) pour quelques peaux de bêtes. On sent qu'il y a sinon une relation incestueuse ou tout au moins de l'abus parental et des mauvais traitements.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Or on sait aujourd'hui que Sandra Dee, égérie de la jeunesse dorée des années 60, poupée des comédies à l'eau de rose, a eu une enfance difficile. En effet, son fils Dodd Darin raconte dans son livre sur l'histoire de ses parents ("Dream Lovers: The Magnificent Shattered Lives of Bobby Darin and Sandra Dee"), que sa mère avait été abusée sexuellement par son beau-père Eugene Douvan, étant en enfant. Cela devait donc être un traumatisme dans la vie de cet enfant, qui toute sa vie trainera une sexualité non épanouie, des problèmes d'anorexie, mais aussi de drogue et d'alcool. Elle restera ainsi sous la coupe de sa mère pendant très longtemps. Le film fait donc un douloureux écho à l'histoire de Sandra Dee. Mais le film n'est pas seulement tenu par le duo Audie Murphy / Sandra Dee, il y a aussi Gilbert Roland et Joanne Dru. Gilbert Roland c'est évidemment le capitaine espagnol qui croise l'épée avec Errol Flynn dans "l'aigle des mers" (1940).

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

 Quant au film lui même, il va se transformer progressivement et passer du genre western au mélodrame en quelques scènes. Les scènes de bal m'ont fait d'ailleurs penser à d'autres films beaucoup plus célèbres. On peut reprocher à Audie Murphy d'être un peu trop âgé pour le rôle et à Sandra Dee, d'être un peu trop jeune. Malgré tout, il y a une justesse de ton qui transcende le film et qui en fait un film beaucoup plus intelligent et sérieux qu'il n'y paraît pour des critiques peu attentives. On regrettera par contre le charcutage de l'image de la version DVD d'Universal, qui coupe honteusement le cinémascope d'origine. Ceci étant dit, le film reste pour moi une belle surprise et un des meilleurs westerns d'Audie Murphy.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Sandra Dee, & Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Sandra Dee & Gilbert Roland

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Sandra Dee, Wesley Marie Tackitt & Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Gilbert Roland et Audie Murphy

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Audie Murphy & Gilbert Roland pendant une pause

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollywood,audie murphy,sandra dee,joanne dru,gilbert roland,hans j salter,jack sher

Ci-dessus : Gilbert Roland pendant une pause

Disponible en DVD zone 2 en VO sous-titrée chez Universal

Note : 7,5 / 10

05/05/2013

L'aigle des mers / The Sea Hawk - 1940

Après le succès de "Capitaine Blood", la Warner ne pouvait que relancer de nouveau la machine à faire des films de flibustiers ou de pirates et reprendre l'équipe gagnante de "Capitaine Blood" en reprenant pour le rôle titre Errol Flynn mais aussi Michael Curtiz à la réalisation comme "Capitaine Blood" 5 ans plus tôt. La Warner n'a pas lésiné sur les moyens, alors que "Capitaine Blood reprenait quelques images de scènes du film de Douglas Fairbanks, "l'aigle des mers" version de 1924. Cela donnait d'ailleurs un côté assez étrange au film. Là rien de tout cela, la Warner a construit des décors, des navires. On sent la très grosse production. A Errol Flynn on a ajouté un casting intéressant, avec Brenda Marshall, qui joue ici la nièce de l'ambassadeur espagnol (Claude Rains), avec laquelle Flynn entretient une relation. Mais dans les seconds rôles il faut aussi compter sur l'éternel vétéran Donald Crisp, mais aussi d'anciens compagnons des films de Flynn qui étaient d'ailleurs déjà présents sur "les aventures de Robin des Bois". Flora Robson a la lourde charge de reprendre le rôle de la reine Elizabeth 1ere qui était interprêtée un an plus tôt par Bette Davis qui avait pour partenaire encore Errol Flynn dans "The Private Lives of Elizabeth and Essex". Et Flora Robson s'en sortira plutôt bien. Et il y a bien d'autres vedettes, mais je ne citerai pour finir que le méchant du film : Henry Daniell.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Avec de tels moyens il était quasiment impossible à la Warner de rater le film, car il faut ajouter que Erich Wolfgang Korngold était encore responsable de la partition musicale. Il pourra d'ailleurs cette fois-ci la signer totalement car il disposera de suffisamment de temps, contrairement à "Capitaine Blood" où la musique de la scène de combat entre Flynn et Basil Rathebone sur les rochers était une reprise d'un thème classique, donc non composée par Korngold lui même. Alors oui "l'aigle des mers" est une belle réussite. Mais le film est parfois ampoulé et lourd. Ainsi, si la Warner veut à travers son film dénoncer le nazisme à travers la main mise de l'Espagne sur le monde au 16ème siècle, elle le fait un peu de façon caricaturale, mais surtout cela ralentit un peu le film et l'action. En résumé, on a perdu un peu cet appel révolutionnaire à la liberté présent dans "Capitaine Blood". D'ailleurs Flynn ne joue pas ici un pirate, mais un flibustier qui se fait reprocher l'attaque d'un navire espagnol. La réalisation de Curtiz joue toujours avec les effets d'ombres qui donnent à l'image une intéressante troisième dimension.

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Brenda Marshall et Errol Flynn

Ceci dit, le film est irrigué par de nombreuses qualités : décors somptueux, costumes parfaits, casting prestigieux avec des stars au top de leur forme, musique magnifique. Mais le film ne prend son envol que dans sa dernière partie trop courte par rapport au reste de l'intrigue. Ceci à mon sens déstabilise peut être quelque peu l'ensemble. Il sortira d'ailleurs à l'époque avec des critiques mitigées. Il n'en reste pas moins un superbe spectacle, captivant, exotique, qui nous met dans la peau d'un flibustier du 16ème siècle perdu sur une côte bordée de palmiers, et on oublie tout. Alors que demandez de plus ?

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Henry Daniell et Errol Flynn

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Brenda Marshall et Una O'Connor

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz

Ci-dessus : Alan Hale et Errol Flynn

cinéma,cinema,film,films,acteur,actrice,dvd,bluray,hollywood,errol flynn,brenda marshall,claude rains,donald crisp,flora robson,alan hale,henry daniell,una o'connor,gilbert roland,erich wolfgang korngold,michael curtiz


Extrait de la musique :


Bande-annonce :

http://youtu.be/6_XIJm0_Wgc

Note : 8 / 10