Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2015

L'homme tranquille / The quiet man - 1952

A Hollywood, comme souvent dans le monde des affaires, c'est ce que vous venez juste de faire, qui compte. Il en va ainsi pour "l'homme tranquille" de John Ford, qui peina à trouver un studio pour le financer. En 1936, John Ford avait pourtant acquis les droits de la nouvelle de Maurice Walsh. Et chaque année, il pensait bien pouvoir trouver un studio pour enfin tourner ce film. Ford d'origine irlandaise, voulait absolument faire ce film intimiste, et disait : "C’est ma première tentative d’histoire d’amour. Je voulais tourner une histoire d’amour entre adultes." Malheureusement, après avoir fait le tour des studios,  la Metro-Goldwyn-Mayer, la 20th Century Fox ou la RKO, il se vit refuser cette histoire que les producteurs qualifiaient "d’idiotie irlandaise romantique et sans intérêt commercial". La RKO se laisse malgré tout tenter, mais à condition que Ford réalise deux films pour leur studio. Ainsi, en 1947, réalise pour la RKO, "Dieu est mort" (1947), qui est un terrible échec commercial pour le studio. La RKO ne souhaite donc pas que Ford tourne un deuxième film, et ne veut plus entendre parler de "l'homme tranquille". Finalement,  Maureen O'Hara se désespère, et racontera plus tard : "« Chaque année, nous nous réservions l’été libre et chaque année il n’y avait toujours pas l’argent et nous ne pouvions pas faire le film. Le scénario avait été proposé à la Fox, à la RKO et à la Warner Bros, et tous les studios trouvaient qu’il ne s’agissait que d’une idiote et stupide petite histoire irlandaise. « Cela ne fera pas un sou, cela ne peut être réussi », disaient-ils. Et les années passaient… John Wayne et moi sommes allés au studio et avons dit : "M. Ford, si vous ne vous dépêchez pas, c’est moi qui jouerai le rôle de la veuve et Duke celui du personnage de Victor McLaglen parce qu’il sera trop vieux ! " Finalement, c'est John Wayne qui devait débloquer la situation, avec le studio sous lequel il était sous contrat : Republic Pictures. Le studio s'entend avec Ford, pour que ce dernier réalise un western, et après Republic Pictures, financera, "l'homme tranquille". Et il en fut ainsi. Ford tourna en 32 jours, "Rio Grande", très beau western avec Maureen O'Hara & John Wayne, et qui devait être un succès commercial immédiat, et permettre de donner à "l'homme tranquille", une existence.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

"L'homme tranquille", c'est le retour de Ford à la couleur. Et il se plaît à filmer cette Irlande, verte et humide. La photographie de Winton C. Hoch est souvent superbe. Et on ne peut regarder ce film sans se dire que Ford se voit en John Wayne et qu'il est réellement, très amoureux de la jeune Maureen O'Hara. Le film est une chronique simple de la vie irlandaise, et d'une Irlande de carte postale. Mais il n'en reste pas moins un hommage à la simplicité d'un temps, qui ne connaissait, ni internet, ni les réseaux sociaux, ni le train à grande vitesse, mais qui pourtant vivait sa vie simple entre whisky, bière, amour et bagarres. Aujourd'hui découvrir, "l'homme tranquille" est un parcours du combattant. L'édition zone 2 DVD, est en dessous de tous les standards de notre époque en terme de qualité d'image. Et une projection du film en grand écran, se résume souvent à deviner ce que pouvait bien être le film au moment de sa sortie. Et malheureusement, aucun éditeur ne semble vouloir sortir le film en rachetant les droits de ce chef-d'oeuvre de Ford. En France, Ford finit trop souvent dans les derniers bacs de soldes, si ce n'est comme avec la présente édition DVD zone 2 vieille de 15 ans, à la poubelle. Et c'est bien dommage pour un film, aux récompenses multiples : Oscar du meilleur réalisateur et Oscar de la meilleure photographie, grand prix du film international de Venise. Une édition Bluray française, n'est pas seulement nécessaire, elle est indispensable, au regard de la qualité de l'oeuvre et de sa place dans l'histoire du cinéma. Ne doit on donner au public français avide de haute définition que des films d'horreur de 3ème zone ? Pour ma part, fâché, contre la politique commerciale de nos chers éditeurs, j'ai décidé de restreindre au maximum, mes achats de films pour le mois d'octobre. 

