Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2015

Une femme dangereuse / They drive by night - 1940

"Une femme dangereuse" est un film en noir & blanc, produit par la Warner en 1940 et tourné par Raoul Walsh sur un scénario de Jerry Wald, Richard Macaulay, lui même tiré d'un roman de A.I. Bezzerides. Comme dans tous les films de Walsh, le héros joué par George Raft est en lutte contre lui même et ici contre son statut peu enviable de camionneur. Son frère joué par Humphrey Bogart semble lui aussi en proie à des tourments et à lutte intérieure contre ce statut de camionneur qui ne lui convient pas non plus, car il l'éloigne trop souvent de son foyer et de sa femme. Ainsi, comme dans de très nombreux films de Walsh, on se demande si les principaux protagonistes trouveront finalement la paix. Ainsi seul le personnage du patron, joué par Alan Hale, personnage heureux malgré sa femme, disparaîtra, comme si Walsh et les scénaristes pensaient que ce personnage pouvait être sacrifié pour le bien de l'intrigue. Ainsi le noeud de l'intrigue va se nouer et on suit les péripéties des personnages avec intérêt. En plus d'un scénario bien construit, "une femme dangereuse" bénéficie donc d'un casting exceptionnel. J'ai déjà cité, George Raft, Humphrey Bogart, et Alan Hale. Mais les stars féminines sont bien là, avec Ida Lupino et Ann Sheridan. Ida Lupino est ici probablement dans son meilleur rôle. Elle brûle littéralement l'écran et son interprétation dans la scène du procès, reste un moment de bravoure, peut être uniquement dépassé par Bogart lors d'une même scène de procès , dans "Ouragan sur le Caine" (1954). Ann Sheridan, met aussi beaucoup de conviction dans l'interprétation du personnage et ne dénote pas, dans ce casting 4 étoiles.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Le film est assez proche du scénario de "Ville frontière" (1935), avec Bette Davis. Les critiques de l'époque, feront d'ailleurs le rapprochement et avec raison, l'éloge du jeu d'Ida Lupino. Le film obtiendra un beau succès public mérité. A noter qu'on retrouvera le couple Humphrey Bogart, et Ida Lupino, l'année suivante, dans : "la grande évasion" ou dans son titre original "High Sierra". "Une femme dangereuse" est donc un film où l'on ne s'ennuie pas. Alors venez faire un tour de camion, vous ne serez pas déçu, si vous aimez le cinéma noir & blanc.

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : George Raft, Humphrey Bogart & George Tobias

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : George Raft, Ann sheridan, & Humphrey Bogart

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : George Raft & Ida Lupino

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Humphrey Bogart, Ann sheridan, & George Raft

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Alan Hale & George Raft

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Ida Lupino

cinéma, cinema, dvd, bluray, acteur, actrice, film, films,humphrey bogart, Ann Sheridan, Ida Lupino, George Raft, Gale Page, Alan Hale, Roscoe Karns, George Tobias, Raoul Walsh

Ci-dessus : Ann Sheridan & George Raft

La Bande-Annonce :

Disponible en DVD zone 1 & 2 en VO sous-titrée français. Attention à noter sur le DVD zone 1, un sous-titrage français un peu minimaliste, qui ne fait pas honneur aux dialogues parfois crus des scénaristes. Excellente qualité d'image.

