Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2013

Le Grand Ziegfeld / The Great Ziegfeld - 1936

Lorsqu'on parcourt l'histoire du cinéma américain, on est obligé de s'arrêter devant quelques grands films, qui sont devenus des légendes du cinéma. "Le grand Ziegfeld" avec William Powell est bien de ceux là. Le film raconte l'histoire du grand producteur et chorégraphe de Broadway, Florenz Ziegfeld Junior. Le film peut faire peur au début, car il dure tout de même presque 3 heures. Cette durée est quelque chose d'assez inhabituelle pour 1936. En effet, la plupart des films et des productions courantes de cette époque, duraient entre 1H15 et 1H45. La longueur de cette production, est donc une preuve du caractère ambitieux du projet. Et le film l'est réellement. Les décors sont les plus beaux jamais vus, les costumes sont plus que magnifiques et sont quasiment irréels de beauté. Enfin, le casting est particulièrement bien choisi.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

"Le grand Ziegfeld" n'est pas seulement une incroyable comédie musicale. C'est aussi l'histoire de ce légendaire producteur, Ziegfeld (William Powell) de Broadway, qui commence sa carrière, en hâbleur de foire, lors de l'exposition universel de Chicago en 1895. Le film commence donc comme une production classique de William Powell, mais déjà avec une impressionnante mise en scène. Donc pendant cette exposition Ziegfeld va être en concurrence avec Jack Billings (Frank Morgan), afin que le public vienne voir son spectacle. La concurrence entre Denis Morgan et William Powell, sera un peu le fil rouge du film. Mais petit à petit cette concurrence, se transformera an collaboration, puis en amitié, rendant touchante cette confrontation.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Reginald Owen

Le film parcourt alors la vie de Ziegfeld, nous racontant sa rencontre avec sa future compagne Anna Held (Luise Rainer). Mais le film prendra littéralement son envol avec la mise en scène des célèbres "Follies" de Ziegfeld. Le film est plein d'émotion, que ce soit dans les relations de Ziegfeld avec les femmes ou son ambition de marier la beauté féminine à la beauté de l'art occidental. Ainsi le numéro "A pretty girl is like a melody" est un morceau inoubliable, de l'histoire de la comédie musicale. En effet, il nous montre une espèce de gigantesque pièce montée (digne de Busby Berkeley) sur laquelle est perchée tout ce qui fait la grâce et la beauté de la civilisation classique occidentale. Les premières marches représentent le 18ème siècle français, puis c'est le Japon et le fameux opéra de Puccini "Madame Butterfly", après on passe au rêve d'amour de Liszt, ensuite à la valse de Strauss, Caruso, Gershwin, et une apothéose incroyable où trône tout en haut, la femme, telle une reine du monde. Il est dur de ne pas pleurer devant tant de beautés et de grâces réunies. On peut dire que la MGM a tout mis en oeuvre pour faire un mémorable chef-d'oeuvre, réunissant toutes les beautés féminines de l'époque et toutes les beautés classiques et musicales du vieux continent et du nouveau monde, dans une apothéose cinématographique. Cet inoubliable numéro clôt alors la première partie du film. Il y a une ouverture et un entracte. Au moment de l'entracte, je décidais donc de faire une pause et je reprenais le soir même, pour voir la deuxième partie.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Luise Rainer

La deuxième partie du film est tout aussi forte que la première partie, sinon plus avec les apparitions de Ray Bolger (lui même). Ray Bolger c'est bien évidemment l'épouvantail du "Magicien d'Oz" de  Victor Fleming de 1939. Mais surtout le film permet de voir la vraie Fanny Brice, qui était une découverte de Ziegfeld. Puis le film évoque les relations tulmutueuses du producteur avec sa compagne, et les Ziegfeld Girls. Enfin, Myrna Loy apparaît presque à la fin du film. Le jeu de William Powell est très souvent bouleversant, et l'ultime scène du film, vous fera assurément applaudir ce chef d'oeuvre impérissable. La magnificence de cette production, devait coûter 2 millions de dollars à la MGM, mais en rapporter 4 millions et être un énorme succès. Enfin le film devait être nominés 7 fois, et recevoir 3 Oscars amplement mérités : Meilleur film, meilleur actrice pour Luise Rainer, et meilleur direction de danse pour Seymour Felix. Un petit mot, pour finir et pour vous dire qu'à l'heure où j'écris ces lignes, Luise Rainer est toujours parmi nous, et elle a 103 ans !