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,john wayne,maureen o'hara,victor mclaglen,barry fitzgerald,ward bond,john ford

Ci-dessus : John Wayne & Maureen O'Hara

 

Extrait de la musique de "The quiet man" :

Film disponible en DVD à un prix prohibitif sur Amazon France, avec une qualité d'image très mauvaise.

 

Note du film : 8,5 / 10

Note de l'édition du DVD français : 2 / 10

29/01/2015

Sur la piste des Mohawks / Drums Along the Mohawk - 1939

Comme vous le savez peut être, l'année 1939 est l'année du renouveau du western dans le cinéma américain. Ainsi, le western avait eu ses heures de gloire, pendant la période du muet, mais malgré quelques exceptions, il était tombé dans la série B voir pire. On avait donc tourné beaucoup de westerns, avant 1939, mais souvent de très petits westerns. Donc 1939, c'est le retour du grand western avec successivement, "le brigand bien-aimé" avec Tyrone Power et Henry Fonda, mais c'est aussi l'année de "la chevauchée fantastique" d'un certain John Ford avec à l'affiche John Wayne. John Ford et Henry Fonda ont déjà tourné ensemble, cette même année 1939 "Vers sa destinée" (formidable film sur la vie du jeune Abraham Lincoln). "Sur la piste des Mohawks" doit donc être ajouté à la liste des grands westerns fordiens par son thème, qui nous montre un jeune couple de pionniers partant pour l'Ouest au moment de la guerre d'indépendance américaine. Ford se plait à filmer dans un style qu'il continuera d'utiliser bien plus tard, comme dans "la prisonnière du désert" (1954). On retrouve ce style si caractéristique, avec des ciels immenses, des personnages souvent minuscules et une nature toujours plus grande que l'Homme. Comme beaucoup d'historiens du cinéma, on peut supposer que le style de Friedrich Wilhelm Murnau (expressionniste allemand) a énormément influencé Ford dans son travail. "Sur la piste des Mohawks a pourtant été difficile pour Ford, car tout d'abord c'était son premier film en couleur, et qu'il a plut sans discontinuer les deux premières semaines. Ford retourne le problème de cette pluie pour nous donner une scène saisissante dans la cabane.

48578.jpg

Inspiré d'un roman de Walter D Edmonds, le scénario de Lamar Trotti, Sonya Levien et William Faulkner, commence là où beaucoup de westerns finissent par le mariage des deux personnages principaux : Henry Fonda et Claudette Colbert. On doute au début de la présence de Claudette Colbert dans un western. En effet, on était plutôt habitué, à la voir dans des comédies légères en particulier avec Clark Gable, comme "New-York Miami". Mais l'idée de Ford et du producteur Darryl Zanuck est génial, car il nous montre finalement la destruction du personnage habituel de Claudette Colbert dans cette nature sauvage. Alors c'est vrai que parfois dans certaines scènes, on doute un peu. Mais au final, l'idée marche plutôt bien. Les autres personnages secondaires sont comme à l'habitude avec Ford, très bien détaillés, en particulier celui de la veuve âgée et esseulée dans sa grande ferme (Edna May Oliver). Ford se sert du film pour nous faire passer sa vision de l'Amérique. Et il faut bien dire que le film est encore d'actualité. Car l'histoire d'un jeune couple qui s'installe et qui se retrouve au centre d'une guerre civile, plus ou moins ethnique, ne paraît pas si éloigné que ça de notre temps. "Sur la piste des Mohawks" est donc une très très bonne pioche de Sidonis, qui nous régale en plus d'un master de toute beauté, et d'un piqué quasiment chirurgical.

disque-sur-la-piste-des-mohawks1.jpg

Mohawk2.jpg

19537777_20130910144143505.jpg

sur-la-piste-des-mohawks2.jpg

Ci-dessus : Henry Fonda & Claudette Colbert

sur-la-piste-des-mohawks.jpg

Ci-dessus : Edna May Oliver & Claudette Colbert

2_ZmvgO.jpg

2q0k70n.jpg

tumblr_m7wr0gMUIW1rbwynqo1_1280.png

John-Carradine-Drums-Along-the-Mohawk.jpg

Ci-dessus : John Carradine

Disponible en DVD & Bluray en Zone 2/B, chez Sidonis Version Français et VO sous-titrée