 Note : 7,5 / 10

10/05/2015

La veuve noire / The black widow - 1954

"La veuve noire", avait tout pour plaire, une prestigieuse distribution (Gene Tierney, Van Heflin, George Raft, Ginger Rogers, Reginald Gardiner et Peggy Ann Garner), un très bon scénariste et réalisateur en la personne de Nunnaly Johnson, mais ce film policier est malheureusement quelque peu gâché. En effet, malgré les superbes intérieurs d'appartements new-yorkais, le scénario promet malheureusement plus qu'il ne donne. Et surtout certains acteurs sont totalement sous-exploités. On ne voit que très peu Gene Tierney, et Ginger Rogers n'est que peu présente. On peut dire quelques mots sur son scénariste et réalisateur, Nunnaly Johson, qui a d'abord eu une carrière d'écrivain, de scénariste, puis de réalisateur et enfin de producteur et on se souvient généralement de lui, pour son travail sur le scénario "des raisins de la colère" de Ford. Ainsi, il a été scénariste ou co-scénariste d'une cinquantaine de films et réalisateur dans les années cinquante, de 8 films. "La veuve noire" est son deuxième film. Pour en revenir à "la veuve noire" on est donc quelque peu déçu devant un film qui promettait beaucoup. Ainsi, la relation étrange entre Van Heflin et Peggy Ann Garner est très mal exploitée. Et il semble que la censure de l'époque ait dans ce cas, fait beaucoup de mal au film. Enfin si la reconstitution d'appartements new-yorkais est superbe, elle ne sort par le film, d'un statisme qui lui donne des airs de théâtre filmé, encore accentués par l'utilisation très mal venue du Cinemascope pour. ce genre de film "La veuve noire" est donc un film qu'on oublie très vite, malgré sa distribution, et son scénariste de talent. Dommage.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Peggy Ann Garner

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Van Heflin & Peggy Ann Garner

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Peggy Ann Garner

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Ci-dessus : Ginger Rogers & Gene Tierney

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,ginger rogers,van heflin,george raft,gene tierney,peggy ann garner, Reginald Gardiner, Nunnally Johnson,

Disponible en DVD zone 1 en VO sous-titrée français

Note : 4,5 / 10

07/12/2014

Intrigues en Orient / Background to Danger - 1943

1942, le Reich cherche des alliés et la Turquie est un morceau de choix, pour s'emparer de régions pétrolifères et contrer les Russes par le sud. Malheureusement, pour l'Allemagne, la Turquie reste neutre. Des réseaux d'espions s'installent donc à Ankara pour influencer la Turquie et tout faire, pour la faire basculer du côté des nazis ou des alliés. Un américain (George Raft) arrive dans cette région, pour faire du tourisme. Mais on devine rapidement que c'est un agent américain, qui est là pour contrer les manoeuvres allemandes, qui veulent diffuser de fausses preuves de la préparation d'une attaque soviétique sur la Turquie. C'est à peu près, le sujet "d'intrigues en Orient", film en noir & blanc, tourné par Raoul Walsh . On retrouve un casting plutôt sympathique avec deux acteurs présents dans "Casablanca" de Michael Curtiz : Peter Lorre et Sidney Greenstreet. On peut également citer Brenda Marshall, qui est pourtant ici totalement transparente, dans un tout petit rôle, qui fait d'elle malheureusement, une potiche. Pour clôturer la partie casting, on peut aussi citer, Osa Massen, actrice danoise qui n'apparaît que dans les 15 premières minutes du film. "Intrigues en Orient", n'est pas un pur film de propagande, car il nous donne à voir un bon petit film d'espionnage, avec des rebondissements et un peu d'action. Mais malgré tout, ce film reste tout à fait mineur dans la filmographie de Walsh. Mais on ne s'ennuie guère, à suivre ce film de 75 minutes, et c'est déjà pas mal. A noter une image globalement correcte de l'édition Warner, mais malheureusement pas exempte de griffures un peu gênantes, surtout lors des scènes d'action (poursuite en voiture).

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : George Raft & Osa Massen

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : Peter Lorre & George Raft

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : Peter Lorre, Brenda Marshall & George Raft

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : George Raft & Brenda Marshall

cinéma,cinema,dvd,bluray,film,films,hollywood,george raft,sidney greenstreet,brenda marshall,osa massen,peter lorre,raoul walsh

Ci-dessus : George Raft & Sidney Greenstreet

Film disponible dans la collection "trésors Warner" en DVD zone 2, VO sous-titrée français