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood,william powell,myrna loy,luise rainer,frank morgan,reginald owen,ernest cossart,ray bolger,fanny brice,robert z leonard

Ci-dessus : Virginia Bruce et Luise Rainer

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : Jean Chatburn et William Powell

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,film,films,hollwyood

Ci-dessus : William Powell et Myrna Loy

 

Extrait :

Disponible en DVD zone 2 (VO sous-titrée)

Note : 9 / 10

08/06/2013

Kitty Foyle - 1940

"Kitty Foyle" est un film de Sam Wood produit par la RKO. C'est un mélodrame, très romantique avec Ginger Rogers en tête d'affiche, accompagné de Dennis Morgan et d'un James Craig un peu fade. On remarque dans les seconds rôles Gladys Cooper que l'on retrouvera par exemple avec Bette Davis en 1942 dans "une femme à la recherche de son destin" (Now Voyager), mais cette fois-ci à la Warner. Elle aura là aussi le rôle d'une mère.  D'ailleurs, en y réfléchissant bien ce "Kitty Foyle" aurait bien s'appeler "une femme à la recherche de son destin", car c'est bien de cela qu'il s'agit. On a l'histoire intime et sentimale d'une femme américaine des années 40, issue d'un milieu pauvre et qui était fasciné par la haute société dès son plus jeune âge. Mais là où d'autres deviendraient vénales, elle ne l'est pas. Sa fascination pour le luxe, s'arrête là. Et c'est bien l'amour qui guidera sa vie. Alors que peut on trouver d'intéressant à ce "Kitty Foyle" qui n'a pas été déjà dit ailleurs et mieux. Tout d'abord le film commence par une petite scène en muet pour montrer l'émancipation des femmes au début du vingtième siècle, la femme devenant l'égale de l'homme et devant alors travailler.

257866-1020-a.jpg

Le scénariste Dalton Trumbo pourtant homme de gauche, probablement dirigé par Woods  nous évite ici les dialogues marxistes sur la lutte des classes, particulièrement pénible dans "la fille de la 5ème avenue" sorti un an plus tôt. La grande crise de 1929 est ainsi évoquée, mais elle ne sert qu'à montrer la lutte d'une jeune femme pour s'en sortir par elle même. Et on s'attache à cette Kitty Foyle, et à son histoire. Et si elle connaît deux hommes, on se demande bien lequel des deux, elle va choisir. Tout cela nous est montré à coups de flashbacks successifs pas particulièrement modernes, mai pas non plus particulièrement désagréables. Puis le vertige nous tient quand elle imagine son enfant à 65 ans en l'an 2000. Mais ce qu'il faut noter c'est bien l'extraordinaire performance d'actrice de Ginger Rogers, en particulier dans la scène de l'hopital où elle apprend une triste nouvelle. Son visage passe ainsi de la joie, à la tristesse imperceptiblement. Mais bien évidemment ce qui fait le charme encore aujourd'hui de "Kitty Foyle" c'est le fabuleux glamour des scènes romantiques lors du bal, qui sont peut être les plus belles de l'histoire du cinéma et qui font de ces pauvres mortels filmés par une caméra des étoiles immortelles du septième art. Enfin le suspens sera ménagé jusqu'au bout et c'est seulement à l'ultime fin du film que l'on saura quel homme notre héroïne choisie. "Kitty Foyle" est donc au final un bien beau film qui a un peu vieilli par certains aspects, mais dont le romantisme et le glamour sont particulièrement savoureux.

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, acteur, actrice, ginger rogers, dennis morgan,  James Craig, Eduardo Ciannelli, Ernest Cossart, Gladys Cooper, Odette Myrtil, Mary Treen, K.T. Stevens, Walter Kingsford, Cecil Cunningham, Nella Walker, Edward Fielding, Kay Linaker, Richard Nichols, roy webb, sam wood

Ci-dessus : Ginger Rogers dans "Kitty Foyle"

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, acteur, actrice, ginger rogers, dennis morgan,  James Craig, Eduardo Ciannelli, Ernest Cossart, Gladys Cooper, Odette Myrtil, Mary Treen, K.T. Stevens, Walter Kingsford, Cecil Cunningham, Nella Walker, Edward Fielding, Kay Linaker, Richard Nichols, roy webb, sam wood

Ci-dessus : Dennis Morgan et Ginger Rogers

cinéma, cinema, dvd, bluray, film, films, hollywood, acteur, actrice, ginger rogers, dennis morgan,  James Craig, Eduardo Ciannelli, Ernest Cossart, Gladys Cooper, Odette Myrtil, Mary Treen, K.T. Stevens, Walter Kingsford, Cecil Cunningham, Nella Walker, Edward Fielding, Kay Linaker, Richard Nichols, roy webb, sam wood

Ci-dessus : Gladys Cooper, Ginger Rogers et Dennis Morgan

 

Disponible aux éditions Montparnasse dans un master très moyen, digne d'une bonne vidéo tout au plus. A quand une restauraation ???

 

Clip vidéo, extrait d'une des plus belles scènes du film :

 

Note : 8 / 10