Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2017

Magic in the Moonlight - 2014

En ce début d'années, j'ai rattrapé mon retard et j'ai commencé à regarder quelques films de Woody Allen. J'avais déjà vu "Scoop" (2006) et "Café Society" (2016), et là j'ai vu coup sur coup quelques autres oeuvres de ce prodigieux et prolifique cinéaste. Ainsi, j'ai récemment visionné "coups de feux sur Broadway" (1994), mais aussi "escrocs mais pas trop" (2000), "l'homme irrationnel"(2015) et donc "Magic in the Moonlight (2014). Et à la vision de ce dernier film, mon opinion est faite, oui Woody Allen est bien un génie du cinéma. Ses scénarios sont toujours intéressants, les dialogues sont parfaits, et si parfois il manque un grain de folie dans ses films, ils sont toujours magnifiquement filmés et photographiés. "Magic in the Moonlight"ne déroge pas à la règle et la photographie de Darius Khondji est de toute beauté. Ce dernier a d'ailleurs était le photographe de plusieurs autres films de Woody Allen.  d'autres obsessions de Woody Allen sont aussi mises en avant.

 

472220.jpg

Ainsi, son amour du jazz et de la musique classique transperce de la première à la dernière image, et fait de la bande originale une compilation improbable et décalée avec notre temps, mais tellement dans l'esprit de ses films et de son auteur. "Magic in the Moonlight" reprend aussi les thèmes traditionnels de son auteur : la vie, la mort, Dieu, et lui même. Mais ces thèmes sont toujours évoqués de manière légère sans jamais ennuyer le public. J'ai dit que c'était magnifiquement filmé et photographié, mais c'est aussi joué parfaitement par un Colin Firth et une Emma Stone apparemment très inspiré. On peut dire que le couple irradie littéralement l''écran. En résumé, ce spectacle a tout pour plaire et on ne pourrait lui reprocher peut être comme un peu dans tous les films de Woody Allen qu'il m'ait été donné de voir, un manque de folie, qui le rendrait extraordinaire. Néanmoins, Woody Allen reste un incomparable génie, par rapport à la médiocrité artistique et scénaristique générale du cinéma hollywoodien actuel. Il est donc très important de défendre son cinéma, un autre cinéma fait d'ombre et de lumière, mais aussi de poésie et de grâce. Ses racines sont sans aucun doute à chercher dans l'oeuvre d'Ingmar Bergman.

Magic.jpg

magic-moonlight-woody-allen-trailer.jpg

magicin5.jpg

magic-in-the-moonlight-emma-stone-colin-firth2.jpg

MagicMoonlight2.jpg

magic-in-the-moonlight-de-woody-allen_5131244.jpg

Ci-dessus : Emma Stone & Colin Firth

Disponible en DVD & Bluray sur Amazon en VF & VO sous-titrée (on regrettera la présence d'aucun bonus sur l'édition française).


Note : 7,5 / 10

16/06/2013

Gangster Squad - 2013

Que pouvait-on attendre de nouveau de ce "Gangster Squad" alors qu'Hollywood et la Warner en particulier, ont depuis les origines visités sans relâche l'univers du film de gangsters ? Ainsi des films avec James Cagney, à ceux avec Humphrey Bogart, d'Edgard G Robinson, en passant avec ceux joués Joe Pecsi et Robert De Niro, le cinéma hollywoodien a créé une légende du crime et du film noir, que "Gangster Squad" se donnait pour objet de revisiter. "Gangster Squad" allait-il être à la hauteur de ses prédécesseurs et des classiques du genre ? La réponse est clairement non. Les premiers films des années 30 étaient proche d'une actualité presque palpable à l'écran. Les années 40 et 50 allaient être le sommet du film noir et "Bonnie and Clyde" (1967) d'Arthur Penn l'annonce d'un nouveau cinéma libéré de la contrainte des censeurs. Enfin, "les incorruptibles" (1987), "les affranchis" (1990) et "Casino" (1995) possédaient tous, une trame narrative intéressante qui était constitutive de l'âme du film, dans "Gangster Squad" il n'en est rien. Clémenceau, disait que la guerre est trop importante pour la laisser menée par des militaires. On pourrait le paraphraser et dire que le cinéma est quelque chose de trop  important pour en laisser la direction à des publicitaires sans expérience, comme le réalisateur de "Gangster Squad", Ruben Fleischer. Ce dernier se montre incapable de donner un semblant d'âme à son film, qui se déroule en mode binaire, méchants très méchants contre gentils jouant aux méchants pour faire triompher le bien. On a vu beaucoup mieux comme scénario. Scénario qui ressemble plus à celui d'un Batman qu'à celui d'un film de gangsters. La musique également binaire et grandiloquante de Steve Jablonsky, habitué à composer pour la série des "Transformers" n'a d'ailleurs pas grand chose pour elle.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,ryan gosling,josh brolin; sean penn,emma stone,anthony mackie,giovanni ribisi,steve jablonsky,ruben fleischer

Alors bien sûr, il reste les scènes d'actions qui sont malheureusement souvent peu lisibles et surtout l'auto-censure a fonctionné à plein sur le film. Ainsi, une scène de fusillade a été supprimée après le drame d'Aurora. Mais quand on sait qu'Hitchcock se permettait de tourner une scène équivalente dans son film "la 5ème colonne" (1942), on se dit que le cinéma actuel est tout de même dans une espèce de régression qui ne dit pas son nom, incapable moralement de mettre sur écran ce qu'on se permettait de montrer en 1942. A cela il faut ajouter l'interprétation outrancière de Sean Penn qui a le visage totalement trafiqué et truqué, et bien évidemment cela ne donne guère au film une authenticité quelconque. On navigue donc entre scènes un peu gores et trucages numériques. Et au final, "Gangster Squad" a bien du mal à réveiller un genre endormi, sans apporter à celui-ci une quelconque nouveauté, mais en lui enlevant son âme synonyme pour le spectateur de sensibilité. Le film se regarde donc sans trop de déplaisir, mais aussi sans émotion et ce n'est pas la révélation que l'on attendait. Et quand tout cela est fini on se dit que les Bogart, Robinson, Cagney, De Niro, peuvent vraiment dormir tranquilles.

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,ryan gosling,josh brolin; sean penn,emma stone,anthony mackie,giovanni ribisi,steve jablonsky,ruben fleischer

Ci-dessus : Ryan Gosling et Emma Stone

cinéma,cinema,dvd,bluray,acteur,actrice,hollywood,film,films,ryan gosling,josh brolin; sean penn,emma stone,anthony mackie,giovanni ribisi,steve jablonsky,ruben fleischer

 

La bande-annonce :

Note : 7 / 10