Note : 6 / 10

04/12/2014

Ames à la mer / Souls at Sea - 1937

"Ames à la mer" est le type même du film à moitié réussi ou à moitié raté. Pourtant il y avait tout pour réussir; à commencer par un duo d'acteurs épatants avec Gary Cooper et George Raft; des seconds rôles intéressants comme Henry Wilcoxon, Harry Carey (le cowboy fétiche de John Ford) ou encore Robert Cummings. La réalisation était sous la conduite d'un grand professionnel d'Hollywood, Henry Hathaway, et la photographie était de Charles Lang. Charles Lang, c'est quand même le directeur de la photographie de plus de 150 films américains, entre 1926 et 1973, qui obtiendra 18 nominations aux Oscars dont un Oscar en 1934, pour "L'adieu aux Armes" avec le même Gary Cooper. Pourtant, "Ames à la mer" lasse plus qu'il ne distrait. Ainsi, le thème de l'esclavage est mal exploité. On commence par le procès de Gary Cooper, qui est accusé d'être un ancien négrier, qui aurait choisi les personnes à sauver lors d'un naufrage. Mais on ne croit jamais Cooper coupable. Enfin le scénario est mal construit et inutilement compliqué, avec le personnage de Cooper pas bien défini. Seul, le dernier tiers du film, et la réunion de Gary Cooper et George Raft sauvent l'entreprise de la noyade. Malgré tout, le spectateur boit plusieurs fois la tasse, à suivre un film mal construit, qui n'a qu'un seul vrai moment de bravoure dans sa dernière partie. Dommage "Ames à la mer", avait tout pour réussir, si il n'avait pas largué en cours de croisière son sujet principal. A noter que Gary Cooper, sera de nouveau capitaine d'un navire, cette fois ci dans "cargaison dangereuse" (1959) bien meilleur.

Ames-a-la-mer-affiche-8795.jpg

a Sam Peckinpah Ride the High Country Randolph Scott DVD Review PDVD_005.jpg

ames-a-la-mer_426936_38483.jpg

Ci-dessus : George Raft & Gary Cooper

ames-a-la-mer_426935_40375.jpg

ames-a-la-mer_489499_14093.jpg

Ci-dessus : Gary Cooper & Frances Dee

Disponible en DVD zone 2 version originale sous-titrée

Note : 5,5 / 10

02/05/2014

Invisible Stripes - 1939

Dans l'histoire du cinéma américain, le film noir genre très apprécié qui commença avec "le faucon maltais" en 1941, a été précédé d'un autre genre, "le film de gangsters". Ce genre était apparu dans les années 30 et il devait disparaître momentanément, au début des années 40. Ainsi, on peut considérer que "High Sierra" en français "la grande évasion" (1941) avec Humphrey Bogart, comme l'un des derniers films de ce genre, qui laisse donc progressivement la place au film noir. "Johnny, roi des gangsters" (1942) avec Robert Taylor n'a déjà plus rien à voir avec les films de gangsters des années 30. L'organisation a été brisée, et si le gangster veut revenir sur le devant de la scène, il doit cacher son activité et surtout sa chute ne sera que plus grande. Mais revenons en 1939. En 1939, Hollywood a produit des films incroyablement populaires et les studios produisent des films à grand spectacle. Ainsi, 1939, c'est l'année "d'autant en emporte le vent", mais aussi de la renaissance du western, avec "la chevauchée fantastique", ou "Jesses James" avec Tyrone Power. Les mélodrames ne sont pas en reste avec par exemple, le fabuleux "victoire sur la nuit" avec Bette Davis. 1939 est une très grande année pour le cinéma américain, et le film de gangsters existe toujours. Ainsi, un des réalisateurs des "aventures de Robin des Bois" (1938) William Keighley, réalise le superbe "à chaque aube je meurs" avec James Cagney et George Raft.  Raoul Walsh réalise toujours en 1939, "les fantastiques années 20" avec James Cagney et Humphrey Bogart, et donc Lloyd Bacon, "invisible stripes". 

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Le titre américain "invisible stripes" est à lui seul très parlant. En effet, il signifie en français, "invisible rayures". Il fait donc référence ici, à l'uniforme à rayures, des prisonniers. On comprend donc que le sujet du film, va être la sortie de prison et le retour à la vie civile d'un condamné. Ici c'est George Raft qui joue le libéré sur parole. Le scénario est assez intelligent pour sortir d'un caractère quelque peu binaire, et donc pour mettre en parallèle la libération de deux condamnés, George Raft donc, mais aussi Humphrey Bogart. Le personnage joué par Raft veut se racheter et trouver sa place dans la société, par contre le personnage joué par Bogart ne veut pas s'intégrer et veut profiter du système et revenir à ses anciennes combines et activités crapuleuses. C'est tout l'intérêt du film, qui va nous montrer le "background" (l'arrière plan personnel et familial) de la vie de George Raft et la difficulté pour un ancien détenu de se réinsérer. Cet arrière plan va permettre de développer des personnages que l'on ne voit pas forcément dans les films de gangsters. Ainsi, un second rôle est donné à Flora Robson qui interprète ici la mère de George Raft et dont le plus grand rôle reste peut être celui de la reine Elizabeth dans "l'aigle des mers" (1940). On découvre aussi dans "invisible stripes", un jeune acteur, au jeu peut être encore un peu plat : William Holden. Pour finir sur le casting, on retrouve également la jeune Jane Bryan que l'on a vu dans d'autres films de gangsters, comme "Kid Galahad" (1937) ou dans "A chaque aube je meurs" cité plus haut.

