Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2013

Lydia - 1941

Avec "Lydia" on rentre dans la catégorie du grand mélodrame comme a tellement bien sur en réaliser Julien Duvivier. Ainsi "Lydia" est un remake d'un film déjà de Duvivier, "un carnet de bal" (1937), réalisé en France. Avec Lydia, on est bien entendu dans du cinéma américain, mais encore dans une production d'Alexandre Korda. Le film a un principal défaut, ce sont ces nombreux flashbacks, qui ralentissent l'action et qui nous ramène à chaque fois à la situation peu romantique, d'une héroïne âgée, qui réunit les amours de sa vie. Une femme a t'elle jamais pu le faire ? Les 40 premières minutes sont donc assez difficiles avec différentes versions de la salle de bal, qui est racontée donc deux fois. Si les deux versions, nous démontrent que l'être humain, a tendance a enjoliver le passé, la démonstration n'est pas cinématographiquement évidente. Mais après cette première partie laborieuse, le film va soudain petit à petit s'élever et atteindre un lyrisme rarement vu dans le cinéma. Alors c'est vrai que le jeu d'Edna May Oliver dont c'est le dernier film est peut être légèrement surjoué. Ainsi, sa dernière crise cardiaque dans le film, est presque risible. Mais on dira que cette faute de goût est peu de chose, par rapport à l'ensemble. On notera la présence de Joseph Cotten qui venait de tourner "Citizen Kane" ou qui sera évidemment le mari de Marilyn dans "Niagara" (1953). 'Alan Marshal, et George Reeves complète le casting. Georges Reeves c'est un des deux jumeaux que l'on voit au début "d'autant en emporte le vent" (1939). Son histoire est brièvement évoquée dans "Hollywoodland" (2006) avec Ben Affleck. Georges Reeves, jouera Superman dans les années 50 pour la télévision et déçu par son rôle et une carrière qu'il voyait terminée, il devait se suicider.

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, acteur, actrice, hollywood, merle oberon, joseph cotten, Edna May Oliver, Alan Marshal, George Reeves, miklós rózsa, Lee Garmes, julien duvivier

La photographie est d'un certain Lee Garmes, et elle est magnifique Il y a tout le long du film, un travail admirable sur les reflets, les noirs et la lumière. Lee Garmes travailla sur de très nombreux films et bien qu'il ne soit pas au générique, il devait travailler sur la photographie de "Gone with the wind" (1939). Excusez du peu.  On remarque enfin comme sur "Le divorce de lady X" la musique d'un certain Miklos Rozsa, qui est ici très inspiré et qui nous donne à entendre, une musique très romantique et très lyrique, qui comprend entre autre, un scherzo pour piano et orchestre. En somme, ce "Lydia" aurait pu atteindre les sommets du mélodrame sans ces flashbacks sans intérêt qui alourdissent malheureusement le film et en font perdre presque le fil. L'oeuvre est néanmoins admirable dans sa réalisation, dans sa photographie, et dans le jeu de ses acteurs et donc tout à fait digne d'être vue et revue. Et à la fin devant cette vie passée sous nos yeux, le vertige nous prend et nous emporte. Ainsi, on a peut être jamais aussi bien étudié le coeur et l'âme d'une femme que dans "Lydia", hymne à l'éternel féminin, beau et fascinant comme une rose, qui vit, qui aime et qui se meurt.

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

Ci-dessus : Merle Oberon

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

Ci-dessus : Merle Oberon

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

Ci-dessus : Merle Oberon, Joseph Cotten, et Edna May Oliver

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

Ci-dessus : Merle Oberon et George Reeves

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

Ci-dessus : Joseph Cotten, Alan Marshal, et Merle Oberon

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,acteur,actrice,hollywood,merle oberon,joseph cotten,edna may oliver,alan marshal,george reeves,miklós rózsa,lee garmes,julien duvivier

Ci-dessus : Merle Oberon et Alan Marshal

Disponible en DVD Zone 2 en VO sous-titrée, chez Elephant Films qui décidément nous gâte.

 

Extrait de la musique :

 

 

Note : 7 / 10

11/08/2012

Autant en emporte le Vent - Gone with the wind

"Autant en emporte le vent" est pour moi un des plus grands films, pas seulement de la grande époque des studios, mais aussi de l'histoire du cinéma. Ce film a en effet tous les ingrédients du chef d'oeuvre. Alors bien entendu "Autant en emporte le vent", c'est le film aux 125 jours de tournages et à la distribution éclatante. On y retrouve : Clark Gable, Vivien Leigh, Olivia de Havilland, Leslie Howard, Thomas Mitchell, Hattie Mc Daniel. Le film est bien entendu en couleurs, mais ce n'était pas une évidence où très peu de films étaient en couleurs. 3 réalisateurs se sont succédés sur ce film : Victor Fleming, Sam Wood, George Cukor. Le producteurs David O Selznick exigeant de chacun d'eux l'impossible.

 

La bande-annonce :

 

La musique est également une très grande star du film. Elle emporte l'adhésion du public dès le titre. Max Steiner a fait un chef d'oeuvre musical, comme jamais.

Ci-dessous : Max Steiner le compositeur 

 

Compositeur de musique de films

 

Le film parle de la fin d'une société, "le Sud des Etats Unis avant la guerre civile". Le film est bien entendu du roman éponyme de Margarett Mitchell. On peut remercier le producteur David O Selznick et les scénaristes d'avoir enlevé toutes les parties un peu racistes que le roman pouvait contenir. Ainsi, contrairement à "Naissance d'une nation", le fameux film raciste de Griffith qui traitait également de la guerre civile, là dans "Autant en emporte le vent", le film ne traite que de la volonté d'une famille pour survivre à des évènements exceptionnels et à un changement radical de la société et donc de leurs modes de vies. C'est bien pour cela que ce film a traversé et continuera de traverser toutes les époques. Car en tant qu'être humain on a tous un moment donné de nos vies, été dans l'obligation de nous remettre en cause et à rechercher en nous mêmes des forces supplémentaires pour affronter la vie et le monde. Et peut être y a t'il aussi dans "Autant En Emporte le vent", un appel à la tolérance, pour comprendre ceux qui ne vivent pas comme nous. Peut être y a t'il une leçon sur la vie qui passe et qui ne revient pas, et sur la seule chose qui compte au bout du compte après la vie : NOS RACINES qui définissent ce que nous sommes.

5d34e269.jpg


NOTE : 10 / 10