Note : 8,5 / 10

04/09/2013

La ruée sauvage / The Texans - 1938

Je manque à tous mes devoirs car j'ai oublié de chroniquer, ne serait ce que rapidement "la ruée sauvage", formidable western. Et si Patrick Brion loue avec raison "le brigand bien-aimé" et "la chevauchée fantastique" (1939) comme étant les films qui ont renouvelé le genre western après une série d'innombrables petits films souvent insignifiants, pour ma part, je serai très partisan de rajouter cette "ruée sauvage" du trop méconnu James P Hogan. En effet, le film nous met en scène tout d'abord un casting très intéresant avec Randolph Scott, Robert Cummings, mais aussi Joan Bennett. Enfin Robert Barrat en politicien véreux, avide et corrompu. Ainsi, le film met en scène le Texas sudiste d'après la guerre de sécession. Le film ouvre donc sur une incroyable scène d'une ville remplie de soldats sudistes en guenilles et pouilleux à la merci des soldats de l'union. Mieux notre héros Randolph Scott est dans le même état, et les pieds dans la boue, sans même une paire de bottes ! Et là on dit en voyant ça : "Qu'est ce que c'est que ce film là !"

cinéma,cinema,dvd,bluray,hollywood,acteur,actrice,film,films,randolph scott,joan bennett,francis ford,robert cummings,robert barrat,may robson,james p hogan,paramount

Le film va donc dérouler à partir de là son histoire et la rencontre de cet aventurier avec Joan Bennett qui joue ici la grande propriétaire d'un ranch, prête à tout pour sauver ses bêtes et ses affaires des mains des nordistes qui veulent l'exproprier à tout prix. Vous connaissez sûrement tous, la fameuse maxime romaine : "Vae Victis" (malheur aux vaincus). C'est bien de cela dont il est question ici. Mais nos amis ont plus d'un tour dans leur sac pour échapper à l'injustice des vainqueurs. J'avoue donc que j'ai pris pas mal de plaisir à voir ce film, où le frère de John Ford est présent, en la personne de Francis Ford. "La ruée sauvage" revisite le thème de la survivance d'une communauté face à la force des vainqueurs, un peu comme dans "Autant en emporte le vent", mais ici il n'y a pas d'attachement à la terre, mais plus à du bétail, source de toute fortune, et de tout avenir. "La ruée sauvage" est donc un très beau film à redécouvrir de toute urgence, sortie le 20 juillet 1939 en France. Et en plus vous aurez la joie de redécouvrir la très jolie Joan Bennett.

cinéma,cinema,dvd,bluray,hollywood,acteur,actrice,film,films,randolph scott,joan bennett,francis ford,robert cummings,robert barrat,may robson,james p hogan,paramount

Ci-dessus : Joan Bennett et Randolph Scott

cinéma,cinema,dvd,bluray,hollywood,acteur,actrice,film,films,randolph scott,joan bennett,francis ford,robert cummings,robert barrat,may robson,james p hogan,paramount

Ci-dessus : Randolph Scott et Robert Cummings

cinéma,cinema,dvd,bluray,hollywood,acteur,actrice,film,films,randolph scott,joan bennett,francis ford,robert cummings,robert barrat,may robson,james p hogan,paramount

Ci-dessus : May Robson et Joan Bennett

Film disponible en DVD zone 2, sous-titré chez Sidonis. A noter que le film possède une belle introduction de Patrick Brion