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : William Holden, George Raft, et Humphrey Bogart

Le spectateur désire et attend une bonne partie du film, la réunion du duo Bogart et Raft et chaque scène entre les deux acteurs brûlent l'écran. On sent l'entente cinématographique parfaite entre les deux hommes. Et le scénario est assez fort, et remplis de conflits et d'oppositions pour retenir l'attention jusqu'au bout. On peut néanmoins regretter une réalisation un peu conventionnel de Llyod Bacon, la forme n'étant pas toujours au niveau du fond. Mais la photographie, parfois un peu standard, est relevée par une belle musique de Heinz Eric Roemheld. Ce dernier est malheureusement, totalement oublié aujourd'hui, or il a tout de même composé plus de 400 musiques de films dont celle de "la dame de Shangaï" (1947) ! On y reviendra plus tard sur ce blog. Pour en revenir à "Invisible Stripes" c'est donc un bon spectacle qui n'arrive pas à atteindre les sommets du genre, mais qui reste néanmoins un très bon divertissement dans un genre qui va quelques années plus tard entamer sa mutation et donner naissance à un nouveau genre : le film noir.

 

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : Flora Robson et George Raft

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : George Raft et William Holden

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : George Raft & Humphrey Bogart

cinéma,cinema,bluray,acteur,actrice film,films,dvd,george raft,jane bryan,william holden,humphrey bogart,flora robson,paul kelly,lee patrick,henry o'neill,heinz roemheld,lloyd bacon

Ci-dessus : Jane Bryan

Extrait :

 

Film disponible dans la collection "Warner Gangsters collection Vol 4" en import Zone 1 mais compatible zone 2, uniquement en VO sous-titrée.

Note : 7,5 / 10

07/01/2014

A chaque aube je meurs / Each dawn I die - 1939

Si on en croit Richard Schickel et son livre "James Cagney : a celebration", "à chaque aube je meurs" était le film américain préféré de Staline. Je ne sais pas si c'est vrai. En tous les cas, "à chaque aube je meurs" est peut être le plus grand film de James Cagney, qui a cette fois-ci comme partenaire George Raft. L'un et l'autre étaient déjà apparus dans "Taxi" en 1932, même si George Raft n'était alors, même pas au générique. "A chaque aube je meurs", tourné par William Keighley fait parti de cette série de films tournés par Hollywood sur l'univers carcéral pendant les années 30. Ainsi on retrouve comme film de cette période portant sur les prisons américaines, "Ladies they talk about" (1933) avec Barbara Stanwyck du même Keighley, mais on peut citer aussi "Vingt Mille ans sous les verrous" (1932) de Michael Curtiz avec Spencer Tracy, ou encore "San Quentin" (1937) de Llyod Bacon avec Humphrey Bogart, et beaucoup d'autres. Jane Bryan est quasiment la seule actrice d'un film d'hommes. Elle est ici la petite amie de Cagney. Elle fait tout pour le faire sortir de prison. Le film est d'autant plus touchant ici, que Cagney est un homme innocent, piégé par un politicien véreux. Dans la vraie vie Jane Bryan abandonnera le cinéma au début des années 40, pour se marier avec un magnat de l'industrie pharmaceutique.

sanstitre27j.jpg

Keighley est particulièrement à l'aise dans la description de cet univers sordide, nous montrant la violence des gardiens, la haine qui s'insinue dans le coeur des prisionniers, et les luttes de bande au sein même de la prison. "Prison Break" n'a pas fait mieux presque 70 ans plus tard. Le duo James Cagney / George Raft, est formidable. George Raft a un jeu ici un peu dans le style d'un Bogart. Et Cagney a l'intelligence de ne pas en rajouter et de rester dans son rôle. Le film est très émouvant à bien des égards et très réaliste, nous montrant des meurtres en prison, et une terrible lutte finale, qui semble avoir été tournée à balles réelles ! Impressionnant surtout pour l'époque. Il est donc difficile de ne pas sortir remué par un tel film, qui ne renonce à rien pour faire de cette oeuvre, peut être le plus beau film sur l'univers carcéral tourné par Hollywood dans les années 30. A redécouvrir.

Cagney, James (Each Dawn I Die)_01.jpg

Ci-dessus : George Raft et James Cagney

Cagney, James (Each Dawn I Die)_03.jpg

Ci-dessus : George Raft et James Cagney

Annex - Cagney, James (Each Dawn I Die)_02.jpg

Ci-dessus : George Raft et James Cagney

1.PNG

Ci-dessus : George Raft et Jane Bryan

 

Note : 8 / 10

14/05/2013

Les gars du large / Spawn of the North - 1938

"Les gars du large" est l'exemple de films de la grande époque des studios, qui aujourd'hui, ont tout de même un peu vieilli. Ainsi, même si le film bénéficie d'une distribution éclatante avec Henry Fonda, George Raft, Dorothy Lamour, Akim Tamiroff, Louise Platt, mais aussi John Barrymore, d'un réalisateur chevronné comme Henry Hathaway et de Dimitri Tiomkin à la partition, le film ne m'a jamais passionné. En effet, le scénario est loin d'être excitant et raconte la lutte entre les pêcheurs américains en Alaska, contre les pêcheurs russes qui viennent prendre du poisson dans les eaux américaines. Tout commence d'ailleurs par l'explication de pourquoi les saumons reviennent dans les rivières d'Alaska, pour la ponte, d'où le titre "Spawn of the North", que l'on peut traduire par "ponte dans le Nord". Rien de bien excitant ... Les vingt premières minutes sont assez barbantes et on voit George Raft jouer avec une otarie, un peu comme Gregory Peck quelques années plus tard dans "le monde lui appartient" (1952). A croire qu'il faut une otarie dans tous les films américains qui parlent des pêcheurs à la fin du 19ème siècle en Alaska.

les-gars-du-large-affiche_345119_4664.jpg

Enfin, après vingt minutes qui nous donnent envie de nous mutiner, ou de jeter tout le monde par dessus bord, le film prend un peu son envol avec la discussion sur les coutumes indiennes que l'on rapproche du christianisme. On voit alors ici tout le travail des scénaristes et dialoguistes qui ont fait tout de même un gros effort pour adapter l'histoire de Barrett Willoughby. Heino Timmerman était pêcheur en Alaska et ami d'Hathaway, il devait donc aider ce dernier, sur ce film et sur plusieurs autres. Pour revenir à  l'histoire, elle va séparer et réunir les deux amis d'enfance : George Raft et Henry Fonda.

porozhdenie-cevera-scene-1.png.jpg

Ci-dessus : George Raft et Henry Fonda

Le film est une production Paramount et a été racheté en 1958, comme 700 autres films de la Paramount, par Universal. En 1936, Carole Lombard était prévue pour jouer dans ce film, mais en 1938, malade elle devait laisser le rôle à Dorothy Lamour. Malheureusement, il est assez difficile de ne pas avoir d'indigestion devant ce menu cinématographique, dédié à la pêche aux saumons. Enfin, même si on a plaisir à retrouver un incroyable acteur comme John Barrymore. Toutes ces envolées lyriques sont coupées et réduites à rien par son assistant et retombent donc finalement à plat, un peu comme ce métrage finalement. L'ultime scène de Barrymore est heureusement là pour nous rappeler que nous avons vu une page de l'histoire non seulement de la pêche en Alaska, mais aussi de la grande histoire l'Alaska et des USA. Heureusement, que cette scène est présente sinon le spectateur ne s'en serait pas douté. Quoiqu'il en soit, le film devait obtenir un cartain succès et bénéficier d'une adaptation radiophonique, et recevoir un Oscar pour les meilleurs effets spéciaux pour Farciot Edouart. Comme quoi ...