Note : 7,5 / 10

21/08/2013

Je n'ai pas tué Lincoln / The prisonner of Shark Island - 1936

Je ne sais pas si vous avez déjà vu "je n'ai pas tué Lincoln", mais c'est un film à voir et à revoir. En effet, tout d'abord c'est un film de John Ford. Mais en plus il fait parti du "corpus" de Ford portant sur Lincoln. Ainsi John Ford devait tourner en 1939 "vers sa destinée" qui raconte l'histoire du jeune Lincoln. Mais revenons à "je n'ai pas tué Lincoln". Le film a un casting intéressant avec en tête Warner Baxter, formidable acteur que l'on se souvient avoir vu joué dans "42ème rue" (1933) interprétant un metteur en scène dépressif, ou dans "les chemins de la gloire" jouant cette fois ci un capitaine français pendant la première guerre mondiale. On ne s'en souvient plus aujourd'hui, mais Warner Baxter était un des acteurs les plus célèbres et les mieux payés d'Hollywood des années 30. Pour preuve en 1929, il obtenait un Oscar du meilleur acteur. Dans les seconds rôles on retrouve de fameux acteurs, comme par exemple John Carradine dont li serait trop long de faire la filmographie, vu qu'il a joué dans plus de 250 films. Mais il n'y a pas que des seconds rôles, il y a aussi une vedette féminine en la personne de Gloria Stuart, oui la Rose de Titanic que l'on retrouve ici toute jeune. Enfin, le frère de John Ford est présent, en la personne de Francis Ford, mais aussi Harry Carrey, père de Harry Carrey Jr récemment disparu.

529244.1020.A.jpg

Mais quel est le sujet de ce "je n'ai pas tué Lincoln". Eh bien, en réalité le sujet est assez simple. Un médecin, Samuel Mudd (Warner Baxter) est emprisonné car soupçonné d'avoir hébergé et soigné l'assassin de Lincoln, John Wilkes Booth. Ford se plaît alors à dérouler le fil de l'histoire et à retourner à l'enver le concept sartrien, qui veut que l'Enfer ce soit les autres. Si l'Enfer peut être constitué par les autres, c'est bien parce qu'ici le personnage du docteur, ne peut retrouver sa place parmi ses concitoyens et que sa vie est détruite par la participation dans un crime pour lequel il est condamné. On a donc bien le sentiment que le personnage de Baxter ne pourra vivre que par et pour les autres. Dès le départ, docteur il vit pour sa femme, son enfant, ses patients, et ensuite il vit dans le regard des autres comme un présumé coupable. Cette situation est pour lui intolérable. Il n'aura donc de cesse de vouloir échapper à sa situation et à un destin qui semble horrible.

Baxter, Warner (Prisoner of Shark Island, The)_01.jpg

Ci-dessus : Warner Baxter

John Ford visite donc là, la vengeance d'une société contre un homme présumé coupable d'un crime qu'il ne semble pas avoir commis. Et le ton du film est très bon pour la plupart du temps. On se régale de voir en John Carradine un gardien sadique. Et on tremble et on espère devant les tentatives d'évasion. On a donc son lot d'émotions. Que peut on reprocher à ce film ? Peut être un traitement un peu binaire est simple des soldats noirs. Quoiqu'il en soit si "je n'ai pas tué Lincoln" est bien une commande de la Fox de Zanuck à Ford, il n'en reste pas moins comme un des films les plus noirs de Ford, pourtant apôtre des bons sentiments à l'écran. Mais la fin du film tempèrera cette ambiance lourde et donnera au spectateur un peu sérénité. Par contre au niveau de la musique, il n'y a pas grand chose à ce mettre sous la dent. En effet, la musique de Louis Silvers est très classique, voir trop classique et peu innovante, et nous reprend systématiquement "mon beau sapin" pour les thèmes un peu sentimentaux.

Carradine.jpg

Ci-dessus : John Carradine

Mais globalement, j'ai été très positivement surpris par ce "je n'ai pas tué Lincoln". Certaines critiques, pourraient reprocher à ce film, certaines scènes peut être un peu statique. Mais dans ce cas, je vous donnerai la réponse de Ford : "les acteurs sont mieux payés que les techniciens, ce sont donc à eux de bouger". Ce "je n'ai pas tué Lincoln" reste donc un vrai bon Ford.

4809.jpg

Film disponible en DVD Zone 2 chez Opening. Attention j'ai acquis ce film d'occasion et le film sautillait sur la fin et avait manifestement un problème. Cela laissait supposer un défaut de pressage. A voir si le défaut se reproduit sur d'autres médias.


A noter 45 mn de Bonus.

Note : 8 / 10