 

Spawn-North.jpg

Ci-dessus : George Raft, Dorothy Lamour et Henry Fonda

spaw_of_the_north2.jpg

1938_special_effects_spawn_of_north.jpg

Disponible en zone 2 dans la collection "Universal" sur le site de l'éditeur ou chez Gibert Joseph.

Note : 5,5 / 10

30/04/2013

Casier Judiciaire / You and me - 1938

"Casier Judiciaire" ou dans son titre américain, "You and me", est le troisième et dernier film de la collaboration entre Sylvia Sidney et Fritz Lang. Les deux premiers films, fruits de cette collaboration entre l'actrice et Lang sont, "Furie" (1936) et "J'ai le droit de vivre" (1937). Si "you and me" est le dernier film, il est aussi le plus faible. En effet, le film commence par une chanson, rappelant que tout doit se payer, puis par une romance entre George Raft et Sylvia Sidney, et continue par une autre chanson dans un cabaret où nos deux amoureux passent la soirée. Le film devait être une comédie musicale, mais Kurt Weill responsable de la musique quitta le navire en cours de tournage. Il ne restait comme possibilité, à Fritz Lang que de terminer le film en le faisant naviguer entre romance et film noir, mais en abandonnant l'idée d'origine, c'est à dire en faire une comédie musicale.

edit_preview.php.jpg

Ainsi, comme il a dérouté les spectateurs de l'époque, le film déroute et désarçonne toujours autant le spectateur d'aujourd'hui. En effet, le spectateur ne sait jamais si il regarde une comédie ou un film noir. Et lorsqu'on ne sait pas ce qu'on regarde, on a tendance à penser que ce n'est pas grand chose. Mais dans ces quelques lignes j'aimerai réhabiliter "you and me" qui si il a fait du tort à Fritz Lang n'est pas un si mauvais film. Ainsi, "You and me" bénéficie quand même d'une distribution intéressante on retrouve ainsi un George Raft aux accents bogartiens, mais donc aussi Sylvia Sidney qui a tourné auparavant "Rue sans issue" cette fois-ci avec Bogart. Et dans les seconds rôles on retrouve Barton MacLane, spécialisé dans les rôles de méchants, ou encore Robert Cummings dans un rôle minuscule, mais qui deviendra terriblement célèbre quelques années plus tard en tournant avec Hitchcock dans "Saboteur" (1942), ou dans "Crimes sans châtiments" (1942) sous la direction de Sam Wood. Enfin, on peut également citer Guinn "Big Boy" Williams qui était spécialisé dans les rôles de cowboys faire-valoir du héros et qui fait ici un chauffeur de taxi.

54114055.png

Ci-dessus : Sylvia Sidney

En plus d'une distribution intéressante, le film a un sujet assez plaisant à regarder, mais le scénario commence malheureusement quand le film est presque terminé. Et on ne peut reprocher à Lang d'avoir parfaitement réalisé la partie "comédie musicale", puis d'avoir réussi la partie romance mais également la dernière partie, que l'on pourrait qualifier de film noir. On a donc devant nous, un espèce d'Ovni cinématographique qui fascine autant qu'il peut écoeurer par moment, mais qui ne laisse jamais indifférent. Le film a d'ailleurs quelques scènes particulièrement intéressantes. Ainsi lorsque Sylvia Sidney explique par une leçon d'arithmétique, que le crime ne paye réellement pas, on sourit. Mais alors on rit vraiment quand un malfrat pose la question : "Mais les gros caïds forcément ils gagnent beaucoup plus !" Et Sylvia Sidney de répondre : "Oui, c'est vrai. Mais ce ne sont pas des petits escrocs, mais des politiciens !" On ne saurait mieux dire pour vous convaincre de regarder ce film étrange et atypique, dont on serait bien en peine de classer dans un genre quelconque, mais qui mérite mieux que l'opprobre générale dans lequel il est tombé jusqu'à aujourd'hui. En tous les cas ce film devait faire du mal à la carrière de Lang qui mit du temps à tourner et à retrouver un studio pour l'embaucher. Mais comme nous l'avons vu, c'est Zanuck qui devait lui redonner sa chance dans "le retour de Franck James (1939). Mais c'est une autre histoire.

You and Me.jpg

Ci-dessus : George Raft

DVD disponible en zone 2 sur le site d'Universal ou chez Gibert Joseph.

Note : 6 / 10